Premier choc de favoris au Mondial

STEPANEK Jakub-110513-008Le championnat du monde n'en est qu'à son deuxième jour et des joueurs de tous les pays se sont déjà plaint du prix des tickets et des gradins vides. Les médias ne parlent plus que de ça, et les deux présidents de fédération sont dans l'oeil du cyclone. La fédération finlandaise a publié un communiqué pour dire qu'elle s'exprimerait sur la question des tickets à la fin du tournoi.

Son homologue suédoise, elle, a été obligée de réagir et a organisé ce matin une réunion de crise. 2500 billets ont ainsi été mis en vente dans la journée à 45 euros, soit la moitié du précédent prix le plus bas ! Ce sont les places dans les moins bonnes sections qui n'avaient pas été vendues, précise-t-on, sinon les gens qui ont déjà acheté leurs billets au prix fort (de 90 à 165 euros) auraient de quoi hurler. Les explications des dirigeants suédois sont embarrassées. Surtout quand le commentateur-vedette de la télévision suédoise Niklas Wikegård se lâche en direct sur le président de la fédération Christer Englund, totalement acculé par les questions du journaliste.

Au moins, et même s'il traduit une totale improvisation, ce revirement a permis d'avoir pour la première fois une patinoire à peu près remplie ce soir au Globen. Encore heureux pour le premier match entre deux candidats à la médaille d'or !

Les Suédois comme les Tchèques ont eu des blessés au premier match. Fredrik Pettersson s'est cassé le poignet et son championnat s'est terminé après seulement trois présences. Jonathan Ericsson a un problème musculaire, apparemment moins grave. C'est une chance pour les juniors Jonas Brodin et Johan Larsson, réservistes qui sont ainsi activés sur la liste officielle et deviennent titulaires. Dans le camp tchèque, Zdenek Kutlak a des douleurs cervicales après une charge dans le dos de Jannik Hansen (qui a pris un match de suspension) et est remplacé par Tomas Mojzis.

La République Tchèque commence de la pire des façons, en encaissant un but. Jiri Novotny laisse échapper le palet dans le coin, et il arrive sur Henrik Zetterberg derrière la cage qui passe aussitôt à Loui Eriksson. La reprise en plein élan est arrêtée de l'épaule droite de Stepanek, mais Johan Franzén ne fait pas de détail sur le rebond. Il bouscule Blatak, qui tombe sur son gardien, et n'a alors plus d'opposition pour pousser le palet au fond (1-0). Les arbitres n'ont pas bronché. Menant rapidement au score, la Suède est en confiance et maîtrise le jeu. Ses adversaires en sont parfois réduits à patiner sans palet dans une course-poursuite éreintante aux quatre coins de la glace.

Les principales occasions tchèques viennent de deux joueurs que Hadamczik avait séparés à la fin du premier match : il avait indiqué que Krejci et Hemsky étaient si forts avec le palet qu'ils avaient tendance à perdre l'objectif du jeu et à ne jamais s'en défaire. Désormais sur deux lignes différentes, les deux hommes répartissent mieux leurs qualités. Krejci peut ainsi signer une belle passe du coin pour Petr Prucha dans le slot, mais le gardien Viktor Fasth dévie du bras. Ales Hemsky, quant à lui, se signale par ses habituelles infiltrations individuelles. Il arrive une fois jusqu'au but, mais pas deux. Erik Karlsson met fin à son action d'un bon poke-check. La marque reste de 1-0 à la pause.

NEMEC Ondrej-110515-100Dès le début de la deuxième période, les Tchèques encaissent à nouveau un but, encore plus idiot. Un tir dans un angle impossible de Niklas Kronwall entre à ras glace entre le patin de Jakub Stepanek et son poteau (2-0). Le gardien tchèque a l'air dépité, une fois de plus il prend un mauvais but dans un match important.

Le match est sous la coupe suédoise, et l'impact physique est une des raisons. Victor Hedman met en échec Hemsky dans le coin... et la porte s'ouvre sous le choc ! Si le grand défenseur est impressionnant par sa puissance à l'impact, le centre de la quatrième ligne Joel Lundqvist l'est par son énergie. On le voit ainsi mettre en échec deux Tchèques sur la même action aux deux extrêmités de la patinoire. Autant dire qu'entre-temps Lundqvist, dont le patinage n'est pas l'atout naturel, a poussé très fort sur les jambes pour traverser la glace et se replier après son fore-checking.

Les Tchèques ont plusieurs avantages numériques, mais sont incapables d'aligner plusieurs bonnes passes de suite, contrairement à la Suède. Les tirs des arrières sont un peu faibles, et en plus, ils ne sont pas suivis car les autres joueurs ne vont pas dans la zone de vérité devant la cage. La principale occasion ne vient donc pas d'une supérorité mais d'une fin d'infériorité : Plekanec fonce en contre-attaque et pivote pour mettre le palet devant la cage. Cela met le feu car Järnkrok aurait pu dévier contre son camp.

