Russie - Suède (Mondial 2012, à Stockholm)

MALKIN Evgeni-100516-290

Russie - Suède, comme un air de finale entre les deux seules équipes invaincues de ce groupe. Nous ne sommes pas encore au 20 mai, date du verdict de ce Mondial 2012, mais il s'agit vraisemblablement de la finale du groupe alors que nous sommes à mi-chemin de la phase préliminaire. Un choc des titans avant l'heure qui constitue un test de grande envergure. La Russie va-t-elle résister ? Les Suédois vont-ils effectuer leur match-référence ? Malkin, meilleur marqueur de la saison NHL, sera-t-il suffisamment muselé ?

Dès les premières minutes, Viktor Fasth et Semyon Varlamov sont testés par Viktor Stålberg, Sergei Shirokov, Aleksandr Svitov et Loui Eriksson. Stålberg justement dribble dans le camp russe, contourne la cage et remet devant le but mais Gabriel Landeskog est trop court. Evgeni Malkin monopolise l'attention des Suédois, celui-ci est même chahuté mais c'est Aleksandr Popov qui se retrouve pénalisé. La sanction ne tarde pas, le productif Erik Karlsson adresse un lancer balayé entre les jambières de Varlamov (0-1, 05'57").

Deux minutes plus tard, le prédateur Malkin commence sérieusement à montrer ses crocs : il accélère depuis sa zone défensive, se retrouve en 2 contre 1 et décide finalement d'aller défier seul Fasth qui s'interpose difficilement. C'est peut-être un échec mais la facilité de son action individuelle laisse rêveur. Chaque temps de glace de la vedette de Pittsburgh est un danger, les Suédois vont le constater rapidement : après un bon travail le long de la bande, le palet est libre pour Malkin placé à la ligne bleue, il transmet à Aleksandr Popov (avec qui il s'entend à merveille), monté plus haut en attaque, qui égalise (1-1, 10'27").

Malgré une bonne tentative de Nikolai Kulyomin, la Suède prend l'ascendant dans cette deuxième moitié de première période. Tout récent vainqueur du Guldpucken (le titre de joueur de l'année en Suède), Jakob Silfverberg, au cercle d'engagement à gauche, alerte à l'opposé Calle Järnkrok qui échoue de peu. Bénéficiant d'un jeu de puissance, la Suède va finir par prendre les devants. Alfredsson frappe de loin, Henrik Zetterberg est au rebond (1-2, 14'33") mais Johan Franzén est au sol après un coup de crosse dans le ventre signé Aleksei Emelin qui se retrouve à son tour emprisonné. Cette pénalité n'aura finalement aucune incidence même si Zetterberg, dans un angle fermé, envoie un puck flottant dans le dos de Varlamov, Ilya Nikulin dégage in-extremis. La Suède mène logiquement après vingt minutes de jeu, mais rien n'est joué, loin de là.

Dominée au premier tiers, la Russie va devenir de plus en de plus inquiétante. Peu de temps après le retour des vestiaires, Shirokov affronte seul Viktor Fasth qui colle néanmoins sa jambière gauche sur la glace, repoussant ainsi l'essai de l'attaquant du CSKA Moscou. La Tre Kronor se retrouve acculée dans sa zone, les occasions russes pleuvent, Evgeni Kuznetsov, devant la cage, aurait d'ailleurs pu profiter des restes d'un lancer lointain de Malkin.
 
Niklas Persson, derrière le but, remet devant l'enclave mais Johan Larsson est frustré par Varlamov. Une pénalité de Nikulin donne un peu plus d'air aux jaunes. Johan Franzén, à droite, envoie fort devant le but mais Henrik Zetterberg est gêné par la déviation de Semyon Varlamov. Zetterberg remet néanmoins la main sur le palet et redonne au final à Franzén qui bat le gardien de l'Avalanche du Colorado (1-3, 29'36"). Niklas Persson, d'un passage en force en contrôlant le disque d'une main, et Loui Eriksson, alors que Varlamov était totalement masqué, essaient de mettre K.O la Russie. 
 
KULEMIN Nikolai-100516-281Eriksson, en faisant le tour de la cage, provoque une pénalité de Denis Kokarev. Pas de but mais beaucoup de tension entre les deux sélections, à l'image de Emelin et Franzén qui se cherchent de nouveau. Le défenseur russe semble même effectuer un plongeon grossier. Suffisamment crédible aux yeux de l'arbitre pour que Franzén soit pénalisé, Malkin en profite après une longue passe diagonale de Kuznetsov (2-3, 36'00"). Une nouvelle fois, Emelin, décidément dans les mauvais coups, obtient quelques amabilités de Landeskog, ce dernier rejoint lui aussi la case prison. Popov, devant le but, s'y prend à deux fois pour profiter d'un lancer de Malkin, en vain. On retrouve toujours les mêmes dans cette rencontre : Malkin échange des coups avec Franzén, le Red Wing suédois est encore pénalisé, Malkin est épargné par les arbitres, Emelin valide ce jeu de puissance de la ligne bleue d'une reprise de volée (3-3, 38'27").
 
Après une deuxième période très agitée, les Russes reprennent d'entrée la tête de la course. Evgeni Medvedev tire, le palet retombe comme une feuille de morte devant le but, Viktor Fasth le cherche désespérément. Alors même avec un lancer du revers un peu mou, Perezoghin, devant le demi-cercle, réussit à tromper sa vigilance (4-3, 40'15"). Puis Evgeni Malkin met une autre rondelle au fond des filets, celle-ci glisse doucement au-delà de la ligne de but puis est ressortie par Jonas Brodin, le but est cependant parfaitement valable (5-3, 42'40"). Les hommes de Pär Mårts auront une opportunité pour réagir lorsque Kalinin amoche sérieusement le visage de Franzén qui saigne à grosses gouttes, les voilà en avantage numérique pendant 5 minutes. C'est peut-être le tournant du match.
 
