Grenoble - Rouen (Ligue Magnus, finale, match 4)

Des Grenoblois renversants !

2012-03-31-Grenoble-Rouen1Grenoble s'est complètement relancé dans la finale hier soir en remportant le troisième match, démontrant ainsi à Rouen la difficulté de s'imposer à Pôle Sud durant ces play-offs. Les Brûleurs de Loups s'apprêtent désormais à disputer leur dix-huitième match dans ces play-offs avec comme unique objectif de préserver cette invincibilité à domicile et de revenir à égalité dans la série. L'envie sera forcément là, reste à voir si les organismes grenoblois, fortement sollicités depuis le début des phases finales, vont tenir le choc.

Du côté des Dragons, on pensait bien pouvoir creuser un écart quasi définitif dans cette série mais les Rouennais ont manqué de réussite r en ne parvenant pas à marquer sur leurs périodes de domination. Toujours sans Fabrice Lhenry encore convalescent, ils abordent cette rencontre avec l'ambition de prendre un troisième point ce soir pour espérer terminer le travail à Rouen mardi. C'est aussi une dynamique de victoires que veulent préserver les hommes de Rodolphe Garnier, forcément revanchards après le match d'hier soir.

Sébastien Raibon connaît un début de match houleux après avoir été heurté par Desrosiers puis Guénette au cours de la première minute. Pas de période d'observation donc avec des gardiens sollicités d'entrée, Ylönen par Tartari puis Raibon par Guénette. Comme la veille, les Dragons effectuent le meilleur départ en prenant l'initiative du jeu et en multipliant les attaques avec notamment un beau mouvement de Julien Desrosiers que ne peut conclure Marc-André Thinel.

 

2012-03-31-Grenoble-Rouen2L'élan rouennais est pourtant freiné par une première pénalité de Darcy Werenka. Grenoble installe son jeu de puissance. Le palet circule bien et revient pour Sylvain Dufresne à la ligne bleue qui reprend sans contrôle et marque à travers le trafic (1-0, 04'36"). Obligés de courir après le score, les Rouennais durcissent le jeu avec plusieurs mises en échec, ce qui leur permet de remettre la crosse sur la rondelle. Sur une erreur de relance de Kévin Dusseau, Carl Mallette se saisit du palet et s'y reprend à deux fois pour essayer de battre Raibon, mais le portier grenoblois dit non.

 

Une grosse charge de Manavian sur Baylacq est sanctionnée par une nouvelle pénalité contre Rouen. Grenoble campe dans la zone offensive mais ne parvient pas à se créer cette fois de bonne occasion de tir. À sa sortie de prison, Manavian se procure un 2 contre 1 mais Baylacq intercepte la passe après un très bon repli défensif. Rouen reprend sa marche en avant avec plusieurs situations très chaudes où des palets libres traînent autour de la cage de Raibon. Mais les Dragons se font surprendre à leur ligne bleue lorsqu'Aquino s'échappe tout seul. Il est repris irrégulièrement par Elomo : au lieu de donner un logique tir de pénalité, les arbitres préfèrent laisser l'avantage qui ne profite pas à Grenoble. Troisième infériorité numérique consécutive pour Rouen qui offre d'entrée une grosse opportunité à Rouleau, seul devant une cage grande ouverte mais Ylönen parvient à détourner in extremis la rondelle en plongeant vers sa cage.

Les Dragons s'en sortent une nouvelle fois et finissent à leur tour par obtenir une supériorité numérique lorsqu'Elie Raibon fait trébucher Loïc Lampérier. Le jeu de puissance rouennais cherche Guénette au second poteau mais ce dernier se heurte à chaque fois à Raibon. En tuant cette pénalité, les Grenoblois pensent revenir au vestiaire avec un but d'avance mais ils oublient Lampérier seul devant la cage grenobloise qui marque en deux temps suite à un très bon centre de Julien Desrosiers (1-1, 19'02").

