Allemagne - Lettonie (Mondial 2012, à Stockholm)

La Lettonie fait de nouveau des bulles

LAVALLEE Kevin-110511-424

Une affiche Allemagne-Lettonie, l'an dernier, cela aurait sans doute donné lieu à un jeu fermé. Vu que les Baltes en sont à cinq défaites de suite contre cet adversaire, leur ancien coach Znarok aurait sans doute bétonné et attendu les contre-attaques. Par chance, Ted Nolan semble avoir changé l'état d'esprit de l'équipe balte. Le bon match contre la Russie, bousculée, a donné confiance à la légion grenat.

L'équipe de Lettonie ose plus, et elle prend bien plus de lancers. Dennis Endras est parfois surpris de recevoir des missiles puissants sans aménité. L'ouverture du score vient ainsi d'une action au style direct : placé derrière la cage, Mikelis Redlihs écarte au loin pour un lancer de Guntis Galvins pendant que deux joueurs (Sprukts et Indrasis) se placent devant la cage. Le plus beau symbole du renouveau letton est Miks Indrasis, le débutant intégré à la première ligne, qui s'empare de ce rebond et marque du revers dans le trafic (0-1).

Les Baltes continuent à pratiquer un jeu direct en enchaînant tir sur tir : Sirokovs lance dans le cercle gauche, puis Daugavins dans le cercle droit, et Dennis Endras repousse du bout de la jambière. Un rebond incroyable revient alors vers Aleksejs Sirokovs face à la cage ouverte, mais le palet capricieux ricoche sur ses deux patins... sans qu'il arrive à le contrôler ! Cette première période peut se résumer en deux images des deux entraîneurs : Köbi Kölliker fait la grimace, tandis que Ted Nolan... fait des bulles avec son chewing-gum !

GALVINS Guntis-20100508-245

L'élan de la Lettonie se poursuit au deuxième tiers-temps. Elle continue de patiner plus fort, de remporter tous les duels et de mettre la pression. C'est encore la première ligne qui conclut : l'étonnant Indrasis (dont on rappelle que l'expérience en KHL se monte à... 9 minutes de jeu !) remonte le palet sur la droite, et sa passe est prolongée par Mikelis Redlihs pour Janis Sprukts. Le tir est repoussé par Endras mais Redlihs marque sur le rebond (2-0). Les supporters baltes exultent, mais pas très longtemps.

L'Allemagne réagit vite, et Patrick Reimer manque le cadre sur un 2 contre 1 avec Gogulla. Il reste un domaine où la Lettonie reste nettement dominée, ce sont les mises au jeu, et Kai Hospelt gagne l'engagement suivant en zone offensive face à Juris Stals. Le grand John Tripp, dos à son (petit) défenseur Lavins, reçoit alors le palet de Lavallée et l'envoie aussitôt dans le but, de dos (2-1).

La Lettonie digère mal ce but, même si elle se procure une contre-attaque à 2 contre 1. Voyant la grande carcasse de Dennis Reul allongée sur la glace, Aleksejs Sirokovs soigne une parfaite passe levée qui retombe dans la crosse de Kaspars Daugavins. La déviation du Sénateur d'Ottawa passe cependant à côté de la cage ouverte. Les Baltes ont laissé trop d'occasions en route, car l'Allemagne gaspille beaucoup moins.

Le gardien letton Edgars Masalskis a toujours des mouvements assez imprévisibles, mais sa décision de plonger face à un tir en angle fermé de Patrick Reimer - qui touche l'arrière du poteau - est vraiment à ranger au rayon des initiatives bizarres. Il se retrouve couché à cinq mètres de sa cage, et le temps qu'il se relève et reprenne sa position, les Allemands ont ramené le palet dans l'enclave pour un tir gagnant de Kai Hospelt (2-2). Les noirs ont clairement repris l'ascendant et peuvent même passer devant, mais le tir de Christoph Ullmann frappe la transversale.

Chaque équipe a eu ses temps forts et le troisième tiers-temps s'annonce bien plus indécis qu'un résultat éventé d'élection présidentielle.

HOSPELT Kai-110511-421

Guntis Galvins reste au sol après avoir reçu au niveau du cou la crosse de Furchner, dans un mouvement involontaire. Les arbitres n'ont rien vu et envoient en prison... Hospelt ! Pas de chance pour l'Allemagne, c'est un joueur-clé en infériorité (Furchner aussi est un spécialiste, ceci dit). Le capitaine et unique joueur NHL de la sélection allemande Marcel Goc assume alors de se dépenser une minute et demie sur la glace pour tuer cette pénalité. Déjà le plus actif pendant ce powerplay, l'incroyable Miks Indrasis s'échappe encore peu après, mais il pousse un peu trop son palet et Endras peut refermer les bottes sur son tir du revers pas si dangereux.

