Chicago Blackhawks - Phoenix Coyotes (NHL, quart de finale de conférence, match 6)

Toujours plus fort dans la conférence Ouest pour ces playoffs : Nashville a remporté la deuxième série de son histoire tandis que St. Louis et Los Angeles n’avaient pas atteint les demi-finales de conférence depuis une décennie ? Phoenix complète le casting dans le même esprit : la franchise a remporté sa première série de playoffs depuis 1987 ! À l’époque les Coyotes étaient encore les Jets de Winnipeg version 1.0... Une excellente nouvelle pour les fans de Phoenix qui ne sont pas encore certains que leur équipe sera encore dans l’Arizona la saison prochaine.

Du côté des Blackhawks, la déception est évidente car les champions 2010 ne s’attendaient sans doute pas à être éliminés aussi vite de la compétition. L’effectif semblait plus complet que l’an passé où ils avaient été éliminés au même stade par les futurs finalistes de la coupe Stanley, Vancouver. De plus, les Blackhawks avaient terminé la saison régulière avec plus de points que Phoenix, mais ce sont les Coyotes qui l’ont finalement emporté.

Comme l’an passé face à Vancouver, les joueurs de Chicago ont parfois fait preuve d’un manque de motivation, et leur jeu en supériorité numérique a été incroyablement improductif malgré la présence de nombreux talents offensifs. La blessure de Marian Hossa sur une charge de Raffi Torres lors du match 3 ne les a pas aidé, même si Torres a finalement écopé d’une suspension de 25 matchs. Mais c’est surtout la performance de Mike Smith dans les buts des Coyotes qui a fait la différence dans cette série.

En effet, si Corey Crawford, le gardien de Chicago, a été plutôt bon lors des deux premiers matchs sur la glace de Phoenix, il a encaissé deux buts faibles par l’ailier danois Mikkel Bødker lors des prolongations des matchs 3 et 4. En face de lui, Smith a été impérial dans un système défensif spécialement conçu par l’entraîneur Dave Tippett pour maximiser le bon positionnement du gardien d’1m93. Si Smith n’est arrivé que l’été dernier dans l’Arizona en remplacement d’Ilya Bryzgalov, ils se connaissent plutôt bien car c’est Tippett qui avait lancé la carrière de Smith à Dallas quand il entraînait les Stars. Mike Smith a ensuite fait un passage assez peu convaincant à Tampa Bay, mais Don Maloney, le manager général, l’a fait venir pour le relancer. Il s’est parfaitement réadapté au système de son ancien coach, même s’il a été soumis à rude épreuve dans cette série (il a reçu en moyenne 40 tirs cadrés par match) et il termine avec un excellent 95% d’arrêts. Pour le contrecarrer, l’entraîneur des Hawks, Joel Quenneville, avait choisi de changer la composition de ses lignes d’attaque pour mettre un joueur offensif de talent sur chaque ligne (Patrick Kane, Patrick Sharp, Jonathan Toews) afin de maximiser la pression offensive sur le but de Smith, en vain.

Mike Smith n’est pas le seul joueur que l’habile Maloney a fait venir alors que leur cote sur le marché était au plus bas et qui contribuent aujourd'hui au succès des Coyotes. On peut également citer Gilbert Brulé, arrivé en cours de saison en provenance d’Edmonton par les waivers, qui a inscrit 3 points (dont 2 buts) dans la série. L’attaque des Coyotes était d’ailleurs un des points d’interrogation. Si les hommes de Dave Tippett ne se sont pas soudainement métamorphosés en all-stars, ils ont su se montrer opportunistes pour profiter des erreurs des Blackhawks. Les Coyotes terminent la série avec 17 buts inscrits par 11 buteurs différents. Ironiquement, le meilleur buteur de Phoenix en saison régulière, Radim Vrbata, n’a pas encore marqué dans ces playoffs...

La physionomie de la première période de ce sixième match est plutôt simple, elle est rappelée par le nombre de tirs cadrés : 16 pour Chicago contre 2 pour Phoenix. Patrick Kane offre la première action dangereuse du match avec un tir depuis le cercle gauche où Andrew Brunette et Andrew Shaw tentent de profiter du rebond, mais Smith parvient à contrôler le palet avec l’aide physique de David Schlemko et Derek Morris (3’14). Si Chicago mène largement le jeu, ils sont parfois contrés par des Coyotes adeptes d’un pressing agressif : alors que les Blackhawks sont installés dans la zone de Phoenix, Nick Leddy envoie une passe dans le fond qui est interceptée par Michal Rozsival, et c’est Boyd Gordon qui hérite du palet après une déviation de Lauri Korpikoski à la ligne bleue. Gordon entre dans la zone de Chicago face à Niklas Hjalmarsson en couverture et il décale sur sa gauche le jeune arrière Oliver Ekman-Larsson. Celui-ci décoche un tir du poignet au ras de la glace, que Crawford détourne de la jambière gauche. Kane récupère alors le palet à la bande et remonte la patinoire à toute allure, poursuivi par Kyle Chipchura et avec Shaw à ses côtés. Il fixe Rozsival et passe à Shaw mais sa reprise termine dans le plastron de Smith qui s’est rapidement déplacé latéralement (6’54).

