Chamonix - Grenoble (Ligue Magnus, demi-finale, match 1)

Ouimet y prend goût

2012-03-16-Chamonix-Grenoble1Après un incroyable retournement de situation dans le quart de finale contre Dijon, les Brûleurs de Loups ont obtenu leur ticket pour les demi-finales de la Ligue Magnus. Menés deux matchs à zéro, ils ont su faire front sur leur glace en remportant leurs deux matchs à domicile malgré la menace d'une élimination avant de créer la surprise en gagnant le cinquième match sur la glace de Dijon. Les voilà donc en demi-finale, une situation improbable pour une équipe qui n'a jamais dépassé le septième rang en saison régulière.

Cette qualification fait le bonheur des Chamois de Chamonix qui évitent ainsi Dijon et récupèrent l'avantage de la glace. En quarts de finale, ils ont écarté logiquement Gap, l'équipe surprise du premier tour, en quatre rencontres, non sans s'être fait quelques frayeurs en perdant le premier match sur leur glace. Cette saison, les deux équipes se sont rencontrées à trois reprises. En Ligue Magnus, chaque équipe s'est imposée sur la glace adverse (Chamonix 4-3 à Grenoble au match aller et Grenoble 5-3 à Chamonix au match retour). Enfin en Coupe de France, les Brûleurs de Loups avaient écarté les Chamois (4-1) dès les seizièmes de finale avant de sombrer le tour suivant face à Montpellier.

Pour ce premier match, Grenoble est privé de son défenseur canadien Sylvain Dufresne, touché au genou mardi à Dijon. Jason Crossman, de retour sur le banc depuis quelques matchs, le remplace sur la glace. Les Chamois sont pour leur part au complet. Comme lors de la dernière rencontre face à Dijon, Sébastien Raibon est dans la cage grenobloise au coup d'envoi devant une forte colonie grenobloise venue encourager son équipe.

2012-03-16-Chamonix-Grenoble2Les rencontres sont arbitrées par deux heads à partir des demi-finales. On peut donc s'attendre à une certaine sévérité de la part du corps arbitral. Aquino l'apprend à ses dépens en se faisant pénaliser avant même la première minute de jeu. À peine de retour sur la glace, il croise Carl Lauzon, pénalisé à son tour. Mais Grenoble ne restera que vingt secondes en supériorité numérique, Steiner rejoignant à son tour le banc de la prison. Après cinq minutes, les deux équipes n'ont pas souvent joué à cinq contre cinq mais aucune n'en a tiré partie. Le jeu est équilibré avec deux équipes qui hésitent encore à se livrer complètement. Après une nouvelle pénalité de Veydarier dont ne profite pas Grenoble, les deux équipes se cherchent toujours.

Et ce sont les visiteurs qui vont les premiers débloquer leur compteur sur un coup du sort. Suite à un bon travail de Sivic en zone offensive, Avenel tire à la cage mais Hardy fait l'arrêt. Le palet retombe derrière le gardien chamoniard qui ne le voit pas. Les attaquants grenoblois se jettent dessus et Arrossamena parvient à le pousser au fond dans la confusion générale (0-1, 11'20"). Ce but très chanceux ne change pas l'équilibre de la rencontre mais met les Grenoblois en confiance. Nerveux, les Chamoniards accumulent les fautes. Veydarier puis Gras vont tour à tour en prison. Avec quatre pénalités dans le tiers, Chamonix a largement épuisé son quota. L'indiscipline aurait pu coûter cher aux Chamois, mais la bonne nouvelle, c'est que les Brûleurs de Loups sont à côté de la plaque en supériorité numérique. Chamonix limite la casse avec un seul but de retard après les vingt premières minutes.

2012-03-16-Chamonix-Grenoble3Sans doute remontés par leur coach dans les vestiaires, les Chamois attaquent pied au plancher. À l'inverse, les Grenoblois ont laissé leur concentration au vestiaire et les trous d'air défensifs se multiplient. Sous pression, Raibon relâche un palet sur un tir d'Hascoët. Laurent Gras est présent au rebond et égalise de près dans une configuration similaire au premier but grenoblois (1-1, 21'53"). Les Chamoniards sont galvanisés par cette égalisation : sur le coup d'envoi, ils prennent possession de la zone  offensive. La défense grenobloise complètement absente laisse Clément Masson faire le show et mettre le palet sous la barre transversale après un festival (2-1, 22'30"). En moins d'une minute, les hommes de Stéphane Gros ont repris les commandes. Ce sont eux désormais qui mènent et font le jeu.

