Un plateau royal en DEL

GurycaJanLes quarts de finale de la DEL commencent cette semaine. Disputés au meilleur des sept matchs, ils constituent en quelque sorte la principale phase des play-offs, après les pré-play-offs en trois matchs et avant les demi-finales et la finale en cinq matchs. Allez comprendre...

Cette année, les quarts de finale allemands a la particularité  de regrouper les sept "gros" du championnat, qui ont tous tenu leur rang, plus un "intrus". Le petit poucet Straubing  a obtenu la première qualification de son histoire en play-offs, et il a même atteint le top-6 de la saison régulière, synonyme d'accession directe en quart de finale.

Au cours des dernières semaines, c'est un joueur né en France qui a supporté la plus forte pression à Straubing. Et non, contrairement à ce que vous pourriez penser, il ne s'agit pas de Laurent Meunier. Le hockeyeur en question, c'est Jan Guryca, le fils de l'ex-international français (et réfugié tchécoslovaque) Ivan Guryca. Second gardien, le natif de Chamonix a été propulsé titulaire pendant de longues semaines à la faveur de la blessure du titulaire Barry Brust. Il a d'abord brillé, avant de peiner à tenir la distance.

Les Tigers ont donc concédé cinq défaites d'affilée... mais la dernière journée a tenu du miracle ! Ils étaient menés 1-3 en début de troisième période par Mannheim et étaient virtuellement dixièmes au classement. Ils ont pourtant gagné 5-3, pendant que leurs deux principaux adversaires, Augsbourg et Düsseldorf, ont trouvé le moyen d'aboutir au seul résultat (victoire aux tirs au but des visiteurs) qui les laissait tous deux derrière Straubing ! Un but de plus d'un côté ou de l'autre, et les Tigers devaient passer par le tour de rattrapage ! Mais les deux adversaires ne se sont nullement arrangés, et Straubing a fini sixième, ce qui lui a permis de préparer depuis une semaine sa confrontation contre le troisième Wolfsburg, l'équipe du meilleur marqueur Norm Milley - un excellent passeur - et du "joueur de l'année" Kai Hospelt, qui gagne chaque année en dimension.

Dans le même temps, les "pré-playoffs" ont été aisément remportés en deux manches par les deux clubs rhénans Cologne et Düsseldorf. Pas forcément des adversaires évidents pour les ténors du championnat. Berlin, qui a remporté la saison régulière d'un souffle mais est en net déclin depuis le début de l'année, n'aura pas la partie facile face à la troupe de Krupp, déchaînée depuis un mois malgré le faible rendement de ses joueurs étrangers.

Quant à Düsseldorf, il est toujours bien vivant. Après les appels à la solidarité à la suite du retrait annoncé du sponsor Metro, le budget pour l'an prochain semble se boucler peu à peu. Certes, le départ de l'entraîneur Dave Tomlinson à Nuremberg (connu à l'état de rumeur insistante depuis de mois), où il sera accompagné de plusieurs joueurs, vient d'être officiellement annoncé. Mais si le lièvre a été levé, c'est parce que le remplaçant sur le banc est déjà connu (Christian Brittig). Qui sait si le futur ex-coach Tomlinson ne va pas partir sur un succès ? Ingolstadt devra se méfier.

Idem pour Mannheim qui aura affaire à Hambourg, finalement sorti de la crise. Après des années de résultats et d'affluence en chute libre, les Freezers ont enrayé leur déclin et repris une pente ascendante. Ils ont joué leur dernier match à guichets fermés (12288 spectateurs), ce qui n'était plus arrivé depuis 2008. Comme toutes les grosses patinoires sont de la partie, les affluences des quarts de finale devraient combler les dirigeants de la DEL.