Publicité

Elitserien (1/4 de finale) : deux têtes de série en vacances

alt alt
 
 
C'est le coup de tonnerre de ces quarts de finale 2012 du championnat suédois : pour la deuxième fois en deux ans, l'AIK élimine le vainqueur de la saison régulière. Le Luleå HF avait l'honneur de choisir son adversaire, choix qu'ils peuvent regretter aujourd'hui. La forteresse du nord, remarquable d'imperméabilité durant la saison régulière, n'a pas eu la même efficacité face à une équipe Solna solide, appliquée et surtout productive. L'éventail offensif, c'est ce qui a fait indéniablement la différence.
 
Pourtant, les Ours polaires du LHF ont montré les dents lors du match n°1, faisant taire leurs détracteurs au passage puisque ceux-ci ont atomisé leurs adversaires 6-3, un score très inhabituel pour les hommes de Jonas Rönnqvist. Neuf buts pour cette première manche de Luleå - AIK alors que les cinq rencontres précédentes n'ont accouché que de dix buts en tout et pour tout. Vous mesurez mieux cette performance et en même temps le problème persistant du LHF. En fait, le tournant de la série, c'est peut-être cette charge dangereuse de Chris Abbott, derrière la cage de Viktor Fasth, sur Rastislav Pavlikovsky durant la partie suivante. Le Slovaque est parti à l'hôpital, Abbott a finalement été suspendu pour cinq joutes. Abbott ne reviendra finalement jamais. Une indisponibilité fortement préjudiciable pour Luleå, déjà très dépendant (trop ?) du rendement de quelques cadres offensifs.
 
Par la suite, l'AIK alignera quatre succès consécutifs. L'ironie de l'histoire, c'est que, à l'image de la saison régulière, Robert Rosén, le meilleur marqueur de l'exercice, et Richard Gynge, le meilleur buteur, sont restés muets. La notion de collectif prend finalement tout son sens. L'ultime match, symbolique car perdu 3-0, a pris des allures de claque, comme si, sans l'un de ses attaquants les plus prolifiques, tout espoir était perdu d'avance. Dans cette optique, on ne peut forcément aller bien loin...
 
Luleå - AIK : 6-3
AIK - Luleå : 4-2
Luleå - AIK : 2-3
AIK - Luleå : 4-1
Luleå - AIK : 0-3
 
L'AIK remporte la série 4-1.
 
 
altalt
 
 
Cet espoir, le MODO a tenté de le conserver, quand bien même la tâche s'annonçait particulièrement difficile. Le Skellefteå AIK ne leur avait laissé aucune chance durant la saison régulière en remportant cinq rencontres sur cinq, cette invincibilité semblait partie pour durer. En effet tout allait pour le mieux pour le SAIK qui avait déjà un bénéfice de 2-0 dans cette série. Mais le ciel s'est obscurci, les blessures se sont multipliées, la confiance s'est fragilisée, le MODO n'a alors rien lâché.
 
L'équipe entraînée par Ulf Samuelsson a arraché par la suite deux succès en prolongation, de manière spectaculaire et héroïque. Le premier grâce à Rob Schremp qui s'est vu accorder un pénalty durant la période supplémentaire, pénalty qu'il a transformé en but en or. Le deuxième grâce à Nicklas Danielsson qui a inscrit l'unique but du match n°4. La série était alors à 2-2. Le coach de Skellefteå, Anders Forbserg, si calme d'habitude, est devenu beaucoup plus nerveux.
 
Mais ces fameuses séries éliminatoires, sa troupe commence à en tirer le bénéfice d'une expérience de plus en plus conséquente. L'équipe de Pierre-Edouard Bellemare clôt son quart de finale par deux victoires remportées à chaque fois 2-1. Le gardien Joacim Ericsson n'a encaissé que 8 buts en six joutes alors que le jeune Canadien Bud Holloway a fait parler la poudre en offensive, comptabilisant déjà 4 buts et 7 points depuis la fin de la saison régulière. Son dernier but, mardi, est très révélateur : une promenade de santé après seulement 54 secondes de jeu. C'est un fer de lance précieux pour le SAIK dans cette campagne alors que les Kings de Los Angeles, dont il est toujours la propriété, ne sont pas restés insensibles à ses prestations.  
 
Skellefteå - MODO : 3-2
MODO - Skellefteå : 0-4
Skellefteå - MODO : 2-3 (après prolongation)
MODO - Skellefteå : 1-0 (après prolongation)
Skellefteå - MODO : 2-1
MODO - Skellefteå : 1-2
 
Skellefteå remporte la série 4-2.
 
 
 
altalt
 
 
Le HV71 s'aventurait vers un piège. Une équipe passée par tous les états ces derniers mois, un titre de champion suivi de deux périodes de crise. Mais les mésaventures sont désormais au placard, le Färjestads BK a fait table rase du passé, les hockeyeurs de Karlstad ont retrouvé leur enthousiasme et leur réussite d'antan. Déjà expédié l'an passé par l'AIK en quatre manches sèches, on craignait le pire pour le HV71, mené dans la série 2-0. Cela constituait six revers consécutifs en playoffs pour la bande au capitaine Jo Davidsson.
 
