Brest - Lyon (Division 1, quarts de finale, match 2)

Ils se sont battus comme des lions

Lefebvre-ChiappinoLes choses sérieuses ont débuté samedi dernier. Les compteurs ont été remis à zéro. Dans leur antre de Charlemagne, les Lyonnais se sont heurtés à un Landry Macrez des grands soirs et ont dû s’incliner en toute fin de rencontre 5-2. Les Albatros ont fait un grand pas en avant pour les demi-finales en s’imposant à l’extérieur, mais les Lions sont loin d’être morts et tout reste possible.

Le coup d’envoi de cette rencontre prometteuse est donné par Isabelle Mer et Sandy Gourmelon, joueuses de l’équipe féminine de Bretagne qui viennent de décrocher une brillante médaille d’argent lors du carré final Excellence à Limoges. À peine installés dans les gradins, les spectateurs sont vite refroidis par un but marqué à bout portant par Alexander Olsson sur un cafouillage autour du but gardé par Macrez (0-1 à 1’39’’). C’est la troisième fois que les Lions ouvrent le score lors des quatre rencontres disputées entre ces deux équipes cette saison.

Nullement décontenancé, Brest reprend le contrôle du jeu et se crée rapidement les plus franches occasions. Une pénalité de Martin Dubaj (2’36’’) est tuée grâce à un Guillaume Richard vigilant. La deuxième prison lyonnaise de François-Henri Désérable (13’12’’) est la bonne pour les Bretons. Sur une percée offensive, David Croteau se fait accrocher par David Bastien. Il tombe mais parvient à transmettre le palet à Nicolas Motreff tandis que Marie Picavet signale une pénalité différée contre Bastien. Le jeu se poursuit et Motreff se dirige vers le but en position de tir avant de centrer au dernier moment pour une reprise victorieuse de Nicholas Pard (1-1 à 13’57’’).

Prosvic-RichardLa marque est nivelée mais les deux équipes ont chacune l’occasion de reprendre les devants avant la fin du tiers. Alexandre Olsson se retrouve complètement seul face à Macrez et semble en position certaine de marquer mais il loupe son tir au moment crucial ! (18’58’’) L’attaquant suédois insiste d’ailleurs un peu trop et écope d’une pénalité durant laquelle Nicholas Pard effectue son festival de dribbles habituel qui échoue de peu sur Richard (19’37’’).

Le bloc emmené par Olsson se démarque dans l’effectif lyonnais. Dangereux lors du premier tiers, ils remettent le couvert dans le deuxième par l’intermédiaire de Martin Dubaj qui ne profite pas d’un rebond laissé par Macrez sur une tentative de Olsson (22’27’’). En face, c’est la paire Croteau-Pard qui ressort du lot. Le premier parvient à récupérer un palet flottant et à le transmettre on ne sait comment à son comparse. Richard est gêné par la présence de joueur et ne parvient pas à se positionner ce qui permet à Pard de signer un doublé dans un but désert (2-1 à 22’53’’).

L’intensité du match est conforme à une rencontre de play-off. Il y a un travail acharné des deux côtés pour récupérer le palet. C’est un véritable combat qui s’engage le long des bandes. David Croteau s’illustre à nouveau par sa combativité et parvient à récupérer quelques bons palets. Mais cette lutte est usante physiquement et se sont les Albatros qui semblent les plus éprouvés au fur et à mesure que le tiers avance.

Nicolas Motreff est à la lutte derrière son but mais fait tomber son vis-à-vis et est logiquement sanctionné (32’11’’). Macrez, qui est régulièrement sollicité, est impeccable et serein sur un tir décoché par le capitaine Martin Milleroux (32’59’’). Olsson était en embuscade pour un éventuel rebond qui ne viendra pas et commet un cinglage qui met les équipes à quatre contre quatre.

Papaux-RichardLes Lions cherchent essentiellement les déviations ou à masquer Macrez mais c’est finalement une toute autre technique qui porte ses fruits. David Bastien résiste bien au marquage d’un défenseur brestois et contrôle la rondelle en tenant sa crosse à une main. Il fonce littéralement vers la cage et percute Macrez. Le palet glisse dans le but et Marie Picavet valide le but à la grande fureur du public (2-2 à 37’). Il est temps que la période se termine pour les Albatros qui sont en train de perdre le fil du match. Il ne manque pas grand chose pour qu’ils rentrent aux vestiaires avec un but de retard lorsque Olsson fait tinter la barre transversale (39’20’’).

La dernière période de ce match très accroché s’annonce tendue. Il est clair que Brest doit réagir après une fin de deuxième tiers décevante. Les deux équipes sont prudentes et la tension se fait nettement sentir sur la glace et dans les gradins. La crispation gagne un peu plus les spectateurs sur une prison de Mans Papaux (44’01’’). Les Lions mettent le feu sur la cage bretonne sur ce jeu de puissance. David Bastien voit son tir à bout portant être dévié au dernier moment au-dessus du but (44’16’’), puis Baptiste Frioux échoue de peu sur une déviation (45’02’’). Les Albatros s’en sortent bien sur plusieurs cafouillages autour de leur but que les visiteurs ne parviennent pas à concrétiser (46’10’’).

