Phoenix Coyotes - Nashville Predators (NHL, demi-finale de conférence, match 5)

Le 7 mai 2012 restera sans doute comme le jour le plus important de l’histoire de la franchise des Coyotes de Phoenix. Tout d’abord, durant l’après-midi, la ligue nationale a annoncé lors d’une conférence de presse qu’un projet de vente de la franchise était en négociation entre la ligue (qui possède toujours l’équipe depuis la banqueroute de 2009) et Greg Jamison, l’ancien président des Sharks de San José, qui représente un groupe d’investisseurs prêts à garder l’équipe dans l’Arizona. Puis, le soir, les Coyotes ont battu les Predators de Nashville pour arriver en finale de conférence pour la première fois dans l’histoire de la franchise.

Du côté de Nashville, c’est évidemment une grande déception car, cette saison, les Predators semblaient en mesure de se débarrasser de leur étiquette de « petite équipe » pour rivaliser avec les meilleures. Mais, après une bonne saison régulière, l’arrivée de joueurs à la limite des transferts (Alexander Radulov, Andrei Kostitsyn, Hal Gill ou Paul Gaustad) et la rapide élimination des rivaux de Detroit, Nashville n’a pas réussi à passer le deuxième tour.

Comme pour la série Los Angeles – St. Louis, celle entre Nashville et Phoenix a vu s’opposer deux équipes très semblables. Dave Tippett, l’entraîneur de Phoenix, a ainsi déclaré à la presse qu’il considérait les Predators comme un exemple à suivre en matière de réussite sportive avec peu de moyens financiers. Comme face à Chicago au premier tour, la stratégie défensive de Tippett a parfaitement empêché son gardien Mike Smith d’être inquiété par les attaquants adverses et le portier des Coyotes continue d’être impeccable dans les buts. De plus, les Predators ne se sont facilités la tâche avec le « fiasco Radulov-Kostitsyn ».

En effet, alors que Nashville avait perdu les deux premiers matchs de la série à Phoenix (le premier en prolongations et le deuxième à cause d’une prestation nettement insuffisante dans tous les domaines), Aleksandr Radulov et Andrei Kostitsyn ont été suspendus par leur manager général, David Poile, pour s’être affranchi d’une « règle de l’équipe ». Un coup de tonnerre puisque, à l’approche d’un match couperet, Poile suspendait les deux meilleurs pointeurs de l’équipe dans ces playoffs. Apparemment, Radulov et l’aîné des Kostitsyn n’auraient pas respecté le « couvre-feu » instauré par l’entraîneur Barry Trotz avant le match 2 à Glendale et ils seraient rentrés à l’hôtel de l’équipe à quatre heures du matin.

Cela explique sans doute la faible prestation de Radulov lors du deuxième match, où son manque de conviction et ses nombreuses pertes de palet lui avaient valu des critiques acerbes des analystes de télévision nord-américains lors du match (principalement les anciens joueurs Keith Jones et Jeremy Roenick). Pour autant, c’est bien toute l’équipe qui avait déjoué lors de ce match perdu 5-3 et pas seulement la star russe, à l’image de David Legwand dont un réflexe malheureux de la main l’avait conduit à renvoyer un palet directement dans le slot. Erreur immédiatement capitalisée par les Coyotes avec un but de Radim Vrbata.

Si la suspension de Radulov et A. Kostitsyn avait une fonction morale, elle avait également pour but de remobiliser l’équipe en ajoutant les physiques Jordin Tootoo (qui s’était auparavant publiquement plaint d’être laissé en réserve) et Matt Halischuk. Un changement payant car les Predators ont blanchi sur leur glace Phoenix pour le match 3. Il s’est alors posé la question de savoir s’il fallait faire revenir ou pas les suspendus pour le match 4, également décisif (à l’issue de ce match, Nashville pouvait égaliser dans la série à deux matchs partout ou être distancé 3 match à 1). Finalement, Trotz a choisi de suivre l’adage « on ne change pas une équipe qui gagne » et cela n’a cette fois pas été payant : battus 1 à 0, les Predators ont montré leurs limites dans le domaine offensif sans Radulov et Kostitsyn.

Les deux joueurs ont alors été réintégrés pour ce cinquième match, Trotz espérant arracher la victoire dans l’Arizona en changeant ses lignes. Pour leur retour, Radulov et Andrei Kostitsyn ont été assigné à la troisième ligne avec Nick Spaling et Sergei Kostitsyn a laissé sa place sur la première ligne à Colin Wilson pour se retrouver sur le quatrième trio.

Les Coyotes sont les premiers à être dangereux dans ce match : Shane Doan rentre dans la zone de Nashville et voit son tir détourné par un défenseur mais Michal Roszival parvient à garder le palet dans la zone. Mikkel Bødker peut alors se présenter dans le slot face à Roman Josi mais son tir termine sur le gardien des Predators, Pekka Rinne (3’30). Réplique des visiteurs sur une contre-attaque avec un revers de Patric Hornqvist dans le slot. Mike Smith bloque le tir et dégage le palet sous la menace de Gabriel Bourque (8’38).

Bien que Nashville domine aux tirs cadrés (10 contre 5 pour Phoenix dans cette première période), les Predators ne parviennent pas à mettre en danger Smith et c’est la quatrième ligne des Coyotes qui se met en valeur : Gilbert Brule combine avec Kyle Chipchura dans la zone neutre, qui transmet à Daymond Langkow pour entrer en zone, mais son tir depuis le cercle gauche est trop faible pour inquiéter Rinne et il le repousse de la jambière (13’03). Puis c’est David Schlemko qui hérite d’un bon palet dans le slot après une mise au jeu en zone offensive. L’écran de Paul Gaustad devant lui l’oblige à se déporter sur la gauche et il tire, mais sans tromper Rinne qui était sorti pour bloquer l’angle (15’15).

