Slovaquie - Kazakhstan (Mondial 2012, à Helsinki)

IMG 7274La Slovaquie sort d'une bonne victoire contre les États-Unis qui vient récompenser deux rencontres précédentes pendant lesquelles la Slovaquie a montré de belles choses.

On ne peut pas en dire autant du Kazakhstan qui a perdu ses trois premières rencontres, sans laisser penser à des perspectives très enthousiasmantes, même si leur entraîneur nous assure que l'équipe joue de mieux en mieux.

La rencontre commence dans un silence assourdissant. Il faut dire qu'un match en semaine, pendant l'après-midi, un jour où la Finlande ne joue pas, ne peut pas attirer beaucoup de monde. La poignée de supporters slovaques commencent à peine à entonner quelques « Slovensko ! Slovensko ! » qui résonnent dans la patinoire vide, que Dominik Granak ouvre le score ! Schéma de jeu classique : travail derrière le but de Miroslav Satan qui remet dans l'axe à Dominik Granak qui tire et marque. La vitesse et la technique individuelle des Slovaques par rapport aux Kazakhs suffit pour faire la différence. 1-0 à 1'08.

Sur le banc, on voit l'entraîneur Andrei Shayanov réprimander le jeune Yevgeni Rymarev, peut-être un peu laxiste sur le marquage des défenseurs adverses sur le but, et lui expliquer comment il aurait dû se placer.

IMG 7171

On se dit que le match va être long pour les Kazakhs, qui placent leur premier tir sur Jan Laco après exactement cinq minutes de jeu. Les tirs des Kazakhs ne sont pas assez dangereux pour inquiéter le gardien de Lev Poprad, le club slovaque de KHL. En revanche, sur un tir dévié de Tomas Starosta, le palet retombe sur la ligne et Vitali Eremeïev, le très expérimenté gardien kazakh, le repousse in extremis de la crosse. L'arbitre vérifie quand même avec le ralenti vidéo qu'il n'y a pas but.

Contre toute attente et alors que la Slovaquie joue avec un faux rythme, Yevgeni Rymarev justement veut se racheter aux yeux de son entraîneur et bat Jan Laco... et d'une bien jolie manière : l'ailier fait une entrée de zone rapide le long de la bande, s'arrête derrière le but, feinte de rebrousser chemin. Jan Laco tombe dans le piège et tourne le dos à Rymarev qui a continué de contourner la cage pour glisser le palet de derrière au ras du poteau. 1-1 à 11'18

Le Kazakhstan reste discipliné et ne concède aucune pénalité de toute la période. La Slovaquie gagne presque tous les engagements et conserve bien le palet mais n'arrive pas trop à construire et regagne le vestiaire à la première pause avec ce score de parité peu flatteur au vu de ce qu'elle a montré contre des équipes plus fortes.

La Slovaquie entame la deuxième période avec de bonnes intentions mais Branko Radivojevic fait trébucher Konstantin Pushkaryov et va essuyer le banc du cachot pour deux minutes. Les Kazakhs mettent du temps à installer le power-play grâce au bon travail défensif de Juraj Mikus, qui ne doit pas être trop dépaysé à ces championnats du monde en Finlande puisque le Lev Poprad l'a prêté à TPS Turku cette saison.

À la mi-match, c'est Denis Shemelin qui est fautif : sa crosse haute sur Michel Miklik l’envoie en prison et permet au jeu de puissance slovaque de se mettre en place immédiatement. En tout cas jusqu'à ce que Tomas Kopecky commette un cinglage bien inutile. Le 4 contre 4  libère des espaces mais ne débloque pas les compteurs.

IMG 7206Les prisons se succèdent et Yevgeni Fadeyev est sanctionné par l'arbitre d'une crosse haute. Zdeno Chara et Dominik Granak sont en embuscade pour tirer mais c'est finalement Libor Hudacek qui prend le shoot victorieux du rond gauche. 2-1 à 37'49.

Le Kazakhstan retrouve ses vieux démons ; son indiscipline a fini par permettre aux joueurs à la double croix de prendre l'avantage au score. Rien de tel pour rentrer au vestiaire avant d'aborder plus sereinement la troisième période.

Le début du troisième tiers-temps est assez calme. Mais comme en première période, c'est dans ces instants que le Kazakhstan marque. Et comme en première période, le danger vient de derrière la cage. Après un bon travail dans le coin de Dmitri Upper, Talgat Zhailauov tente de tromper Jan Laco de derrière le but et le palet rebondit vers Konstantin Pushkaryov. L'attaquant kazakh, dont on ne sait pas forcément qu'il a quand même joué une quinzaine de matches pour les Kings de Los Angeles, prend tout son temps pour ajuster un tir dans la cage ouverte et détruit au passage la caméra placée dans le but. 2-2 à 43'15.

IMG 7127La Slovaquie réplique immédiatement par une tentative en 1 contre 1 de Tomas Surovy qui finit dans la mitaine de Vitali Eremeïev. Andrei Korabeinikov se rend coupable d'un retenir et sur la supériorité numérique, le jeu de puissance slovaque reprend des couleurs. Et même revenus à cinq contre cinq, la Slovaquie continue son jeu de puissance et fait tourner le palet autour de la cage pour finalement l'y expédier au fond grâce à Tomas Kopecky. 3-2 à 48'18.