Les Brûleurs de Loups souffrent mais restent au contact, le temps que l'orage passe. Et il finit par passer. Plus impliqués dans le défi physique, les Grenoblois se remettent petit à petit dans le match en grattant les palets dans les bandes et en mettant des mises en échec. Les Chamois reculent, Grenoble retrouve le chemin de la zone offensive et Matthieu Le Blond parvient à partir dans le dos de la défense et se présente seul face à Hardy. Plein de sang froid, il égalise d'un joli tir croisé à ras de glace (2-2, 33'23").

Revenus à hauteur, les Isérois retrouvent un second souffle. La dynamique a changé de camp. Dans le rôle du sauveur, Matthieu Le Blond, aussi impressionnant en play-off que discret pendant la saison régulière. Il déborde de nouveau la défense sur l'aile droite avant d'adresser un centre parfait pour Francis Desrosiers qui n'a plus qu'à pousser le palet au fond des filets (2-3, 34'58"). Grâce à Le Blond, Grenoble est de nouveau en tête et aurait même pu enfoncer le clou après une pénalité, la seule du tiers cette fois, de Clément Masson. Mais le power-play grenoblois ne fonctionne toujours pas malgré une belle opportunité de Baylacq qui tire au-dessus de la cage. On pense en rester là, sur le même écart qu'à la fin de la première période, mais coup de théâtre sur le coup de sirène : après une action confuse, le palet passe derrière Raibon et va passer la ligne de but mais Kévin Dusseau se couche dessus et l'empêche de rentrer. L'action mérite un tir de pénalité mais a-t-elle eu lieu avant ou après le coup de sirène ? Après un long débat, les arbitres confirment la sanction. Carl Lauzon s'élance donc mais Raibon déjoue la feinte de l'attaquant canadien et préserve le but grenoblois d'avance.

2012-03-16-Chamonix-Grenoble4A la reprise, coup de théâtre puisque Chamonix se fait pénaliser par un retard de jeu pour être arrivé en retard sur la glace ! Grenoble débute donc le tiers par une supériorité numérique de deux minutes qui ne donnera rien. Un but d'avance, ce n'est vraiment pas grand-chose mais les Grenoblois vont s'y accrocher pendant le troisième tiers. Pas obligé de faire le jeu, ils vont laisser venir les Chamoniards en espérant une bonne opportunité en contre-attaque. La tactique fonctionne mais à force de subir, les Brûleurs de Loups vont commettre des fautes… Sivic, Arrossamena et Baylacq se succèdent tour à tour en prison. Grenoble souffre face au power-play chamoniard bien rodé. Le palet circule bien mais la boîte grenobloise est bien en place. Les opportunités de tirs ne sont pas nombreuses, excepté sur des lancers lointains avec Brent Patry à la pointe. Sébastien Raibon fait le boulot en arrêtant proprement les tirs chamoniards.

Grenoble pense tenir ainsi jusqu'au bout et mène toujours d'un but à trois minutes de la fin, mais c'est sans compter sur le talent de Carl Lauzon qui se rattrape de son penalty manqué en forçant le passage entre les deux défenseurs. Seul face à Raibon, il le bat d'un tir croisé imparable (3-3, 57'18"). Richard-Bozon exulte, les Grenoblois regagnent le banc la tête basse : la prolongation est désormais inévitable.

Emportés par leur dynamique, les Chamoniards attaquent la prolongation sur les chapeaux de roue : à bout portant, Raibon réalise un arrêt miracle face à Damien Torfou. Lancé par Alexandre Rouleau, François Ouimet part en contre-attaque : devenu un spécialiste des buts décisifs dans ces play-offs, l'attaquant québécois remporte son duel face à Hardy et donne le premier point à Grenoble (3-4, 61'01").

Ce match a mis longtemps avant de choisir son vainqueur. Tour à tour, chaque équipe s'être montrée dominatrice dans le jeu et a pris l'ascendant au score. Les Chamois n'ont pas su appuyer après leurs deux buts inscrits au début du deuxième tiers-temps. À l'inverse, Grenoble s'est montré trop attentiste au troisième tiers-temps en espérant que cet avantage d'un but soit suffisant. La prolongation symbolise le match : Chamonix a une grosse opportunité mais c'est Grenoble qui fait preuve de réalisme en marquant en contre-attaque grâce à son M. Plus depuis la série face à Dijon, François Ouimet. Matthieu Le Blond, moteur de l'attaque grenobloise, s'est aussi illustré dans cette rencontre. Il a désormais autant de points en play-offs qu'en saison régulière…

Du côté chamoniard, on retiendra les prestations des feux follets Carl Lauzon, malgré son tir de pénalité raté, et Clément Masson. En revanche, les deux équipes devront travailler leur power-play après un zéro pointé dans ce domaine ce soir... Elles en auront l'occasion car cette série s'annonce longue et disputée même si Grenoble a marqué un point psychologiquement en récupérant l'avantage de la glace.

(photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

François Ouimet (attaquant de Grenoble) : "Les choses vont bien pour moi. Je me sens bien, je suis en forme. J'ai eu des occasions, mais tout ce qui compte, c'est que l'équipe remporte ce match. Tout le monde travaille fort et le groupe a confiance en ses moyens. C'est le premier match et les deux équipes étaient dans la même situation. On n'a pas joué notre match, eux non plus. Demain, ce sera complètement différent, avec beaucoup plus d'intensité. On a eu des failles défensivement [au deuxième tiers]. Ils ont réussi à marquer des gros buts. Mais on va prendre le temps de regarder tout ça à la vidéo pour essayer de résoudre ces erreurs. On a eu du mal à s'installer [en supériorité]. C'est une équipe qui met beaucoup de pression mais on va en parler et je suis bien conscient qu'il va falloir corriger toutes ces erreurs. On n'a pas le choix, on ne peut pas avoir une seule façon de jouer. On s'adapte à l'adversaire. Mais bon, on sort avec une victoire d'un match pas terrible alors on est content. Mais on ne gagnera pas deux matchs en jouant de la sorte. Ça, c'est certain."

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : "On a semblé manquer de rythme. On ne fait pas un bon match et il va falloir revenir avec plus d'envie. Peut-être que nous sommes arrivés trop beaux pour ce premier match."

Alexandre Rouleau (défenseur de Grenoble) : "C'était sûrement notre moins bon match. Après le deuxième tiers, on s'est dit qu'on était vraiment nuls. C'est bien de sortir vainqueur. Mais demain, il faudra être plus tonique."

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "Parfois c'est triste à voir. On va essayer de trouver des solutions pour scorer. C'est le plus important. Mais il va falloir s'avancer avec de meilleures intentions sur le match 2."

 

Chamonix - Grenoble 3-4 après prolongation (0-1, 2-2, 1-0, 0-1)

Vendredi 16 mars 2012 à 20h30 à la patinoire Richard-Bozon. 2308 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau et Jimmy Bergamelli assistés de Matthieu Barbez et Gwilherm Margry.
Pénalités : Chamonix 12' (8', 4', 0', 0'), Grenoble 10' (4', 0', 6', 0')

Évolution du score :

0-1 à 11'20" : Arrossamena assisté d'Avenel et Sivic
1-1 à 21'53" : Gras assisté d'Aimonetto et Hascoët
2-1 à 22'30" : Masson assisté d'Audibert et Korenko
2-2 à 33'23" : Le Blond assisté de Desrosiers et Amar
2-3 à 34'58" : Desrosiers assisté de Le Blond et Tartari
3-3 à 57'18" : Lauzon assisté de Cocar et Gras
3-4 à 61'01" : Ouimet assisté de Rouleau

 

Chamonix

Gardien : Florian Hardy

Défenseurs : Fabien Veydarier - Kai Öhberg ; Brent Patry - Damien Torfou ; Arthur Cocar - Michal Korenko.

Attaquants : Francis Charland - Richard Aimonetto (A) - Simon Lambert ; Arnaud Hascoët - Laurent Gras (C) - Carl Lauzon ; Matthias Terrier - Clément Masson - Vincent Kara ; Alexandre Audibert (A) - Mathieu Séguy.

Remplaçants : Tom Charton (G), Florian Cantele, Clément Colombin.

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon

Défenseurs : Alexandre Rouleau (A) - Michael Steiner ; Baptiste Amar (A) - Kévin Dusseau ; Jason Crossman.

Attaquants : Francis Desrosiers - Christophe Tartari - Mathieu Le Blond ; Julien Baylacq (C) [puis Bedin] - François Ouimet - Anthony Aquino [puis Arrossamena] ; Graham Avenel - Mitja Sivic - Nicolas Arrossamena [puis Aquino] ; Joris Bedin [puis Baylacq] - Loup Benoît - Elie Raibon.

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Maxime Suzzarini, Rémi Colotti. Absent : Sylvain Dufresne (genou).