Slovaquie – Allemagne (Škoda Cup, 2e journée)

REIMER Patrick-110511-398La Škoda Cup, neuvième édition du tournoi de Slovaquie, sonne la cloche du dernier tour avant les Mondiaux qui débutent la semaine suivante. La Double-Croix, qui entend bien en Scandinavie faire mieux que l’an passé à domicile, connait une préparation mi-figue mi-raisin puisqu’elle a perdu à six reprises en autant de sorties en avril. Embêtant ? Certes. Inquiétant ? Pas vraiment. Sur les six revers en question, la moitié a été concédée en fusillade et les trois autres se sont conclus sur des scores serrés. Et puis, même si avec l’arrivée des finalistes de l’Extraliga (dont le capitaine Miroslav Šatan) l’effectif slovaque est quasi complet, dans les coulisses à Bratislava on évoque avec certitude les renforts de NHL : Zdeno Chára, Tomáš Kopecký voire Michal Handzuš si ce dernier se remet à temps de ses pépins de santé. Récemment vainqueur de la Coupe Gagarine, le défenseur Dominik Graňák, laissé au repos, est lui aussi attendu de pied ferme.

Bref, on ne cède pas au catastrophisme dans le camp slovaque et si sa première rencontre de la compétition, contre la Norvège, s’est de nouveau achevée par une défaite aux tirs au but (4-5), elle offre toutefois quelques motifs de réjouissances à Vladimír Vůjtek. Menés 0-4, ses protégés sont parvenus à égaliser dans la dernière demi-minute du temps réglementaire et cette abnégation augure des espoirs de jours meilleurs. Peut-être ceux de 2002, lorsque la Zlatá Generácia offrait, déjà dans le Nord, son premier et unique titre mondial à la Slovaquie. En marge de la deuxième journée et avant le coup d’envoi du match contre l’Allemagne, les héros ont été réunis presqu’en totalité dans la capitale pour célébrer l‘heureux anniversaire. Bercés de doux souvenirs recouvrés par la présence de ces visages vénérés, les supporters locaux se prennent alors à rêver, dix ans après, d‘un improbable doublé. 

En attendant, la Slovaquie peut encore prétendre à la victoire finale en Škoda Cup, ce qui constituerait sa troisième levée cette saison après la Deutschland Cup à Munich et la Bel Swiss Bank Cup à Minsk. Sa confrontation avec l’Allemagne, c’est en fait une finale puisque la Nationalmannschaft, lauréate du Belarus la veille (5-2), peut elle aussi remporter la compétition. Ce sont les Slovaques qui tirent les premiers. Très actif dans les premières secondes de la partie, Tomáš Tatár exerce un fore-checking efficace et récupère le palet dans le coin droit allemand avant de servir en retrait Kristián Kudroč. La frappe du défenseur, peu après la ligne bleue, tape la bande de fond de zone et revient sur Michel Miklík au poteau gauche : l’attaquant de Košice ouvre le score du revers de la palette (1-0, 01'39). 

Il n’en fallu pas plus pour lancer la partie sur les chapeaux de roue. Le rythme est déjà soutenu et le jeu passe d’un camp à l’autre sans qu’une formation prenne un avantage certain sur l’autre. Alors que les Allemands sont justement dans le camp adverse, Philip Gogulla tente sa chance dans l’axe. Patrick Reimer est au rebond au poteau droit mais Ján Laco repousse de nouveau du patin. Qu’a cela ne tienne, l’attaquant de Düsseldorf s’y reprend une seconde fois et trouve cette fois-ci le chemin des filets (1-1, 07'35). Les Noirs prennent l’avantage lorsque le même Reimer conclut dans le slot une belle combinaison entre Daniel Pietta et Gogulla, le défenseur ayant chipé la rondelle de la crosse d’un slovaque le long de la bande droite (1-2, 14'33). Dans l’ultime minute du premier tiers, Martin Cibák profite d‘une mauvaise relance de Justin Krueger et son tir, bien que mal maitrisé par Dennis Endras, est toutefois dégagé sur la ligne par Krueger qui rattrape là sa bévue.  

En début de deuxième période, Cibák, toujours lui, presse avec succès le porteur allemand dans le cercle gauche et peut compter sur le soutien de Rastislav Špirko. Ce dernier s’échappe dans le coin avant de repiquer puis de centrer pour Marek Hovorka, démarqué au second poteau. Endras tarde à couvrir l‘autre moitié de son but et le joueur de Kladno a donc la tâche facile pour égaliser et, accessoirement, ouvrir son compteur en sélection (2-2, 22'28). La Slovaquie reprend la main moins de cinq minutes plus tard lorsque le capitaine vétéran Miroslav Šatan reprend le slap mal cadré de Michal Sersen avant d’effectuer un tour de cage victorieux au poteau gauche (3-2, 27'03). Mais l’Allemagne poursuit le jeu du chat et de la souris. Gogulla, sur la ligne de but slovaque, centre pour Krueger dans le slot qui remet de suite à Reimer sur sa gauche : triplé personnel et nouvelle égalisation (3-3, 37'51).

La Slovaquie reprend l’avantage dans le troisième acte lorsque le tir du poignet de Tomáš Surový dans le cercle gauche trouve la lucarne droite du gardien allemand (4-3, 44'09). Si le score reste ainsi, c’est elle qui s’adjuge cette Škoda Cup. Il lui faut en effet à tout prix l’emporter dans le temps réglementaire et ça sent toujours assi bon à moins de quatre minutes de la fin. Mais la mauvaise relance de Tatár, d’un back-hand assez mou, arrive pile-poil sur Sinan Akdag sur la ligne bleue. Le défenseur trompe Ján Laco d’une frappe flottante qui rebondit sur la galce un mètre devant le portier local avant de terminer sous la transversale (4-4, 56'34). « Škoda », ça veut aussi dire « dommage » en slovaque. C’est plutôt bien approprié pour l’occasion ! Car en accrochant la prolongation, l’Allemagne, qu’elle perde ou qu’elle gagne, sait désormais qu’elle repartira avec la coupe.

