Danemark - Italie (Mondiaux 2012, à Stockholm)

La bonne nouvelle pour l'Italie est que le passeport de Dan Tudin est arrivé. La mauvaise nouvelle est qu'il manque Borgatello, un des meilleurs contre l'Allemagne. Cornacchia confirme Bellissimo entre les poteaux et fait passer Alexander Egger à l'arrière  au poste de Borgatello, tandis que Tudin prend la place d'Egger au centre d'Ansoldi (son ancien coéquipier à Renon) et de Scandella.

Le Danemark part avec un grand rythme et met tout de suite l'Italie en difficulté : le jeu se dispute de façon prépondérante dans la zone des azzurri, Bellissimo est sous pression et il faut attendre la quatrième minute pour voir la première parade de Frederik Andersen sur un tir de Sirianni, bien lancé par Rocco. Suivent deux nouvelles actions des rouge et blanc, qui manquent le but d'un souffle.

ANDERSEN Frederik-100516-439

La partie est correcte, même si Giulio Scandella expédie directement Philip Larsen entre les bras du gardien remplaçant Tragust sur le banc. Le Danemark domine totalement, mais les azzurri commencent à se faire plus vifs en contre-attaque et Luca Ansoldi concrétise une manoeuvre de Tudin et Scandella pour leur donner un avantage inattendu (0-1). Il n'y a même pas le temps d'exulter que De Marchi double la mise en exploitant dans l'axe une passe en retrait de Nicola Fontanive. C'est le meilleur moment des Italiens parce que le Danemark, incrédule, commet beaucoup d'erreurs ; les Danois pourraient ensuite revenir à la faveur d'une pénalité de Bernard (une crosse haute involontaire), mais on voit alors la grinta d'Ansoldi qui arrive sur toutes les trajectoires des palets adverses et la période se conclut à 0-2. Malgré la domination apparente du Danemark, tout compte fait, ils ne mènent que 10 à 9 aux tirs.

Il ne faut que 14 secondes aux Danois pour marquer à la reprise. L'action de Frans Nielsen et Lars Eller est superbe, Bellissimo ne peut rien faire. En tribune, on s'exalte pour une action De Toni - Bernard, mais les deux sont trop altruistes et la gâchent. Felicetti est pénalisé et le Danemark égalise immédiatement pas Jesper Jensen, l'attaquant de Hambourg (qui ne l'a pas conservé). Le coach azzurro fait tourner des lignes différentes pour reprendre le souffle, mais Bellissimo doit arrêter Nielsen en 1 contre 1 et, une minute plus tard, l'Italie souffre prendant une prison de Scandella.

À 31'53", De Marchi passe dans l'axe de sa zone défensive et met en difficulté Plastino, Jesper Jensen en profite pour inscrire un doublé et les Danois mènent 3-2. Trevor Johnson essaie d'y remédier avec un grand tir de la bleue et l'égalisation italienne arrive tout de suite après par De Marchi qui dévie dans la cage une passe de la droite de Scandella.

Le score nul semble faire peur aux deux équipes, et nous en sommes maintenant au troisième tiers-temps. Il faut attendre les pénalités pour voir des attaques convaincues. Rocco se procure une occasion, la rate, mais provoque une pénalité que Scandella aurait pu utiliser en 1 contre 1. Andersen pare. Peu après, Bellissimo s'oppose à Madsen et le temps réglementaire se termine à 3-3.

En prolongation, les Danois partent au galop avec Larsen, Hardt, Eller et Nielsen, tandis que les azzurri opposent Helfer, Egger, Tudin et Scandella. À peine l'Italie réussit-elle à entrer en possession que palet que Scandella feint d'aller sur la droite, puis change de direction en entrant en zone d'attaque, la défense s'ouvre, Scandella tire à ras glace à 4-5 mètres et trompe Andersen.

Les commentaires sont "À gardiens inversés, nous aurions gagné." Ouais, mais Bellissimo joue pour l'Italie ! Avant-hier, les azzurri m'avaient davantage plu et ils avaient perdu, aujourd'hui ils se sont aggripés à la personnalité de quelques joueurs (Bellissimo, Helfer, Plastino, De Marchi, Scandella, Ansoldi), mais pour bien continuer dans ce Mondial, il faudra que la deuxième et la troisième ligne apportent elles aussi leur contribution ; toute la défense a été bonne.

 

Danemark - Italie 3-4 après prolongation (0-2, 3-1, 0-0, 0-1)
Dimanche 6 mai 2012 à 12h15 au Globen de Stockholm. 2878 specteurs.
Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Antti Boman (FIN) assistés d'Ivan Diedoulia (BLR) et Miroslav Valach (SVK).
Pénalités : Danemark 6' (0', 0', 6', 0'), Italie 8' (2', 4', 2', 0').
Tirs : Danemark 35 (10, 15, 9, 1), Italie 24 (9, 7, 7, 1).
 
Évolution du score :
0-1 à 14'12" : Ansoldi assisté de Scandella
0-2 à 14'30" : De Marchi assisté de Fontanive
1-2 à 20'14" : Eller assisté de F. Nielsen et J.B. Jensen
2-2 à 24'42" : J. Jensen assisté de Green et D. Nielsen (sup. num.)
3-2 à 31'53" : J. Jensen
3-3 à 33'56" : De Marchi assisté de Scandella et Plastino
3-4 à 60'52" : Scandella
 

Danemark

Gardien : Frederik Andersen.

Défenseurs : Jesper B. Jensen (+1) - Philip Larsen (-1) ; Daniel Nielsen (-1) - Stefan Lassen ; Kasper Jensen - Mads Bødker ; Philip Hersby (-2).

Attaquants : Nichlas Hardt (-1) - Frans Nielsen (A, -1) - Lars Eller ; Jesper Jensen - Julian Jakobsen (2') - Morten Madsen (A, +1, 2') ; Kirill Starkov (-2) - Morten Green (C, -2, 2') - Kim Lykkeskov (-1) ; Frederik Storm - Bjarke Møller - Morten Poulsen.

Remplaçant : Simon Nielsen (G). Absent : Jannik Hansen (suspendu).

Italie

Gardien : Daniel Bellissimo.

Défenseurs : Armin Helfer (+1) - Alexander Egger (+1) ; Matt De Marchi (+1) - Nicholas Plastino (+1) ; Trevor Johnson - Thomas Larkin.

Attaquants : Luca Ansoldi (+1) - Dan Tudin (+2) - Giulio Scandella (+2, 2') ; Nicola Fontanive (+1) - Vincent Rocco (+1) - Robert Sirianni (+1, 2') ; Patrick Iannone (-1) - Derek Edwardson (-1) - Marco Insam (-1) ; Luca Felicetti (2') - Manuel De Toni (C) - Anton Bernard (2') ; Diego Iori [2 présences].

Remplaçants : Thomas Tragust (G), Stefano Marchetti. Absent : Christian Borgatello (aine).