Extraliga (finale) : les compteurs remis à zéro

SATAN Miroslav_P1151195En s’imposant dans le premier match de la série à Košice, Bratislava avait pris un avantage non-négligeable dans la course au titre. Les « Aigles » l’ont rapidement perdu en concédant à leur tour une défaite à domicile dès le retour dans la capitale (1-3) avant de réagir le lendemain (2-1). Avec chacun un bilan à l’équilibre chez lui comme chez son adversaire, Košice et Bratislava ont donc tout à refaire dans cette finale qui ne parvient toujours pas à sortir un favori. Après un week-end de repos, les deux formations recroisent le fer ce soir dans la Steel Aréna à l’occasion du cinquième chapitre. En attendant, voici quelques points à retenir des deux rencontres disputées à Bratislava.

Jeux de puissance d’un côté, contres de l’autre

Le nombre de tirs sur l’ensemble des deux parties jouées dans la capitale reflète la tendance des matches retours : Bratislava a frappé à 81 reprises contre 48 pour Košice ! Le gouffre qui sépare le bilan offensif des deux formations entraîne alors deux conclusions. La première, c’est que le gardien visiteur Alexandr Hylák, à l’image de sa défense, a de nouveau réalisé deux prestations remarquables. La seconde, c’est que malgré une vitalité à l’avant, Bratislava montre les plus grandes difficultés à faire mouche ; les Belasí ont ainsi perdu le troisième duel après l’avoir dominé en attaque et ont validé leur succès à seulement moins de deux minutes de la sirène le lendemain. Si Košice se montre extrêmement redoutable en contre (tous ses buts dans la capitale ont d’ailleurs été plantés ainsi), le triple tenant du titre est en revanche un catastrophique gestionnaire en power-play. Bratislava a su parfaitement exploité cette faille : la moitié de ses buts en finale a été inscrite en supériorité numérique. Le camp local dispose en son capitaine Miroslav Šatan et ses deux défenseurs Ivan Švarný et Martin Štajnoch de trois maîtres ès slaps justement mis à contribution sur les deux rencontres.  

Košice baptise la Slovnaft Aréna

En s’imposant à Pâques dans la Steel Aréna, Slovan a mis fin à une disette de plus de deux ans dans la Métropole de Slovaquie orientale. Košice a lui aussi terminé une longue période d’insuccès en s’imposant jeudi dans la capitale. Le dernier succès des Oceliari en territoire « ennemi » remontait au 23 décembre 2010 (4-0) dans la petite patinoire Vladimír Dzurilla du quartier de Ružinov qui servait d’antre aux « Aigles » pendant la reconstruction, pour cause de Mondiaux, de la « vraie » arène locale Ondrej Nepela (qui prend régulièrement un nouveau surnom en fonction du mécène principal). Par conséquent, c’est le premier revers à domicile de Bratislava cette saison contre son rival national.

C’est terminé aussi pour Kristek

Après le défenseur Marek Kolba, qui s’est cassé la clavicule sur le match 2, le HC Košice doit déplorer la perte d’un nouveau soldat, en l’occurrence Jaroslav Kristek. Le champion du Monde junior 2000 s’est cassé la main jeudi au cours du troisième duel de la série. Cette blessure marque non seulement la fin de saison du centre tchèque mais aussi la fin de sa coopération avec les Cassoviens. Parti à l’intersaison de Košice pour le HC Lev Poprad, Kristek a été prêté fin janvier à son ancien employeur avec lequel il détient toujours le titre slovaque. S’il avait été l’une des pierres angulaires du succès en 2010/2011, Kristek a toutefois eu les plus grandes difficultés à retrouver ses marques auprès de ses anciens coéquipiers, avouant lui-même subir la difficile transition entre la KHL et l’Extraliga. Il semblait avoir retrouvé son allant en play-off, notamment contre Banská Bystrica en quart-de-finale (cinq buts inscrits dans le premier match de la série).

BARTOS Peter_P2193531Record d’affluence en Extraliga

Si le premier match à Bratislava a attiré 10 021 spectateurs dans les travées de la nouvelle patinoire, le duel suivant en a séduit trente-quatre de plus, soit 10 055, ce qui n’est autre que le record d’affluence d’un match d’Extraliga depuis la création de la compétition en 1993.  La Slovnaft Aréna a déjà établi la meilleure visite à deux reprises au cours de la saison régulière, notamment le 6 décembre dernier à l’occasion de la réception des Chamois de Poprad (10 046 spectateurs). Rappelons qu’il manquait plus ou moins deux milles badauds pour que la Steel Aréna de Košice (8347 places) soit remplie sur chacune des deux premières rencontres de la finale. Les supporters locaux en ont peut-être assez d’être pris pour des vaches à lait : en plus du fait que la sélection nationale affrontait le Danemark en Euro Hockey Challenge les deux jours précédents la finale (15 euros la place), les billets du duel entre Košice et Bratislava étaient à tarif unique (20 euros), quelque soit la place choisie. La chaîne de télévision Sport1 ou le site Internet www.huste.tv, qui diffusent les rencontres, font des fournisseurs de spectacle meilleur marché ! 

Meilleurs marqueurs de play-offs

Avec deux buts et quatre aides, Miroslav Šatan est l’élément le plus productif de cette finale. Ces six points supplémentaires lui permettent de conforter sa place de meilleur marqueur des play-off (7+12), devant son camarade d’attaque Ján Lipianský (2+15) et le doyen cassovien Peter Bartoš (3+10). Quant au classement des buteurs, il est dominé par Vladimír Dravecký (Košice), auteur à ce jour de neuf réalisations en phases finales.

Résultats des matches 3 et 4 à Bratislava / 2-2 dans la série

- Jeudi 12 avril 2012 : HC Slovan Bratislava – HC Košice 1-3 (1-0, 0-1, 0-2)
1-0 à 13'41 : Bartánus assisté de Kukumberg et Šatan (double sup. num.) *
1-1 à 33'14 : Jenčík assisté de Gron
1-2 à 47'51 : Dravecký assisté de Spilár
1-3 à 52'50 : Bartoš (infériorité)

* C’est en fait le défenseur Ján Homer qui détourne involontairement le centre de Bartánus au fond de ses propres filets.

- Vendredi 13 avril 2012 : HC Slovan Bratislava – HC Košice 2-1 (1-0, 0-0, 1-1)
1-0 à 11'08 : Hudáček assisté de Šatan et Štajnoch (sup. num.)
1-1 à 49'13 : Novák assisté de Bartoš et Šeda
2-1 à 58'08 : Šatan assisté de Švarný et Lipiansky (sup. num.)