Celle-ci est toutefois parvenue à revenir à 2-2 grâce à des succès 4-3 puis 5-3 avant que le FBK ne reprenne les commandes, finalement de manière définitive. Si du talent, il y en avait dans les deux camps, Färjestad a livré une opposition musclée, c'est le moins que l'on puisse dire. À leur tête, un trio de l'ombre mais le genre que l'on n'aimerait voir évaluer que dans son équipe : Sanny Lindström, Martin Sevc et Jonas Frögren. Ces trois molosses ont joué les déménageurs, aucun traitement de faveur, y compris (surtout) auprès des étoiles de Jönköping. Peu d'espaces, agressivité parfois au-delà de la limite et provocation, cela a fini par user, tant physiquement que mentalement, le HV71.
 
Au final, cette intimidation a fonctionné, le jeune Jesse Joensuu est d'ailleurs tombé dans le panneau lors de l'ultime rencontre en frappant au visage Lindström. Signe que la guerre des nerfs a été remportée par les Verts. Le FBK s'est qualifié grâce à un blanchissage de Cristopher Nihlstorp, aligné uniquement durant la phase finale l'an passé. Il est désormais un numéro 1 indétrônable et la base d'une structure en béton armé. Le HV71 tombe encore en quart de finale. Le champion en titre est encore en vie, chose qui aurait été difficile à croire six mois en arrière. Mais on dit souvent que l'on repart de zéro en playoffs...
 
HV71 - Färjestad : 1-4
Färjestad - HV71 : 3-1
HV71 - Färjestad : 4-3 (après prolongation)
Färjestad - HV71 : 3-5
HV71 - Färjestad : 3-5
Färjestad - HV71 : 2-0
 
Färjestad remporte la série 4-2.
 
 
altalt
 
 
Que l'on se le dise aussi, le Brynäs IF est désormais un candidat à la médaille d'or après avoir éliminé le Frölunda HC. Un refrain que l'on avait oublié depuis un petit moment en Suède. La formation de Gävle avait obtenu la quatrième place au classement, sa meilleure performance depuis onze ans. Elle a arraché son ticket pour le carré final, une première en douze ans. Le Trophée Le Mat, le titre suprême, est lui attendu depuis treize ans. 11, 12, 13... et le numéro complémentaire ?
 
100 ! Comme le numéro de Jakob Silfverberg qui le porte en l'honneur du centenaire de cette organisation omnisports. Silfverberg, assurément une star de demain, une étoile qui fait saliver les Sénateurs d'Ottawa, un prodige élu par ses pairs Guldhjälmen (le casque d'or, soit le titre de joueur de l'année), un attaquant qui domine à seulement 21 ans le classement des pointeurs de ces playoffs 2012. Malgré une infirmerie occupée dernièrement par Sebastian Lauritzen (indisponible jusqu'à la fin de la saison car opéré à la hanche), Johan Larsson et Simon Betilsson, trois pièces majeures du Brynäs IF, l'état d'esprit du jeune homme apparaît indestructible et s'est largement propagé auprès de ses coéquipiers.
 
Frölunda a bien tenté de résister, l'équipe de Göteborg s'en sortant honorablement, surtout au vu du désastre de la saison dernière et de l'important renouvellement de l'effectif. Ils sont d'ailleurs passés près d'un septième match décisif puisqu'ils menaient 3-1 après deux périodes lors du match 6. Mais Jonathan Granström a égalisé à 27 secondes du buzzer avant que Silfverberg, bien sûr, ne crucifie Frederik Andersen en prolongation. Plus rien ne semble arrêter une équipe de Brynäs totalement décomplexée...
 
Brynäs - Frölunda : 3-1
Frölunda - Brynäs : 2-1
Brynäs - Frölunda : 4-3 (après prolongation)
Frölunda - Brynäs : 0-5
Brynäs - Frölunda : 1-2
Frölunda - Brynäs : 3-4 (après prolongation)
 
Brynäs remporte la série 4-2.
 
 
Demi-finales (à partir de lundi) :
 
Skellefteå AIK 55% - AIK 45%
Brynäs IF 50% - Färjestads BK 50%
 
Meneurs en playoffs :
 
Jakob Silfverberg (Brynäs) 9 points
Jakob Silfverberg (Brynäs) 5 buts
Mikael Johansson (Färjestad) 6 passes
Jakob Silfverberg (Brynäs) plus/minus de +8
Mads Hansen (Brynäs) 67,7% d'efficacité aux mises en jeu
Henrik Tömmernes (Frölunda) 25'7" de temps de jeu moyen
Joel Lundqvist (Frölunda) 26 mises en échec
Joacim Eriksson (Skellefteå) 93,6% de moyenne d'arrêts
Joacim Eriksson (Skellefteå) 1,31 de moyenne buts encaissés