Lettonie - France (match de préparation 1)

HUET Cristobal-110429-149C'est la dernière ligne droite avant les championnats du monde et toutes les équipes sont rejointes par leurs derniers éléments. Pour autant, ils ne sont pas tous sur la glace. Bellemare, Auvitu et Stéphane Da Costa sont au repos aujourd'hui, alors que l'ultime joker Antoine Roussel n'arrivera que mercredi. Le seuls nouveaux dans l'effectif bleu sont donc Baptiste Amar, revenu de blessure dans les temps, et Maxime Moisand. Ce dernier quitte son poste habituel de défenseur pour l'attaque, car Desrosiers est en tenue civile par précaution, sans que son état n'inspire de gravité.

Même scénario pour la Lettonie. Pujacs et Bartulis (finalement relâché par les Flyers de Philadelphie qui l'avaient rappelé à cause de leurs blessures en défense) sont préservés et ne joueront que demain. Kaspars Daugavins, qui faisait partie des réservistes d'Ottawa comme Stéphane Da Costa, voyage moins vite que le Français puisqu'il débarque demain. La Lettonie se présente pour ce premier test sans son habituel gardien titulaire Masalskis et sans son principal duo offensif Sprukts-Redlihs. Il faut dire que, contrairement à la France où l'effectif est défini à l'avance (le dernier remplaçant Gaborit sait qu'il n'est là que par intérim), les joueurs de Ted Nolan n'ont pas encore leur place acquise et doivent la gagner sur la glace aujourd'hui.

Il faut donc se méfier de l'envie des Baltes, qui ont toutes les raisons d'être plus motivés et prennent très vite le jeu à leur compte. Anthony Guttig, acteur de la première contre-attaque française avec Fleury, est fait trébucher par le vétéran Aleksandrs Macijevskis. Cette première pénalité est annulée par une faute bête de Yorick Treille en zone offensive. La Lettonie joue moins d'une minute à 5 contre 4, mais cela lui suffit pour être très dangereuse. Girts Ankipans se présente dans l'axe et tire à bout portant, mais Cristobal Huet se saisit du palet avec sa mitaine.

Cette action donne le coup de feu de cinq minutes totalement à l'avantage de la Lettonie, avec notamment deux passes de derrière la cage reprises face au but. Kevin Hecquefeuille perd le contrôle du palet en zone neutre et Andris Dzerins s'échappe seul face à la cage, mais Huet remporte son duel d'un bon poke-check. Le gardien est battu dix secondes plus tard sur une nouvelle tentative de ce même Dzerins, mais son poteau le sauve. Le 0-0 à la pause est flatteur pour la France.

Au deuxième tiers-temps, la France sort un peu de sa coquille et le jeu s'amine. Une très belle séquence de passes en zone neutre de la première ligne permet à Sacha Treille de partir seul dans l'axe, mais le gardien Maris Jucers ne prend pas à ses feintes et détourne son tir du revers avec la jambière.

Maintenant que la France se découvre un peu, les Lettons font mine de temporiser pour mieux signer des longues passes et des sorties de zone rapides et la prendre en contre-attaque : un scénario de match intéressant car il risque de ressembler à ce que les Bleus pourraient vivre face au Kazakhstan. Kevin Hecquefeuille réalise de bons replis défensifs tout au long de la période : même s'il est un défenseur offensif, sa vitesse de patinage fonctionne heureusement aussi dans l'autre sens de la glace.

Le troisième tiers-temps est moins engageant pour la France. Alors qu'une pénalité différée est signalée à l'encontre de Teddy Da Costa, les tricolores perdent leur concentration sur le jeu et laissent Gints Meija absolument seul devant la cage pour reprendre une passe du coin. Les Bleus ne parviennent à réagir à ce but, sauf par une faute de frustration de Meunier qui venait de réclamer en vain une pénalité adverse. En avantage numérique, Meija sert de derrière la cage Andris Dzerins qui inscrit le 2-0 devant un Bachet trop passif.

Le plus jeune joueur letton, le très (trop ?) motivé Miks Indrasis, charge Cristobal Huet dans le dos. S'il doit apprendre à se contrôler, c'est aussi le cas du plus expérimenté Alexandre Rouleau, qui arrive tard dans la mêlée et jette inutilement les gants. Les Français bénéficient quand même d'un avantage numérique. Sacha Treille voit son tir repoussé dans les airs mais rabat le palet du gant, et c'est son frère Yorick qui termine l'action (2-1).

