Kazakhstan - Canada (Mondial 2012, à Helsinki)

120512-856Le Kazakhstan et le Canada ont tous les deux joué la veille dans des matches très intenses. Les Kazakhs ont arraché un point aux États-Unis tandis que le Canada a battu les champions du monde finlandais. Pour autant, leurs situations respectives sont aux antipodes. Le Kazakhstan est dernier et aurait besoin de plusieurs concours de circonstance bien improbables pour se maintenir parmi l'élite mondiale. Le Canada est premier du groupe et peut le rester s'il gagne ce soir et contre le Bélarus. Bref, un défi tout à fait à la hauteur des hommes de Brent Sutter.

Le public qui était venu assez nombreux pour voir la Suisse et la France a rapidement déserté la patinoire et seuls 4000 spectateurs sont venus assister à cette rencontre qui s'annonce plus déséquilibrée en effet. Le Kazakhstan veut pourtant y croire et se donne les moyens de rêver. Certes ils sont dominés et la majeure partie du jeu se déroule dans leur zone, mais ils placent ça et là quelques contre-attaques assassines.

Le Canada ne semble pas forcer son talent en début de partie mais c'est déjà un peu rapide pour Alexei Litvinenko qui accroche Patrick Sharp et va s'asseoir deux minutes en prison. Le Canada parvient à bien installer son power-play et à générer beaucoup de trafic devant la cage. À peine revenu à cinq, les hockeyeurs de la steppe sont à nouveau sanctionnés. Sergei Yakovenko retient irrégulièrement Jordan Eberle. Cette fois, c'est la bonne : Dion Phaneuf montre la voie d'une reprise à mi-distance sur une passe du capitaine Ryan Getzlaf. C'est le premier but du tournoi du solide défenseur de Toronto. 0-1 à 15'45.

120512-695

Le reste de la première période se joue sur un rythme tranquille et voit juste Jordan Eberle tirer sur le poteau. Le Canada prend visiblement son temps. Il a d'ailleurs préféré le défenseur Ryan Murray à l'attaquant défensif Ryan O'Reilly afin de tourner à quatre blocs complets et économiser ses forces. Il est vrai que le rôle de l'attaquant de Colorado Avalanche est très utile pour contrer les jeux de puissance adverses et qu'il peut être judicieux de l'économiser pour les rencontres à venir.

À l'inverse, le Kazakhstan ne tourne qu'avec trois paires d'arrières et quatre trios d'attaque, dont le quatrième formé de deux défenseurs.

La deuxième période commence. En sortant de sa zone, John Tavares se fait intercepter par Dmitri Upper qui ne peut tirer car l'attaquant des Islanders de New York commet un cinglage sur le finaliste malheureux de la KHL l'an dernier. C'est la première pénalité canadienne et l'occasion pour la checking line de montrer ses qualités défensives.

Peu après, tout le monde croit à l'égalisation quand sur un rebond d'un tir en première intention de Yevgeni Fadeyev,  reconverti ailier gauche, le jeune Roman Savchenko, reconverti en centre, a la cage ouverte de face à un mètre du but. Pourtant, il trouve le moyen de tirer au-dessus de la cage ! Voilà ce qui arrive quand on forme une ligne d'avants avec des défenseurs.

120512-796Voilà qui aurait pu faire douter les Canadiens si, comme la veille contre les Américains, les Kazakhs étaient parvenus à un score de parité à la mi-match. Mais Corey Perry se souvient aussi de la veille et du but d'égalisation de Jeff Skinner. L'ailier d'Anaheim marque le même petit bijou : il prend de la vitesse, feinte le gardien, tourne autour de la cage et glisse le palet de derrière la cage. 0-2 à 32'05

Vladislav Kolesnikov lève la crosse un peu haut sur une charge contre Patrick Sharp, qui provoque ainsi sa deuxième pénalité adverse du match. Mais la supériorité se transforme en un 4 contre 4 à cause d'un cinglage de Corey Perry.