2012-03-31-Grenoble-Rouen3Cette égalisation in extremis a visiblement mis un coup au moral des Grenoblois qui ne rentrent pas tout de suite dans le second tiers. La première attaque est la bonne pour Rouen lorsque Guénette lance une contre-attaque avant de servir Thinel dont le tir est repoussé par le poteau... sur le patin de Baylacq qui marque involontairement contre son camp (1-2, 20'17"). La défense grenobloise n'y est pas du tout en ce début de tiers et oublie Guénette seul devant le slot à la réception d'une nouvelle passe en or de Thinel. Un arrêt à bout portant de Raibon permet à Grenoble d'éviter le pire. Mais le portier grenoblois ne peut que reculer l'échéance et s'incline de nouveau sur un tir d'Anthony Rech dévié au passage par... Francis Desrosiers qui passait à ce moment-là devant Sébastien Raibon (1-3, 22'14").

Fou furieux après ces buts malheureux inscrits par ses propres coéquipiers, le portier grenoblois perd son calme et fracasse sa crosse contre sa cage. Il vient alors au banc en récupérer une autre mais passe de ce fait la ligne rouge, ce qui contraint les arbitres à demander un changement de gardien. Ronan Quemener doit donc faire son entrée sur la glace sans y être préparé pendant que Raibon est calmé sur le banc par Nicolas Arrossamena qui essaie de lui faire reprendre ses esprits. Lancé à froid dans le match, Quemener réalise deux bons arrêts importants à bout portant mais finit par s'incliner face Julien Desrosiers auteur d'un tir en lucarne opposée après un très bon décalage de Marc-André Thinel (1-4, 24'21"). Jean-François Dufour, voyant son équipe prendre l'eau, demande alors un temps mort pour recadrer ses joueurs et renvoie Sébastien Raibon devant la cage grenobloise.

2012-03-31-Grenoble-Rouen4La frustration commence à s'emparer des Grenoblois et Francis Desrosiers se fait sanctionner par une charge incorrecte, heureusement accompagné en prison par Manavian qui avait répondu. À quatre contre quatre, il y a plus d'espaces, ce dont profite François Ouimet pour s'échapper sur l'aile gauche et trouver la lucarne opposée d'un splendide tir du poignet en se servant du défenseur face à lui comme écran (2-4, 25'20"). Ce but rapide relance les espoirs des Grenoblois qui sèment à leur tour la panique dans la zone adverse. Ils obtiennent une pénalité de Marc-André Thinel et accentuent leur pression sur la cage d'Ylönen. Le jeu de puissance est installé, le palet circule et arrive jusqu'à Sylvain Dufresne à la ligne bleue. Le défenseur québécois lance du poignet et son tir trouve sur sa trajectoire Alexandre Rouleau qui dévie victorieusement entre les jambes d'Ylönen (3-4, 27'31").

La dynamique a changé de camp avec ce retour improbable des Grenoblois, la tension monte également d'un cran avec des explications houleuses entre Elomo et Steiner sur une action où Salmivirta se fait pénaliser. Une grosse charge de Manavian sur Rouleau intensifie les débats mais l'indiscipline rouennaise continue avec une nouvelle pénalité d'Elomo qui fait trébucher Baylacq alors que Salmivirta venait à peine de revenir sur la glace. Comme lors du premier tiers, Rouen concède là sa troisième infériorité numérique et cette indiscipline permet aux Grenoblois de camper dans leur zone offensive. Certes, Rouen parvient à tuer la pénalité d'Elomo mais se relâche ensuite en laissant Rouleau s'infiltrer dans sa zone défensive et trouver la lucarne opposée de Sébastien Ylönen (4-4, 34'39").

 

2012-03-31-Grenoble-Rouen5Grenoble complète ainsi un retour tonitruant et, comme la veille, revient à égalité avant la fin du deuxième tiers. Déstabilisés pour avoir laissé filer une avance de trois buts, les Dragons s'énervent à l'image de Manavian qui sort du match à son tour après avoir cherché le palet de la crosse sous Sébastien Raibon qui avait pourtant fait l'arrêt.

Comme hier, le suspense est intact au début de la troisième période après un deuxième tiers renversant. Avantage aux Brûleurs de Loups qui évoluent en supériorité numérique. Un premier tir de Baylacq sonne comme un premier avertissement avant que Matthieu Le Blond n'effectue un gros travail derrière la cage rouennaise. Il patiente avant de trouver une ouverture pour François Ouimet qui reprend le palet et tire dans la lucarne d'Ylönen, signant ainsi un doublé personnel (5-4, 41'19"). Les Brûleurs de Loups repassent en tête pour la première fois depuis la première période et auraient pu enfoncer le clou sur un deux contre un Desrosiers-Aquino mais il manquait quelques centimètres à Aquino pour pousser le palet au fond.

