La remontée fantastique de Grenoble

OUIMETfrançois111105117Toute la saison, Grenoble a su garder le cap en traversant les pires tempêtes. Une parfaite préparation pour le quatrième match incroyable de la finale de Ligue Magnus, qui a eu lieu ce soir.

Pour la première fois dans la série finale, Grenoble a ouvert le score. Le lancer de Sylvain Dufresne dans l'axe a en effet concrétisé la première supériorité numérique de la partie. Rouen a ensuite fortement poussé pour revenir, mais sans forcément être efficace, puisque la plus belle occasion est un breakaway d'Aquino. À une minute de la pause, cependant, Julien Desrosiers attire deux joueurs côté droit et dirige le palet vers le slot où Loïc Lampérier est tout seul pour égaliser sous les jambières d'Ylönen (1-1).

Le début du deuxième tiers-temps est terrible pour Grenoble. Dès la première action, un tir de Thinel heurte le poteau, puis revient dans les filets via une partie de billard sur les deux patins du défenseur ! Ce but est déjà frustrant pour Sébastien Raibon, mais le suivant l'est encore plus, car le gardien est gêné sur le tir de Mallette par... son propre coéquipier Francis Desrosiers qui lui fait écran et dévie le palet. Le jeune portier est furieux, il casse sa crosse, engueule son partenaire puis rentre au banc pour changer de bâton.

Les arbitres signifient alors au coach grenoblois Jean-François Dufour qu'il est obligé de changer de gardien puisque Raibon a rejoint le banc. Quemener rentre donc de façon totalement impromptue et réussit deux bons premiers arrêts. Quand Raibon - calmé par un long discours d'Arrossamena - demande à rentrer, Dufour fait donc non de la tête et le gardien prend la direction du vestiaire. La nervosité de Raibon semble un argument en faveur de Quemener, mais celui-ci est battu par un tir sous la barre de Julien Desrosiers (1-4). Du coup, Raibon fait son retour...

On ne donne pas cher de Grenoble, qui semble sorti du match et de sa concentration. Francis Desrosiers inflige d'ailleurs une charge en retard trahissant des nerfs qui ont lâché... mais Manavian réplique d'une autre charge qui annule la pénalité. À quatre contre quatre, Ouimet entre en zone et marque en lucarne sur une jolie action individuelle. L'espoir renaît, Grenoble passe une longue séquence en zone offensive jusqu'à une pénalité de Thinel, qui permet à Alexandre Rouleau de rabattre un tir de Dufresne entre les bottes d'Ylönen. Le défenseur offensif Rouleau n'en a pas fini, puisqu'il s'infiltre côté droit et trouve la lucarne opposée. Comme hier, le score est de 4-4 à l'issue d'une deuxième période encore plus folle.

L'énervement a aussi changé  de camp, à l'instar du 2'+10' infligé à Manavian pour un mauvais geste après le coup de sifflet devant le but adverse. Au retour sur la glace , un bon travail derrière la cage de Mathieu Leblond lui permet de chercher en retrait François Ouimet qui inscrit le but gagnant, un nouveau tir précis dans le haut du filet. Sébastien Raibon, rasséréné, préserve cette avance, notamment par un arrêt-mitaine sur un 2 contre 1 entre Elomo et Lampérier. Un dernier but en cage vide donne la victoire 6-4, qui reviendra donc à Pôle sud samedi prochain. Rendez-vous mardi à Rouen pour le match 5, les deux équipes étant à deux victoires partout.