En deuxième période, c’est encore Phoenix qui se montre dangereux : sur une contre-attaque rapide, Bødker lance grâce à une bonne transversale Doan seul face à Rinne malgré le retour de Shea Weber. Arrivé dans le slot, le capitaine des Coyotes tire mais il ne trouve que le montant gauche de Rinne. Mais les Predators ne parviennent pas à se dégager pour autant : Bødker rattrape le palet à la bande et l’envoie derrière le but pour Doan. Celui-ci centre pour Antoine Vermette dans le slot mais, gêné par Bourque, il ne peut pas le contrôler. Derek Morris récupère le palet à la bleue et tire un slap puissant qui passe entre les jambières de Rinne (1-0, 23’54).

Les Predators réagissent avec un 2 contre 1 mené par Radulov avec Josi face à Morris. Le Russe passe à Josi dans le slot mais son tir termine sur le poteau droit de Smith. Weber surgit pour remettre le palet à Josi afin de profiter du déplacement de Smith, qui a laissé une partie du but ouvert, mais la reprise du défenseur est bloquée par le retour de Bødker, posté devant le but (26’29). Puis, sur une sortie de zone ratée de Phoenix, Bourque récupère le palet et tire depuis le cercle droit mais Smith s’en saisit de la mitaine (29’40). Ensuite, sur un powerplay, c’est une puissante reprise de Weber à la bleue qui termine sur le poteau de Smith (31’00).

Nashville domine sans égaliser et finit par se faire punir à l’approche de la fin de la période : Kyle Chipchura entre seul dans la zone des Predators et temporise pour attendre du soutien. Il en trouve avec Martin Hanzal et il lui envoie le palet alors qu’il entre en zone. Arrivé à l’entrée du cercle droit, celui-ci décoche un tir du poignet soudain qui trompe Rinne du côté de sa mitaine (2-0, 35’09). La situation se complique soudainement pour Nashville.

Les Predators abordent la troisième période en dominant toujours les débats : Legwand entre en zone en passant le palet à Patric Hörnqvist. L’ailier suédois tente de retrouver Legwand dans le slot avec une forte passe mais elle termine sur Smith. Le gardien la repousse dans la crosse de Josi, monté pour apporter le surnombre mais il manque sa reprise (41’06). De l’autre côté de la glace, Rinne est mis à contribution par une reprise puissante de Lauri Korpikoski depuis le cercle gauche mais le portier finlandais parvient à geler le rebond rapidement (41’28).

La pression augmente face à Smith, qui s’interpose toujours : en supériorité numérique, Radulov tire depuis le cercle gauche (43’55) puis Suter tire à l’entrée du slot en essayant de profiter d’un écran agressif d’Hornqvist (46’35). Cette pression finit par payer : à la bande droite, Legwand effectue une passe forte vers Colin Wilson, placé dans le slot. Celui-ci dévie le palet habilement vers la lucarne droite, hors de portée de Mike Smith (2-1, 54’01). Mais cette réaction est trop tardive : l’inefficacité offensive de Nashville (3 buts lors des 3 derniers matchs de la série) aura été fatale aux Predators.

3 étoiles du match : Mike Smith (Phoenix) ***, Derek Morris (Phoenix) **, Mikkel Bødker (Phoenix) *.


Phoenix Coyotes – Nashville Predators : 2-1
Phoenix remporte la série 4 matchs à 1.

Tirs cadrés : Phoenix 17 (5, 7, 5) ; Nashville 33 (10, 12, 11)

Evolution du score
1-0 à 23’54 : Morris assisté par Doan et Vermette
2-0 à 35’09 : Hanzal assisté par Chipchura et Langkow
2-1 à 54’01 : Wilson assisté par Legwand et Suter


Phoenix Coyotes

Gardien : Mike Smith

Défenseurs : Michal Rozsival – Oliver Ekman-Larsson ; Keith Yandle (A) – Derek Morris ; David Schlemko – Adrian Aucoin

Attaquants : Ray Whitney – Martin Hanzal (A) – Radim Vrbata ; Mikkel Bødker – Antoine Vermette – Shane Doan (C) ; Taylor Pyatt – Boyd Gordon – Lauri Korpikoski ; Kyle Chipchura – Daymond Langkow – Gilbert Brulé

Remplaçant : Jason LaBarbera (G). En réserve : David Rundblad, Paul Bissonette, Andy Miele, Brett Maclean, Marc-Antoine Pouliot et Alexandre Bolduc. Suspendus : Raffi Torres et Rostislav Klesla.

Nashville Predators

Gardien : Pekka Rinne

Défenseurs : Ryan Suter (A) – Shea Weber (C) ; Hal Gill – Roman Josi ; Kevin Klein – Francis Bouillon

Attaquants : Colin Wilson – Mike Fisher (A) – Martin Erat ; Gabriel Bourque – David Legwand – Patric Hornqvist ; Andrei Kostitsyn – Nick Spaling – Alexander Radulov ; Sergei Kostitsyn – Paul Gaustad – Brandon Yip

Remplaçant : Anders Lindback (G). En réserve : Jonathon Blum, Craig Smith, Chris Mueller, Jordin Tootoo, Brian McGrattan, Matt Halischuk, Jack Hillen et Ryan Ellis.