Rouen - Grenoble (Ligue Magnus, finale, match 5)

Si même Mallette s'y met...

RAIBONelie111105098Le passage à une finale en sept manches, une première dans l'histoire du hockey français, a eu une première conséquence : ce soir, Rouen devient l'équipe que Grenoble a le plus rencontrée au championnat. Avec cette 112e confrontation face aux Brûleurs de Loups, les Normands dépassent Amiens (111).

Le bilan des confrontations est largement en faveur des Rouennais avec 65 victoires, contre 39 aux Grenoblois (7 nuls). Mais si l'on isole seulement les play-offs, on en est à 17 victoires partout. Les Brûleurs de Loups font donc jeu égal en séries, et ils le prouvent encore une fois dans cette finale dont ils ne partaient pas favoris. En menant deux victoires à zéro, les Dragons ne s'attendaient pas forcément à revenir à la case départ, à deux partout avant le cinquième match.

L'absence de Fabrice Lhenry a contribué à ces défaites iséroises, car son remplaçant Sebastian Ylönen est encore un peu tendre pour les finales, comme on l'avait vu à Bercy. Il a laissé beaucoup de rebonds, que sa défense n'a pas toujours su gérer, et Grenoble a vite su comment en tirer profit. Lhenry a repris l'entraînement hier et est de retour ce soir : le RHE compte sur lui pour reprendre l'avantage dans la série. Dans le même temps, les Dragons ont perdu un attaquant, Teemu Elomo, suspendu après son jet de gourde à la fin du quatrième match samedi soir.

Pas perturbés par les changements imposés par l'absence d'Elomo sur ses trios, Rouen attaque le match très fort. Anthony Rech sollicite Sébastien Raibon par deux tirs dangereux sur ses deux premières présences. Après un bon tir sur engagement, Loïc Lampérier accroche Elie Raibon sur le rebond. La supériorité numérique donne un peu de répit à Grenoble, mais elle ne change pas la physionomie du match. La domination normande reprend de plus belle jusqu'à la fin du tiers.

2012-04-03-Rouen-GrenobleC'est de plus en plus souvent Grenoble qui se fait pénaliser. Michael Steiner doit donc s'asseoir en prison à deux reprises, la seconde fois à une minute de la pause. Le deuxième tiers-temps commence donc à 5 contre 4 pour Rouen, et Rodolphe Garnier fait remonter Carl Mallette avec le premier bloc de powerplay. Marc-André Thinel, après une feinte de lancer de la ligne bleue, adresse une superbe passe à son capitaine dans l'angle gauche pour l'ouverture du score (1-0, 20'31").

Rouen tient son adversaire à la gorge et ne relâche pas son emprise. Tartari accroche, le jeu de puissance noir et jaune s'installe de nouveau, Raibon repousse une reprise dans l'enclave de Guénette, et Mallette ne convertit pas le rebond. On ne lui en riendra pas rigueur en voyant la suite... À cinq contre cinq, Carl Mallette a une idée de génie. Servi par une passe derrière la ligne de fond de Lampérier, il renvoie aussitôt le jeu à l'opposé, vers Ilpo Salmivirta placé pour sa part du bon côté de la ligne de but. Pris à revers en plein déplacement, Raibon ne peut rien faire (2-0, 25'27"). Grenoble est assommé, à l'instar de son géant Maxime Suzzarini, KO debout après une mise en échec de Janil.

Nicolas Arrossamena obtient la première occasion grenobloise de la période sur une bonne déviation, une action qui suffit à énerver Richard Demén-Willaume qui le charge a posteriori. Mais Rouen tue l'infériorité avec un excellent travail de Thinel, placé très haut pour perturber la construction adverse. La force laborieuse qui permet ensuite au talent de s'exprimer : celui de Mallette, dont le revers en angle dans le haut du filet est un modèle de perfection technique (3-0). Grenoble est au bord de la rupture, et Fabrice Lhenry le sent qui effectue une longue passe à destination de Thinel. Le gardien grenoblois Sébastien Raibon plonge pour contrer ce palet et garder son équipe en vie. C'est ensuite le poteau qui maintient le suspense en renvoyant un tir de Manavian, qui a plongé au rebond d'un puissant lancer de Gutierrez.

