Avant la Magnus, Rouen est déjà passé à 12

DESROSIERSjulien110825023Même revenu en territoire hostile, Rouen aborde ce match comme le précédent, avec une domination de tous les instants. Les Dragons sont plus agressifs sur le palet et ne laissent que des miettes à des Grenoblois plus attentistes. Les Brûleurs de Loups espèrent des contre-attaques mais perdent rapidement leurs rares palets, y compris dans leur camp en se mettant en danger.

La possession est si nettement normande que l'avantage au score paraît une conséquence logique. Grenoble y échappe de peu quand un beau lancer de Juha Alen frappe le poteau avant de passer juste devant la ligne dans le dos de Sébastien Raibon. Le but est finalement inscrit par Marc-André Thinel, à la fois au départ et à l'arrivée de l'action. Il est seul dans le slot pour reprendre la passe du coin de Julien Desrosiers et tromper Raibon.

Rouen est très bien en place et ne laisse guère son adversaire espérer. Les Grenoblois ne peuvent même plus compter sur l'indiscipline normande. Les Dragons ne se verront infliger qu'une seule pénalité en quarante minutes, contre Antonin Manavian, que Francis Desrosiers a clairement cherché - et trouvé ! Mais l'incartade est sans conséquence.

Les Isérois finissent par payer leurs séjours en prison. D'abord Sébastien Raibon laisse glisser derrière lui un tir de Manavian sous les cris inquiets du public. Il se retourne et plonge sur ce palet arrêté à quelques centimètres de la ligne, mais Carl Mallette est le plus prompt à le pousser au fond. Une minute plus tard, toujours en avantage numérique, Mallette tire en angle fermé et lève les bras : les arbitres s'en remettre au juge de but pour valider le 0-3. Grenoble réagit en infériorité à la dernière minute de la deuxième période, Thinel se fait contrer à la bleue et Mathieu Leblond accélère en contre. Werenka le fauche et concède un tir de pénalité, mais les jambière de Lhenry se referment sur la tentative de Leblond... et sur la dernière chance grenobloise.

Les Dragons ne sont en effet plus inquiétés au troisième tiers et concluent par un but en cage vide de Lampérier. Quant à Fabrice Lhenry, il ne sera pas privé de blanchissage dans les dernières secondes comme au dernier match. Cette fois-ci, Juha Alen lui donne le palet par sécurité, au lieu de dégager vers l'adversaire.

Rouen remporte son 12e titre de champion de France, et réussit à rester champion trois ans de suite, ce que personne n'avait réussi depuis les Dragons eux-mêmes (quadruplé 1992-1995). Grenoble aura montré beaucoup de caractère dans ces play-offs "marathon" (20 parties pour les BDL) mais se sera incliné devant plus fort.