Chamonix - Grenoble (Ligue Magnus, demi-finale, match 2)

Cinq minutes fatales à Grenoble

2012-03-16-Chamonix-Grenoble5Les Brûleurs de Loups ont d'ores et déjà atteint leur objectif en remportant hier un match à Chamonix dans cette série, récupérant ainsi l'avantage de la glace. Est-ce à dire qu'ils vont lâcher le deuxième match pour mieux se concentrer sur les deux matchs à domicile ? C'est peu probable car les Grenoblois n'étaient que partiellement satisfaits de leur rencontre hier et sont bien conscients que le match a basculé sur quelques détails, en particulier l'opportunisme de Ouimet en prolongation.

Mauvaise nouvelle en revanche au coup d'envoi : l'absence de Matthieu Le Blond, l'un des hommes en forme du moment dans l'effectif grenoblois. Malade, il ne peut tenir sa place, ce qui oblige Jean-François Dufour à revoir la composition de ses lignes alors que son association avec Desrosiers et Tartari fonctionnait bien depuis la série contre Dijon. En revanche, Dufour récupère Sylvain Dufresne et pourra compter sur une défense au complet pour la première fois dans ces play-offs !

Du côté chamoniard, pas de bobos ni de virus mais un gros casse-tête pour Stéphane Gros et ses joueurs qui n'ont pas le droit à l'erreur. Une deuxième défaite à domicile les mettrait sans doute en fâcheuse posture en vue de la qualification juste. Ils pourront s'inspirer de la série contre Gap où ils avaient mal débuté en cédant le premier match avant de réagir en remportant le match suivant avec la manière (6-2).

Et visiblement, les consignes de l'entraîneur chamoniard sont bien passées. Plus vifs, plus mordants, les Chamois prennent d'entrée les commandes du jeu. Sous pression, les Brûleurs de Loups n'arrivent pas à jouer dans le bon sens et la réorganisation des lignes due à l'absence de Le Blond leur complique un peu plus la tâche. Pourtant, c'est Veydarier qui reçoit la première pénalité. Mais comme la veille, les Brûleurs de Loups se montreront particulièrement inefficaces en supériorité numérique et les deux minutes passent sans que Hardy ne soit réellement inquiété. Si les visiteurs n'ont pas retenu la leçon de la veille, il n'en va pas de même pour les locaux qui se montrent beaucoup plus percutants en power-play. Avec Dusseau en prison, les Chamois installent le jeu de puissance. Vingt-six secondes plus tard, Clément Masson crée le décalage et Laurent Gras met le palet au fond des filets (1-0, 10'10").

MASSONclement111210098En avance au score, les Chamois sont bien mieux entrés dans la partie que la veille. Face à des Grenoblois qui balbutient leur hockey, ils déroulent et manquent de peu de doubler la mise. La deuxième pénalité de Veydarier ne sera pas non plus mise à profit par le power-play grenoblois dont l'inefficacité commence à coûter cher. Les Brûleurs de Loups se rajoutent de la pression dans la dernière minute avec une pénalité de Steiner. Ils s'en sortent miraculeusement alors que les Chamois rentrent au vestiaire en se disant qu'un but d'avance n'est finalement pas cher payé au regard de leur domination.

Dès leur retour sur la glace, ils vont se charger de corser l'addition. Avec un Masson excellent dans le rôle du maître à jouer, le power-play chamoniard retrouve son efficacité. Passeur sur le premier but, Masson se trouve cette fois à la conclusion d'une belle circulation du palet qui prend à défaut la défense grenobloise (2-0, 21'02"). Cette fois, le break est fait et on guette la réaction grenobloise. Celle-ci finit par venir alors que les Chamois se reposent peut-être inconsciemment sur leur matelas de deux buts. Grenoble arrive enfin à porter le palet dans la zone offensive et mettre la défense chamoniarde sous pression. Et logiquement, Francis Desrosiers, bien aidé par Sivic, vient conclure en deux temps cette bonne période grenobloise (2-1, 24'59").

