Skellefteå AIK - Brynäs IF (Elitserien, finale, match 5)

LarssonJohanSi elle semblait d'emblée indécise, cette finale suédoise avait pris une tournure largement à l'avantage du Brynäs IF. La quête semblait désespérée pour Skellefteå après trois affrontements : un jeune mur bluffant en la personne de Niklas Svedberg, un duo Silfverberg-Järnkrok explosif, un match 3 perdu 1-0 par un but controversé (inscrit dans le demi-cercle de Joacim Eriksson), une attaque inefficace au regard du nombre de tentatives (5 buts sur 108 lancers) et surtout une série que menait Brynäs 3-0 avec une quatrième joute prévue dimanche dernier à leur domicile.
 
Mais le Skellefteå AIK est toujours en vie. À Gävle, les hommes de Anders Forsberg ont décroché un succès inespéré 4-3. Inespéré car la Läkerol Arena avait des allures festives, garnie d'une foule hostile impressionnante de communion et de force, attendant un sacre national qui lui était promis. Inespéré car le SAIK était mené 2-1 après 20 minutes puis poussé en prolongation par un but de Ryan Gunderson. Inespéré car Jakob Silfverberg, déjà double buteur dans cette partie, a bénéficié d'un tir de pénalité qui valait de l'or en temps supplémentaire. Inespéré car ce fameux tir de pénalité a frappé le poteau à droite d'Eriksson avant que Oscar Lindberg ne libère les siens. Inespéré, ce retour à Skellefteå est pourtant bien réel pour une équipe qui n'a plus qu'un objectif en tête, délicat mais possible : remporter trois joutes consécutives pour s'adjuger sur le fil le trophée Le Mat.
 
Ce revers de Brynäs a eu raison de Svedberg puisque son entraîneur Tommy Jonsson tente un coup de poker en lui préférant l'expérimenté Johan Holmqvist, de nouveau titulaire devant les filets après un mois d'absence.
 
Le ton est donné : les deux équipes s'investissent beaucoup d'un bout à l'autre dès les premières secondes. Niclas Burström est le premier pénalisé pour un "slashing" mais le BIF manque d'application. À la 5e minute, une pénalité différée donne des ailes au Skellefteå AIK, s'efforçant à créer beaucoup de mouvements en zone offensive. On voit notamment Jimmie Ericsson slalomer pour se retrouver face à Holmqvist et effectuer une passe du revers pour Pierre-Édouard Bellemare qui ajuste mal sa reprise, ce sera la première opportunité réellement franche.
 
Une chose est sûre : les cadres offensifs du Skellefteå AIK, sûrement pas désabusés, mettent beaucoup de rythme. Joakim Lindström (un tir sur la plaque), Bellemare (traînant devant le but), le capitaine Jimmie Ericsson (en deux temps) sont des plus menaçants. George "Bud" Holloway élimine Jörgen Sundqvist et longe la ligne de but. Dos au mur, il transmet à l'aveugle ce qui surprend tout le monde, y compris son collègue Oscar Möller devant le but vide. Et lorsque Daniel Widing se retrouve en prison, la sanction ne surprend personne. Il ne faut que trois secondes à Holloway pour placer un tir puissant de la ligne bleue, position qu'il affectionne tout particulièrement (1-0, 11'56"). Niclas Andersén sera l'une des rares menaces pour Joacim Eriksson, repoussant sa tentative de la botte droite. Le constat est clair après cette première période : Brynäs est surclassé.
 
Baladé dans les vingt premières minutes, le club de Gävle revient plus concentré et plus consciencieux, la tendance s'équilibre alors. Mais Skellefteå n'est pas redescendu de son nuage pour autant. Pierre-Édouard Bellemare s'apprête à quitter sa zone défensive et adresse une longue passe du revers à Anders Söderberg, parti dans le dos de la défense mais celui-ci échoue seul face à Johan Holmqvist. Rageant car, quelques instants après, Johan Larsson égalisera, déviant un lancer un peu mou de Gunderson mais dont la trajectoire surprend Eriksson (1-1, 26'21").
 
L'armada de Tommy Jonsson croit entrevoir une once de fébrilité chez leurs hôtes et va s'y engouffrer. Joacim Eriksson laisse derrière sa cage le palet à John Klingberg que lui chipe Calle Järnkrok, arrivé comme un dragster et qui alerte Jakob Silfverberg face au gardien du SAIK, ce dernier ne peut que constater les dégâts (1-2, 29'04"). Ces maladresses ont donné un avantage au tableau de marque à Brynäs, mais cela n'a pas forcément scié les jambes des hommes floqués de la feuille d'or. Les essais de Bellemare, Oscar Lindberg et Martin Lundberg font office d'avertissement, Tomas Skogs va finir par égaliser. Pierre-Édouard Bellemare s'arrête à la ligne bleue et prend le temps d'observer la situation. Holloway devant l'enclave effectue une feinte de tir plutôt que de tenter sa chance, le défenseur Skogs décalé sur la droite est servi sur un plateau (2-2, 38'42"). Malgré un passage à vide, le Skellefteå AIK a retrouvé ses esprits.
 
