Kvapil claque la porte

KVAPIL Marek-100509-236Il n'y avait pas encore eu le moindre clash verbal cette année sur la route des championnats du monde. Les Tchèques viennent de remédier à ce manque. Après une conversation téléphonique avec le sélectionneur Alois Hadamczik, et en constatant que les médias le considéraient comme un possible renfort, Marek Kvapil, tout juste vainqueur de la KHL, a contacté les bureaux de l'agence d'information tchèque à Moscou pour exprimer sa position : "J'ai dit à Hadamczik que je ne jouerais plus jamais pour lui, en équipe nationale ou en club. Depuis que je le connais, il agit sans respect vis-à-vis de moi et je ne peux plus vivre ça."

Kvapil connaît Hadamczik depuis longtemps puisqu'il était son entraîneur à Vitkovice quand il recadrait sévèrement les jeunes joueurs. La raison de rupture définitive remonterait en novembre au tournoi Karjala, où l'entraîneur s'était dit peu satisfait de la performance de Kvapil, qui avait mal pris la critique. La réponse de Hadamczik ne suggère pas une réconciliation proche : "Il y a quelque temps à Vitkovice, j'avais construit Kvapil pour en faire un titulaire de l'équipe première. Ce n'était pas évident d'obtenir de lui une performance maximale. Comme les choses ont changé... S'il pense qu'il peut venir sans avoir à se battre, il se trompe. Désormais il se sent probablement comme un grand millionnaire que l'on doit servir."

Cette polémique survient alors que les Tchèques sont invaincus dans leur préparation et affrontent un adversaire qui leur a fait très mal. Les dernières confrontations face à la Finlande ont été douloureuses : 0-4 et 0-7. Cette fois-ci, ils abordent le match par le bon bout. Ils parinent fort et pratiquent un hockey plein d'imagination et de mouvement. Plekanec s'échappe joliment, mais Vehanen bloque sa tentative.

Le seul défaut notable de la République Tchèque dans ce premier tiers-temps est son indiscipline lorsque les défenseurs Kindl et Mojzis la laissent à 3 contre 5. Mikko Kousa oblige Stepanek à un bon arrêt. Mais les pénalités s'achèvent, et c'est au tour du capitaine finlandais Mikko Koivu, qui intègre l'effectif sur ce match, de partir en prison. Il revient sur la glace mais les Tchèques restent installés. Petr Nedved temporise côté gauche et centre dans le bon timing pour Ondrej Nemec, subitement monté de la ligne bleue jusque dans le slot pendant un très bref moment d'inattention finlandais (1-0). Le gardien champion du monde Petri Vehanen, dont la place de titulaire est menacée par Kari Lehtonen, n'attrape pas un tir en entrée de zone de Lukas Kaspar, ce qui coûte le deuxième but (2-0).

KOIVU Mikko-110512-273En deuxième période, les Finlandais montent l'intensité d'un cran, notamment sur le plan physique. Topi Jaakola envoie un long palet en cloche, Stepanek le capte avec son gant et le relâche pour son défenseur Lukas Krajicek devant lui. Mais celui-ci se fait emporter par un bulldozer nommé Petteri Nokelainen. La rondelle est libre pour Lennart Petrell qui l'envoie au-dessus de l'épaule du gardien (2-1). La partie se tend, Pesonen et Caslava sont renvoyés au vestiaire après une bagarre. Tenkrat est sanctionné pour un cinglage, et Stepanek est masqué sur le tir de la bleue de Mikko Mäenpää (2-2).

Ai troisième tiers-temps, Plekanec est toujours le Tchèque le plus dangereux, mais la dernière occasion est finlandaise, pour Kiiskinen, et on en vient à la prolongation. Juste après une démonstration d'habileté de Hemsky, à laquelle il manquait la conclusion, la Finlande part à 3 contre 2. Tuomas Kiiskinen, qui ne figure normalement parmi les titulaires pressentis pour le Mondial, profite à fond de sa place transitoire en première ligne (en attendant Filppula) et choisit le lancer, dans la lucarne opposée (2-3).

