Sixième défaite consécutive pour la Suède

Les États-Unis sont arrivés à destination de l'Europe en vue du prochain Mondial. Et avec toujours la même incertitude : à quelle place vont-ils se classer dans une compétition qui ne leur sied pas ? Oui mais ça, c'était avant. Car cette année, le format du Championnat du monde change avec une première phase rallongée qui ne pourra que favoriser des équipes avides de réglages comme les deux écuries nord-américaines. Cependant, mardi après-midi, la sélection de Scott Gordon a fait bonne impression, de quoi attirer l'attention de l'Équipe de France, adversaire de la première journée.
 
Face à la Suède, les Américains ont mené rapidement 1-0 comme l'avait fait quelques jours avant la Finlande. Un passage en force de Kyle Okposo a surpris Viktor Fasth qui a finalement vu Jim Slater s'arracher pour glisser le palet au fond des filets. Puis Bobby Ryan a doublé la mise en seconde période avec un lancer a priori anodin entre les jambières du gardien de l'AIK, déboussolé quelques minutes plus tard par un tir de Jack Johnson. Au final, les États-Unis mèneront 3-0 grâce à Okposo, en deux temps.
 
Pär Mårts demandera un temps-mort, une décision judicieuse puisque la Tre Kronor relèvera la tête en proposant un jeu plus dynamique et plus physique. Joel Lundqvist, en déviant un lancer puissant de Fredrik Pettersson, et Johan Larsson, à 4 contre 3, réduiront l'écart. Le trio de Larsson, aux côtés de ses coéquipiers de Brynäs Calle Järnkrok et Jakob Silfverberg, fut d'ailleurs une des satisfactions suédoises. Évoluant ensemble sous le même uniforme et décrochant le titre national cette année, les trois hommes ont largement convaincu. Nul doute que c'est cette complémentarité qui les a permis de gagner leur place pour le Mondial malgré la cohorte de joueurs NHL.
 
Finalement, Mårts a remercié six joueurs à l'issue de cette rencontre : Jonas Frögren (Färjestad), Jonas Ahnelöv (MODO), Daniel Fernholm (HIFK), Niklas Olausson (Luleå), Daniel Bång (AIK) et Jesper Fasth (HV71).
 
Scott Gordon, en poste à la tête de l'équipe américaine depuis l'année dernière, a gardé une certaine continuité puisqu'il propose de nouveau une sélection qui n'a même pas 25 ans de moyenne d'âge. Un an après, on ne retrouve toutefois que les défenseurs Cam Fowler (Anaheim) et Jack Johnson (Colombus). Malgré des performances décevantes lors des derniers playoffs, Jimmy Howard, portier des Red Wings de Detroit, s'impose comme le numéro 1, Kyle Okposo et Jim Slater (2 points chacun) ont d'entrée mené l'offensive. Leur étonnante cadence s'est toutefois essoufflée en troisième période face à une Suède qui a montré du mieux pour son sixième revers consécutif.
 
Commentaires d'après-match
 
Scott Gordon (entraîneur des États-Unis) : "C'était vraiment un très bon premier match. J'ai apprécié notre rendement et nous avons créé des séquences de qualité. Nous attendons avec impatience le début du tournoi."
 
Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Nous ne sommes pas allés au fond des choses. Il y a encore de mauvaises décisions, des passes imprécises et des interventions hésitantes."
 
 
Suède - États-Unis 2-3 (0-1, 2-2, 0-0).
Mardi 1er mai 2012 à 15h30 à la Läkerol Arena de Gävle. 7519 specteurs.
Arbitrage de Sören Persson et Mikael Nord (SUE) assistés d'Emil Wernström et Johannes Käck (SUE).
Pénalités : Suède 6' (2', 4', 0'), États-Unis 10' (4', 4', 2').
Tirs : Suède 43 (19, 12, 12), États-Unis 21 (10, 8, 3).
 
Évolution du score :
0-1 à 01'55" : Slater assisté de Okposo
0-2 à 23'32" : Ryan assisté de Stastny
0-3 à 30'40" : Okposo assisté de Lasch et Slater
1-3 à 36'39" : Lundqvist assisté de Pettersson et Ekholm
2-3 à 39'24" : Larsson assisté de Silfverberg et Järnkrok (sup. num.)
 
 
Suède
 
Gardien : Viktor Fasth (sorti à 58'53").
 
Défenseurs : Jonas Brodin - Mattias Ekholm (-1, 2') ; Victor Hedman (-1, 2') - Staffan Kronwall (C) ; Jonas Ahnelöv (-2) - Daniel Fernholm ; Jonas Frögren - Niklas Hjalmarsson.
 
Attaquants : Johan Larsson (-2) - Calle Järnkrok (-2) - Jakob Silfverberg (-2) ; Patrik Zackrisson (-1) - Marcus Krüger (-1, 2') - Viktor Stålberg (-1) ; Loui Eriksson - Niklas Olausson - Jesper Fasth ; Niklas Persson (A, +1) - Joel Lundqvist (A, +1) - Fredrik Pettersson (+1).
 
Remplaçants : Jhonas Enroth (G), Daniel Bång.
 
États-Unis
 
Gardien : Jimmy Howard puis Richard Bachman à 40'00".
 
Défenseurs : Cam Fowler - Jack Johnson (C, +1) ; Justin Faulk (+1) - Alex Goligoski (+2) ; Jeff Petry - Chris Butler (2') ; Justin Braun.
 
Attaquants : Bobby Ryan (+1, 2') - Paul Stastny (2') - Max Pacioretty ; Ryan Lasch (+2) - Jim Slater (A, +2, 2') - Kyle Okposo (+1) ; J.T. Brown - Justin Abdelkader - Cam Atkinson ; Joey Crabb - Nate Thompson (A) - Patrick Dwyer.