Amiens - Rouen (Ligue Magnus, quart de finale, match 4)

2012-03-11-amiens-rouen-3Le Gothique est loin d’être mort…

Acte 4 dans ce derby Amiens-Rouen dont les rencontres vont finir par battre tous les records : un premier match remporté par les picards à l’Île-Lacroix après sept ans sans victoire en terre normande, une seconde partie qui les voit longtemps faire la course en tête - donnant sans doute des palpitations à tout Rouennais qui se respecte - avant de finalement se faire rattraper, et enfin des Amiénois combattants et accrocheurs qui rivalisent et bousculent leur bête noire en play-offs et ne cèdent qu’en prolongations dans le troisième match de ces quarts de finale (0-1).

On en vient à se demander ce que nous réservera le match de ce samedi 10 mars où, de toutes manières, les Gothiques n’ont qu’une seule option s’ils ne veulent pas terminer en vacances ce soir : la victoire pour revenir à deux matches partout dans la série.

On prend les mêmes et on recommence. Pas de nouveaux absents à dénombrer sur les bancs des deux formations qui se rejoignent autour du rond central du Coliséum pour l’entame de ce quatrième match en cinq jours.

Portés par leur public, les rouges et noirs sont les premiers à l’attaque quand Luka Basic laisse derrière lui à Martin Tomasek, mettant ainsi rapidement à contribution le gardien rouennais. Jarsolaw Rzeszutko tente par la suite sa chance, puis Anthony Rech s’échappe en un face-à-face qu’il voit finalement détourné. Pas de doute, le rythme est bel et bien là dans la partie, et si les visiteurs pensaient mettre la gomme d’entrée de jeu, c’était sans compter sur la présence de Billy Thompson dans les buts amiénois.

Malgré une infériorité numérique, on voit alors Basic et Morissette déborder les défenseurs adverses. Quand le Slovène essaie la passe pour le 14 local, un arrière jaune lui barre la route, mais Basic peut reprendre sans pourtant tromper Fabrice Lhenry.

Encore privé d’un joueur de champ, Amiens doit se résoudre à défendre face à Teemu Elomo et ses compères. Le jeu de puissance des Dragons ne porte pas ses fruits, même quand Marc-André Thinel tente de passer devant Thompson pour glisser la rondelle au fond de ses filets. Pas de chance, celle-ci se retrouve gelée sous la mitaine du portier canadien.

Après avoir enchaîné deux infériorités et subi la pression rouennaise, les Amiénois peuvent enfin respirer et se montrer dangereux à leur tour. Une première alerte sur Lhenry, et Martin Tomasek, pourtant pris par la défense normande, slape plein centre pour trouer l’international français (1-0 ; 9’35’’).

Après l’engagement, Kévin Bergin et Grégory Béron tentent la même combine mais le lancer est dévié en hauteur. Contre le cours du jeu, ou du moins contre les statistiques car les locaux n’avaient jusqu’alors pas tellement touché le puck, Jake Morissette s’en vient doubler la mise après un gros travail en zone offensive (2-0 ; 10’52’’).

2012-03-11-amiens-rouenAnthony Mortas a même le troisième but au bout de la crosse quelques instants plus tard mais sa déviation passe à ras du poteau de Lhenry. La riposte ne se fait pas attendre : les Dragons revoient le jeu dans leur zone d’attaque et Guénette lance Thinel en voulant profiter d’un changement de ligne des rouges et noirs, mais la passe un peu longue ne s’avèrera pas dangereuse. Rouen harcèle les Amiénois dès que ceux-ci ont la rondelle dans les crosses, sans toutefois trouver un moyen de déverrouiller son compteur avant la pause…

Qui plus est, les jaunes ont terminé le tiers précédent en infériorité numérique, ce qui donne aux Amiénois l’occasion de construire un powerplay qui pourrait leur permettre de creuser l’écart. Finalement, Luka Basic placé derrière la cage inscrit un but d’anthologie : gardant la rondelle sur le plat de sa palette, il s’avance dans un élan pour venir la placer à mi-hauteur dans les filets de Lhenry avant que celui-ci n’ait eu le temps de couvrir son poteau (3-0 ; 20’57’’).

Les Dragons vont alors essayer de se reprendre, d’abord par leur capitaine dont le rebond laissé par le portier noir sera dégagé, puis par Antonin Manavian, qui loupe son occasion à bout portant. Une tentative tellement évidente qu’il en rit lui-même. Ils tuent par la suite un désavantage numérique où ils se font encore une petite frayeur lorsque Lhenry ne parvient pas à stopper un palet exploité par Amiens mais, heureusement pour les visiteurs, l’arbitre du soir a déjà interrompu le cours du jeu. Anthony Rech repart à l’attaque et tente d’accomplir un festival, puis Thinel se retrouve à la conclusion d’une combine en trio, mais Billy Thompson repousse du gant.

Profitant d’une supériorité, les Rouennais veulent hausser le niveau d’un cran en se faisant vifs et audacieux, mais Monsieur Billy Thompson est encore et toujours sur leur chemin, occuper à clairement les écoeurer jusqu’alors. Soudain, Valentin Claireaux part en contre et trouve la lucarne opposée face à Lhenry, trop avancé (4-0 ; 29’42’’). Mais qu’arrive-t-il aux Dragons…

Ces derniers vont tout de même inscrire un but de l’honneur qui s’apparentera plutôt à un petit coup de chance quand Manavian reprend un rebond dévié par un patin amiénois pour remettre dans une cage laissée ouverte par Thompson (4-1 ; 30’17’’).