2012-04-03-Rouen-MalletteSi Grenoble garde encore un espoir, celui-ci est des plus minces avec trois buts de retard en abordant le troisième tiers-temps. Il faudrait un déclic, mais il n'y aura qu'un clou enfoncé un peu plus. L'international junior Romain Gutierrez, au milieu de quatre blancs, reprend une passe de derrière la cage de Jean-Philippe Paré (4-0, 41'55"). Depuis le fond de zone jusqu'à la neutre, les Dragons maîtrisent tout simplement la glace et le jeu.

À dix minutes de la fin, Rech perd le palet derrière sa cage et fait trébucher Baylacq. Ce pourrait être l'occasion pour les Grenoblois de sauver l'honneur, mais au contraire Julien Desrosiers sort le palet de la bande en zone offensive pour un magnifique centre du revers pour Carl Mallette qui n'a plus qu'à dribbler Sébastien Raibon dans son élan (5-0, 51'36"). Jean-François Dufour demande son temps mort et remplace Raibon par Quemener, en pensant déjà au match suivant.

Il n'y avait rien à espérer ce soir pour une équipe de Grenoble clairement dominée dans tous les secteurs du jeu. Fabrice Lhenry a attrapé tous les palets en ne laissant aucun rebond. On comprend que son assurance insolente rassure sa défense, mais il faut bien avouer qu'il a eu beaucoup moins de travail qu'Ylönen lors des déplacements grenoblois. Il aura sans doute lui aussi un tout autre challenge à Pôle sud. Son retour a cependant été parfait et aurait mérité un blanchissage... gâché par une grosse erreur de Juha Alen qui a donné le palet à Baylacq à cinq secondes de la fin (5-1, 59'55").

Rouen a tous les arguments pour être champion, surtout quand Carl Mallette revient à son meilleur niveau comme ce soir. Replacé au poste de centre, le capitaine rouennais a signé un triplé idéal avec un but dans chaque situation numérique (supériorité, égalité, infériorité). Le RHE a livré un match plein, et Grenoble a eu très peu d'arguments à opposer, à l'image d'une première ligne offensive transparente. Seul Nicolas Arrossamena a un peu surnagé ce soir.

 

Rouen - Grenoble 5-1 (0-0, 3-0, 2-1)
Mardi 3 avril 2012 à 20h00 sur l'île Lacroix. 2747 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Alexandre Hauchart assistés de Pierre Dehaen et Mathieu Loos.
Pénalités : Rouen 8' (4', 2', 2'), Grenoble 12' (6', 2', 4').

Évolution du score :
1-0 à 20'31" : Mallette assisté de Thinel et Desrosiers (sup. num.)
2-0 à 25'27" : Salmivirta assisté de Mallette et Lampérier
3-0 à 34'25" : Mallette assisté de Salmivirta et Lampérier
4-0 à 41'55" : Gutierrez assisté de Rech et Janil
5-0 à 51'36" : Mallette assisté de Desrosiers (inf. num.)
5-1 à 59'55" : Baylacq

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry

Défenseurs : Richard Demén-Willaume - Darcy Werenka (A) ; Juha Alen - Jimi Santala ; Antonin Manavian - Jonathan Janil ; puis Raphaël Faure - Nicolas Lehericey [à 58'].

Attaquants : Julien Desrosiers - François-Pierre Guénette - Marc-André Thinel (A) ; Ilpo Salmivirta - Carl Mallette (C) - Loïc Lampérier ; Romain Gutierrez - Jean-Philippe Paré - Anthony Rech ; puis Alexandre Mulle - Quentin Berthon [à 58'].

Remplaçant : Sébastian Ylönen (G). Absent : Teemu Elomo (suspendu).

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon puis Ronan Quemener à 51'36".

Défenseurs : Alexandre Rouleau (A) - Michael Steiner ; Kevin Dusseau - Sylvain Dufresne ; Jason Crossman (A) - Rémi Colotti ; Maxime Suzzarini.

Attaquants : Francis Desrosiers - Mitja Sivic - Anthony Aquino ; Julien Baylacq (C) - Christophe Tartari - Nicolas Arrossamena ; Elie Raibon - Mathieu Leblond - François Ouimet ; Joris Bedin - Loup Benoît - Graham Avenel [à 52'].

Absent : Baptiste Amar.