Phoenix Coyotes - Los Angeles Kings (finale de conférence Ouest, match 1)

Bien peu auraient prédit cette finale de conférence Ouest assez improbable. 

Phoenix, tout d'abord, atteint là le meilleur parcours de l'histoire de la franchise. Malgré les difficultés financières, les rumeurs de déménagement à Québec ou ailleurs, le départ de son gardien star Ilya Bryzgalov l'été dernier, les Coyotes sont bien présents. Ils ont remporté le premier titre de division de la franchise - comprenant la période Winnipeg - et transformé le gardien Mike Smith en rempart infranchissable (94,7% d'arrêts en playoffs), lui qui n'avait saisi sa chance ni à Dallas, ni à Tampa Bay. L'entraîneur Dave Tippett est le principal artisan du succès de l'équipe de l'Arizona, installant un jeu défensif solide autour d'arrières mobiles, comme Keith Yandle ou Oliver Ekman-Larsson, et un peu d'expérience comme Derek Morris ou Rostislav Klesla. Offensivement, une collection de joueurs revanchards rejoignent le capitaine Shane Doan et le surmotivé quadra Ray Whitney, au point d'atteindre les 1000 points en carrière. Chicago battu en six manches (dont 5 se sont jouées en prolongation), Nashville en cinq : les Coyotes ont su gérer des matchs tendus, arc-boutés devant leur portier.

Los Angeles n'a pas choisi une autre tactique ; Jonathan Quick est le héros des Kings depuis le début de la saison et est nominé au trophée Vézina de meilleur gardien. Il compte 94,9% d'arrêts dans les éliminations de Vancouver, meilleure équipe de la saison régulière, en cinq manches et de Saint Louis, meilleure défense de la ligue, en quatre. Los Angeles n'a pas connu une saison facile, au point de changer d'entraîneur dans la dernière ligne droite, lançant Darryl Sutter, l'ancien coach de Calgary. L'acquisition de Jeff Carter à la date limite des transactions a semble-t-il boosté l'attaque anémique de l'équipe et relancé son ancien équipier des Flyers Mike Richards. Les joueurs-clés du parcours sont cependant Anze Kopitar et le capitaine Dustin Brown, décisif à plusieurs reprises. La défense est extrêmement solide autour de Drew Doughty : le départ de Jack Johnson (contre Carter) s'est révélé plutôt positif finalement, permettant d'intégrer Alec Martinez et Slava Voynov, plutôt convaincants en jeu de puissance, Rob Scuderi, Willie Mitchell ou Matt Greene se chargeant de l'aspect physique de la défense.

On s'attend à une série peu spectaculaire et très fermée... coup d'envoi du premier match sur la glace de Phoenix.

Un échec-avant sans relâche, mais un but gag

La partie débute à l'avantage des Kings, qui s'installent dans le camp adverse avec un premier essai dangereux de Dustin Brown du cercle gauche. Matt Greene puis Brad Richardson s'essaient aussi de loin. Les Kings ont marqué 11 buts à 4 dans les premières périodes durant ces phases finales et cela se voit avec cette entrée en matière déterminée. Une entrée payante puisqu'après quatre minutes, Anze Kopitar récupère un palet trainant dans l'enclave et expédie un revers millimitré en pleine lucarne (0-1 à 03'53"). Il profite du bon travail de Dustin Brown devant le but, qui monopolisait deux défenseurs. Un but qui réveille enfin les Coyotes, mais pas en bien. Justin Williams, poussé par un défenseur, percute Mike Smith et les esprits s'échauffent ; le gardien est pénalisé. Le jeu de puissance des Kings n'est pas vraiment leur point fort malheureusement avec 4 buts sur 47 tentatives dans ces playoffs ; illustration, le palet peine à circuler correctement. À l'ultime seconde de la pénalité, Jeff Carter, à l'affût, manque de doubler la mise et il faut un arrêt sur la ligne de Mike Smith pour tenir son équipe à flots. Sur la présence suivante, Mike Richards puis Dustin Penner tapent à la porte à leur tour : après sept minutes, on compte huit tirs à zéro pour les Kings, avant un tir de Daymond Langkow sorti de la plaque par Jonathan Quick. Mais les Californiens continuent, Brad Richardson tentant un lancer de l'aile, puis Brown un tir masqué en hauteur.