Après un tir français contré, Gints Meija est lancé en contre et se fait accrocher par Nicolas Besch. Il obtient un tir de pénalité, mais son revers est bloqué sous la botte gauche de Cristobal Huet. Et à une minute de la fin, alors que l'Arena Riga croit à la victoire, Hecquefeuille trouve une longue relance vers l'inévitable fratrie : Sacha, sur l'aile gauche, centre au second poteau pour Yorick (2-2). En deux occasions, les Treille ont sauvé la France de la défaite.

La prolongation a tout juste commencé que Bachet fait obstruction sur Bukarts à la première occasion balte. La Lettonie prend son temps mort et l'ancien coach de NHL Ted Nolan, impassible, laisse toujours son assistant Artis Abols donner les consignes pour le jeu à 4 contre 3. Bukarts prend deux lancers à mi-distance dans l'axe et fait encore sonner le poteau de la cage française. Les Bleus sont sanctionnés pour surnombre et passent finalement la quasi-totalité de la prolongation en infériorité. Alors que Huet est hors de position après s'être engagé sur le joueur à côté du but, Krisjanis Redlihs n'arrive pas à conclure face aux défenseurs et à la cage vide.

La Lettonie a un sérieux problème d'efficacité offensive en jeu placé, mais en un contre un face au gardien, cela se passe beaucoup mieux. Si Guttig marque de justesse sous le bras du gardien, les deux mouvements de Miks Indrasis et de Roberts Bukarts sont techniquement magnifiques et concluent aux tirs au but une victoire indiscutable dans l'ensemble.

Désignés joueurs du match : Maris Jucers pour la Lettonie et Vincent Bachet pour la France.

 

Lettonie - France 2-2 (0-0, 0-0, 2-2, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Lundi 30 avril 2012 à 17h00 à l'Arena Riga. 3889 spectateurs.
Arbitrage d'Eduards Odins et Andrejs Kudrjasovs (LET) assistés de Maksims Bogdanovs et Raivis Jucers (LET).
Pénalités : Lettonie 16' (4', 0', 2'+10', 0'), France 24' (4', 4', 2'+10', 4').
Tirs : Lettonie 41 (11, 8, 11, 11), France 23 (7, 6, 9, 1).

Évolution du score :
1-0 à 44'29" : Meija assisté de Dzerins et K. Redlihs
2-0 à 48'11" : Dzerins assisté de Meija et Bukarts (sup. num.)
2-1 à 51'14" : Y. Treille assisté de S. Treille (sup. num.)
2-2 à 59'05" : Y. Treille assisté de S. Treille

Tirs au but :
France : Fleury (arrêté), Guttig (réussi), Hecquefeuille (arrêté).
Lettonie : Indrasis (réussi), Dzerins (arrêté), Bukarts (réussi).


Lettonie

Gardien : Māris Jučers.

Défenseurs : Oskars Cibulskis - Atvars Tribuncovs (-1) ; Rodrigo Laviņš (C) - Kristaps Sotnieks ; Jānis Andersons - Krišjānis Rēdlihs (+1).

Attaquants : Mārtiņš Cipulis - Aleksejs Širokovs (10') - Ģirts Ankipāns ; Roberts Bukarts - Andris Džeriņš - Gints Meija ; Miks Indrasis (2') - Armands Bērziņš - Kaspars Saulietis ; Aleksandrs Macijevskis (4') - Juris Štāls - Ronalds Ķēniņš ; Koba Jass.

Remplaçant : Ervīns Muštukovs (G). En réserve : Edgars Masalskis (G), Guntis Galviņš, Jānis Sprukts, Miķelis Rēdlihs, Kaspars Daugaviņš (non arrivé).

France (2' pour surnombre)

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Vincent Bachet (2') - Kevin Hecquefeuille (+1) ; Baptiste Amar (+1) - Alexandre Rouleau ; Antonin Manavian (-1, 2') - Nicolas Besch (-1).

Attaquants : Sacha Treille (2') - Laurent Meunier (C, +1, 2'+10') - Yorick Treille (2') ; Anthony Guttig - Teddy Da Costa (-1, 2') - Damien Fleury ; Damien Raux - Brian Henderson - Charles Bertrand ; Maxime Moisand - Loïc Lampérier - Robin Gaborit.

Remplaçant : Fabrice Lhenry (G). En réserve : Florian Hardy (G), Yohann Auvitu, Pierre-Édouard Bellemare, Stéphane Da Costa, Julien Desrosiers, Antoine Roussel (non arrivé).