La Lettonie, en tout cas, est repartie du bon pied et fait toujours preuve de la même énergie. Un retard de jeu de Florian Ondruschka (qui a par ailleurs fait un très bon match en défense) lui offre une supériorité numérique au meilleur moment, à l'entrée des dix dernières minutes. Le tir d'Aleksejs Sirokovs entre les cercles, peut-être dévié par la crosse de Pietta, lobe Masalskis (2-3).

C'est la course contre la montre pour l'Allemagne, qui met en place un forechecking à deux et maintient la pression sur un adversaire qui défend maintenant son avance. Les noirs restent contre les bandes. et n'arriveront pas à entrer dans le bloc adverse, même à six contre cinq.

La Lettonie a retrouvé ce jeu pétillant qui la caractérisait il y a quelques années. Mais ce n'était pas un enthousiasme débridé et mal canalisé : au contraire, elle a été remarquable de discipline et n'a pas pris la moindre pénalité dans ce match ! Elle a donc aussi "bullé" dans la colonne "pénalités". Le jeu propre des deux équipes a contribué à rendre ce match très agréable à suivre.

En remportant cette confrontation particulière, la Lettonie déloge provisoirement l'Allemagne de sa place dans les quatre premiers. Elle pourra la garder quelque temps si elle se montre aussi sérieuse que la Nationalmannschaft face à l'Italie. La bataille pour les quarts de finale est cependant loin d'être finie et s'annonce passionnante dans ce groupe de Stockholm.

Désignés joueurs du match : Kai Hospelt pour l'Allemagne et Mikelis Redlihs pour la Lettonie.

 

Allemagne - Lettonie 2-3 (0-1, 2-1, 0-1)
Dimanche 6 mai 2012 à 20h15 au Globen de Stockholm. 4162 specteurs.
Arbitrage de Jari Levonen (FIN) et Brent Reiber (SUI/CAN) assistés de Pierre Dehaen (FRA) et Anton Semionov (EST).
Pénalités : Allemagne 6' (0', 0', 6'), Lettonie 0' (0', 0', 0').
Tirs : Allemagne 37 (12, 11, 14), Lettonie 27 (15, 3, 9).
 
Évolution du score :
0-1 à 11'09" : Indrasis assisté de Sprukts et Galvins
0-2 à 23'10" : Redlihs assisté de Sprukts et Indrasis
1-2 à 24'58" : Tripp assisté de Hospelt et Lavallée
2-2 à 32'03" : Hospelt assisté de Reimer et Gogulla
2-3 à 52'15" : Sirokovs assisté de Daugavins (sup. num.)
 

Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Florian Ondruschka (2') - Christopher Fischer ; Christoph Schubert - Justin Krueger ; Nikolai Goc - Denis Reul ; Sinan Akdag - Kevin Lavallée (+1).

Attaquants : John Tripp - Kai Hospelt (A, +1, 2') - Sebastian Furchner ; Philip Gogulla (+1) - Christoph Ullmann - Patrick Reimer (+1) ; Marcus Kink (-1) - Alexander Barta (A, -1) - Evan Kaufmann (-1) ; Daniel Pietta - Marcel Goc (C) - Thomas Greilinger (2').

Remplaçant : Dimitri Kotschnew (G). En réserve : André Rankel, Felix Schütz.

Lettonie

Gardien : Edgars Masalskis.

Défenseurs : Guntis Galvins (+2) - Krisjanis Redlihs (A) ; Oskars Cibulskis - Oskars Bartulis ; Kristaps Sotnieks (-1) - Georgijs Pujacs (A) ; Rodrigo Lavins (-1).

Attaquants : Mikelis Redlihs (+1) - Janis Sprukts (C, +2) - Miks Indrasis (+1) ; Kaspars Daugavins - Aleksejs Sirokovs (-1) - Martins Cipulis ; Gints Meija - Armands Berzins - Roberts Bukarts [puis Kenins à 30'] ; Kaspars Saulietis (-1) - Juris Stals (-1) - Ronalds Kenins (-1) ; Koba Jass [1 présence].

Remplaçant : Maris Jucers (G). En réserve : Ervins Mustukovs (G), Janis Andersons, Andris Dzerins.