Suisse - Slovaquie (Mondial 2012, à Helsinki)

120513-309La Slovaquie et la Suisse sont deux équipes qui avaient l'habitude de s'affronter lors des matches de préparation ls années précédentes. Pas cette année pourtant.

Dans ce tournoi, la Suisse pensait avoir fait un grand pas vers les quarts de finale en battant le Bélarus (3-2) mais elle s'est considérablement compliqué la situation la veille en perdant contre la France (2-4) et doit maintenant impérativement gagner ce soir contre la Slovaquie puis contre les États-Unis mardi. Pas exactement les équipes les plus prenables du groupe de Helsinki.

La Slovaquie... est à peu près dans la même situation, mais avec trois points d'avance sur les Suisses, elle a moins le couteau sous la gorge. Du coup, ce sont les Suisses qui se montrent les plus offensifs en début de match, et l'attaquant de Zoug Damien Brunner, qui a retrouvé sa ligne avec Andres Ambühl et Roman Wick, est le plus près d'ouvrir le score sur un rebond. Mais le gardien Jan Laco est bien rentré dans le match.

Son semblable côté helvète aussi. Après cinq rencontres, aucun gardien suisse ne s'est véritablement imposé comme le leader incontestable devant le filet suisse. Cette fois, Reto Berra est préféré à Tobias Stephan. Le portier de Bienne négocie très bien une contre-attaque à deux contre un de la très rapide troisième ligne slovaque Tatar-Mikus-Miklik.

120513-358C'est d'ailleurs elle qui ouvre le score. Sur un pressing en fond de zone de Michel Miklik sur le défenseur de Nashville Roman Josi, Juraj Mikus, le local de l'étape (TPS Turku) qui jouera l'an prochain en KHL, est le plus rapide à chercher le palet dans le coin et le passer immédiatement au centre où Tomas Tatar surgit bien avant la défense et bat le gardien. 0-1 à 18'13

La « Nati » regagne donc le vestiaire avec un but de retard et les nouvelles paires défensives que Sean Simpson a dû établir suite à la suspension de Goran Bezina, pour sa charge à la tête contre Anthony Guttig, n'ont pas vraiment convaincu.

Les lignes arrières justement, la Slovaquie a dû en improviser de nouvelles pendant la première période, car Dominik Granak a reçu un palet dans le bras et est parti à l'hôpital. C'est donc Michal Sersen, le coéquipier des frères Treille à Prague, qui formera un nouveau duo avec Zdeno Chara pour le reste du match.

Il n'y a eu aucune pénalité sifflée au premier-tiers-temps, mais aussitôt revenu sur la glace après le première pause, Damien Brunner retient Ivan Baranka au bout de 23 secondes de jeu. La Suisse tue la pénalité sans trop de mal.

120513-204Un peu plus tard, Marcel Hossa se prend une charge dans le dos de Félicien du Bois, régulière selon l'arbitre, et reste un peu au sol. Sa tête semble avoir tapé en premier. Mais revenu sur le banc, il se plaint du poignet et quitte ses coéquipiers.

Forcée de pousser pour égaliser, la Suisse prend plus de risques de se découvrir et Milan Bartovic en profite pour mener une rapide contre-attaque avec Marcel Hascak. Ce dernier, 13e attaquant en début de match, remplace Hossa sur le quatrième trio offfensif. Sur le rebond, Mario Bliznak, lui aussi coéquipier des frères Treille à Prague, a cage ouverte mais l'angle est un peu trop fermé et il rate la cage.

La défense slovaque domine son sujet et même lorsque Miroslav Satan va au cachot, Zdeno Chara et ses troupes ne laissent pas beaucoup d'occasions franches et Mark Streit, pour la première supériorité numérique de la partie en sa faveur, ne peut pas placer un de ces slaps dont il a le secret.

On en reste là pour la deuxième période dans ce match fermé. Les Suisses réservent heureusement un petit peu de spectacle en début de troisième période avec Benjamin Plüss et Damien Brunner qui, à quelques secondes d'intervalle, se créent des occasions dont les rebonds envoient le palet très en hauteur. Toujours spectaculaire quand des joueurs de hockey semblent jouer au basket pour attraper le palet, ou en l’occurrence le dégager loin des buts dans le cas des Slovaques.

On ne voit pas comment les Suisses peuvent venir à bout du système défensif de Vladimir Vujtek. Les avants n'arrivent pas à prendre de vitesse les défenseurs. Quand Ivo Ruthemann essaye de faire parler sa vitesse de patinage, il est retenu et s'effondre mais l'arbitre ne tombe pas dans le panneau et laisse le jeu se poursuivre.

120513-373La Slovaquie est bien regroupée et seul un tir d'Andres Ambühl qui vise la lucarne mais touche le filet extérieur fait frémir les quelques supporters slovaques placés juste au-dessus du banc de leurs protégés.