À sa sortie de prison, Kolesnikov se rue sur le porteur du palet qui passait devant le banc des pénalités pour bénéficier de l'avantage numérique, mais la conséquence est exactement lnverse : une pénalité différée est appelée contre lui pour crosse haute et Alexandfre Burrows, qui a recupéré le palet, part en contre et marque dans la lucarne opposée d 'un petit tir rapide. 0-3 à 37'03

Du coup la pénalité s'annule, mais le moral kazakh en prend un coup juste avant la deuxième pause. Et quand on perd l'espoir, le score enfle vite quand on ne peut que défendre. Ryan Getzlaf garde bien le palet derrière la cage feinte une passe devant le but par la droite mais passe en réalité avec le revers de la crosse à la gauche du but pour Evander Kane qui ajuste une reprise face au gardien, tombé dans piège. 0-4 à 42'57

120512-879Puis Jordan Eberle s'avance vers le but du coin de la glace, passe du revers à John Tavares, caché derrière le but qui surgit et marque. Le speaker a tout juste le temps d’annoncer les buteurs que Teddy Purcell décoche un tir mi hauteur au ras du poteau. C'est le premier but du tournoi pour l'avant de Tampa Bay. 0-6 à 43'47

Trois buts en 50 secondes ont raison de Vitali Kolesnik, le gardien de Barys Astana qui devrait rejoindre l'an prochain le Lokomotiv Yaroslavl, qui essaye de rebâtir une équipe de KHL après l'accident d'avion qui a tué toute l'équipe en tout début de saison avec tant de grands joueurs à son bord comme Pavol Demitra ou Ruslan Salei, capitaines respectifs de la Slovaquie et du Bélarus.

Mais l’hémorragie ne s'arrête pas pour autant. Dion Phaneuf signe un doublé grâce à un slap en reprise de volée qui trompe Vitali Eremeïev. 0-7 à 45'53

Alexei Litvinenko part en prison une deuxième fois pour une crosse haute. Le pire, c'est qu'on ne voit même pas la différence quand le Kazakhstan joue à cinq ou à quatre. La partie se résume à  un exercice d’entraînement attaque-défense pour le Canada.

Le ressort des Kazakhs est brisé et les Nord-Américains sont probablement plus habitués à enchaîner des matches de haut niveau à haute intensité avec les play-offs de NHL.

Le jeune Ryan Nugent-Hopkins peut se permettre de faire trébucher et rejoindre le cachot pour que les Kazakhs puissent sauver l'honneur. Mais Jamie Benn et Alexandre Burrows tuent parfaitement la pénalité. Evander Kane rate même un duel face au gardien en échappée alors que le Canada est encore en infériorité numérique.

120512-892-(But Nugent-Hopkins)Sur un beau travail le long de la bande de Marc Méthot et Patrick Sharp, l'attaquant des Blackhawks de Chicago retourne à sa place favorite derrière le but pour attendre et distribuer de bons palets. L'heureux héritier est cette fois Ryan Nugent-Hopkins qui reprend face au gardien pour se faire pardonner sa pénalité. 0-8 à 56'13 (photo de droite)

Jamie Benn est sanctionné de deux minutes de pénalité pour une charge dans le dos et va en prison terminer le match. Puis Kris Russell l'y rejoint pour qu'il ne soit pas tout seul pour célébrer la victoire qui se dessine. Le Kazakhstan demande même un temps mort à ce moment là pour sauver l'honneur à cinq contre trois.

Las, Alexei Troschinski et Roman Savchenko tirent alternativement de la bleue mais sans mouvement latéral, donc Devan Dubnyk n'a aucun mal a arrêter les palets et conserver son blanchissage. Le gardien remplaçant du Canada, en provenance des Oilers d'Edmonton, rend copie parfaite.

Le Canada a fait preuve de beaucoup de patience pour ne pas tomber dans le piège de la facilité comme les Américains la veille qui avaient sous-estimé les Kazakhs. Ils ont poussé sans jamais se précipiter (et n'étaient pas sortis faire la fête la veille). Cela a permis de faire tourner les lignes (aucun joueur n'a joué plus de 18 minutes) et d’entraîner les automatismes offensifs.

120512-712Le Kazakhstan était visiblement à bout de force après son match d'hier et concède 58 tirs. Une statistique qui résume bien la physionomie du match et les perspectives du Kazakhstan pour son dernier match contre la Finlande.

Ce résultat est aussi une bonne nouvelle pour la France car, grâce à sa victoire juste avant contre la Suisse, elle est maintenant mathématiquement sûre de jouer le prochain Mondial.