Smith ne s’arrête pas à cet arrêt décisif et quand Marcus Krüger, derrière le but, sert Jimmy Hayes dans le slot, il s’interpose à nouveau (8’17). Idem quand Sharp, placé à côté du but, tente de marquer en force mais il ne parvient pas à surprendre Smith (17’50). Même si Shane Doan se montre dangereux avec un tir lointain sur un service d’Antoine Vermette que Crawford peine à contrôler (22’33), la deuxième période démarre sous les mêmes auspices que la première : Kruger, à nouveau placé derrière le but, tente de passer pour Sharp, placé dans le slot. Smith tente audacieusement de détourner la passe avec sa crosse et le palet traîne un instant dans son enclave, sous la pression de Sharp, avant que Smith ne le stoppe avec sa mitaine (24’29).

Puis c’est Viktor Stålberg qui entre dans la zone de Phoenix, il transmet le palet à Jonathan Toews dans le cercle gauche. Rozsival se précipite vers le capitaine des Hawks pour contrer son tir, mais celui choisit de centrer pour Brendan Morrison, seul dans le slot. Le vétéran effectue une bonne reprise mais Smith est prompt et attrape spectaculairement le palet de la mitaine (25’02). Il est à nouveau à l’ouvrage pour arrêter un tir de la bleue de Hjalmarsson (26’40).

Les locaux peuvent se mordre les doigts de ne pas réussir à concrétiser toutes ces tentatives car leurs adversaires vont les punir de leur inefficacité : à 5 contre 4 après une pénalité pour Toews pour interférence, Ekman-Larsson manque une première opportunité face à Crawford après un tir de la bleue de Keith Yandle à côté du but (32’40) mais il ne manque pas la seconde, son tir lointain trompant Crawford masqué par Martin Hanzal (0-1, 33’14). Chicago tente de réagir immédiatement quand Toews lance Shaw dans le dos de la défense sur une bonne transversale mais Shaw voit son tir repoussé par le bouclier de Smith (33’42).

En troisième période, les Hawks semblent moins motivés qu’auparavant : Daymond Langkow est pourtant en prison pour un faire trébucher, mais ils parviennent seulement à produire deux tirs lointains de Nick Leddy, sans succès (40’21). Les visiteurs en profitent : Chipchura, derrière le but des Hawks, parvient à glisser le palet à Brulé, placé devant l’enclave de Crawford et qui tire dans la lucarne gauche de celui-ci (0-2, 42’24).

Chicago a bien un semblant de réaction quand Toews se bat pour récupérer un rebond sur un de ses tirs mais Smith est encore là pour geler le palet (47’39). Ce sont en fait les Coyotes qui vont clore le match : une frappe de Bødker dans le slot est détournée par la jambière de Crawford et Vermette profite du rebond pour tromper le portier des Hawks (0-3, 53’04). Dans la foulée, Brule rend la pareille à Chipchura : cette fois, c’est Brule qui fait la passe de derrière le but et c’est Chipchura qui marque d’une reprise de volée (0-4, 54’56). Sans surprise désigné comme l’homme du match, Mike Smith signe le premier blanchissage de sa carrière en playoffs.

3 étoiles du match : Mike Smith (Phoenix) ***, Oliver Ekman-Larsson (Phoenix) **, Gilbert Brulé (Phoenix) *


Chicago Blackhawks – Phoenix Coyotes : 0-4
Phoenix remporte la série 4 matchs à 2

Tirs cadrés : Chicago 39 (16, 12, 11) ; Phoenix 20 (2, 6, 12)

Evolution du score
0-1 à 33’14 : Ekman-Larsson assisté par Yandle et Whitney (sup. num.)
0-2 à 42’24 : Brulé assisté par Chipchura
0-3 à 53’04 : Vermette assisté par Bødker et Ekman-Larsson (sup. num.)
0-4 à 54’56 : Chipchura assisté par Brulé et Langkow


Chicago Blackhawks

Gardien : Corey Crawford

Défenseurs : Duncan Keith (A) – Brent Seabrook ; Niklas Hjalmarsson – Sami Lepistö ; Nick Leddy – Johnny Oduya

Attaquants : Brendan Morrison – Jonathan Toews (C) – Viktor Stalberg ; Patrick Sharp (A) – Marcus Kruger – Jimmy Hayes ; Bryan Bickell – Dave Bolland – Michael Frolik ; Andrew Brunette – Patrick Kane – Andrew Shaw

Remplaçant : Ray Emery (G). En réserve : Steve Montador, Sean O’Donnell, Jamal Mayers, Jeremy Morin, Brandon Pirri, Brandon Saad et Brandon Bollig. Blessé : Marian Hossa (tête).

Phoenix Coyotes

Gardien : Mike Smith

Défenseurs : Keith Yandle (A) – Derek Morris ; Rostislav Klesla – Oliver Ekman-Larsson ; David Schlemko – Michal Rozsival

Attaquants : Mikkel Bødker – Antoine Vermette – Shane Doan (C) ; Ray Whitney – Martin Hanzal (A) – Radim Vrbata ; Lauri Korpikoski – Boyd Gordon – Taylor Pyatt ; Kyle Chipchura – Daymond Langkow – Gilbert Brule

Remplaçant : Jason LaBarbera (G). En réserve : David Rundblad, Paul Bissonnette, Chris Summers, Andy Miele, Michael Stone, Adrian Aucoin, Brett Maclean, Marc-Antoine Pouliot et Alexandre Bolduc. Suspendu : Raffi Torres.