France - États-Unis (Mondial 2012, à Helsinki)

120504-180La France a l'honneur d'inaugurer les championnats du monde IIHF 2012 en Finlande et en Suède face aux États-Unis avec pour objectif avant tout de se maintenir mais aussi des ambitions plus élevées que d'habitude car la France vient avec une équipe relativement forte. Il n'y a en effet aucun joueur blessé même si Baptiste Amar se remet juste de sa blessure contre Rouen en finale, aucun joueur retenu en play-offs outre-atlantique, Antoine Roussel ayant rejoint l'équipe à Helsinki.

Surtout, l'équipe se présente tout de même avec un jeune attaquant et un gardien de NHL, un champion de SM-Liiga, un finaliste d'Elitserien. « Un bon mix de jeunes prometteurs et de vétérans » pour reprendre les mots de l'entraineur Dave Henderson. Cependant la nouvelle formule à 2 groupes de 8 équipes oblige à jouer à fond toutes les matches car nos adversaires pour le maintien pourraient aussi grappiller des points face aux autres équipes.

Les Américains commencent assez vite et dominent les Francais qui répondent en essayant d'imposer un défi physique... qui n'effraie pas leurs adversaires qui se mettent à terminer leur charges également. La plus belle occasion revient cependant aux Français avec une bonne combinaison à 3 contre 2 conclue par une reprise plein axe de Pierre-Édouard Bellemare, au-dessus. Antoine Roussel rate ensuite une charge et est envoyé en prison pour retenir. Le power-play américain est tout de suite en place et Sacha Treille, touché par un tir, ne parvient plus à pousser sur les jambes pour presser sur les artilleurs américains qui bombardent la cage. Le calvaire dure presque deux minutes mais la pénalité est tuée. Tout comme la suivante, concédée par Teddy Da Costa, durant laquelle les tirs américains ne paraissent pas aussi dangereux.

La France est contrainte de défendre plus bas alors que les États-Unis peuvent se permettre de défendre plus haut... au risque de se faire surprendre quand Meunier et Auvitu parviennent à réaliser une belle combinaison d'entrée de zone et laisser le palet à Nicolas Besch qui marque entre les jambières de Jimmy Howard. 0-1 à 12'17.

Malheureusement, sur une grossière erreur de changement de ligne, Kyle Okposo part seul en contre face à Huet et le dribble. 1-1 à 16'52. La France termine les deux dernières minutes en supériorité mais malgré un power-play en place et pas mal de trafic devant la cage, les tirs rapides de Rouleau et ses combinaisons avec Sacha Treille, très en forme, ne font pas évoluer le score.

But USALa domination américaine se poursuit au deuxième tiers-temps avec de belles tentatives à bout portant de Jim Slater et notamment Max Pacioretty, omniprésent. Anthony Guttig se prend une pénalité inutile et le power-play américain est à nouveau à l'oeuvre. Le maître à jouer Jack Johnson décoche un slap de la bleue au ras de la glace et donne l'avantage à ses troupes. 2-1 à 23'56.

Puis c'est au tour d'Alexandre Rouleau de commettre une obstruction sur Nate Thompson. Sur un slap de Bobby Ryan, le palet rebondit sous le casque de Huet qui reste au sol. Heureusement rien de grave, et il est tout de suite sollicité à nouveau par des lancers de Justin Faulk puis Max Pacioretty.  Les pénalités s'enchaînent ; Stéphane da Costa accroche Abdelkader. Bobby Ryan déboule à toute allure et transperce Huet. 3-1 à 29'15.

On ne voit pas comment la France peut s'en sortir. C'est sans compter sur Teddy Da Costa, qui fait une belle mise en échec, envoie un missile sur Howard et provoque dans la foulée une faute de Kyle Palmieri. La supériorité est bien négociée par la France, et quand Palmieri revient sur la glace, le trafic que créent Bellemare et Sacha Treille devant la cage permet au palet de rentrer dans la confusion. 3-2 à 33'17.

L'égalisation n'est même pas loin sur un dégagement qui rebondit en l'air devant Howard. Sur un repli défensif précipité, Yorick Treille tombe et défonce la cage bien contre son gré, et au grand regret de Cristobal Huet car la France avait récupéré le palet. L'engagement doit donc se faire en zone défensive. Le flair de l'expérimenté gardien ne l'avait pas trompé : Paul Stastny gagne l'engagement, Alex Goligoski slape et Max Pacioretty, mal marqué par Hecquefeuille, dévie dans le but. 4-2 à 39'38.

120504-037Le troisième tiers-temps commence par un beau dribble de Pierre-Édouard Bellemare sur le flanc droit qui n'est pas loin de battre le cerbère américain. Mais le malheureux Hecquefeuille accumule ensuite les erreurs : il rate un contrôle de palet à la bleue, puis sur le repli, rate sa passe transversale que Kyle Palmieri récupère et qui part en 2 contre 1 face à ce même Hecquefeuille qui ne parvient pas à couper la passe ni à couvrir Jim Slater, qui n'a plus qu'à reprendre le palet dans la cage ouverte. 5-2 à 45'38.