Désignés joueurs du match : Alexei Troschinski pour le Kazakhstan et Alexandre Burrows (ci-contre) pour le Canada.

Commentaires d'après-match :

Marc Méthot (défenseur du Canada) : « Pour nous autres, il fallait être mentalement prêt. Je pense qu'on a bien joué en deuxième et troisième période. On avait vu la vidéo de la game d'hier et on a trouvé que le Kazakhstan était une bonne équipe quand ils jouaient simplement. Ils sont patients aussi, ils restent dans le match. Hier, c'était difficile contre la Finlande. Il y avait la foule qui les poussait. Il y avait du bruit alors on n'entendait pas bien sur la glace les coéquipiers. Mais on a eu un gros mental dans la deuxième période. »

Alexandre Burrows (attaquant du Canada) : « Après leur match d'hier, on savait qu'il fallait faire attention et ne pas tomber dans le piège. On est bien lancés j'espère. Maintenant on a assuré notre qualification et on attend que la France nous rejoigne aussi en quart de finale. »

 

120512-724-(700)

 

Kazakhstan – Canada 0-8 (0-1, 0-2, 0-5)
Vendredi 11 mai 2012 à 20h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 4151 spectateurs.
Arbitrage de Antonin Jerabek (TCH) et Steve Patafie (USA) assistés de Jimmy Dahmen (SUE) et Sirko Schulz (ALL).
Pénalités : Kazakhstan 8' (4', 2', 2') Canada 10' (0', 4', 6').
Tirs : Kazakhstan 24 (5, 10, 9) Canada 58 (16, 17, 25).

Évolution du score :

0-1 à 15'45" : Phaneuf assisté de Getzlaf (sup. num.)
0-2 à 32'05" : Perry assisté de Keith et Bouwmeester
0-3 à 37'03" : Burrows assisté de Eberle et Keith (inf. num.)
0-4 à 42'57" : Kane assisté de Perry et getzlf
0-5 à 43'39" : Tavares assisté de Eberle et Russell
0-6 à 43'47" : Purcell assisté de Benn
0-7 à 45'53" : Phaneuf assisté de Getzlaf et Keith
0-8 à 56'13" : Nugent-Hopkins assisté de Sharp et Ladd


Kazakhstan

Gardien : Vitali Kolesnik puis Vitali Eremeïev à 43'47.

Défenseurs : Vitali Novopashin (A, -1) – Aleksei Litvinenko (-1, 4') ; Sergei Yakovenko (-2, 2') – Aleksei Troshchinski (-2) ; Vladislav Kolesnikov (-4, 2') – Andrei Korabeinikov (-4).

Attaquants : Talgat Zhailauov (A, -2) – Dmitri Upper (C, -1) – Konstantin Pushkaryov (-1) ; Vadim Krasnoslobodtsev (-1) – Andrei Spiridonov (-1) – Yevgeni Rymarev (-1) ; Yevgeni Bumagin (-2) – Fyodor Polishuk (-1) – Konstantin Romanov (-3) ; Evgeni Fadeyev (-2) – Roman Savchenko (-4) – Aleksei Vorontsov (-2).

Absents : Roman Starchenko (commotion), Konstantin Savenkov, Denis Shemelin, Dmitri Dudarev.

Canada

Gardien : Devan Dubnyk.

Défenseurs :  Jay Bouwmeester (+2) - Duncan Keith (+3) ; Marc Méthot (+2) - Dion Phaneuf (A, +3) ; Kris Russell (+1, 2') - Kyle Quincey (+1) ; Luke Schenn (+1) - Bryan Murray (+1).

Attaquants : Jeff Skinner (+1) - John Tavares (+1, 2') - Jordan Eberle (+2) ; Evander Kane (+2) - Ryan Getzlaf (C, +3) - Corey Perry (+3, 2') ; Andrew Ladd (+2) - Ryan Nugent-Hopkins (+1, 2') - Patrick Sharp (A, +1) ; Alexandre Burrows (+2) - Jamie Benn (+1, 2') - Teddy Purcell (+1).

Remplaçant : Cam Ward (G). Absents : Ryan O'Reilly (en réserve), Marc-Édouard Vlasic (genou droit).

120512-821-(700)