St. Louis Blues - San José Sharks (NHL, quart de finale de conférence, match 5)

Après deux finales de conférence d’affilée, San José semblait avoir définitivement effacé sa réputation de « loser » en playoffs et cette saison s’annonçait comme la bonne pour les Californiens après un été marqué par d’importants transferts (arrivées de Brent Burns et Martin Havlat, départs de Dany Heatley et Devin Setoguchi). Pourtant, la saison régulière a été difficile pour les Sharks qui se sont qualifiés dans les derniers matchs, très loin de leur domination habituelle. Les fans de San José espéraient un sursaut de leur équipe en playoffs, mais les Blues de St. Louis se sont révélés trop coriaces.

La jeune équipe de St. Louis, assez peu expérimentée en playoffs, était attendue au tournant après une fantastique saison régulière qui les a propulsé en tête de série. Cela a permis à la franchise du Missouri de retrouver des playoffs qu’elle n’a connu qu’une fois ces 6 dernières saisons. Malgré la pression, les Blues ont réussi à clore la série devant leur public extatique, qui attendait la première série victorieuse de leur équipe en playoffs depuis 2002. La jeunesse d’une grande partie de l’effectif a été compensée par l’apport d’expérience d’une troisième ligne composée par Ken Hitchcock avec des vétérans comme Scott Nichol ou Jamie Langenbrunner, une « checking line » qui s’est encore montré à son avantage dans cette dernière rencontre de la série.

San José s’était forgé sa mauvaise réputation en playoffs du fait de l’incapacité de ses meilleurs joueurs à être décisifs lors des moments-clés. On ne peut pas dire que cette impression soit démentie par cette série : si le capitaine Joe Thornton, parfois critiqué pour son manque de leadership, a parfaitement tenu son rang avec une moyenne d’un point par match, ce n’est pas le cas des autres leaders de l’équipe. Patrick Marleau et Joe Pavelski terminent la série sans aucun point en cinq matchs, alors qu’ils avaient dépassé les 30 buts en saison régulière. Logan Couture avait également atteint la barre des 30 buts et il termine avec un but pour 4 points, ce qui n’a pas suffi pour peser. Idem pour Martin Havlat : arrivé à l’intersaison auréolé d’une réputation de joueur décisif en playoffs en l’échange de Dany Heatley (lui plutôt connu pour ses difficultés en playoffs), il a certes inscrit le but victorieux du premier match en prolongation où il a réalisé un doublé, mais il a ensuite été inefficace (1 assistance en 4 matchs).

Todd McLellan, l’entraîneur de San José, a changé ses lignes d’attaque en cours de série pour tenter d’inverser la tendance. Marleau est ainsi passé de l’aile gauche de Thornton au centre de la deuxième ligne avec Ryane Clowe et Martin Havlat. Le but était d’avoir une ligne très rapide pour créer des espaces face à une équipe des Blues très défensive.

Ce match 5 commence pourtant avec une pression importante des locaux : sur un palet envoyé au fond, Antti Niemi est gêné par le pressing de Langenbrunner et Nichol peut récupérer le palet à la bande. Il tire directement sur Niemi qui repousse la rondelle en l’air. Langenbrunner l’intercepte et tente de tirer à bout portant mais la défensive des Sharks parvient à écarter le danger. Le palet revient néanmoins à la bleue dans la crosse de Carlo Colaiacovo mais son tir lointain est arrêté par Niemi de la mitaine (4’18). Lors d’un 5 contre 4, Niemi est à nouveau sollicité par une reprise de volée de Jason Arnott depuis le cercle droit sur un service d’Andy McDonald mais le portier détourne cette tentative de la jambière droite (12’52).

Tout au long de cette série, le jeu de puissance de St. Louis a été un des facteurs déterminants. Après la précédente tentative d’Arnott, le powerplay se montre une nouvelle fois dangereux : T.J. Oshie, à la bande droite, passe le palet à David Backes, seul dans le slot. Le capitaine décoche une puissante reprise que Niemi détourne et que sa défensive parvient à écarter (14’14). Une des raisons de l’efficacité des Blues en supériorité numérique est le fait que les Sharks n’effectuent pas une pression trop importante sur le porteur du palet, préférant stationner à proximité du but d’Antti Niemi. Cette défense se justifie par le fait que le portier finlandais est habile pour détourner les tirs et a tendance à concéder des rebonds ; il vaut mieux que les défenseurs soient nombreux autour de lui pour dégagerle palet. Toutefois, les espaces offerts par cette stratégie ont été largement exploités par les Blues au cours de la série. Le dernier danger de la première période vient d’un slap en entrée de zone de Jamie Langenbrunner, qui heurte le montant droit de Niemi (15’39).

Avec seulement 3 tirs cadrés en première période, San José n’a pas vraiment posé de problème à Brian Elliott, le portier des Blues. McLellan parvient néanmoins à remotiver ses joueurs entre les deux périodes car les Sharks reviennent avec de meilleures intentions. Après un tir d’Andrew Murray de la ligne bleue détourné par Elliott, Joe Thornton récupère le palet et fait le tour de la cage mais il s’heurte au gardien adverse (21’57). Cette pression des visiteurs offre des opportunités de contre-attaque à St. Louis : David Perron entre dans la zone de San José en attirant sur lui la pression défensive de Marc-Edouard Vlasic et de Brent Burns avant de servir Oshie à sa droite. Le petit ailier décoche un tir depuis le cercle droit que Niemi repousse. Backes n’est pas loin de le reprendre mais il est mis en échec avec vigueur par Burns (25’13).