On pense le match relancé avec des Grenoblois enfin rentrés dans le match et capables d'aller chercher l'égalisation. Mais un coup de théâtre fait basculer la rencontre : suite à une charge contre la bande de Tartari sur Aimonetto, l'attaquant chamoniard met du temps à se relever. Les arbitres se consultent et semblent décidés à donner un 2'+10' en appelant un substitut pour les deux minutes. Mais après de nouvelles discussions et au vu de la difficulté d'Aimonetto à se relever, ils prennent finalement la décision d'expulser Tartari en lui donnant une pénalité majeure.

C'est le tournant du match. Avec un power-play bien en place depuis le début de la rencontre, les Chamoniard mettent au supplice une défense grenobloise qui ne résiste pas bien longtemps : c'est tout d'abord Hascöet qui bonifie le jeu de puissance chamoniard en reprenant spectaculairement le palet de volée à hauteur de hanche (3-1, 28'17") avant que Simon Lambert n'alourdisse le score en trouvant la lucarne de la cage de Raibon, mettant à profit au maximum cette pénalité majeure (4-1, 31'50"). Aimonetto, vite remis de sa blessure, a effectué plusieurs shifts sur le power-play, se permettant même d'être sur la glace lors des deux buts chamoniards. Tartari, depuis les vestiaires, devait apprécier la décision arbitrale bien sévère...

Avec trois buts de retard au-delà de la mi-match, la situation grenobloise devenait compliquée. À cinq contre cinq, le jeu avait enfin tendance à se rééquilibrer mais les Chamois n'avaient plus besoin d'appuyer sur l'accélérateur, se contentant de contrôler une équipe grenobloise encore groggy à son retour au vestiaire.

GUERETTECHARLANDfr111210244Une pénalité de Clément Masson en fin de tiers permet aux Brûleurs de Loups de débuter en supériorité numérique. Comme d'habitude, les Grenoblois essaient mais n'y arrivent décidément pas. Et de retour à cinq, ils boivent le calice jusqu'à la lie sur une percée de Francis Charland après de nouveau un bon travail préparatoire de Clément Masson (5-1, 42'52"). Dans son élan, le buteur Charland percute Raibon qui perd son casque. Fou de rage, le portier grenoblois perd son self control et Dufour décide de le sortir. Une décision que n'apprécie pas le portier grenoblois qui jette son casque en rentrant au banc en invectivant ses défenseurs, coupables selon lui de trop de passivité.

Quemener a donc l'opportunité de se montrer dans cette fin de match et il le fait avec un certain brio car Grenoble va se retrouver en difficulté avec deux nouvelles pénalités d'Arrossamena et Ouimet. Et c'est un petit "exploit" que réalisent les Grenoblois puisque pour la première fois du match, ils n'encaissent pas de but sur ces deux infériorités numériques. Mais tout ce temps passé à défendre les prive évidemment d'occasions de revenir, même si l'écart semble trop important pour espérer quoi que ce soit. Finalement, une pénalité de Patry permet aux Brûleurs de marquer enfin en supériorité numérique après un superbe slalom de Baptiste Amar qui glisse le palet au fond des filets après avoir dribblé deux défenseurs et le gardien (5-2, 54'44"). Trop tard pour espérer un retour, mais ce but permettra aux Grenoblois de terminer la rencontre sur une bonne note avec cinq dernières minutes plutôt abouties et la rentrée des remplaçants Colotti et Suzzarini. De quoi retrouver un peu de confiance avant le match de mardi.

