Suède - République Tchèque (Euro Hockey Tour 4)

STEPANEK Jakub-2009-8337Un mois avant le début du Championnat du monde prévu le 4 mai prochain, la République Tchèque et la Suède ont procédé à leurs derniers ajustements via l'Euro Hockey Challenge avec deux bilans complètement différents. Si le rendement des Suédois s'est essoufflé en finissant par deux défaites concédées chez eux contre la Suisse, ce fut un carton plein pour la République Tchèque avec six victoires en autant de rencontres. À domicile pour cette dernière étape de l'Euro Hockey Tour, que mène d'ailleurs la Tre Kronor, la troupe d'Alois Hadamczik compte bien rester sur la même dynamique.

Hadamczik peut d'ailleurs compter sur Tomáš Plekanec (Montréal), Aleš Hemský (Edmonton), Jiří Tlustý (Carolina), Tomáš Vincour (Dallas) et même Jakub Kindl (Detroit) qui n'était pas forcément prévu au départ.

Comme convenu, Victor Hedman (Tampa Bay) et Gabriel Landeskog (Colorado) se joignent aux jaunes et bleus tandis que Johan Franzén, Henrik Zetterberg (Detroit) et Loui Eriksson (Dallas) évolueront plus tard. Champion de Suède avec Brynäs, Jakob Silfverberg avait rejoint ensuite les Sénateurs d'Ottawa qui étaient alors en action face aux Rangers de New York. Eliminé par l'équipe de Big Apple, Silfverberg a donné son accord pour une participation au Mondial, de même que Niklas Kronwall... qui avait dans un premier temps refusé au prétexte de finir les travaux dans sa maison des faubourgs de Detroit.

Si le début de match s'avère fermé avec pratiquement aucune occasion à se mettre sous la dent, une pénalité de Petr Tenkrát permet aux Suédois de prendre les devants. Mattias Karlsson passe à Calle Järnkrok qui prend tout son temps pour décocher sa flèche et battre Jakub Štěpánek (1-0, 05'39"). Les Suédois dominent tout court car, après dix minutes de jeu, le gardien suédois Jhonas Enroth n'a pas été inquiété une seule fois ! Le nouveau venu Victor Hedman tente de frapper entre les jambières de Štěpánek mais ce dernier reste efficace sur ses appuis.

Petr Průcha va récupérer le puck traînant en zone offensive pour finalement tirer, cherchant lui aussi une brèche entre les jambières de Enroth. C'est raté mais il s'agit de la première opportunité de la République Tchèque... à la 14e minute. Toutefois, à mesure que les minutes passent, les Tchèques deviennent de plus en plus menaçants. Avant la première pause, Jonas Ahnelöv rend visite à Hedman en prison qui s'était expliqué juste avant avec Jakub Petružálek. Six secondes vont être nécessaires pour égaliser, Tomáš Žižka décale Ondřej Němec qui effectue une reprise de volée parfaite (1-1, 19'33"). Les Tchèques s'en sortent bien après vingt minutes de jeu.

Ceux-ci souhaitent rester dans le même rythme que la fin de la période précédente. À la deuxième minute, Linus Omark tente de récupérer une passe avant de rentrer en zone offensive mais il est trop court. La relance tchèque est alors rapide, Ales Hemsky s'offre un duel face à Enroth, qu'il rate. Quelques secondes tard, Tomas Vincour échoue dans les mêmes circonstances. Hemsky défie à son tour Enroth, délaissé une fois de plus. Mais au lieu de frapper, il laisse finalement derrière à Jiri Novotny qui a bien suivi (1-2, 23'05"). La Tchéquie creuse l'écart, encore en supériorité numérique. Jiří Tlustý, planté à droite, est servi par Jakub Nakládal qui le voit roder de la bleue (1-3, 23'53"). Voyant sa sélection mal en point, Pär Mårts demande un temps mort. Cela ne remet pas forcément les idées en place car on frôle la correction par Petr Koukal, sa tentative est néanmoins captée de manière spectaculaire par la mitaine du cerbère de Buffalo.