Troisième tiers-temps... et troisième scénario similaire ? Stepanek s'avance pour boucher l'angle sur un tir de Hedman, mais le palet file entre ses jambes et s'immobilise derrière lui, à deux mètres du but vide. Pour quelques millisecondes, le défenseur Ondrej Nemec devance cependant Gabriel Landeskog sur ce palet brûlant. Les Tchèques repartent aussitôt de l'avant et envoient le palet au fond, qui ricoche contre la bande et revient sur Fasth. Le gardien relance vite, sans regarder, car la rondelle arrive droit sur Jakub Petruzalek, qui le fusille sous les bottes. Au lieu du 3-0 qui chauffait, il y a 2-1 et le match est relancé.

Ou du moins pourrait-il l'être. La Suède ne modifie en rien son plan de jeu. Elle met toujours plus de pression et d'intensité, et étouffe les Tchèques dans leur zone pendant de longues séquences. Elle est récompensée quand un lancer de la bleue de Niklas Persson dévié dans le slot par Joel Lundqvist. Les Tchèques n'ont jamais vraiment paru en mesure de revenir. Alois Hadamczik demande son temps mort et sort son gardien tôt, à deux minutes de la fin, mais Persson, depuis sa ligne bleue, vise la cage désertée (4-1).

Très clairement, la Suède a élevé son niveau d'un cran pour ce championnat du monde. Plus de la moitié des joueurs scandinaves ont changé depuis l'Euro Hockey Tour, et les succès tchèques n'ont donc plus tellement de signification. Plus précise dans ses passes, la Tre Kronor utilise bien mieux la largeur de la glace et semble plus au point collectivement, malgré le faible temps commun passé par ses joueurs. La République Tchèque, comme prévu, souffre de son déficit de défenseurs offensifs.

Les plus malheureux ce soir sont cependant surtout les deux gardiens Fasth et Stepanek, car il ne fait pas bon prendre un mauvais but quand on est en alternance et en concurrence pour un poste de titulaire en début de compétition.

Désignés joueurs du match : Henrik Zetterberg pour la Suède et Petr Prucha pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Ales Hemsky (attaquant de la République Tchèque) : "Nous calons sur l'interaction avec les arrières. Nous devons peut-être patiner plus profondément pour que les défenseurs se montrent plus. Les Suédois travaillent à cinq joueurs en zone offensive. Ils patinent tous bien et jouent agressivement. Ce n'est pas facile à défendre sur une grande glace."

 

Suède - République Tchèque 4-1 (1-0, 1-0, 2-1)
Samedi 5 mai 2012 à 20h15 à l'Ericsson Globe de Stockholm. 10076 specteurs.
Arbitrage d'Antti Boman et Jari Levonen (FIN) assistés de Roger Arm (SUI) et Ivan Dedioulia (BLR).
Pénalités : Suède 8' (2', 6', 0'), République Tchèque 6' (2', 4', 0').
Tirs : Suède 20 (9, 4, 7), République Tchèque 17 (5, 7, 5).
 
Évolution du score :
1-0 à 02'42" : Franzen assisté d'Eriksson et Zetterberg
2-0 à 20'50" : N. Kronwall assisté de Zetterberg et Eriksson
2-1 à 43'44" : Petruzalek
3-1 à 50'24" : Lundqvist assisté de Persson et Larsson
4-1 à 58'04" : Persson assisté de Hedman et Lundqvist (cage vide)
 
 
Suède
 
Gardien : Viktor Fasth.
 
Défenseurs : Jonas Brodin (+1) - Staffan Kronwall (+2) ; Niklas Kronwall (+1, 2') - Erik Karlsson (+1) ; Niklas Hjalmarsson (2') - Victor Hedman (+1).

Attaquants : Johan Franzén (+1) - Henrik Zetterberg (A, +2) - Loui Eriksson (+2) ; Gabriel Landeskog (A, 2') - Calle Järnkrok - Jakob Silfverberg ; Viktor Stålberg - Marcus Krüger - Daniel Alfredsson (C, +1, 2') ; Niklas Persson (+1, 2') - Joel Lundqvist (+1) - Johan Larsson (+1).

Remplaçant : Jhonas Enroth (G). Absents : Fredrik Pettersson (poignet, tournoi terminé), Jonathan Ericsson (muscle glutéal).
 
République Tchèque

Gardien : Jakub Stepanek.

Défenseurs : Miroslav Blaťák (-2) - Jakub Nakládal (-1) ; Petr Čáslava (-1, 2') - Ondrej Nemec (-2) ; Lukáš Krajíček (-1) - Tomáš Mojžíš (+1, 2').

Attaquants : Michael Frolík (-1) - Tomáš Plekanec (C, -2) - Petr Tenkrát (-1) ; Milan Michálek (-1) - David Krejčí (-1) - Petr Průcha (2') ; Aleš Hemský (-1) - Petr Nedvěd (A, -1) - Michal Vondrka (-1) ; Lukáš Kašpar - Jiří Novotný (A, -1) - Jakub Petružálek.

Remplaçant : Jakub Kovar (G). Absent : Zdeněk Kutlák (cervicales).