Belarus - Finlande (Mondial 2012, à Helsinki)

120504-541La Finlande, tenante du titre, joue sa première rencontre dans son championnat du monde à domicile contre le Belarus de l’entraîneur finlandais Kari Heikkilä. Un match piège par excellence face à des Biélorusses qui savent souvent accrocher les meilleures équipes, emmenés cette année par le centre de Toronto Mikhail Grabovski.

La patinoire est presque pleine pour assister au très beau spectacle inaugural avec un son et lumière sur la glace, des danseuses de patinage synchronisé (les Finlandaises sont parmi les meilleures au monde dans la discipline) et la coupe qui trône au centre de la glace éclairée par un faisceau de lumière. Mais presque pleine, pour voir les Leijonat champions du monde à domicile, est synonyme d’échec pour la fédération, et Kalervo Kummola, président de la fédération finlandaise, se fait copieusement siffler pour avoir voulu vendre ses places trop cher. À l'inverse de René Fasel qui est acclamé à ses quelques mots en finnois pour déclarer le championnat du monde ouvert.

La rencontre en revanche n'est pas ouverte. La Finlande domine outrageusement le Belarus qui ne franchit pas souvent la zone neutre. Mais preuve de la nervosité des joueurs qui jouent devant leur public, Janne Pesonen, esseulé devant la cage, rate le palet sur un centre de Jarkko Immonen. Le Belarus est recroquevillé sur Vitali Koval. Ce dernier fait un bel arrêt de la mitaine sur un tir de Jesse Joensuu. On joue depuis seulement cinq minutes que les situations chaudes se multiplient.

120504-606La défense plie mais Koval ne rompt pas et se met même en valeur, à l'inverse des artilleurs finlandais qui frôlent les poteaux plutôt de l'extérieur. Dans cette débauche d'offensive, Valtteri Filppula, l'attaquant de Detroit qui n'a pas souvent l'occasion de jouer pour son pays tant les Red Wings n'ont pas l'habitude de sortir des play-offs NHL au premier tour, se montre dangereux plusieurs fois. Konstantin Koltsov parvient à atteindre la zone offensive, grâce à sa vitesse de patinage mais la plupart de temps, la Finlande asphyxie le Belarus dans les 3 zones. D'autant plus quand Vladimir Denisov écope de 2 minutes de pénalité pour faire trébucher. Mais le power-play finlandais ne marque pas.

Andrei Stas puis Andrei Kolosov placent les 2 premiers tirs du Belarus après... 17 minutes de jeu déjà. Puis Konstantin Koltsov à nouveau s'illustre pour donner l'occasion à Lehtonen de sortir une belle mitaine. Le capitaine Vladimir Denisov décoche un gros slap de la bleue.

Le Belarus prenait-il trop confiance ? Sur l'action suivante, Alexander Kitarov sefait contrer lepalet à sa ligne bleue par Mikael Granlund qui remonte la patinoire, laisse à Mikko Koivu qui lui-même passe en retrait, et Janne Niskala expédie de la bleue un joli lancer juste avant la pause. 1-0 à 19'18".

La domination sans partage finlandaise a fini par payer en fin de tiers-temps et à libérer les joueurs et le public. Les Biélorusses sont obligés de commettre des fautes dès le début du deuxième tiers-temps pour contenir les assauts des lions. Konstantin Koltsov va au cachot pour retenir, puis quand sa pénalité est terminée, Dmitri Korobov le remplace sur le banc d'infamie pour retard de jeu.

120504-593Mais le Belarus commence à avoir de l'expérience pour tuer les pénalités et subir le jeu. Ils laissent passer l'orage et même sur les rebonds, le palet finit toujours par être dégagé par une crosse. Pire, sur la fin du power-play, Janne Niskala casse sa crosse en voulant tirer de la ligne bleue et est est obligé de faire faute sur Yegueni Kovyrshin qui l'avait contré et partait en break.

La première supériorité numérique biélorusse de la partie n'est pas très concluante. Ils ont beaucoup de mal pour sortir de leur zone mais ils sont en revanche plus à l'aise en zone d'attaque avec plusieurs bons lancers.
Passé les quelques tirs biélorusses, la domination territoriale finlandaise reprend avec Petri Kontiola et Mika Pyörälä notamment.

Le public sent le danger de n'avoir qu'un seul but d'avance en fin de tiers-temps et commence à scander « Suomi, Suomi », ce qui dynamise la première ligne avec une bonne occasion de Mikko Koivu, puis une seconde de la deuxième ligne qui finit dans la confusion avec trois joueurs du Belarus couchés devant leur ligne de but et Oleg Goroshko envoyé en prison pour retenir.

La Finlande fait tout pour se mettre à l'abri avec deux gros tirs de Jarkko Immonen sur le power-play, d'abord à bout portant puis de plus loin. Las, Vitali Koval est à nouveau héroïque sur une tentative de Mikko Koivu et sauve les siens jusqu'à la seconde pause.

Le Bélarus a commencé à sortir la tête de l'eau avec quelques tirs intéressants mais les occasions de but auront été finlandaises au deuxième tiers-temps.