La poussée slave va néanmoins s'estomper. Si la pénalité de Lukáš Kašpar n'a aucune conséquence, malgré une belle reprise de volée de Johan Harju, il n'en sera pas de même pour celle Petr Koukal. Staffan Kronwall envoie de loin un missile, c'est un grand classique du jeu de puissance scandinave (2-3, 33'18"). Le temps fort, il est désormais pour les Suédois car, précisément 22 secondes plus tard, Joel Lundqvist envoie le palet devant la cage, Harju et Fredrik Pettersson se regardent mais c'est finalement le premier qui se décide en le marquant tout en finesse (3-3, 33'40"). Bien placé, Mattias Ekholm aurait même pu permettre aux siens de prendre l'avantage minute. La nation aux trois couronnes fait le forcing et se découvre, Plekanec, trop égoïste, gâche notamment un 2 contre 1 juste avant la pause.Le vétéran de 40 ans joue vraiment de malchance car, alors que Larsson cire le banc des pénalités, il est servi sous le nez de Jhonas Enroth mais son lancer n'est pas cadré pour quelques centimètres. La pression est tchèque et Hemský le fait comprendre à Enroth, lequel loupe sa relance derrière sa cage, gêné par l'obstacle d'Edmonton qui se prend pour Lionel Messi (toute proportion gardée) en tentant de se remettre tant bien que mal devant le but déserté, Jhonas se couche de justesse. Son équipe ne réussira pas à inverser la tendance, peut-être dominante pour le nombre de lancers mais finalement moins tranchante que les hôtes. Le dernier but en est symptomatique : Fredrik Pettersson se fait voler maladroitement le puck par Petr Průcha qui n'a aucun mal à le mettre dans la cage vide (3-5, 59'52"). Mine de rien, la Suède concède son troisième revers consécutif face à une République Tchèque très volontaire dont la dernière défaite remonte au 11 février.

 

Commentaires d'après-match

Gabriel Landeskog (attaquant de la Suède) : "Ça s'est bien passé malgré la surface plus grande. Mais moi, Calle (Järnkrok) et Johan (Larsson) avons trouvé une certaine complémentarité. Ce n'est que le début et il nous faut encore travailler."

Tomáš Žižka (défenseur de la République Tchèque) : "Il nous a fallu un certain temps pour suivre le rythme. Les Suédois ont bien joué mais quand nous avons retrouvé notre jeu, cela s'est mieux déroulé."

 

Suède - République Tchèque 3-5 (1-1, 2-2, 0-2)
Jeudi 26 avril 2012 à la Rondo Aréna de Brno. 7068 specteurs.
Arbitrage d'Alexei Anisimov et Konstantin Olenin (RUS).
Pénalités : Suède 18' (10', 4', 4'), République Tchèque 16' (8', 6', 2').
Tirs : Suède 39 (13, 17, 9), République Tchèque 29 (8, 11, 10).
 
Évolution du score :
1-0 à 05'39" : Järnkrok assisté de Karlsson (sup. num.)
1-1 à 19'33" : Němec assisté de Žižka et Novotný (sup. num.)
1-2 à 23'05" : Novotný assisté de Hemský (sup. num.)
1-3 à 23'53" : Tlustý assisté de Blaťák et Plekanec (sup. num.)
2-3 à 33'18" : Kronwall assisté de Olausson et Zackrisson (sup. num.)
3-3 à 33'40" : Harju assisté de Lundqvist
3-4 à 40'08" : Plekanec
3-5 à 59'52" : Průcha
 
 
Suède
 
Gardien : Jhonas Enroth puis Viktor Fasth à 58'34" (cage vide de 58'42" à 59'52").
 
Défenseurs : Staffan Kronwall (C, -1) - Mattias Ekholm (-2) ; Daniel Fernholm - Victor Hedman (-1, 8') ; Jonas Frögren (4') - Mattias Karlsson ; Jonas Brodin (+1) - Jonas Ahnelöv (2').
 
Attaquants : Johan Harju - Joel Lundqvist (-1) - Fredrik Pettersson (-1) ; Linus Omark - Niklas Persson (A) - Patrik Lundh ; Gabriel Landeskog (2') - Calle Järnkrok (-1) - Johan Larsson (+1, 2') ; Patrik Zackrisson - Niklas Olausson (-1) - Jesper Fasth.
 
Remplaçant : Daniel Bång.
 
République Tchèque
 
Gardien : Jakub Štěpánek.
 
Défenseurs : Miroslav Blat'ák (+1) - Jakub Nakládal (+1) ; Petr Čáslava (+1) - Zdeněk Kutlák (+1) ; Ondřej Němec - Tomáš Žižka ; Lukáš Krajíček (-1) - Jakub Kindl (-1).
 
Attaquants : Petr Tenkrát (+1, 2') - Tomáš Plekanec (C, +1, 4') - Jiří Tlustý (+1) ; Aleš Hemský - Petr Nedvěd (2') - Petr Průcha (A, +1) ; Tomáš Vincour (-1) - Jan Kovář - Jakub Svoboda (-1) ; Jakub Petružálek (4') - Jiří Novotný (+1) - Lukáš Kašpar (+1, 2') ; Petr Koukal (-1, 2').
 
Remplaçant : Jakub Kovář (G).