Obligés de nouveau à courir après le score, les Dragons reprennent l'initiative du jeu mais ils se heurtent à une défense grenobloise bien en place avec un bon repli défensif et à un Sébastien Raibon bien revenu dans son match. Grenoble attend les contres à l'image de ceux d'Aquino, bien bloqués par Ylönen. Les esprits s'échauffent de nouveau suite à un contact entre Janil et Sébastien Raibon derrière la cage. Raibon ne perd pas ses esprits cette fois et réalise immédiatement un arrêt important face à Desrosiers.

2012-03-31-Grenoble-Rouen7Les minutes défilent en faveur des Grenoblois alors que les Rouennais semblent à cours de solution pour franchir le rideau défensif et un Sébastien Raibon de nouveau impérial, en sortant notamment deux grosses mitaines face à Loïc Lampérier puis face à Jean-Philippe Paré, le tout sans accorder de rebond. Le jeu se transforme en attaque-défense avec des Grenoblois qui repoussent inlassablement les assauts rouennais, bien moins percutants que lors du deuxième tiers. À une minute de la fin, Nicolas Arrossamena part en contre-attaque mais bute sur Sebastian Ylönen. Rodolphe Garnier n'a d'autre choix que de sortir son gardien. Un changement tardif qui se passe mal puisque les Grenoblois récupèrent le palet en zone défensive par Rouleau qui passe devant à Ouimet lequel envoie Francis Desrosiers marquer dans la cage vide, scellant la victoire grenobloise (6-4, 59'34"). Ce but en cage vide frustre les Rouennais qui perdent leur calme, à l'image de Thinel et surtout d'Elomo qui jette une gourde sur la glace depuis le banc rouennais ce qui lui vaut logiquement une méconduite de match et une possible suspension pour le match 5 mardi à Rouen.

En menant 4-1 au début du deuxième tiers, les Rouennais pensaient avoir fait le plus dur et leur troisième victoire dans cette série semblait inéluctable. Plus offensifs avec un Julien Desrosiers virevoltant, les Rouennais semblaient au-dessus et la réussite était en plus de leur côté avec deux buts marqués avec la complicité des Grenoblois. Mais comme la veille, la défense rouennaise a connu quelques absences préjudiciables en laissant Grenoble revenir dans le match. Sebastian Ylönen, même s'il a réalisé des arrêts clés, a encore encaissé cinq buts ce soir et le retour de Fabrice Lhenry pour le match 5 pourrait changer la donne dans la suite de la série. Quoi qu'il en soit, les Dragons n'auront pas réussi à faire tomber les Brûleurs de Loups sur leur glace et devront revenir à Pôle Sud pour un match 6.

À l'image de leur saison, les Brûleurs de Loups reviennent de très loin ce soir en remontant trois buts à Rouen pour finalement s'imposer au finish. Encore une fois, les Grenoblois sont allés au bout d'eux-mêmes pour aller chercher ce succès improbable mais auquel ils ont eu le mérite de toujours croire, portés par leur public et leur invincibilité à Pôle Sud durant ces play-offs qui dure depuis neuf matchs maintenant. Pour revenir au score, ils ont pu compter sur un Alexandre Rouleau des grands soirs et sur un François Ouimet aux tirs d'une précision chirurgicale. Les deux Québécois auront joué une part prépondérante dans le succès grenoblois ce soir, tout comme un Sébastien Raibon aux deux visages, capable comme à Chamonix de perdre ses nerfs et de sortir de son match mais aussi de se reconcentrer et de réaliser des arrêts propres et déterminants jusqu'à la dernière minute. Les Grenoblois continuent de croire en leur étoile, les voilà désormais à égalité dans une série où tout semble désormais possible pour l'attribution de la coupe Magnus.