La Slovaquie reprend l'avantage au score mais le Kazakhstan ne démérite pas. Il espère secrètement grappiller un troisième but avant la fin, synonyme d'égalisation. Las, un surnombre à moins de deux minutes de la fin vient anéantir le moindre espoir. La Slovaquie va même enfoncer le clou car le Kazakhstan laisse partir en contre Michal Handzus et Tomas Kopecky qui peut ainsi signer un doublé à quelques secondes de la sirène finale. 4-2 à 59'47.

Désignés joueurs du match : Dominik Grabak pour la Slovaquie et Vitali Eremeïev pour le Kazakhstan.

Commentaires d'après-match :

Yevgeni Rymarev : « On a bien tenu, on joue mieux mais on a encore aucune victoire, c'est un peu ennuyeux. On n'a pas réussi à garder le score. J'ai freiné derrière le but, j'ai montré que je repartais dans l'autre sens, le gardien a commencé à se retourner, je l'ai vu, j'ai fait le tour et la cage était ouverte. Sur le premier but slovaque, l'entraîneur m'a dit que j'aurais du être plus près du but ».

Miroslav Satan : « C'était un match lent, ce n'était pas joli mais ce qui compte, ce sont les 3 points et on les a eus. »

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Pour la première fois du tournoi, nous étions dans le rôle du favori, ce qui ne nous a pas réussi. C'était un match difficile pour nous. Nous n'avons pas bien joué. Le jeu n'était pas fluide. Nous avons eu du mal face à la défense du Kazakhstan. Nous avons dû faire beaucoup plus d'effort que nous le pensions pour ramener les 3 points. »

Andrei Shayanov (entraîneur du Kazakhstan) : « Encore une fois, il ne nous manque pas grand chose pour gagner, un peu de talent. Les joueurs compensent avec leur envie, ils l'ont montré qu'ils avaient envie jusqu'à la fin. Nos prochains adversaires sont les États-Unis, le Canada et la Finlande, des équipes qui arriveront en demi-finales. Mais on jouera de toute façon pour la victoire à chaque fois. Les joueurs s'habituent à jouer à ce niveau à chaque match. Les erreurs que nous commettons sont différentes maintenant. Ce genre de buts donne de la confiance en soi aux jeunes joueurs, de la confiance en ses propres forces. Je pense qu'on jouera mieux contre les États-Unis. »

IMG 7217-(700)


Slovaquie - Kazakhstan 0-1 (0-1, 0-0, 0-0)
Mercredi 9 mai 2012 à 16h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 3706 spectateurs.
Arbitrage de Georgij Jablukov (ALL) et Antonin Jerabek (TCH) assistés de Jimmy Dahmen (SUE) et Sergei Shelyanin (RUS).
Pénalités : Slovaquie 4' (0', 4', 0') ; Kazakhstan 8' (0', 4', 4').
Tirs : Slovaquie 33 (10, 11, 12) ; Kazakhstan 22 (8, 5, 9).

Évolution du score :
1-0 à 01'08" : Granak assisté de Satan et Hudacek
1-1 à 11'18" : Rymarev assisté de Novopashin et Shemelin
2-1 à 37'49" : Hudacek aasisté de Granak et Chara (sup. num.)
2-2 à 43'15" : Pushkaryov assisté de Zhailauov et Upper
3-2 à 48'18" : Kopecky assisté de Baranka et Sekera
4-2 à 59'47" : Kopecky assisté de Handzus et Radivojevic

Slovaquie

Gardien : Ján Laco.

Défenseurs : Ivan Baranka – Andrej Sekera ; Zdeno Chára (C, +1) – Dominik Graňák (A) ; Tomáš Starosta – René Vydarený (-1) ; Michal Sersen.

Attaquants : Branko Radivojevič (2') – Tomáš Kopecký (2') – Michal Handzuš ; Miroslav Šatan (A, +1) – Libor Hudáček (+1) – Tomáš Surový (+1) ; Juraj Mikúš – Tomáš Tatár – Michel Miklík ; Marcel Haščák (-1) [puis Marcel Hossa à 20'] – Milan Bartovič (-1) – Mário Bližňák (-1).

Remplaçant : Peter Hamerlík (G). Non-utilisé : Kristián Kudroč (D, dos).

Kazakhstan (2' pour surnombre)

Gardien : Vitali Eremeïev.

Défenseurs : Vitali Novopashin (A, +2) – Denis Shemelin (+2, 2') ; Sergei Yakovenko (-1) – Aleksei Troshchinski (-1) ; Roman Savchenko (-1) – Evgeni Fadeyev (-1,2') ; Vladislav Kolesnikov – Andrei Korabeinikov (2').

Attaquants : Talgat Zhailauov (A, +1) – Dmitri Upper (C, +1) – Konstantin Pushkaryov (+2) ; Vadim Krasnoslobodtsev (-1)  – Dmitri Dudarev – Yevgeni Rymarev ; Yevgeni Bumagin (-1) – Fyodor Polishuk (-1) – Konstantin Romanov (-1) ; Aleksei Vorontsov – Andrei Spiridonov – Konstantin Savenkov.

Remplaçants : Vitali Kolesnik (G), Aleksei Litvinenko.

IMG 7330-(700)