Amiens - Grenoble (U18 Elite, Finale, Match 1)

2012-03-24-amiens-grenoble-u18c-finale-3Première manche de la finale du championnat de France cadets élite ce samedi 24 mars 2012 au Coliséum d’Amiens. Après s’être imposés une première fois 6-3 face à l'entente Mont-Blanc/Chamonix dans un match qui n'aura tourné à leur avantage que dans le dernier tiers, les U18 Gothiques n'ont pas fait traîner le suspense longtemps le lendemain : menant 3-1 à la fin du premier tiers puis 5-1 après la deuxième période, ils ont finalement gagné leur ticket pour la finale en ayant raison de leurs adversaires sur le score de 6 buts à 2.

Dans l'autre demi-finale, Grenoble et Rouen s'affrontaient à Pôle Sud et le second match s'est montré déterminant puisque le premier n'avait pas réussi à les départager (1-1). Les jeunes Brûleurs de loups ont donc arraché la qualification chez eux en remportant la deuxième rencontre, cruciale, sur le score de 4-2.

Amiens accueille donc Grenoble pour disputer une finale presque logique entre les deux premiers du classement, longtemps co-leaders du championnat. Difficile de dire qui prendra l’avantage avant la première rencontre car, malgré les deux victoires amiénoises durant la phase régulière, les formations ont toujours dû en découdre après les soixante minutes réglementaires : d’abord en prolongation à Amiens (6-5) puis aux tirs au but à Grenoble (3-4). Aucun doute que le spectacle sera au rendez-vous pour les deux matchs de cette finale.

Avant que les choses sérieuses ne commencent, l’ensemble d’un public bien présent au Coliséum cet après-midi respecte une minute de silence pour les événements survenus à Toulouse dernièrement.

Les Brûleurs de loups vont voir leur défense rapidement mise à l’épreuve en étant sanctionnés d’un surnombre au bout de trente-huit secondes. Les Gothiques ne se font pas prier pour investir leur zone d’attaque et portent le danger sur la cage grenobloise pendant plus d’une minute avant que leurs adversaires ne s’en sortent.

Les huit premières minutes de jeu sont clairement à l’avantage des locaux qui font trembler les filets grenoblois par leurs offensives. Puis, non loin de la mi-tiers, les cadets amiénois ont quelques difficultés à se sortir de leur zone défensive pendant un léger moment de flottement. Ce qui permet à Grenoble de se faire une place dans le match.

Marc-Antoine Herbet enpêche Robin Lamboley de tirer en direction des filets de Clément Mindjimba mais Quentin Scolari revient sur le côté de la cage. Fabien Colotti amène le puck en zone offensive et laisse à Robin Lamboley en retrait qui ne perd pas de temps pour slaper. Le gardien amiénois bien présent détourne la tentative. Julien Guillaume contre Lou Bogdanoff du patin, puis Guillaume Leclerc se retrouve sur le côté des filets des visiteurs et veut remettre la rondelle sous les bottes d’Antoine Bonvalot.

2012-03-24-amiens-grenoble-u18c-finaleÀ quatre contre quatre, les rouge et noir s’installent en situation de powerplay et canardent de quelques tirs la cage grenobloise à l’image de David Artano qui hérite du palet à la bleue sur un engagement mais voit son tir capté par la mitaine d’Antoine Bonvalot.

Louis Roy, Robin Lamboley et Fabien Colotti affolent la défense amiénoise et le palet, insaisissable, traîne dangereusement devant les filets gothiques avant un coup de sifflet. En riposte, Julien Guillaume remonte la patinoire et se bat pour conserver le puck en attaque. Cerné par la défense adverse, il décale Gaétan Pétrieux mais Antoine Bonvalot ne se laisse pas tromper.

Enfin, Amiens tourne autour de la cage des Brûleurs de loups et un palet reste sur la ligne avant d’être dégagé par les blancs. Les locaux finissent le tiers en infériorité pour quarante-deux secondes.

Le jeu de puissance installé, Grenoble manque une cage totalement ouverte mais a tôt fait de se reprendre lorsqu’un puck échappe au gardien amiénois et qu’Arnaud Faure peut profiter d’un rebond (0-1 ; 20’57).

À leur tour rapidement en avantage numérique, les Amiénois font tourner la rondelle mais manquent de chance devant les filets : le lancer de Maurin Bouvet prend le poteau, puis un rebond passe au-dessus des filets. Gaétan Pétrieux fait ensuite le tour d’une cage vide mais personne ne peut reprendre au centre. Par la suite, Fabien Kazarine passe entre les mailles de la défense iséroise mais Antoine Bonvalot répond présent sur son tir.