Désignés meilleurs joueurs du match : Alexandre Rouleau (Grenoble) et Julien Desrosiers (Rouen)

(photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Matthieu Le Blond (attaquant de Grenoble) : "On ne peut pas ne pas y croire. En étant menés 4-1, on s'est dit que l'on avait plus rien à perdre. On a des joueurs qui sont incroyables. Ils arrivent à marquer des buts magnifiques et ça harangue tout le groupe. On reprend confiance et devant ce public en folie, on va chercher ce match 4. Avec tout notre coeur, on est capable de battre cette équipe de Rouen. On a l'impression d'être sur un nuage. Même au pied du mur, lorsque tout le monde nous voit perdant, on se relève derrière. On est en train de faire quelque chose de beau mais si on perd à l'arrivée, on ne retiendra que le fait d'être allé en finale. Cette aventure ne sera magnifique que si l'on va jusqu'au bout."

Jason Crossman (défenseur de Grenoble) : "On a vécu des moments difficiles. En novembre, tout ce qui nous arrive parraissait très loin... Il faut que ça dure. On commence à toucher du doigt l'idée de gagner et on ne veut pas lâcher désormais."

Sébastien Raibon (gardien de Grenoble) : "Ça a déjà été frustrant de se prendre le deuxième but, alors sur le troisième, c'était trop. J'ai reçu des coups, c'était compliqué mais j'ai réussi à me reconcentrer. Je prends sur moi."

Nicolas Arrossamena (attaquant de Grenoble) : "Ça fait cinq ans qu'on joue ensemble [avec Sébastien]. Il a tendance à vite s'énerver et à 3-1, il a perdu les pédales. C'est quelqu'un d'impulsif mais quand il est revenu dans son match, il a su tranformer sa force négative en force positive. "

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : "Sébastien est retourné dans sa cage et il a fait le boulot. Mes joueurs sont capables de tout. Maintenant il a falloir aller chercher un match là-bas. "

2012-03-31-Grenoble-Rouen16

(photo Emmanuel Giraudeaux)

Grenoble - Rouen 6-4 (1-1, 3-3, 2-0)

Samedi 31 mars 2012 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs
Arbitrage de Bruno Colleoni et Nicolas Barbez assistés de Pierre Dehaen et Guillaume Gielly
Pénalités : Grenoble 6' (2', 2', 2'), Rouen 60' (6', 10'+10', 4'+10'+20')
Tirs cadrés : Grenoble XX (8, 13, XX) , Rouen XX (10, 13, XX)

Évolution du score :

1-0 à 04'36" : Dufresne assisté de Sivic et Rouleau (sup. num.)
1-1 à 19'02" : Lampérier assisté de Desrosiers
1-2 à 20'17" : Thinel assisté de Guénette
1-3 à 22'14" : Rech assisté de Paré
1-4 à 24'21" : Desrosiers assisté de Thinel et Guénette
2-4 à 25'20" : Ouimet assisté de Steiner
3-4 à 27'31" : Rouleau assisté de Dufresne et Aquino (sup. num.)
4-4 à 34'39" : Rouleau assisté de Baylacq et Suzzarini
5-4 à 41'19" : Ouimet assisté de Le Blond et Avenel
6-4 à 59'34" : Desrosiers assisté de Rouleau et Ouimet (cage vide)

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon puis Ronan Quemener [de 22'14" à 24'21"]

Défenseurs : Alexandre Rouleau (A) - Michael Steiner ; Kévin Dusseau - Sylvain Dufresne ; Jason Crossman (A).

Attaquants : Francis Desrosiers - Mitja Sivic - Anthony Aquino ; Julien Baylacq (C) - Christophe Tartari - Nicolas Arrossamena ; Elie Raibon - Mathieu Le Blond - François Ouimet ; Joris Bedin - Loup Benoît - Graham Avenel ; Maxime Suzzarini.

Remplaçant : Rémi Colotti. Absent : Baptiste Amar (blessé à la main).

Rouen

Gardien : Sebastian Ylönen [sorti de 59'25" à 59'34"]

Défenseurs : Richard Demén-Willaume - Darcy Werenka (A) ; Jimi Santala - Antonin Manavian ; Jonathan Janil - Juha Alén.

Attaquants : Julien Desrosiers - François-Pierre Guénette - Marc-André Thinel (A) ; Carl Mallette (C) - Jean-Philippe Paré - Anthony Rech ; Teemu Elomo - Loïc Lampérier - Ilpo Salmivirta.

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Alexandre Mulle, Raphaël Faure, Nicolas Lehericey, Quentin Berthon, Romain Gutierrez. Absent : Fabrice Lhenry (blessé au quadriceps).