Chamonix égalise donc dans la série grâce à une efficacité retrouvée en power-play. Les quatre premiers buts chamoniards ont en effet été marqués en supériorité numérique sur les trois premières pénalités grenobloises. Avec un Masson dans tous les bons coups, un Patry à la pointe et un Charland qui a volé la vedette à Lauzon dans ce match, les Chamois possèdent les armes pour briller dans ce secteur de jeu. Bien partis au premier tiers-temps, ils n'ont douté que quelques minutes, le temps de la réduction du score grenobloise. La pénalité de cinq minutes de Tartari aura eu ensuite une grande influence sur le reste du match. Désormais lancés dans la série, les Chamoniards auront pour objectif d'aller chercher au moins un match à Pôle Sud pour revenir disputer un cinquième match dans leur patinoire.

Grenoble aura payé au prix fort son indiscipline ce soir. Sévèrement punis par la pénalité de cinq minutes infligée à Tartari, les Brûleurs de Loups ont lâché prise à un moment où ils commençaient à revenir dans la rencontre. L'absence de Le Blond puis celle de Tartari, exclu, a considérablement désorganisé le jeu en infériorité numérique et l'équilibre des lignes d'une manière générale. La bonne nouvelle, c'est que ces deux attaquants seront présents mardi pour disputer le troisième match de la série. Voilà de quoi rassurer les Grenoblois qui sont invaincus sur leur glace depuis le début des play-offs...

(photo Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Francis Desrosiers (attaquant de Grenoble) : "On a passé trop de temps à défendre. À quatre contre cinq, les joueurs se fatiguent. C'est très décevant, surtout qu'à 2-1 le match est relancé. On est toutefois capable de bien mieux que ça..."

Graham Avenel (attaquant de Grenoble) : "Ce qui fait ch..., c'est de voir qu'il y avait encore une fois la place. Ils étaient largement à notre portée."

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "Ce sont des choses qui arrivent... Le hockey est un sport de contact et il faudrait que les arbitres le sachent. Les émotions sont forcément plus fortes à ce niveau-là. Et puis cela va piquer à l'orgueil les joueurs. Il est 23 heures, on se tourne vers mardi."

 

Chamonix - Grenoble 5-2 (1-0, 3-1, 1-1)

Samedi 17 mars 2012 à 20h30 à la patinoire Richard Bozon de Chamonix. 2482 spectateurs
Arbitrage de Nicolas Barbez et Alexandre Hauchart assistés de Guillaume Gielly et David Courgeon
Pénalités : Chamonix 8' (4', 2', 2'), Grenoble 35' (4', 5'+20', 6')

Évolution du score :

1-0 à 10'10" : Gras assisté de Masson et Charland (sup. num.)
2-0 à 21'02" : Masson assisté de Charland et Gras (sup. num.)
2-1 à 24'59" : Desrosiers assisté de Sivic et Avenel
3-1 à 28'17" : Hascoët assisté de Patry et Lauzon (sup. num.)
4-1 à 31'50" : Lambert assisté de Patry et Cocar (sup. num.)
5-1 à 42'52" : Charland assisté de Masson et Kara
5-2 à 54'44" : Amar assisté de Bedin (sup. num.)

Chamonix

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Fabien Veydarier - Kai Öhberg ; Brent Patry - Damien Torfou ; Arthur Cocar - Michal Korenko.

Attaquants : Francis Charland - Richard Aimonetto (A) - Simon Lambert ; Arnaud Hascoët - Laurent Gras (C) - Carl Lauzon ; Matthias Terrier - Clément Masson - Vincent Kara ; Alexandre Audibert (A) - Mathieu Séguy.

Remplaçants : Tom Charton (G), Florian Cantele, Clément Colombin.

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon puis Ronan Quemener à 42'52".

Défenseurs : Alexandre Rouleau (A) - Sylvain Dufresne ; Baptiste Amar (A) - Michael Steiner ; Jason Crossman - Kévin Dusseau ; Rémi Colotti.

Attaquants : Francis Desrosiers - Christophe Tartari - Graham Avenel ; Joris Bedin - François Ouimet - Anthony Aquino ; Julien Baylacq (C) - Mitja Sivic - Nicolas Arrossamena ; Loup Benoît - Elie Raibon ; Maxime Suzzarini.

Absent : Matthieu Le Blond (malade).