Allemagne - Danemark (Mondial 2012, à Stockholm)

Le sprint final est lancé ! Quelques minutes après l’importante victoire de la Norvège face à la Lettonie dans la course aux quarts de finale, c’est au tour de l’Allemagne et du Danemark de rentrer sur la glace. Ces deux équipes ont plutôt déçu depuis le début de la compétition. Les Allemands restent sur trois défaites mais ont montré de la solidité face à la Russie, et les Danois sont pour le moment lanterne rouge et doivent absolument prendre des points pour éviter la relégation. Cette équipe donne l’impression d’un potentiel inexprimé, avec quatre leaders venus de la NHL sur sa première ligne. Plus question de tergiverser désormais pour les équipes. L’accession aux quarts de finale passe par une victoire impératives pour l’Allemagne, le maintien par au moins un point pour le Danemark.

ANDERSEN Frederik-100516-303Le match démarre sur un très bon rythme, et on sent que les deux équipes veulent rapidement faire la différence. Suite à un bon forecheck de Marcus Kink derrière les buts de Frederik Andersen, le palet revient à Felix Schütz, obligeant Andersen à son premier arrêt important du match (2'). Quelques secondes plus tard, Kai Hospelt part en break-away, mais rate la cible.

Après cette bonne entrée en matière, les Danois vont peu à peu mettre la main sur la match. À la 5e minute, Julian Jakobsen, positionné derrière la ligne de but, trouve Jesper Jensen qui force Endras à sortir le grand jeu pour maintenir l’égalité. Des deux côtés, on construit rapidement, sans s’attarder en zone neutre. À ce jeu là, les lignes danoises parviennent mieux à trouver la profondeur et à se déployer sur la longueur. Ainsi, à la 10e, la première ligne danoise se crée une grosse opportunité : Nielsen à gauche pour Eller puis pour Hansen à droite, mais Andersen ferme la porte.

Toujours bien démarqué, Jannik Hansen se crée deux occasions en milieu de période, en particulier grâce aux bons jeux de Lars Eller qui qui gratte beaucoup de palets le long de la bande. La première pénalité de la partie intervient à la 16e minute à l’encontre de Nikolai Goc pour dureté. Sur cette supériorité numérique arrivant dans une bonne phase pour eux, les Danois développent des mouvements atypiques avec des passes transversales et rapides, sans parvenir à marquer. Les Danois exploitent parfaitement la largeur de la glace, faisant fournir beaucoup d’efforts aux Allemands. Le total de lancers en première période  vient d’ailleurs prouver cett domination avec 13 tirs côté danois, 5 côté allemand.

On assiste à un match pas très physique, mais rapide et plaisant. Le début de deuxième période récompense les Danois. Dès la première minute, Kirill Starkov profite d’un revirement et part en contre à 3 contre 2. Il sert Green, son capitaine, qui contrôle du patin et trompe Endras qui avait plongé, entre les jambières. 0-1 à 21’35.

Le momentum est clairement danois en ce début de tiers et ils vont passer tout près du 2-0 à plusieurs reprises, utilisant toujours leur jeu dans la profondeur et la latéralité, laissant peu d’opportunités aux Allemands d’imposer leur loi physiquement. Jakobsen et Jensen sont alors particulièrement en vue, profitant de l’étonnante fébrilité défensive allemande (25’). Les Allemands déjouent totalement, et deux minutes plus tard, Reimer met un terme à un 2 contre 1 danois en crochetant Hansen. Il est puni pour deux minutes mais aurait aussi bien pu concéder un tir de pénalité sur cette action.

La supériorité numérique qui s’ensuit est très mal gérée par le Danemark et on sent la Nationalmannschaft revenir peu à peu dans le match. Après une nouvelle action conclue par Hansen qui ne réussir pas à battre Endras sur son dribble, les Allemands égalisent. Fischer et Kaufmann remontent rapidement le palet et servent Thomas Greilinger qui frappe dès son entre en zone offensive. Ce tir puissant surprend Andersen. 1-1 à 37’10.

ULLMANN Christoph-110511-349Les Allemands s’en sortent très bien après un impressionnant passage à vide. Les Danois peuvent eux s’en vouloir au terme de ce deuxième tiers de ne pas avoir enfoncé le clou en début de période alors qu’ils donnaient le tournis aux hommes de Kölliker. A ce que l’on voit dans ce match, il sera difficile aux Allemands de parvenir aux quarts de finale, et cela ne serait pas vraiment mérité.

