Le Danemark sauvé

C’est le Mondial des occasions manquées pour le Danemark après cinq défaites consécutives, dont une en prolongation contre l'Italie. À la veille de la fin du tour préliminaire, c’est désormais la survie de cette équipe plutôt talentueuse dans le groupe A qui est en jeu. Sans faire des merveilles, les Danois ont tout de même montré de belles choses. Mais contre l'Allemagne et l'Italie, cette équipe a raté les moments clefs, ne réussissant pas à exploiter des temps forts ou à marquer en prolongation. Résultat : un match de la peur à jouer contre la Lettonie avant un duel contre la Norvège, et une équipe d’Italie toute heureuse d’occuper encore l’avant-dernière place du groupe.

Les Lettons, après avoir régalé leurs supporters en début de tournoi avec leur jeu rapide et sans complexe, les choses se sont compliquées face à la République Tchèque et la Norvège et la qualification pour les quarts de finale passe désormais par deux victoires, aujourd'hui mais aussi en conclusion contre la Suède.

 

MASALSKIS Edgars-20100508-270

Le début de match est marqué par un fait de jeu qui va envoyer Jensen en prison pour 10 minutes. Alors qu’une pénalité retardée est appelée contre la Lettonie, Jensen conclut un contre rapide des Danois. Ne pouvant s’arrêter, il renverse violemment Masalskis dont le visage est pris en étau entre le poteau et le joueur. Le gardien letton, qui reste un peu sonné plusieurs minutes, entame ainsi un match bien difficile pour lui.

Au jeu toujours particulier du 4 contre 4, les Lettons trouvent plus facilement la profondeur et mettent en danger les Danois. Hansen est chassé 2 minutes. Une infériorité parfaitement maîtrisée par les Danois qui n’offrent aucun position intéressante de lancer.

Puis sur un revirement en zone offensive, Hansen est tout près de surprendre Masalskis (6‘). Deux minutes plus tard, Redhlis y va de son petit numéro avec la qualité de patinage qu’on lui connaît. Il se retourne et lance sur la jambière d’Andersen. Indresis ne trouve pas la faille sur le rebond.

En supériorité comme à égalité numérique, les Danois manquent d’ingéniosité et tentent peu pour une équipe qui joue sa survie. Ils prennent certes le jeu à leur compte, mais ne suivent pas assez les lancers devant Masalskis. À 4 contre 5, Lars Eller lance à l’extérieur du filet, puis Starkov fait tout un travail pour Madsen qui tire au dessus.

Même à 5 contre 5, les Danois restent en zone offensive, et Poulsen se crée une énorme chance mais frappe au-dessus alors qu’il avait tout le temps d’ajuster Masalskis. Comme depuis le début de ces Mondiaux, les Scandinaves se montrent bien au niveau mais incapable de marquer dans leurs temps forts.

Une première période où les Danois auront dominé au nombre des occasions franches mais pas à celui des tirs. Sans pression, les Lettons ne s’embarrassent pas de longues constructions ou de jeu le long de la bande.

Revenu sur la glace avec des intentions toujours aussi offensives, le Danemark va enfin saisir sa chance dans ce Mondial. Quelques secondes après que Indrasis a raté l’une des plus énormes occasions de la compétition avec une cage totalement ouverte, Morten Green reçoit une passe de Hardt et se présente face à Masalskis, qu’il bat sur sa droite. 0-1 à 24’48.

ANDERSEN Frederik-100516-501

Sur l’engagement, Storm profite d’un revirement et contourne Masalskis qui réalise un superbe arrêt de la jambière. Le match s’anime enfin avec des occasions et des pénalités de deux côtés.

Déjà envoyé au banc des pénalités pour une crosse haute, Madsen s’écroule sur Masalskis (33’). Il est pénalisé pour deux minutes, et le portier letton, déjà affaibli par le choc de la deuxième minute, semble être plus sérieusement blessé par ce nouveau fait de jeu. Sur ce power-play, comme depuis le début du match, Frederick Andersen rassure sa défense avec des arrêts cruciaux.

En sortant de prison, Madsen va encore se faire remarquer… en bien cette fois-ci. Après un premier lancer, les attaquants danois traînent autour de Masalskis. Eller récupère le palet derrière le filet et obtient une nouvelle assistance en servant Madsen qui marque 17 secondes après sa sortie de prison. 0-2 à 35’23.