Ce match, les nordistes veulent en prendre définitivement les commandes. Un coup dur attend néanmoins le SAIK à 47'15" : Bellemare croise Jörgen Sundqvist qui le met à terre de l'épaule. Le Français est littéralement sonné et voit des étoiles autour de sa tête. Il peinera à se relever, titubant pour rejoindre le banc. On craint le pire du côté de Skellefteå, on aurait pu également craindre le pire du côté de l'équipe de France pour la prochaine échéance mondiale. Ménagé pour la fin de match, il ne réapparaitra pas sur la glace. Interrogée, Karin Granberg, médecin de l'équipe, a rassuré tout le monde en annonçant que "PEB" n'avait subi aucune commotion cérébrale malgré la violence du choc.
 
Cinq minutes plus tard, Johan Larsson gâche un face à face, il ne cadre pas et bouscule au passage Eriksson ce qui a le don d'énerver ses adversaires, déjà bien à cran. Ceux-ci se feront justice en s'adjugeant un avantage définitif. Petter Granberg frappe à droite, rebond, Oscar Möller frappe à gauche dans un angle dégagé de tout obstacle (3-2, 53'33"). Lindberg et Lindström (sur le cadre) auraient pu creuser davantage l'écart afin d'éviter la poussée du BIF en fin de rencontre. Une poussée vaine et vite avortée par une pénalité de Gunderson. Auteur d'efforts plus soutenus, bien décidés à recoller dans cette série, Skellefteå s'impose logiquement, forçant ainsi une sixième manche à Gävle. Mine de rien, cela fait déjà deux jokers qu'ont gaspillé les joueurs de Brynäs, ils se retrouveront avec davantage de pression jeudi soir pour tenter de clore cette finale. Feu vert pour Bellemare, retour peut-être de Lee Goren et Johan Forsberg, le Skellefteå AIK, remonté comme une pendule, est quant à lui toujours en vie, sa mission pour l'obtention d'un match 7 continue...
 
 
Skellefteå AIK - Brynäs IF 3-2 (1-0, 1-2, 1-0).
Mardi 17 avril 2012 à 19h00 à la Skellefteå Kraft Arena. 6001 spectateurs.
Arbitrage de Christer Lärking et Ulf Rönnmark assistés de Johannes Käck et Jan Sandström.
Pénalités : Skellefteå 30' (6', 4', 20'), Brynäs 24' (6', 6', 12').
Tirs : Skellefteå 37 (13, 14, 10), Brynäs 22 (6, 7, 9).
 
Évolution du score :
1-0 à 11'56" : Holloway assisté de Bellemare et Ericsson (sup. num.)
1-1 à 26'21" : Larsson assisté de Gunderson et Järnkrok
1-2 à 29'04" : Silfverberg assisté de Järnkrok
2-2 à 38'42" : Skogs assisté de Holloway et Bellemare
3-2 à 53'33" : Möller assisté de Granberg et Alm
 
 
Skellefteå AIK
 
Gardien : Joacim Eriksson.
 
Défenseurs : Fredrik Lindgren (-2, 2') - Petter Granberg ; Tomas Skogs (+1) - John Klingberg (-1) ; Johan Alm (4') - Niclas Burström (+1, 2') ; Hannu Pikkarainen (+1).
 
Attaquants :  Oscar Möller (+2) - Pierre-Édouard Bellemare (A, +1) - Bud Holloway (+1) ; Jimmie Ericsson (C, -1, 16') - Erik Forssell (-1) - Joakim Lindström (-1, 2') ; Anders Söderberg (+1) - Martin Lundberg (A, +1, 4') - Christian Söderström ; Petter Emanuelsson (-1) - Oscar Lindberg (-1) - Melker Karlsson (-1) ; Adam Pettersson.
 
Remplaçant : Andreas Hadelöv (G).
 
Brynäs IF (2' pour surnombre)
 
Gardien : Johan Holmqvist (sorti de 17'54" à 18'45").
 
Défenseurs : Simon Bertilsson (+1, 2') - Ryan Gunderson (2') ; Niclas Andersén (-1) - Mattias Ekholm (2') ; Jörgen Sundqvist (A) - Lars Jonsson (2') ; Simon Löf.
 
Attaquants : Martin Johansson - Johan Larsson (+2, 4') - Jesper Ollas (-1) ; Jakob Silfverberg (C, +2) - Calle Järnkrok (+2) - Sebastian Wännström ; Jonathan Granström (4') - Jonas Nordquist (-2) - Daniel Widing (-1, 2') ; Mats Lavander (-2) - Mads Hansen (A, 4') - Joachim Rohdin ; Emil Molin.
 
Remplaçant : Niklas Svedberg (G).