France - Finlande (Mondial 2012, à Helsinki)

120510-210Pekka Marjamäki, ancien international de Finlande aux dix championnats du monde dans les années 1970 est décédé ce jeudi 10 mai 2012. La rencontre entre la France et la Finlande commence donc par un hommage et une minute de silence à la mémoire de ce joueur, membre du Hall of Fame de l'IIHF.

Les Finlandais ont alors à cœur de gagner aujourd'hui, ce dont ils ne doutent pas, tant « la différence entre le niveau des deux équipes est à des années-lumière », a dit froidement Juhanni Tamminen, ancien entraîneur de l'équipe de France dans les années 1990 et reconverti en consultant pour la télévision.

Les deux équipes ne se sont pas rencontrées depuis plus de 10 ans mais l'historique des confrontations (cf les deux dernières, 6-3 du temps de Tamminen et 6-1) ne plaident guère en faveur des Français qui n'ont jamais gagné face aux champions du monde en titre.

La Finlande en profite d'ailleurs pour faire tourner un peu son effectif et intégrer, à la place de Pyörälä et Pihlström, les avants Tuomas Kiiskinen et Jani Tuppurainen, unique représentant du récent champion finlandais JYP et coéquipier de Yohann Auvitu à Jyväskylä. Le Français revient d'ailleurs au jeu après une légère blessure à la jambe qui lui a fait manquer le match précédent contre le Canada. En revanche, Pierre-Édouard Bellemare est encore au repos comme prévu et Fabrice Lhenry garde les buts.

120510-236Le gardien champion de France avec les Dragons de Rouen a de quoi se mettre en confiance tout de suite avec deux tirs qu'il bloque bien. Les Lions dominent le jeu et rares sont les incursions françaises dans la zone offensive, à part quand Antoine Roussel place un bon tir sur Petri Vehanen qui n'a pas encore encaissé le moindre but dans ce mondial.

Les Français ne défendent pas mal mais sous la pression, Stéphane Da Costa est obligé de retenir irrégulièrement Joonas Järvinen pour l'arrêter et inaugure le banc des pénalités. Les tricolores s'en sortent d'abord grâce à un gros arrêt de Lhenry sur Valtteri Filppula puis grâce au poteau. Mais la troisième tentative est la bonne pour Jarkko Immonen, seul au milieu du quatuor français, servi au centre par Janne Pesonen de derrière le but. Sa reprise au ras de la glace finit au fond des filets. 0-1 à 10'12

Mais c'est ensuite Jesse Joensuu qui retient irrégulièrement Kevin Hecquefeuille. La France se fait quelques frayeurs au début de la supériorité puis se crée aussi de belles occasions grâce à des tirs rapides sur le power-play.

L'arbitre est clément une première fois sur une crosse haute finlandaise devant le but mais compense ensuite avec une pénalité contre Leo Komarov sur une charge dans le dos. Le jeu de puissance se met bien en place mais Julien Desrosiers tire complètement à côté et le palet ressort de la zone offensive. Au moins, ces pénalités ont permis à la France de souffler et de couper l'élan de la Finlande.

120510-329Kévin Hecquefeuille est puni pour un retenir sur l'attaquant de Detroit Valtteri Filppula. On sent les Finlandais un peu tendus devant leur public. Les capitaines Laurent Meunier et Mikko Koivu s'invectivent sur la mise en jeu et continuent les petits coups de provocation. Et à ce petit jeu, Mikko Mäenpää tombe dans le piège en commettant un cinglage sur le capitaine des Bleus.

On joue donc à quatre contre quatre, ce qui devrait libérer des espaces... mais apparemment pas suffisamment pour Leo Komarov qui se fait mal au genou en heurtant son coéquipier Jesse Joensuu de face à pleine vitesse. Il rentre au vestiaire prématurément mais reviendra dans l'alignement pour les périodes suivantes.

Stéphane Da Costa bénéficie juste avant la pause d'un 2 contre 1 où il choisit de tirer peut-être en espérant un rebond mais Petri Vehanen, le gardien de Ak Bars Kazan garde bien le puck dans le plastron et le score en reste là.

Lors du deuxième tiers-temps, la pression finlandaise s'accroît et la France donne des premiers signes de faiblesses sur une échappée de Mikael Granlund qui tape le poteau puis sur le rebond que Janne Pesonen n'est pas loin de mettre au fond.

120510-330Yorick Treille parvient à prendre un bon lancer, mais Antoine Roussel est ensuite pénalisé pour avoir tiré le maillot de Mikael Granlund en zone neutre. Le power-play finlandais oblige le portier bleu à plusieurs gros arrêts, notamment sur des déviations, jusqu'à ce que la sentence tombe, 10 secondes après le retour sur la glace de Roussel, avec une déviation devant le but de Mikko Koivu sur une frappe de Juuso Hietanen. 0-2 à 30'00

Le calvaire des bleus sur les supériorités numériques finlandaises ne fait que commencer. Sur un contre emmené par Petri Kontiola, Baptiste Amar le retient irrégulièrement pour l'empêcher de faire la passe.