La pénalité est tuée mais ce fut un calvaire. C’est donc une véritable délivrance pour les locaux lorsque David Croteau profite d’une bonne remise de Benjamin Rubin pour effectuer un tir qui prend de court Guillaume Richard entre ses jambières (3-2 à 47’09’’). Les Rhodaniens remettent la pression sur Macrez qui commet un faire trébucher devant sa cage (50’33’’). À nouveau les Albatros tiennent bon en infériorité numérique et se créent même une occasion par Francis Ballet qui voit son revers glisser tout doucement à côté du but lyonnais (51’20’’).

Joie BrestoiseGalvanisés par cette belle résistance, les Bretons se donnent une bouffée d’oxygène en quelques secondes. Sur un une-deux brestois, Guillaume Richard s’incline sur le centre de Jonathan Avenel dévié par Benjamin Rubin qui célèbre sa fête de la plus belle des manières (4-2 à 54’19’’). Peu après la remise en jeu, Nicholas Pard effectue un déboulé sur l’aile gauche et ajuste une passe en retrait improbable qui trouve David Croteau dans l’axe du but dans une forêt de joueurs. La reprise est instantanée et trouve la lucarne (5-2 à 54’45’’).

Le Lyon est mort ce soir ? Pas encore ! Eric Medeiros relance son équipe en marquant en deux temps d’un beau smash (5-3 à 55’07’’). Pascal Margerit prend son temps mort quelques instants plus tard et fait le choix logique de sortir Guillaume Richard (56’15’’). Les Lions sont proches de revenir à une petite longueur en mettant le feu sur le but de Macrez. David Bastien échoue d’un cheveu en ne cadrant pas sa tentative (57’50’’). Lemoine, Rubin et Croteau loupent également de peu la cage désertée de Richard.

Que ce fut dur pour Brest. Comme à l’aller, c’est en toute fin de match que les Albatros ont fait la différence. Les Lyonnais ont offert une lutte acharnée et ils échouent de peu dans leur tentative d’obtenir le droit de disputer une troisième joute. Il leur a manqué un petit quelque chose, la réussite en supériorité numérique notamment. L’objectif est néanmoins largement atteint pour des Rhodaniens qui, ne l’oublions pas, sont promus de division 2.

Les Albatros, eux, continuent l’aventure mais ils auront souffert. La participation aux phases finales était l’objectif affiché mais l’accession au carré final était plus légitime au vu du classement obtenu en saison régulière. On peut donc déjà qualifier cette saison de réussie. Brest n’aura rien à perdre face à Mulhouse et partira pour une fois avec le statut d’outsider. Il faudra un maximum de réussite pour percer la défense de fer alsacienne. Premier élément de réponse dès mercredi au Rïnkla Stadium.
 


Brest – Lyon 5-3 (1-1, 1-1, 3-1)
Samedi 31 mars 2012 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1007 spectateurs.
Arbitrage de Marie Picavet assistée de Clément Goncalves et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Brest 24' (4', 4’, 6'+10’, Lyon 14' (8', 4', 2’).
Évolution du score :
0-1 à 01'39" : Olsson assisté de Caladi et Medeiros
1-1 à 13'57" : Pard assisté de Motreff et Croteau (sup. num.)
2-1 à 22'53" : Pard assisté de Croteau et Lemoine
2-2 à 37'00" : Bastien assisté de Roch et To Landry
3-2 à 47'09" : Croteau assisté de Rubin et Pard
4-2 à 54'19" : Rubin assisté d’Avenel et Prosvic
5-2 à 54'45" : Croteau assisté de Pard
5-3 à 55'07" : Medeiros assisté de Olsson et Caladi


Brest

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Aurélien Gréverend – David Poulin ; Vladimir Holik – Nicolas Motreff (A) ; Francis Ballet (C) – David Hennebert ; Clément Gonzales (à partir de 46’10).

Attaquants : Tristan Lemoine – David Croteau – Nicholas Pard ; Jonathan Avenel – Jaroslav Prosvic – Alexandre Lefebvre (A) ; Benjamin Rubin – Mans Papaux – Daniel Sevcik.

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), Gaëtan Cannizzo.

Lyon

Gardien : Guillaume Richard (sorti à 56’15’’).

Défenseurs : Vladimir Sabol – François-Henri Désérable ; Dany Roch – Nicolas Deshaies ; Martin Dubaj – Martin Milleroux (C).

Attaquants : Christer Johansson – Mathieu Combe (A) – Frédéric Figon-Gage ; Baptiste Frioux – David Bastien – Vikhael To Landry ; Alexander Olsson – Éric Medeiros (A) – Erik Caladi.

Remplaçants : Quentin Wargnier (G), Dorian Duchosal, Arnaud Magallon, Jonathan Piras, Étienne Chiappino, Arthur Guinche. Absents : Quentin Wilhem, Xavier Simoni, Charly Cirgues.