En fin de tiers, alors que le jeu proposé est plaisant à regarder, Amiens enfonce encore le clou lorsque Vincent Bachet surprend le gardien normand en hauteur (5-1 ; 38’02’’).

2012-03-11-amiens-rouen-2Une avance de quatre buts pour les Amiénois, cela fait plus d’une décennie qu’on n’avait pas vu ça et le Coliséum est littéralement en folie pour la reprise du dernier tiers. Sans perdre de rythme, les Gothiques reviennent alerter Fabrice Lhenry par deux fois dans les trois premières minutes tandis qu’en face, Darcy Werenka rate le cadre sur la droite.

Les locaux ne se découvrent plus et se rassemblent vite en défense lorsque leurs adversaires remontent le palet de leur zone défensive, opposant une défense conpacte aux Rouennais, et se donnant le droit de malgré tout prendre quelques chances en attaque. Teddy Trabichet redonne ainsi à Marius Serer dans l’enclave, dont la déviation arrive entre les bottes de Lhenry.

Les Dragons, face au repli amiénois, sont obligés de shooter de loin, mais quand Ilpo Salmivirta reçoit le puck au deuxième poteau, le portier amiénois va une nouvelle fois chercher l’arrêt.

Rzeszutko remet à Martin Tomasek, entre trois Normands, qui termine finalement la tête dans la cage… Les rouges et noirs font reculer les Dragons qui essaient de s’imposer sans pourtant donner l’impression de forcer. Le temps défile et on devine qu’ils préfèrent peut-être s’économiser pour une belle à l’Île Lacroix qui se dessine lentement. Ainsi, Angel Nikolov slape deux fois de la bleue et Lhenry s’emploie à laisser des rebonds qui pourraient lui être fatals.

Il reste environ cinq minutes de jeu dans la partie quand tout le Coliséum décide de se lever pour déjà saluer la prestation de ses joueurs. Grégory Béron échoue malheureusement sur le poteau et Jake Morissette accélère encore. Les Gothiques maîtrisent la fin de la partie autant qu’ils ont maîtrisé le match et s’octroient une victoire bien méritée face à l’ennemi rouennais.

Les Dragons corrigés rentrent au vestiaire la tête basse et sans faire les fiers tandis que les Amiénois apprécient leur standing-ovation. Les Gothiques des play-offs sont une toute autre équipe que lors de la saison régulière et montrent leur meilleur visage au fil des matchs, notamment lors de ces quarts de finale haletants !

Amiens et Rouen se départageront donc dans la rencontre de la dernière chance, mardi 13 mars sur la glace normande, afin, pour l'un, d’accéder aux demi-finales et de rejoindre les Ducs d’Angers. Les Amiénois pourront compter sur leurs supporters mobilisés qui se déplacent en nombre sur les terres des Dragons, et, après ce dernier match remporté avec la manière par les rouges et noirs, qui sait sur qui se trouvera la pression mardi soir ?

Emilie Enault / Photos : Pascal Enault


Amiens – Rouen 5-1 (2-0 ; 3-1 ; 0-0)
Samedi 10 mars 2012 au Coliséum d’Amiens. 3000 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Pierre Dehaen et Yann Furet.
Pénalités : Amiens 8' (4', 4', 0'), Rouen 6' (2', 4', 0').

Evolution du score :
1-0 à 09’35’’ : Tomasek assisté de Rzeszutko et Baazzi
2-0 à 10’52’’ : Morissette assisté de Serer et Bault
3-0 à 20’57’’ : Basic assisté de Rzeszutko et Tomasek (sup. num.)
4-0 à 29’42’’ : Claireaux assité de Mortas (inf. num.)
4-1 à 30’17’’ : Manavian assisté de Werenka et Elomo
5-1 à 38’02’’ : Bachet assisté de Rzeszutko et Nikolov (sup. num.)

 

Amiens

Gardien : Billy Thompson.

Défenseurs : Angel Nikolov (A) – Aziz Baazzi ; Vincent Bachet (C) – Teddy Trabichet ; Thomas Roussel – Romain Bault.

Attaquants : Martin Tomasek – Jaroslaw Rzeszutko – Luka Basic ; Grégory Béron – Anthony Mortas – Kévin Bergin (A) ; Marius Serer – Valentin Claireaux – Jake Morissette.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Aina Rambelo, Mickaël Bardet, Antoine Vanwormhoudt.

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Juha Allen – Jonathan Janil ; Antonin Manavian – Jimi Santala ; Darcy Werenka (A) – Richard Demen-Willaume.

Attaquants : Anthony Rech – Jean-Philippe Paré – Ilpo Salmivirta ; Teemu Elomo – Carl Mallette (C) – Julien Desrosiers ; Alexandre Mulle – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel (A) ; Romain Gutierrez.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Nicolas Lehericey, Quentin Berthon. Absents : Loïc Lampérier, Raphaël Faure.