Les Sharks répliquent rapidement avec leur troisième ligne : Torrey Mitchell et Daniel Winnik combinent dans la zone de St. Louis. Winnik trouve finalement Michal Handzus dans le slot mais son tir est stoppé par Elliott (25’49). Les Blues se procurent une occasion franche avec une reprise d’Alex Pietrangelo depuis le cercle gauche en direction de la lucarne gauche mais Niemi est prompt et se saisit du palet avec sa mitaine (28’53). Elliott est lui aussi sollicité et il attrape de la mitaine de manière spectaculaire un tir lointain de Justin Braun (34’50). Mais la pression de San José finit par payer : Mitchell manque un tir dans le slot mais le palet est récupéré par Winnik qui se débat face à Colaiacovo et Pietrangelo puis le transmet à Thornton, idéalement placé devant le but. Le capitaine ne manque pas l’occasion et trompe Elliott (0-1, 39’19).

En troisième période, St. Louis cherche rapidement à mettre la pression sur Niemi : un tir du poignet lointain de Crombeen est repoussé par la jambière du gardien des Sharks qui renvoie le palet vers Braun. Mais celui-ci ne parvient pas à contrôler le palet et c’est Langenbrunner qui surgit pour tirer les marrons du feu, en vain, car son revers termine dans le plastron de Niemi (44'21). Puis c’est Kevin Shattenkirk qui apporte le danger dans le camp de San José : bloqué à la bande par Colin White et Mitchell, il parvient néanmoins à trouver Arnott dans le cercle droit mais la reprise de celui-ci termine dans la mitaine de Niemi (48’35).

Antti Niemi signe jusqu’alors un match plutôt probant mais la chance n’est décidément pas du côté des Sharks dans cette série : Nichol entre en zone accompagné par Langenbrunner face à White et Braun. Il finit par tirer sur Niemi un tir qui semble trop lointain et faible pour être dangereux. Mais le palet rebondit sur le plastron de Niemi qui ne parvient pas à le contrôler et Langenbrunner surgit pour propulser la rondelle dans la lucarne (1-1, 51’16). Le coup est rude pour les visiteurs mais ils ne sont pas au bout de leur peine : Perron gratte un palet à la bande et repique vers le centre avant de passer à Pietrangelo. Celui-ci tire du poignet vers le slot et Perron parvient à le dévier dans le but de Niemi (2-1, 52’01). Les fans des Blues exultent dans le Scottrade Center pour les huit dernières minutes et ils fêtent à la fin du match avec les joueurs cette première victoire de série de playoffs depuis 10 ans.

3 étoiles du match : Brian Elliott (St. Louis), David Perron (St. Louis) et Jamie Langenbrunner (St. Louis)

 

St. Louis Blues – San José Sharks : 3-1
St. Louis remporte la série 4 matchs à 1

Tirs cadrés : St. Louis 27 (7, 8, 12) ; San José 27 (3, 13, 11)

Evolution du score
0-1 à 39’19 : Thornton assisté par Winnik et Mitchell
1-1 à 51’16 : Langenbrunner assisté par Nichol et Sobotka
2-1 à 52’01 : Perron assisté par Pietrangelo et Oshie
3-1 à 59’21 : McDonald assisté par Berglund et Pietrangelo (dans le but vide)


St. Louis Blues

Gardien : Brian Elliott

Défenseurs : Carlo Colaiacovo – Alex Pietrangelo ; Barret Jackman (A) – Kevin Shattenkirk ; Kris Russell – Roman Polak

Attaquants : David Perron – T.J. Oshie – David Backes (C) ; Patrick Berglund – Andy McDonald – Alexander Steen (A) ; B.J. Crombeen – Scott Nichol – Jamie Langenbrunner ; Jason Arnott – Vladimir Sobotka – Chris Stewart

Remplaçant : Jake Allen (G). En réserve : Kent Huskins, Jaden Schwarz, Ian Cole, Chris Porter, Matt D’Agostini, Danny Syvret, Ryan Reaves, Evgeny Grachev et Adam Cracknell. Blessé : Jaroslav Halak (G).

 

San José Sharks

Gardien : Antti Niemi

Défenseurs : Douglas Murray – Brent Burns ; Dan Boyle (A) – Marc-Edouard Vlasic ; Colin White – Justin Braun plus Jason Demers

Attaquants : Logan Couture – Joe Thornton (C) – Joe Pavelski ; Ryane Clowe (A) – Patrick Marleau – Martin Havlat ; Daniel Winnik – Michal Handzus – Torrey Mitchell plus Andrew Desjardins et Tommy Wingels

Remplaçant : Thomas Greiss (G). En réserve : Jim Vandermeer, Tim Kennedy, Brad Winchester, Dominic Moore, T.J. Galiardi, John McCarthy, Matthew Irwin, Mike Moore et Benn Ferriero.