120504-556En début de dernière période, Mikhail Grabovski essaye de se faufiler dans la défense finlandaise mais Vladimir Denisov prend à nouveau une pénalité pour faire trébucher. Le power-play est rapidement en place et Juuso Hietanen prend un bon lancer que Koval, son coéquipier à Nijni-Novgorod en KHL, arrête de la mitaine. Andrei Stas se sacrifie et prend un tir sur la jambe qui le fait souffrir mais ne l'empêche de terminer le travail en infériorité. À égalité numérique, Jesse Joensuu vérifie si la mitaine de Koval est toujours bien chaude. Mikhail Grabovski l'imite en réchauffant celle de Lehtonen après une belle entrée de zone.

Jussi Jokinen commet une faute inutile en zone offensive en faisant trébucher Alexandre Kulakov. La supériorité numérique commence fort avec un festival de Mikhail Grabovski encore lui, qui décidément finit en trombe la partie et parvient à amener le danger mais son équipe ne parvient pas ensuite à l'accompagner en zone offensive pour installer le power-play.

Puis au même endroit, Topi Jaakola est aussi pénalisé pour retenir. Mais le Belarus a toujours autant de problème pour venir installer le power-play en zone offensive... un souci avec le schéma de jeu de Kari Heikkilä ? Finalement, après deux hors-jeux, c'est à cinq contre cinq que le Belarus pose le jeu chez les Finlandais. On sent alors même les lions fébriles à six minutes de la fin. Un gros arrêt de Kari Lehtonen permet de calmer les esprits côté finlandais. Il s'en faut d'un rien pourtant pour que les Biélorusses marquent en 3 contre 2 avec une belle combinaison initiée par Alexei Kalyuzhny dans les dernières minutes.

120504-677Mais la menace biélorusse s'estompe quelques instants avant la sirène : Jesse Joensuu est coupé sous l'oeil par la crosse de Grabovski à 43 secondes de la fin. S'ensuit une échauffourée qui envoie en prison Andrei Stas pour un 2+2 et Joonas Järvinen seulement deux minutes. Le Belarus s'en remet alors a un exploit solitaire de Grabovski en infériorité numérique mais seul il se fait contrer deux fois et les Finlandais sont pas loin d’inscrire un deuxième but en cage vide.

La Finlande gagne par la plus petite des victoires même si dans le jeu, la différence était plus grande entre les deux équipes que ne le laisse imaginer le score final. Elle confirme que c'est comme souvent sa capacité à marquer qui pose plus problème que sa capacité à garder un score vierge. Le Belarus n'est pas passé loin du hold-up face au pays hôte, même s'il doit son succès avant tout à son gardien.

Désignés joueurs du match : Vitali Koval pour le Belarus et Kari Lehtonen pour la Finlande.

Commentaires d'après-match :

Jarkko Immonen (attaquant de la Finlande) : "Nous savions que ce serait un match difficile, mais c'est une bonne victoire. Nous avions déjà joué contre eux au Belarus, alors nous savions qu'ils ont un bon gardien et qu'ils jouent bien défensivement."

(700)-120504-707

 

Bélarus - Finlande 0-1 (0-1, 0-0, 0-0)
Vendredi 4 mai 2012 à 20h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 12354 spectateurs.
Arbitrage de Morgan Johansson et Christer Lärking (SUE) assistés de Sirko Schulz (ALL) et Jesse Wilmot (CAN).
Pénalités : Belarus 14' (2', 6', 6') ; Finlande 8' (0', 2', 6').
Tirs : Belarus 21 (2, 12, 7) ; Finlande 38 (13, 13, 12).

Évolution du score :
0-1 à 19'18" : Niskala assisté de Koivu et Granlund.

 

Belarus

Gardien : Vitali Koval.

Défenseurs : Vladimir Denisov (C, -1, 4') - Dmitri Korobov (2') ; Oleg Goroshko (2') - Viktor Kostyuchyonok ; Nikolai Stasenko - Pavel Chernook ; Roman Graborenko (-1).

Attaquants : Aleksei Ugarov - Mikhail Grabovski (A) - Andrei Stepanov ; Yevgeni Kovyrshin - Aleksei Kalyuzhny (A) - Konstantin Koltsov (2') ; Dmitri Meleshko (-1) - Andrei Stas (4') - Sergei Drozd (-1) ; Aleksandr Kitarov (-1) - Andrei Kolosov - Aleksandr Kulakov.

Remplaçant : Andrei Mezin (G).

Finlande
 
Gardien : Kari Lehtonen.
 
Défenseurs : Juuso Hietanen - Mikko Mäenpää ; Janne Niskala (+1, 2') - Anssi Salmela (+1) ; Joonas Järvinen (2') - Ossi Väänänen ; Topi Jaakola (2') - Lasse Kukkonen (A).
 
Attaquants : Valtteri Filppula (+1) - Mikko Koivu (C, +1) - Jussi Jokinen (A, 2') ; Janne Pesonen - Jarkko Immonen - Mikael Granlund (+1) ; Jesse Joensuu - Niko Kapanen - Leo Komarov ; Mika Pyörälä - Petri Kontiola - Antti Pihlström.
 
Remplaçant : Petri Vehanen (G).