En troisième période le match devient équilibré, avec des grosses présences de la ligne de Green côté danois, et un jeu plus incisifs des Allemands. La rencontre se tend quelque peu avec un jeu plus physique qui semble mieux convenir à l‘effectif allemand. Pourtant, à la 45e, les Danois se créen( une énorme chance sur un rebond repris par Møller, qui frôle poteau.

Le jeu va d’un côté à l’autre, et la profondeur du banc allemand fait la différence avec une montée en puissance de la 3e ligne Schütz - Ullmann - Gogulla qui imprime un pressing intense. Reimer tente un premier lancer repoussé par Andersen. Le rebond profite à Ullmann qui tire puis emporte le palet avec lui sans le vouloir. La confusion est favorable à Gogulla qui avait bien suivi et pousse in extremis le puck au fond. 2-1 à 48’24.

Les Danois auraient-ils laissé passer leur chance ? Pas si sûr puisque les Scandinaves vont alors tout tenter pour prendre au moins un points dans l’optique de la qualification. Larsen récupère le rebond sur son propre lancer mais tire à côté (50’), puis un lancer anodin passe entre les jambes de Endras et frappe le poteau (53').

Après une fin de match où elle est encore sous pression, le talent d’Endras, mais aussi et surtout le manque de réussite et la maladresse des Danois permettent à l’Allemagne de remporter ce match. Une victoire aux forceps pour se sortir du piège danois. À de rares exceptions près, on n'aura pas vu de grandes choses de sa part.

De nouveau, une grosse déception pour le Danemark qui avait clairement les moyens de mettre la tête sous l’eau aux Allemands. La clef du match fut le début de 2e tiers où les coéquipiers de Hansen ont bénéficié de beaucoup d’occasions, sans marquer. Le match est ensuite devenu plus physique, et les Allemands ont saisi leurs chances. Ces derniers restent en course pour les quarts de finale, et cela devrait se jouer dimanche contre la Norvège.

Meilleurs joueurs : Kirill Starkov pour le Danemark, Dennis Endras pour l’Allemagne.

 

Allemagne - Danemark 2-1 (0-0, 1-1, 1-0)
Samedi 12 mai 2012 à 16h15 au Globe de Stockholm. 5107 spectateurs.
Arbitrage de Vladimir Baluska (SVK) et Danny Kurmann (SUI) assistés de Roger Arm (SUI) et Ivan Diedoulia (BLR).
Pénalités : Allemagne 6' (2', 2', 2'), Danemark 2' (0', 2', 0').
Tirs : Allemagne 27 (5, 11, 11), Danemark 28 (13, 8, 7).

Évolution du score :
0-1 à 21'35" : Green assisté de Starkov
1-1 à 37'10" : Greilinger assisté de Fischer et Kaufmann
2-1 à 48'24" : Gogulla assisté de Reimer et Ullmann

 

Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Justin Krueger - Christoph Schubert ; Denis Reul - Nikolai Goc (-1, 2') ; Florian Ondruschka (+1) - Christopher Fischer (+1, 2') ; Kevin Lavallee (+1).

Attaquants : John Tripp - Kai Hospelt - Andre Rankel ; Sebastian Furchner - Alexander Barta (A) - Marcus Kink ; Philip Gogulla - Christoph Ullmann - Patrick Reimer (2') ; Evan Kaufmann (+1) - Marcel Goc (C, +1) - Thomas Greilinger (+1) ; Felix Schütz.

Remplaçant : Dimitri Kotschnew (G).

Danemark

Gardien : Frederik Andersen.

Défenseurs : Philip Larsen (-1) - Stefan Lassen (-1) ; Daniel Nielsen - Mads Bødker (+1) ; Jesper B. Jensen - Philip Hersby ; Kasper Jensen (-1).
 
Attaquants : Jannik Hansen - Frans Nielsen (A) - Lars Eller ; Kirill Starkov - Morten Green (C) - Nichlas Hardt ; Morten Madsen (-1) - Julian Jakobsen (-1, 2') - Jesper Jensen (-1) ; Morten Poulsen - Bjarke Møller - Frederik Storm.

Remplaçants : Simon Nielsen (G), Michael Eskesen.