Deux équipes très disciplinées, une défense qui gère son but d'avance et ne panique pas, une attaque  en manque total d'inspiration. Le match n'est clairement pas le plus spectaculaire. Du coup, les écrans de la patinoire, pour se mettre quelque chose sous la dent, sont obligés d'aller piocher dans la rencontre qui a lieu en même temps de l'autre côté de la Baltique, à Stockholm, pour montrer les (nombreux) buts de la Norvège face à l'Allemagne.

On espère un finish plus excitant avec des Suisses au pied du mur. Las, la Suisse est pénalisée une deuxième fois et cette fois au plus mauvais moment : à 1'30 de la fin. C'est le récidiviste Damien Brunner qui retourne dans les geôles de la Hartwall Areena.

Enfin un peu d'audace ! Reto Berra arrête une contre-attaque et ne gèle pas le palet malgré la présence d'un joueur slovaque, pour relancer plus vite le puck. Puis il quitte sa cage à 30 secondes de la fin du match pour jouer à cinq contre cinq. Un dernier tir suisse désespéré. En vain, le score en reste là et Jan Laco savoure son blanchissage.

La Suisse est éliminée de la course aux quarts de finale au terme d'un match terne où son attaque n'a jamais vraiment semblé capable de passer les Tatras de Slovaquie. Sa seule motivation sera maintenant de ne pas finir trop bas au classement afin de ne pas perdre son ticket pour Sotchi.

La Slovaquie n'est pas encore mathématiquement qualifiée et il lui reste encore un match contre les Bleus mais elle a montré une nouvelle fois que sa défense était très dure à passer avec seulement 9 buts en 6 rencontres (la meilleure statistique dans le groupe d'Helsinki) et sera un adversaire redoutable en phase finale.

Désignés joueurs du match : Philippe Furrer pour la Suisse et Jan Laco pour la Slovaquie.

Commentaires d'après-match :

Mario Bliznak (attaquant de la Slovaquie) : « C'était un match dur car les Suisses devaient gagner absolument. On a un arrière qui s'est blessé au début et il a fallu jouer à 6 défenseurs tout le match. Le gardien a vraiment bien joué. Il fallait rester discipliné car on aurait perdu beaucoup d'énergie à tuer les pénalités sinon. Je voudrais le remercier [Yorick Treille] d'avoir gagné contre les Suisses. Ça va être bien de jouer contre lui parce que je joue avec lui toute au long de l'année. En plus on a un jour de repos. On veut gagner contre la France aussi. »

120513-337-(700)

 

Suisse - Slovaquie 0-1 (0-1, 0-0, 0-0)
Dimanche 13 mai 2012 à 20h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 4257 spectateurs.
Arbitrage de David Lewis (CAN) et Steve Patafie (USA) assistés de Masi Puolakka (FIN) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : Suisse 4' (0', 2', 2') ; Slovaquie 2' (0', 2', 0').
Tirs : Suisse 21 (5, 9, 7) ; Slovaquie 30 (5, 15, 8).

Évolution du score :
0-1 à 18'13" : Tatar assisté de Mikus


Suisse

Gardien : Reto Berra.

Défenseurs : Mark Streit (C) - Severin Blindenbacher ; Félicien Du Bois (-1) - Roman Josi (-1) ; Philippe Furrer - Luca Sbisa ; Patrick Von Gunten.
 
Attaquants : Roman Wick - Andres Ambühl - Damien Brunner (4') ; Denis Hollenstein - Kevin Romy - Matthias Bieber ; Nino Niederreiter (-1) - Thibaut Monnet (-1) - Ivo Rüthemann (A, -1) ; Benjamin Plüss - Morris Trachsler - Matthias Seger (A).

Remplaçant : Tobias Stephan (G). Absents : Lukas Flüeler (G), Simon Moser (genou droit), Daniel Rubin (fracture de la pommette), Goran Bezina (suspendu).

Slovaquie

Gardien : Ján Laco.

Défenseurs : Ivan Baranka – Andrej Sekera ; Zdeno Chára (C, +1) – Dominik Graňák (A) ; Tomáš Starosta – René Vydarený ; Michal Sersen (+1).

Attaquants : Branko Radivojevič – Michal Handzuš – Tomáš Kopecký ; Miroslav Šatan (A, 2') – Libor Hudáček – Tomáš Surový ; Tomáš Tatár (+1) – Juraj Mikúš (+1) – Michel Miklík (+1) ;  Marcel Hossa – Mário Bližňák – Milan Bartovič (2') ; Marcel Haščák.

Remplaçants : Peter Hamerlík (G). Non-utilisés : Július Hudáček (G), Kristián Kudroč (D, blessé au dos), Marek Hovorka.

120513-245-(700)