France - Italie (match de préparation à Caen)

HUET Cristobal-110429-150Français et Italiens peuvent aborder ce premier match de préparation sans arrière-pensée, puisque, dans la nouvelle formule des championnats du monde, ils joueront dans deux groupes (et pays) différents et savent qu'ils ne se rencontreront pas.

La série A s'est terminée avant-hier, et l'Italie se présente donc sans les finalistes, parmi lesquels de probables titulaires tels que les attaquants Scandella, Watson ou Insam et les défenseurs Borgatello, Helfer ou Hofer. Pour sa part, la France a bien tous ses joueurs de Ligue Magnus (sauf les convalescents Lhenry et Amar), mais il lui manque encore bon nombre d'expatriés. Bellemare, Auvitu, Morant sont encore impliqués en finale de leurs grands championnats européens. Laurent Meunier et Sacha Treille viennent juste de finir leur saison et arriveront dans la semaine. La venue de Stéphane Da Costa et Antoine Roussel dépendra du moment de leur élimination en play-offs. Des remplaçants ont donc été appelés au sein d'un groupe élargi (Gaborit, Rech, Ritz, Dussseau, Janil) et seront d'autant plus motivés pour gagner leur place.

Dans une patinoire de Caen la mer bien pleine mais un peu silencieuse, les Bleus jouent avec détermination et intensité. Leur domination terrioriale est incontestable, mais se cantonne souvent aux coins de la zone offensive où les mises en éches sont rudes. Ils bénéficient de quatre supériorités numériques en première période, mais ne se créent pas franchement d'occasion saillante.

Au contraire, tout en étant globalement dominés, les Italiens sont tout de même dangereux à trois reprises pour Cristobal Huet : une incursion de Thomas Pichler au milieu de la défense, une passe de Nicola Fontanive pour Diego Iori oublié au second poteau, et un lancer manqué par Pat Iannone, servi en très bonne position au milieu de l'enclave par une passe en retrait.

HECQUEFEUILLE Kevin-110429-186

Ces premières alertes étaient un avant-goût du deuxième tiers-temps où l'on sent les Italiens plus saignants. Ils patinent plus et font donc moins de fautes. Aux alentours de la mi-match que les hommes de Brian Henderson et Pierre Pousse essaient d'élever le rythme. Ils tirent beaucoup plus souvent pour maintenir une pression plus soutenue sur la cage de Thomas Tragust. La technique de Charles Bertrand ou de Julien Desrosiers commence par moments à dérouter la défense adverse.

Mais on ne peut plus parler de domination bleue. La France prend parfois trop de risques dans sa zone et est plus en danger. Une perte de palet finit par être fatale : Kevin Hecquefeuille se fait piéger à sa ligne bleue par le pressing de Nicola Fontanive et de Rob Sirianni qui partent ouvrir le score sans opposition (0-1, 39'26").

Les Français doit maintenant tenter de passer la vitesse supérieure pour égaliser, mais elle ne semble pas disposer des ressources physiques nécessaires. Ils semblent à la recherche de leur second souffle au cours de la troisième période. L'Italie contrôle tranquillement l'affaire et attend son heure en contre-attaque. En fin de match, Diego Iori prend le meilleur sur Kevin Dusseau et ajoute un second but (0-2).

La partie a été conforme à ce qu'on pouvait craindre d'un premier match de préparation, entre deux équipes encore en rodage. Thomas Tragust, seul gardien italien titulaire en série A, a pu engranger un blanchissage pas trop difficile, car il a été de moins en moins inquiété au fil de la soirée.

Comme trop souvent, les Bleus apparaissent un peu trop impuissants en attaque lorsque leurs leaders ne sont pas là. Peu de joueurs prennent leurs responsabilités offensives. Julien Desrosiers, sur la lancée de son titre de meilleur joueur de la finale de Ligue Magnus, était un peu seul dans ce cas. Charles Bertrand aura réalisé de bonnes choses et confirmé qu'il mérite sans discussion de jouer son premier Mondial. Les remplaçants désignés n'ont donc pas bousculé la hiérarchie des titulaires, plus confirmée que jamais.

Désignés joueurs du match : Julien Desrosiers pour la France et Thomas Tragust pour l'Italie.

 

France - Italie 0-2 (0-0, 0-1, 0-1)
Samedi 14 avril 2012 à 18h00 à la patinoire de Caen la mer. 1500 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Savice Fabre (FRA) assistés de Pierre Dehaen et Mathieu Loos (FRA).
Pénalités : France 6' (0', 2', 4'), Italie 20' (8', 0', 2'+10').

Évolution du score :
0-1 à 39'26" : Sirianni assisté de Fontanive
0-2 à 56'26" : Iori


France

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Vincent Bachet (C, 2') - Kevin Hecquefeuille ; Alexandre Rouleau (-2) - Jonathan Janil (-1) ; Nicolas Besch - Kevin Dusseau (-1).

Attaquants : Julien Desrosiers - Loïc Lampérier - Yorick Treille ; Damien Fleury (-1) - Teddy Da Costa (-1) - Anthony Guttig (-1, 2') ; Robin Gaborit - Brian Henderson - Charles Bertrand (2') ; Nicolas Ritz (-1) - Damien Raux (-1) - Anthony Rech (-1).

Remplaçants : Florian Hardy (G), Raphaël Faure. Absent : Antonin Manavian (tendinite).

Italie

Gardien : Thomas Tragust.

Défenseurs : Matt de Marchi (+1, 2') - Nicholas Plastino (+1) ; Stefan Marchetti (+1, 10') - Roland Hofer ; David Bowman - Fabien Hackhofer ; Trevor Johnson (+1).

Attaquants : Nicola Fontanive (+1) - Daniel Tudin (+1, 2') - Diego Iori (+1, 2') ; Pat Iannone (2') - Robert Sirianni (+1) - Vincent Rocco ; Federico Benetti (+1) - Luca Felicetti (+1) - Markus Gander (2') ; Thomas Pichler - Robert De Toni - Diego Kostner ou Patrick Mair.

Remplaçant : Andreas Bernard (G).