La réplique des Coyotes arrive enfin mais les tirs de Langkow, Doan ou Hanzal sont hors cadre. Le Tchèque obtient tout de même une pénalité, victime d'une crosse haute de Matt Greene devant le but. Le jeu de puissance des Coyotes n'est pas plus efficace que celui des Kings dans ces playoffs, les Californiens s'étant en revanche montrés redoutables en infériorité. Trevor Lewis déboule ainsi sur l'aile gauche et trouve Smith sur sa route. Phoenix tente de combiner, mais Vrbata, esseulé devant le but, ne parvient pas à dévier suffisamment le centre de Ray Whitney.

Gênés par un pressing très haut, les joueurs de Dave Tippett ne trouvent pas la solution et subissent encore. Dustin Brown, intenable, cherche encore la lucarne, puis Voynov de la bleue fait passer des sueurs froides au public avec deux lancers dangereux. Quand soudain... Derek Morris expédie un tir violent depuis la ligne rouge (!) et surprend complètement Quick mi-hauteur (1-1 à 13'26") ! Un but incroyable contre le cours du jeu, qui ré-équilibre un peu les forces. Phoenix presse plus le porteur du palet, gênant enfin la relance.

Los Angeles domine toujours, confisquant le disque malgré l'intensité physique accrue de son adversaire. C'est une démonstration technique et collective des Kings sur ce premier tiers. Une nouvelle chance est sortie par la défense, Rozsival mettant en échec Dustin Brown. Vexé, le capitaine réplique et est sanctionné d'une pénalité à 18 secondes de la sirène.

Los Angeles domine toujours, Phoenix s'accroche

La partie reprend sur l'avantage numérique des Coyotes, qui voit la plupart de ses tirs bloqués par les défenseurs. Les Kings répliquent dès le retour à cinq par une grosse présence ponctuée de tirs de Brown, Martinez et Greene, puis Kopitar enfin. Phoenix manque le coche de son côté, sur une petite passe de Yandle déviée par Gilbert Brulé, qui embarque le gardien hors de position. Le palet revient devant le but vide avec une forêt de défenseurs, ni Morris, ni Chipchura ne parvenant à le reprendre correctement. Les occasions demeurent malgré tout plutôt favorables aux Kings, à l'image d'une percée d'Anze Kopitar tout en puissance. À force de dominer, ils finissent par capitaliser. David Schlemko, aligné à la place d'Adrien Aucoin convalescent, perd le palet en attaque et c'est un deux-contre-un. Le tir de Mike Richards est sorti par Mike Smith mais Dwight King surgit pour saisir le rebond (1-2 à 28'02").

La pression des visiteurs continue : nouvel essai de Dustin Penner, et Jeff Carter percute Antoine Vermette, qui rentre péniblement au banc. Pendant ce temps, Derek Morris a pris deux minutes et les Kings peuvent assomer la rencontre. Le disque circule avec des lancers hors cadre, jusqu'à ce qu'Anze Kopitar ne soit puni à son tour pour obstruction sur le gardien, redonnant une minute et demi de power-play à l'adversaire. Vermette se montre dangereux du cercle gauche, se heurtant à Quick, de même que Vrbata. La pénalité est tuée et Los Angeles reprend sa marche en avant.

Une bonne charge de Greene dans la neutre libère Dustin Brown, qui part en échappée : Mike Smith s'impose. Réplique immédiate de Quick, qui gèle le palet sur un lancer de Vermette plein axe après un bon jeu de Doan. Un rare tir des Coyotes, sérieusement dominés : 30 tirs à 13 déjà pour Los Angeles ! Le quatorzième fait briller la mitaine de Quick, sur une volée de Vermette dans l'axe. Les occasions sont donc nombreuses sur le but de Smith ; Penner pour Richards, nouvel arrêt. Jordan Nolan à son tour, arrêt encore. Martinez, encore... Et encore une fois, Phoenix revient. Doan envoie au fond, Quick sort et freine le disque pour Doughty. Vermette s'infiltre entre le poteau et le gardien, met en échec Doughty. Doan récupère et centre devant le but ; Quick, revenu un peu en déséquilibre, s'incline devant Mikkel Bødker (2-2 à 38'05). L'égalisation du Danois, à nouveau contre le cours du jeu, réveille le public.