Les Américains gardent alors le score sans forcer, même en supériorité numérique. Ils enfoncent définitivement les Français, trop passifs. Kyle Okposo contourne la cage et, ne voyant pas de solution au centre, s'avance tranquillement sur le côté de Huet et tire en angle fermé. 6-2 à 51'00.

Kyle Palmieri retient Alexandre Rouleau et donne deux minutes de supériorité à la France, qui montre de belles occasions mais ne les met pas au fond. Pire, sur une pénalité différée, les Américains installent leur power-play à 6 contre 5 et Jeff Petry, servi par Pacioretty, marque d'un slap de la bleue. 7-2 à 57'41.

Le score est lourd et la France a payé cher ses erreurs défensives, même si elle a montré une belle présence physique et des séquences de power-play intéressantes grâce notamment aux frères Treille. Les Américains ont su exploiter les erreurs françaises et ont une équipe rapide mais tous les joueurs ne semblent pas encore jouer au même rythme.

Désignés joueurs du match : Max Pacioretty pour les États-Unis et Pierre-Édouard Bellemare pour la France.

Commentaires d'après-match :

Scott Gordon (entraîneur des États-Unis) : "À 4-2, il y a eu quelques occasions françaises qui auraient pu finir au fond mais nous avons fait de bons arrêts et ça a été le tournant du match."

Baptiste Amar (défenseur de la France) : "Notre match-clef est contre le Kazakhstan, notre prochain match, mais qu'on le gagne ou qu'on le perde, le tournoi ne sera pas terminé."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "On essaye de mettre la pression physique sur toutes les équipes. C'est une équipe cette année très talentueuse. Notre maintien dépend du travail défensif et de la discipline. Le score aujourd'hui est un peu sévère à cause d'erreurs défensives que dans le championnat de France on ne paie pas cash. (…) Bellemare est très utile à tout moment, il est agressif et discipliné et c'est un très bon leader. Il tire les jeunes vers le haut".

But France-119

 

États-Unis - France 7-2 (3-1, 1-1, 3-0)
Vendredi 4 mai 2012 à 12h15 à la Hartwall Areena de Helsinki.
Arbitrage de Martin Frano et Antonin Jerabek (CZE) assistés Peter Blumel (CZE) et Andre Schrader (GER).
Pénalités : États-Unis 6' (2', 2', 2'), France 12' (4', 6', 2').
Tirs : États-Unis 35 (11, 16, 8), France 23 (8, 8, 7).

Évolution du score :
0-1 à 12'17" : Besch assisté de Meunier et Auvitu
1-1 à 16'52" : Okposo assisté de Goligoski et Faulk
2-1 à 23'56" : Johnson assisté de Lasch et Faulk (sup. num.)
3-1 à 29'15" : Ryan assisté de Pacioretty et Stastny (sup. num.)
3-2 à 33'17" : Bellemare assisté de S. Treille
4-2 à 39'38" : Pacioretty assisté de Goligoski et Stastny
5-2 à 45'38" : Slater assisté de Palmieri
6-2 à 51'00" : Okposo assisté de Fowler et Faulk
7-2 à 57'41" : Petry assisté de Pacioretty et Stastny

 

États-Unis
 
Gardien : Jimmy Howard.
 
Défenseurs : Cam Fowler (+2) - Jack Johnson (C) ; Justin Faulk (+2) - Alex Goligoski (+1) ; Chris Butler - Jeff Petry (+1); Justin Braun.
 
Attaquants : Bobby Ryan (+1) - Paul Stastny (+2) - Max Pacioretty (+1) ; Ryan Lasch - Jim Slater (A, +2) - Kyle Okposo (+3) ; Kyle Palmieri (4') - Justin Abdelkader - Cam Atkinson ; Joey Crabb (2') - Nate Thompson (A) - Patrick Dwyer ; J.T. Brown (+1).

Remplaçant : Richard Bachman (G).

France

Gardien : Cristobal Huet.

Défenseurs : Vincent Bachet (A, -2) - Kevin Hecquefeuille (-3) ; Baptiste Amar (-1) - Alexandre Rouleau (2') ; Yohann Auvitu - Nicolas Besch.

Attaquants : Julien Desrosiers - Laurent Meunier (C) - Yorick Treille (+1, 2') ; Stéphane Da Costa (-1, 2') - Pierre-Édouard Bellemare (-1) - Sacha Treille (-1) ; Charles Bertrand (-2) - Brian Henderson - Antoine Roussel (-3, 2') ;  Anthony Guttig (-1, 2') - Teddy Da Costa (-1, 2') - Damien Fleury ; Damien Raux.

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G) , Antonin Manavian.