Un nouveau powerplay des Brûleurs de loups fait des ravages quand un premier palet est sauvé sur la ligne de Clément Mindjimba, dégagé par sa défense, toutefois droit dans la crosse de Quentin Scolari qui ne se pose pas de question pour ajuster un slap dévastateur (0-2 ; 28’08’’). Les Gothiques vexés réagissent rapidement par l’intermédiaire de Fabien Métais, d’un shoot superbe en lucarne opposée (1-2 ; 29’06’’).

Voilà les Amiénois relancés dans leur match et qui cherchent alors la solution afin d’égaliser. Cependant, les rouge et noir s’enferment dans les coins et sont trop longs à jouer, laissant ainsi aux Grenoblois le temps d’anticiper leurs actions. Finalement, c’est Gaétan Pétrieux qui profite de la panique dans la défense des blancs pour déjouer la vigilance d’Antoine Bonvalot (2-2 ; 36’34’’).

2012-03-24-amiens-grenoble-u18c-finale-2Dans les dernières minutes de la période, les locaux ont l’occasion de prendre l’ascendant en jouant à cinq contre quatre, mais Guillaume Leclerc préfère attendre que les deux équipes soient au complet pour pousser doucement la rondelle entre les bottes du portier de Grenoble (3-2 ; 39’20’’).

Dès l’entame du troisième tiers, les Gothiques sont contraints d’évoluer deux fois en désavantage numérique mais ils se débrouillent pour récupérer le puck et faire perdre du temps. Fabien Kazarine accomplit un festival sur le côté de la cage avec Maurin Bouvet en soutien. Lou Bogdanoff repart en attaque mais Clément Mindjimba gèle la rondelle.

Pénalisés pour un surnombre, les Amiénois anihilent le jeu de puissance de leurs adversaires qui leur a porté préjudice dans le tiers médian, et Romain Carpentier, lancé par Nicolas Leclerc, envoie le palet au-dessus de l’épaule d’Antoine Bonvalot (4-2 ; 53’09’’).

Dans la minute qui suit, le puck se retrouve une nouvelle fois au fond des filets isérois, emporté par l’élan de Guillaume Leclerc qui termine à terre. Antoine Bonvalot entre dans une rage folle lorsque l’arbitre décide d’accorder la réalisation (5-2 ; 54’13’’).

Les Grenoblois sont repris en essayant d’entre en zone offensive, pourtant Fabien Colotti va parvenir à réduire le score en fin de rencontre (5-3 ; 58’52’’). Un écart de deux buts que les Isérois tenteront de faire basculer à leur avantage dans la rencontre du lendemain.

Emilie Enault / Photos : Pascal Enault

Amiens – Grenoble 0-0 (0-0, 3-2, 2-1)
Samedi 24 mars 2012 au Coliséum d’Amiens.
Arbitrage de Savice Fabre assisté d'Anne Sophie Boniface et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Amiens 16’ (4’, 4’, 8’), Grenoble 10’ (4’, 4’, 2’).

Evolution du score :
0-1 à 20’27’’ : Faure assisté de Bourgeois (sup. num.)
0-2 à 28’08’’ : Scolari (sup. num.)
1-2 à 29’06’’ : Métais
2-2 à 36’34’’ : Pétrieux assisté de Da Silva
3-2 à 39’20’’ : G. Leclerc assisté de Bouvet
4-2 à 53’09’’ : Carpentier assisté de N. Leclerc (inf. num.)
5-2 à 54’13’’ : G. Leclerc
5-3 à 58’52’’ : Colotti

 

Amiens

Gardien : Clément Mindjimba

Défenseurs : Hugo Gallet – Marc-Antoine Herbet ; David Artano (A) – César Boucault ; Antoine Buriez- Nicolas Leclerc (C), Thibaut Thuillier

Attaquants : Guillaume Leclerc – Maurin Bouvet (A) – Romain Carpentier ; Fabien Métais – Leyland Plaire Coudrier – Fabien Kazarine ; Gaétan Pétrieux – Gabin Da Silva – Julien Guillaume

Remplaçants : Corentin Cunsolo (G), Etienne Cartron, Adrien Josse, Jason Thorrignac. Absents : Rémi Thomas (blessure), Arthur Montenoise (suspendu)

Grenoble

Gardien : Antoine Bonvalot

Défenseurs : Mathieu Pons (A) – Fabien Bourgeois ; Quentin Scolari (C) – Cédric Andre ; Léo Girod – Pierre Lathuillière

Attaquants : Lou Bogdanoff – Romain Chapuis (A) – Jordann Perret ; Louis Roy – Robin Lamboley – Fabien Colotti ; Nicolas Husser – Bastien Lardière – Arnaud Faure ; Baptiste Jacquin

Remplaçants : Quentin Allain (G), Benjamin Chalier, Nicolas Bellemin-Magninot.