Los Angeles n'est pas vraiment récompensé de ses efforts : totalement dominateurs, ils ont vu Phoenix, très opportuniste, revenir à deux reprises. 34 tirs à 18 pour les Kings, avec en prime une vingtaine de tirs contrés : l'essentiel du jeu s'est déroulé devant Mike Smith mais tout reste à faire.

Le capitaine donne l'exemple

La partie reprend par une bonne chance de Bødker : Phoenix joue un peu plus haut et gêne mieux la relance. Sauf que... Kopitar et Williams échappent au pressing dans leur propre camp et libèrent Voynov, qui envoie une passe longue vers Dustin Brown. Le capitaine démarre à toute vitesse et fusille Smith en hauteur (2-3 à 42'11"). Une pénalité contre Los Angeles redonne une chance aux Coyotes de se reprendre : ils ne passent pas le rideau défensif. Pire, Martin Hanzal, victime d'un coup dans le dos non sifflé, vient répliquer sur la cheville de Jarret Stoll et sort pour deux minutes. Bien installés, les Coyotes coupent les lignes de tir et s'en sortent. Cela ne change pas vraiment la physionomie de la partie, toujours copieusement dominée par les visiteurs... qui prennent une nouvelle pénalité. Le jeu de puissance ne dure que six secondes car Ekman-Larsson accroche Mike Richards à la bleue. À quatre-contre-quatre, les Californiens contrôlent la partie et Kopitar sert Mitchell, pour une belle mitaine de Smith.

À cinq minutes de la fin, les Kings comptent 47 tirs et mènent plus que logiquement. Moment que les Coyotes choisissent pour appuyer enfin sur l'accélérateur : Korpikoski, Morris, Langkow, Pyatt s'y mettent pour une belle présence de la troisième ligne. Puis, c'est Doan qui teste Quick, suivi de Klesla monté aux avant-postes. Un Doan très actif, qui lance ensuite Pyatt en deux-contre-un avec Langkow pour un arrêt de Quick. Phoenix sort son gardien pour la dernière minute mais perd le palet et Dwight King s'offre un doublé cage vide (2-4 à 59'12").

Victoire méritée de Los Angeles, la sixième en six déplacements en playoffs. La tête de série numéro 8 continue à déjouer les pronostics avec cette prestation très aboutie. Un rideau défensif infranchissable, un pressing actif et une véritable fusillade sur Mike Smith, malgré tout assez solide. Phoenix devra trouver de nouvelles idées pour se sortir de ce casse-tête...

Les meilleurs moments du match en vidéo sur nhl.com

Commentaires d'après-match :

Darryl Sutter (entraineur de Los Angeles) : "Les Coyotes avaient gagné leurs deux matchs à la maison lors des deux séries précédentes. C'était donc important que l'on prenne un bon départ. Pas forcément marquer, mais juste égaler leur intensité en début de match. On a réussi à surmonter un mauvais but, à rester dans le match. Brown aimerait sans doute pouvoir annuler sa pénalité du premier tiers, mais il s'est bien rattrapé en marquant le but vainqueur."

Jonathan Quick (gardien de Los Angeles) : "[au sujet du but de Morris] Le palet a rebondi bizarrement, pas grand chose à faire là-dessus. Il faut juste se reconcentrer et être prêt pour le tir suivant."

Anze Kopitar (attaquant de Los Angeles) : "On devait quelques buts à Quick, il nous a sauvé toute la saison et plusieurs fois en playoffs aussi. Personne n'était vraiment inquiet au sujet de ça ; on s'est plus ou moins regardés et on s'est dit qu'on devait gagner ce match pour lui."