Alfredsson, Karlsson, Zetterberg et Eriksson inquiètent mais les Russes tiennent le choc. La bonne occasion sera d'ailleurs pour Alfredsson, démarqué sur la gauche, mais il n'est pas en bonne position pour frapper efficacement malgré le bon service de Eriksson. Les minutes s'égrainent et l'affaire se complique. À peine de retour à 5 contre 5, la Russie va corser l'addition, Popov sert Malkin, partis en 2 contre 1 (6-3, 51'08"). L'étau continue de se resserrer sur la Suède qui lâche prise complètement : Malkin s'amuse à jongler au milieu de plusieurs adversaires, un slap dangereux de Nikulin, pénalité contre Krüger, le pavillon est baissé côté jaune. La Russie finit par alourdir le score par Denis Denisov qui n'a pas hésité à s'avancer pour tromper Fasth (7-3, 59'06").
 
Le défenseur Niklas Hjalmarsson parlait avant ce match d'épreuve de force. Les Suédois l'ont eu face à des Russes en mode crescendo, menés 3-1, qui ont réussit la performance d'ajouter six buts consécutifs à un des poids lourds de ce Mondial. La grosse performance, c'est celle évidemment de Evgeni Malkin, auteur de 5 points ce vendredi soir, alors que les joueurs suédois ont plus volontiers parlé des talents de provocateur et de simulateur d'Emelin à l'issue de cette rencontre. Mais ce que les Russes ont réussi à faire, contrairement à leurs opposants, c'est de marquer tout simplement à forces égales même s'ils y ont mis beaucoup d'agressivité. La Suède laisse momentanément (pour de bon ?) la première place du groupe et a encore beaucoup de travail avant de pouvoir prétendre à l'or. 
 
Élus joueurs du match : Evgeni Malkin pour la Russie, Erik Karlsson pour la Suède.
 
Commentaires d'après-match
 
Victor Hedman (défenseur de la Suède) : "Ils ont marqué deux buts chanceux pour revenir dans le match alors qu'ils étaient menés. Ils ont également marqué à 5 contre 3 et puis il y a eu certaines attitudes que nous n'avons pas du tout appréciées. Nous n'aurions pas du les laisser marquer autant de buts de suite. Nous devons stopper l’hémorragie à temps, ce que nous n'avons pas fait aujourd'hui."
 
Evgeni Malkin (attaquant de la Russie) : "Nous avons gardé notre concentration pendant tout le match. Nous avons joué contre la meilleure équipe du tournoi mais nous n'avons jamais abandonné pendant 60 minutes."
 
 
Russie - Suède 7-3 (1-2, 2-1, 4-0)
Vendredi 11 mai 2012 à 20h15 à l'Ericsson Globe de Stockholm. 11500 specteurs.
Arbitrage d'Antti Boman (FIN) et Keith Kaval (USA) assistés de Roger Arm (SUI) et François Dussureault (CAN).
Pénalités : Russie 37' (6', 6', 25'), Suède 10' (0', 8', 2').
Tirs : Russie 36 (7, 17, 12), Suède 46 (16, 13, 17).
 
Évolution du score :
0-1 à 05'57" : Karlsson assisté de Stålberg et Alfredsson (sup. num.)
1-1 à 10'27" : Popov assisté de Malkin
1-2 à 14'33" : Zetterberg assisté de Alfredsson et Eriksson (sup. num.)
1-3 à 29'36" : Franzén assisté de Eriksson et Zetterberg (sup. num.)
2-3 à 36'00" : Malkin assisté de Biryukov et Kuznetsov (sup. num.)
3-3 à 38'27" : Emelin assisté de Datsyuk et Kalinin (sup. num.)
4-3 à 40'15" : Perezoghin assisté de Medvedev 
5-3 à 42'40" : Malkin assisté de Popov
6-3 à 51'08" : Malkin assisté de Popov
7-3 à 59'06" : Denisov assisté de Malkin et Popov
 
 
Russie
 
Gardien : Semyon Varlamov.
 
Défenseurs : Evgeni Biryukov (+4) - Ilya Nikulin (C, +3, 4') ; Aleksei Emelin (2') - Dimitri Kalinin (A, 5'+20') ; Evgeni Medvedev (+2) - Denis Denisov (+1) ; Evgeni Ryasenski - Nikita Nikitin.
 
Attaquants : Aleksandr Perezhogin (+5) - Evgeni Malkin (+5) - Aleksandr Popov (+5, 2') ; Evgeni Kuznetsov - Pavel Datsyuk - Nikolai Kulyomin ; Nikolai Zherdev - Aleksei Tereshchenko (A) - Sergei Shirokov ; Evgeni Ketov - Aleksandr Svitov - Denis Kokarev (4').
 
Remplaçant : Konstantin Barulin (G).
 
Suède
 
Gardien : Viktor Fasth.
 
Défenseurs : Niklas Hjalmarsson (-3) - Niklas Kronwall ; Victor Hedman (-4) - Jonas Brodin (-2) ; Erik Karlsson (-1) - Staffan Kronwall.
 
Attaquants : Johan Franzén (6') - Henrik Zetterberg (A, -2) - Loui Eriksson (-2) ; Jakob Silfverberg (-1) - Marcus Krüger (-2, 2') - Daniel Alfredsson (C, -1) ; Gabriel Landeskog (A, -2, 2') - Calle Järnkrok - Viktor Stålberg (-1) ; Johan Larsson (-3) - Niklas Persson (-1).
 
Remplaçant : Jhonas Enroth (G).