Première défaite pour les Tchèques, à quelques jours du couperet. Beaucoup de joueurs doivent encore être renvoyés chez eux. Alors que la patinoire se vide, Michael Frolik, l'attaquant de Chicago arrivé pendant le match, monte sur la glace et envoie des tirs sur le gardien remplaçant Jakub Kovar. Deux autres attaquants de NHL, Milan Michalek et Jakub Krejci, doivent arriver dans la semaine.

Commentaires d'après-match

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avions changé de décision. Nous voulions originellement que Kovar joue. Mais nous avons regardé les statistiques, Stepanek n'a pas beaucoup joué contre les Finlandais, nous voulions donc le voir. Nous avons une équipe jeune qui doit garder un rythme fort. Nous étions les premiers sur le palet, nous étions actifs et vigoureux, mais nous aurions dû le rester. Nous menions 2-0, nous avons pris des pénalités qui ont aidé les Finlandais pour nous remettre la pression. Certains joueurs ne peuvent pas se permettre qu'à un bon match succède un match moyen. Nous devons encore décider des nominés pour les Mondiaux."

 

République Tchèque - Finlande 2-3 après prolongation (2-0, 0-2, 0-0, 0-1)
Samedi 28 février 2012 à 14h00 à la Rondo Aréna de Brno. 6905 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin et Aleksei Anisimov (RUS) assistés de Petr Blüumel et Rudolf Tosenovjan (TCH).
Pénalités : République Tchèque 39' (6', 8'+5'+20', 0', 0'), Finlande 49' (6'+10', 4'+5'+20', 4', 0').
Tirs : République Tchèque 28 (8, 7, 12, 1), Finlande 21 (3, 11, 4, 3).

Évolution du score :
1-0 à 13'28" : Nemec assisté de Nedved et Hemsky
2-0 à 16'51" : Kaspar assisté de Novotny (sup. num.)
2-1 à 26'43" : Petrell assisté de Jaakola et Kiiskinen
2-2 à 31'03" : Mäenpää assisté de Hietanen et Jokinen (sup. num.)
2-3 à 62'27" : Kiiskinen

 
République Tchèque
 
Gardien : Jakub Štěpánek.
 
Défenseurs : Miroslav Blaták (-1) - Jakub Nakládal (-1) ; Petr Čáslava (2'+5'+20') - Zdeněk Kutlák (+1) ; Lukáš Krajíček - Tomáš Mojziš (2') ; Ondřej Němec (+1) - Jakub Kindl (2').
 
Attaquants : Petr Tenkrát (-1, 2') - Tomáš Plekanec (C, -1) - Jiří Tlustý (-1) ; Tomáš Vincour (-1) - Petr Nedvěd (+1, 2') - Michal Vondrka ; Aleš Hemský - Petr Koukal - Petr Průcha ; Jakub Petružálek - Jiří Novotný (-1, 2') - Lukáš Kašpar (-1, 2').
 
Remplaçant : Jakub Kovář (G). En tribune : Tomas Pöpperle (G), Jan Kovář (palet dans l'oreille contre la Suède), Tomáš Žižka, Jakub Svoboda.

Finlande
 
Gardien : Petri Vehanen.
 
Défenseurs : Juuso Hietanen (+2) - Mikko Mäenpää (+1) ; Toni Sôderholm - Mikko Kousa ; Joonas Järvinen (-1, 4') - Ossi Väänänen (-1) ; Topi Jaakola (+1) - Lasse Kukkonen (2').
 
Attaquants : Tuomas Kiiskinen (+2) - Mikko Koivu (-1, 2') - Jussi Jokinen ; Janne Pesonen (2'+10'+5'+20') puis Matti Kuparinen à 27'40" - Jarkko Immonen - Mikael Granlund ; Mika Pyörälä - Niko Kapanen (+1, 2') - Petri Kontiola ; Antti Pihlström - Petteri Nokelainen - Lennart Petrell (2').
 
Remplaçant : Kari Lehtonen (G). En tribune : Pasi Puistola, Janne Niskala, Jesse Joensuu, Ville Peltonen.