Drew Doughty (défenseur de Los Angeles) : "[sur le 3e but] C'était une superbe passe de Voynov. Tout le monde sait qu'il a une vision offensive exceptionnelle pour faire ce genre de chose. Tout de suite, il a vu Brown avant même de recevoir le palet, il fait une grande passe et Brown finit le travail. Smith a fait un bon match, mais il n'allait pas pouvoir tous les sauver. Quelques tirs allaient finir par passer et c'est arrivé. Plus on tire au but, plus on a de chances de le battre. Juste avant le match, l'entraineur nous a rappelé l'importance des cinq premières minutes, que l'on devait être plus rapides, plus travailleurs, que l'on devait faire en sorte qu'ils ne veuille plus nous jouer. Je pense qu'on a fait un bon travail sur ce plan."

Dave Tippett (entraîneur de Phoenix) : "Nous n'étions même pas proches dans ce match. Nous avons été battus dans tous les compartiments du jeu. Il va falloir améliorer sérieusement la qualité d'exécution et la volonté de faire les choses si nous voulons avoir une chance dans cette série. Plus vous avancez en playoffs, plus la barre monte. Quelques joueurs arrivent à monter leur niveau, mais ce soir nous n'en avions pas assez."

 

Phoenix - Los Angeles 2-4 (1-1, 1-1, 0-2)
Los Angeles mène la série 1-0.
Dimanche 14 mai 2012, Jobing.com Arena de Glendale, Arizona, 17134 spectateurs.
Arbitrage de Kevin Pollock et Brad Watson, assistés de Shane Heyer et Jay Sharrers.
Pénalités : Phoenix 8' (2', 2', 4'), Los Angeles 10' (4', 2', 4')
Tirs : Phoenix 27 (4, 14, 9), Los Angeles 48 (17, 17, 14)

Récapitulatif du score
0-1 à 03'53" : Kopitar assisté de Brown et Doughty
1-1 à 13'26" : Morris assisté de Langkow
1-2 à 28'02" : King assisté de Richards et Lewis
2-2 à 38'05" : Bødker assisté de Doan et Morris
2-3 à 42'11" : Brown assisté de Voynov et Williams
2-4 à 59'12" : King assisté de Lewis et Stoll

 

Phoenix

Gardien : Mike Smith (sorti de sa cage à 59'00" jusqu'à 59'12")

Défenseurs : Keith Yandle (A) - Derek Morris ; Michal Rozsival - Oliver Ekman-Larsson ; David Schlemko - Rostislav Klesla.

Attaquants : Ray Whitney - Martin Hanzal (A) - Radim Vrbata ; Mikkel Bødker - Antoine Vermette - Shane Doan (C) ; Taylor Pyatt - Boyd Gordon - Lauri Korpikoski ; Kyle Chipchura - Daymond Langkow - Gilbert Brulé.

Remplaçant : Jason LaBarbera (G).

Réservistes : Paul Bissonnette (A, blessé), Raffi Torres (A, suspendu), Brett Hextall (A), Alexandre Bolduc (A), Jordan Szwarz (A), Andy Miele (A), Brett MacLean (A), Marc-Antoine Pouliot (A), Matt Watkins (A), Ethan Werek (A), Adrian Aucoin (D, blessé), Chris Summers (D), Michael Stone (D), Maxim Goncharov (D), Connor Murphy (D), David Rundblad (D), Louis Domingue (G).

Los Angeles

Gardien : Jonathan Quick.

Défenseurs : Rob Scuderi - Drew Doughty ; Willie Mitchell - Vyacheslav Voynov ; Matt Greene - Alec Martinez.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar - Justin Williams ; Dustin Penner - Mike Richards - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Brad Richardson - Colin Fraser - Jordan Nolan.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G).

Réservistes : Simon Gagné (A, commotion), Scott Parse (A, hanche), Andrei Loktionov (A), Kyle Clifford (A, commotion), Kevin Westgarth (A), Tyler Toffoli (A), Richard Clune (A), Linden Vey (A), Justin Azevedo (A), Andy Andreoff (A), Marc-André Cliche (A), Davis Drewiske (D), Jake Muzzin (D), Thomas Hickey (D), Patrick Mullen (D), Andrew Campbell (D), Martin Jones (G).