Bien moins en jambes que lors des premiers matchs, les Lettons ne résistent que timidement à des Danois transfigurés par l’enjeu. Masalskis, blessé sur le choc avec Madsen quitte définitivement la glace en fin de 2e, remplacé par Jucers.

En tout début de troisième tiers-temps, les coéquipiers de Lars Eller semblé déterminés à enfoncer le clou, se ruant à l’attaque. Une prise de risque vite abandonnée pour une stratégie beaucoup plus défensive.

Devant un Andersen exemplaire, les Danois plongent sur tous les lancers lettons, avec un impressionnant nombre de tirs bloqués dans le dernier tiers.

La moindre offensive balte devient une véritable guerre de tranchée, une guerre dans laquelle les Lettons ne mettent pas autant de vigueur que les Danois.  Jucers est retiré à deux minutes de la fin. Cumulé à une denrière pénalité danoise, le match se termine à 6 joueurs de champ contre quatre. Un (super) jeu de puissance qui ne parvient pas à vaincre la bravoure des hommes de Per Bäckman.

Fait de jeu exceptionnel, le Danemark pense obtenir le but du 3-0... marqué par le bras d’un letton assis sur le banc et qui voulait se protéger d‘un dégagement. Le palet rentre lentement dans la cage vide. Un but refusé car le palet était sorti de l’aire de jeu. Quelques secondes plus tard, la sonnerie retentit et libère l’équipe du Danemark.

Un match aura finalement souri aux Danois. Ils ont fait face à la Lettonie ce qu’ils n’avaient pas su faire contre l’Italie et l’Allemagne : prendre l’avantage dans leurs temps forts et défendre ensuite héroïquement. Un ouf de soulagement pour Per Backman, à la tête d’une équipe talentueuse, portée par un Lars Eller sur tous les bons coups, mais qui a connu un Mondial difficile.

Ils obtiennent aujourd’hui la victoire du maintien dans un match assez pauvre, mais qu’importe ! Sur la pente descendante, les Lettons ne sont donc pas la belle surprise 2012.

Désignés meilleurs joueurs du match : Frederik Andersen (G) pour le Danemark, Ronalds Kenins pour la Lettonie.

 

Lettonie - Danemark 0-2 (0-0, 0-2, 0-0).
Lundi 14 mai 2012 à 16h15 au Globen de Stockholm. 2197 spectateurs.
Pénalités : Lettonie 10' (4', 4', 2'), Danemark 22' (4'+10', 4', 4').
Tirs : Lettonie 35 (18, 9, 8), Danemark 28 (10, 13, 5).

Évolution du score :
0-1 à 24'48" : Green assisté de Hardt
0-2 à 37'10" : Madsen assisté de Eller

 

Lettonie

Gardien : Edgars Masalskis puis à 40'00" Maris Jucers.

Défensurs : Krisjanis Redlihs (A, -1) - Guntis Galvins ; Oskars Cibulskis (-1) - Oskars Bartulis (-1) ; Georgijs Pujacs (A, -1) - Kristaps Sotnieks ; Rodrigo Lavins.

Attaquants : Miks Indrasis - Janis Sprukts (C, 2') - Mikelis Redlihs ; Kaspars Daugavins (2') - Aleksejs Sirokovs - Martins Cipulis ; Gints Meija (-1) - Armands Berzins - Ronalds Kenins (-1, 4') ; Koba Jass (-1) puis Andris Dzerins - Juris Stals (-2) - Kaspars Saulietis (-1).

Danemark

Gardien : Frederik Andersen

Défenseurs : Philip Larsen - Stefan Lassen ; Daniel Nielsen (+1) - Mads Bødker ; Jesper B. Jensen (+1) - Philip Hersby ; Kasper Jensen (+1).
 
Attaquants : Jannik Hansen (+1, 2') - Frans Nielsen (A, +1, 2') - Lars Eller (+1) ; Kirill Starkov (+1) - Morten Green (C, +1) - Nichlas Hardt (+1) ; Jesper Jensen (2'+10') - Julian Jakobsen - Morten Madsen (A, +1, 4') ; Frederik Storm - Bjarke Møller - Morten Poulsen.  

Remplaçants : Simon Nielsen (G), Michael Eskesen.