C’est finalement aux tirs au but que se joue – encore – le match. Reimer trouve la voie des filets pour la quatrième fois de l’après-midi et cette seule réussite allemande en fusillade n’est pas loin de suffire. Obligé de transformer pour entretenir l’espoir, Juraj Mikúš surprend Dennis Endras d’un back-hand au poteau gauche. Il tente exactement la même chose quelques secondes plus tard avec le même résultat. Les Slovaques s’imposent enfin, après leur cinquième séance de penalties en huit matches, et se rassurent avant de prendre la direction d’Helsinki. Quant aux Allemands, en gagnant à Bratislava, ils prennent leur revanche de la Deutschland Cup, glanée par leurs adversaires du jour…

Désignés joueurs du match : Michel Miklík (Slovaquie) et Patrick Reimer (Allemagne).

 

Classement final de la Škoda Cup

1. Allemagne 4 pts (+2)
2. Belarus 3 pts (+1)
3. Slovaquie 3 pts
4. Norvège 2 pts (-3)

Meilleur gardien : Dennis Endras (Allemagne)
Meilleur défenseur : Andrej Sekera (Slovaquie)
Meilleur attaquant : Juraj Mikúš (Slovaquie)
MVP : Patrick Reimer (Allemagne)

 

Commentaire d’après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : On a joué aujourd’hui notre meilleur match jusqu’ici. On a développé de belles combinaisons et on a marqué quatre fois. On aurait dû l’emporter dans le temps réglementaire et ainsi gagner le tournoi. Mais par irresponsabilité et aussi par malchance, on se prend le but égalisateur. Le jeu que nous avons offert m’a réjoui, aussi bien la performance collective, les combinaisons, la pression sur le but adverse et les solutions trouvées en un contre un. C’est toujours difficile d’écarter quelqu’un du groupe, surtout lorsqu’il se prépare déjà depuis un mois voire plus. On y voit déjà clair chez les gardiens et en défense. Reste à régler le cas des attaquants. »

 

Slovaquie – Allemagne 4-4 (1-2, 2-1, 1-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Samedi 28 avril 2012 à 17h00 à la patinoire Ondrej Nepela de Bratislava. 4610 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Daniel Konc assistés de Peter Stano et Miroslav Valach (tous SVK).
Pénalités : Slovaquie 0' (0', 0', 0', 0') ; Allemagne 4' (2', 2', 0', 0')
Tirs : Slovaquie 43 (18, 16, 6, 3) ; Allemagne 29 (10, 12, 6, 1)

Evolution du score :
1-0 à 01'39'' : Miklík assisté de Kudroč et Tatár
1-1 à 07'35'' : Reimer assisté de Gogulla et Schüle
1-2 à 14'33'' : Reimer assisté de Pietta et Gogulla
2-2 à 22'28'' : Hovorka assisté de Špirko et Cibák
3-2 à 27'03'' : Šatan assisté de Sersen et Surový
3-3 à 35'51'' : Reimer assisté de Krueger et Gogulla
4-3 à 44'09'' : Surový assisté de Hudáček et P. Mikuš
4-4 à 56'34'' : Akdag

Tirs au but :
Slovaquie : Hovorka (manqué), Šatan (manqué), J. Mikúš (réussi), J. Mikúš (réussi).
Allemagne : Reimer (réussi), Greilinger (manqué), Rankel (manqué), Mauer (manqué).

 

Slovaquie

Gardien : Ján Laco.

Défenseurs : Ivan Baranka (A, -1) – Andrej Sekera (-1) ; Peter Mikuš (+1) – Michal Sersen (+1) ; René Vydarený (-2) – Tomáš Starosta (-2) ; Vladimír Mihálik (+2) – Kristián Kudroč (+2).

Attaquants : Marcel Hossa (-1) – Mário Bližňák (-1) – Branko Radivojevič (A, -1) ; Libor Hudáček (+1) – Tomáš Surový (+1) – Miroslav Šatan (C, +1) ; Tomáš Tatár (-1) – Juraj Mikúš (-1) – Michel Miklík (-1) ; Rastislav Špirko (+1) – Martin Cibák (+1) – Marek Hovorka (+1).

Remplaçant : Július Hudáček (G), Marcel Haščák (A). En réserve : Peter Hamerlík (G), Milan Hruška (D), Richard Stehlík (D), Milan Bartovič (A),  Vladimír Dravecký (A), Milan Kytnár (A).

Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Sinan Akdag (2', +1) – Christopher Fischer (+1) ; Moritz Müller – Justin Krueger ; Tim Schüle (2', -1) – Kevin Lavallée (-1) ; Florian Ondruschka – Felix Petermann.

Attaquants : André Rankel (-2) – Kai Hospelt (C, -2) – John Tripp (-2) ; Sebastian Furchner (+1) – Alexander Barta (A, +1) – Evan Kaufmann (+1) ; Philip Gogulla (A, +2) – Daniel Pietta (+2) – Patrick Reimer (+2) ; Frank Mauer (-1) – Felix Schütz (-1) – Thomas Greilinger (-1).

Remplaçant : Dimitri Pätzold (G), Jerome Flaake (A). En réserve : Danny Aus Den Birken (G), Dmitrij Kotschnew (G), Jens Baxmann (D), Benedikt Kohl (D), Christoph Schubert (D), Eduard Lewandowski (A), Martin Buchwieser (A), Alexander Weiss (A).