Sur le power-play, Yohann Auvitu parvient une première fois à défendre une cage ouverte puis Lhenry fait un arrêt réflexe de la mitaine mais il est battu sur un tir lointain de Mikko Mäenpää dévié par Jussi Jokinen alors que l'attaquant des Carolina Hurricanes étaient en train de se relever. 0-3 à 33'49

Deux buts quasi identiques. Mais Fabrice Lhenry est encore dans le match, la preuve sur le tir (non dévié celui-là) du même Mikko Mäenpää, il ne laisse même pas de rebond. En revanche, le quatrième but finlandais fait plus mal sur le tir de Janne Niskala. Le défenseur de l'Atlant Mytyschi s'avance de la bleue et trouve un trou sous la jambière du gardien. 0-4 à 37'12

120510-298La France a rendu l'âme. Moins d'une minute plus tard, Jani Tuppurainen, pour son premier match, amène le danger de derrière la cage et passe tranquillement devant le but à Niko Kapanen libre de tout marquage de Kévin Hecquefeuille. 0-5 à 38'08

Il est vraiment temps que la période se termine et on espère que les Bleus sauront limiter les dégâts et sauver l'honneur. Grand prince, le champion de Finlande Jani Tuppurainen donne un peu de répit aux Français en commettant un crosse haute juste avant la pause.

Le troisième tiers-temps commence donc par une courte supériorité numérique française, puis une deuxième quelques minutes plus tard, à nouveau pour une crosse haute sur Teddy Da Costa, cette fois de Petri Kontiola.

Stéphane Da Costa venge son frère et la fierté des bleus : plus inspiré qu'en première période, il feinte le tir sur le gardien qui s'est avancé, le contourne et parvient à passer de derrière le but à Anthony Guttig qui résiste au retour de la défense et marque dans la cage ouverte son premier but en championnat du monde. 1-5 à 43'34

Joli sursaut d'orgueil que Damien Fleury vient immédiatement gâcher d'une crosse haute sur Mikko Mäenpää, ce défenseur qui fait le bonheur de l'Amur Khabarovsk en extrême-orient russe. Seules huit petites secondes suffisent au jeu de puissance finlandais pour réaliser une combinaison simplissime mais très rapide de la ligne NHL Filppula-Koivu-Jokinen qui trompe Baptiste Amar. Le Grenoblois laisse se promener devant la cage l'attaquant des Carolina Hurricanes qui reprend une passe millimétrée du capitaine de Minnesota Wild. 1-6 à 44'01

120510-283Les champions du monde, devant un public venu remplir la patinoire presque au comple, ne lèvent pas le pied et Anthony Guttig se voit sanctionné d'un coup de genou. Les Bleus ne resistent cette fois que 13 secondes au power-play des lions. Juuso Hietanen envoie un puissant slap de la ligne bleue au ras du sol et bat le gardien masqué. 1-7 à 50'00

L'addition commence à être vraiment salée. Mais dans cette lourde défaite, remarquons quand même la bonne tenue du jeu de puissance français, qui amène le seul but français, et dont le trébucher de Valtteri Filppula donne l'occasion de montrer que l'on prend rapidement des tirs sur ces situations.

Une dernière pénalité d'Alexandre Rouleau n'aggravera pas le score et comme contre les deux équipes nord-américaines, la France finit avec quand même sept buts dans ses filets et doit maintenant se concentrer sur les deux rencontres contre la Suisse et le Bélarus où l'adversaire sera moins redoutable.

La Finlande a régalé son public, notamment sur les supériorités numériques, et fait tourner son effectif en vue du premier vrai match-test du lendemain contre le Canada.

Désignés joueurs du match : Yohann Auvitu pour la France et Mikko Koivu pour la Finlande (tous deux en photo ci-dessous).

120510-355-(700)


Commentaires d'après-match

Mikko Koivu (capîtaine de la Finlande) : "Nous avons pu utiliser nos supériorités numériques et ensuite le jeu s'est un peu détendu."

Anthony Guttig (attaquant de la France) : "L'objectif était de les tenir et de garder le score à 0-0 le plus longtemps possible dans la partie. C'est frustrant. On a fait un bon premier tiers-temps où on sort à 1-0 mais on prend beaucoup de pénalités et leur power-play et très efficace, et voilà. Au troisième tiers-temps, c'était beaucoup plus difficile, ils avaient plus le contrôle du palet. On sait qu'ils aiment jouer avec le palet, ils nous l'ont un peu confisqué ce soir. Les espaces étaient réduits, c'est une équipe qui joue ensemble à 5 sur la glace aussi bien offensivement que défensivement alors ils sont difficiles à bouger. Jouer des matchs comme ça, c'est toujours une bonne expérience, après, il faut aussi apprendre et s'en servir, mais il faut le faire très vite."

Jani Tuppurainen (attaquant de la Finlande) : "J'étais un peu nerveux avant la rencontre mais ensuite sur les premières présences, ça allait de mieux en mieux. Tout à bien marché. C'était sympa. C'est différent de jouer en club avec Yohann et en équipe nationale. Je l'ai entendu me crier des trucs pendant le match mais je n'ai pas vraiment entendu ce qu'il disait. J'étais concentré sur la partie, c’était marrant. Il devient meilleur d'année en année et je pense qu'il va être peut-être le meilleur joueur de l'équipe de France à l'avenir."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "On a joué une très bonne première période. On a montré de la vitesse, de l'agilité, du talent tactique. Mais la Finlande était au-delà de nos capacités. On ne pouvait pas les contrer au deuxième tiers-temps. Nous savions que nous aurions du mal contre les meilleures équipes et qu'il faudrait maintenant se concentrer sur la deuxième partie du calendrier. Les Suisses sont un petite peu devant nous en termes d'intensité, mais on y va avec la ferme intention de faire un bon match et de prendre les 3 points. Depuis que je suis en poste avec Pierre [Pousse] à la tête de l'équipe senior, on n'a pas joué les Finlandais et on était content de les jouer, d'autant qu'ils sont champions du monde sortants, chez eux, ça donne un petit aperçu à nos jeunes du hockey dans un pays de haut niveau. »

120510-212-(700)

 

France - Finlande 1-7 (0-1, 0-4, 1-2)
Jeudi 10 mai 2012 à 20h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 12957 spectateurs.
Arbitrage de Steve Patafie (USA) et Brent Reiber (SUI) assistés de Jon Kilian (NOR) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : France 14' (4', 4', 6'), Finlande 12' (6', 2', 4').
Tirs : France 18 (6, 3, 9), Finlande 37 (11, 19, 7).

Évolution du score :
0-1 à 10'12" : Immonen assisté de Pesonen et Granlund (sup. num.)
0-2 à 30'00" : Koivu assisté de Hietanen et Filppula
0-3 à 33'49" : Jokinen assisté de Mäenpää et Koivu (sup. num.)
0-4 à 37'12" : Niskala assisté de Joensuu et Filppula
0-5 à 38'08" : Kapanen assisté de Tuppurainen et Kiiskinen
1-5 à 43'34" : Guttig assisté de S. Da Costa et T. Da Costa (sup. num.)
1-6 à 44'01" : Jokinen assisté de Koivu et Filppula (sup. num.)
1-7 à 50'00" : Hietanen assisté de Mäenpää et Koivu (sup. num.)

 
France

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Vincent Bachet (A) - Kevin Hecquefeuille (A, 2') ; Baptiste Amar (-2, 2') - Alexandre Rouleau (-2, 2') ; Yohann Auvitu (-1) - Nicolas Besch (-1) ; Maxime Moisand – Antonin Manavian.

Attaquants : Julien Desrosiers - Laurent Meunier (C) - Yorick Treille ; Anthony Guttig (-2, 2') - Stéphane Da Costa (-2, 2') - Antoine Roussel (-2, 2') ; Charles Bertrand (-2) - Brian Henderson (-2) - Damien Raux (-1) ; Loïc Lampérier - Teddy Da Costa - Damien Fleury (2').

Remplaçant : Cristobal Huet (G). Absents : Florian Hardy (G), Pierre-Édouard Bellemare (ménagé),  Sacha Treille (suspendu).

Finlande
 
Gardien : Petri Vehanen.
 
Défenseurs : Mikko Mäenpää (+1, 2') - Juuso Hietanen (+1) ; Ossi Väänänen - Joonas Järvinen ; Janne Niskala (+1) - Anssi Salmela (+1) ; Lasse Kukkonen (A, +1) - Topi Jaakola.(+1).

Attaquants : Valtteri Filppula (+2, 2') - Mikko Koivu (C, +1) - Jussi Jokinen (A, +1) ; Janne Pesonen - Jarkko Immonen - Mikael Granlund ; Jesse Joensuu (+1, 2') - Niko Kapanen (+1) - Leo Komarov (2') ; Jani Tuppurainen (+1, 2') - Petri Kontiola (+1, 2') – Tuomas Kiiskinen (+1).
 
Remplaçants : Kari Lehtonen (G). Absent : Karri Rämö (G), Mika Pyörälä (en réserve), Antti Pihlström (en réserve).