Kazakhstan - Finlande (Mondial 2012, à Helsinki)

120514-462

La Finlande à domicile joue son dernier match de groupe contre le Kazakhstan, dont le seul moyen de se maintenir dans le groupe A est dorénavant de gagner ce soir. Les Kazakhs sont bien conscients de la montagne qu'ils doivent déplacer car leurs 17 joueurs de KHL, pour la plupart au Barys Astana, ont l'occasion de côtoyer les 12 joueurs finlandais qui évoluent aussi en KHL, en général dans les premiers rôles.

Mais la Finlande a perdu des forces dans ses batailles précédentes. Jukka Jalonen, qui joue d'habitude avec 4 blocs complets, va devoir changer son fusil d'épaule avec la suspension pour trois matches du défenseur de l'Avangard Omsk, Anssi Salmela, pour sa vilaine charge contre l'Américain Alex Goligoski la veille. De plus, le premier gardien Kari Lehtonen s'est blessé quand Bobby Ryan a fini sa course dans le but du portier finlandais, emportant sa jambe dans sa chute.

Mais davantage que physiquement, c'est surtout mentalement que la Finlande a souffert. Sa défaite contre le Canada et sa déroute contre les États-Unis, venus chasser du lion, ont dû laisser des marques dans les esprits. Les Finlandais comptent bien se relancer grâce à cette rencontre.

120514-373

D'autant que le Kazakhstan en début de partie renoue avec ses mauvaises habitudes de prendre des pénalités. Vitali Novopashin est sanctionné d'une crosse haute. La Finlande installe facilement son jeu de puissance mais la défense kazakh est bien en place et Vitali Kolesnik, préféré à l'autre Vitali (Eremeïev), fait du bon boulot. Puis Sergei Yakovenko fait obstruction. Mais au bout d'une minute de supériorité numérique, Valtteri Filppula récoit la même punition.

La séquence à 4 contre 4 est intéressante et se conclue avec grosse occasion finlandaise. Ce qui est logique car les « Leijonat » dominent la partie dans tous les compartiments du jeu. Seront-ils aussi forts pour tuer les pénalités ? Suite à l'obstruction de Jussi Jokinen, ils vont pouvoir le vérifier. Le jeu de puissance kazakh est certes en place mais il ne devient dangereux que sur des  tentatives en solo. D'abord Andrei Korabeinikov d'un tir à mi-distance. Puis Dmitri Upper, le coéquipier de Janne Niskala à l'Atlant en KHL, qui va essayer de tourner autour de la cage pour marquer de derrière, mais Petri Vehanen ne se laisse pas surprendre et parvient à étendre sa jambière jusqu'au poteau opposé.

Une dernière pénalité contre Yevgeni Bumagin vient conclure la période qui s'achève sur 0-0 malgré les grosses occasions finlandaises, notamment de sa première ligne et des tirs de Mikko Mäenpää. La Finlande n'est pas rassurée, elle n'a plus marqué depuis plus de 100 minutes.

120514-405-(But Jokinen)Une prison kazakh en début de deuxième période va permettre de leur faire retrouver leur confiance. Sur une longue pénalité différée qui ne finit que grâce à une belle déviation du gardien du bout de la jambière, le jeu de puissance permet à nouveau à Mikko Mäenpää de placer un bon slap dans l'axe. Mais cette fois, Jussi Jokinen le dévie légèrement et donne l'avantage aux locaux. 0-1 à 24'02 (photo ci contre)

Dans la foulée, Jani Tuppurainen, le champion de Finlande, s’échappe et dribble le gardien mais il croise trop son palet qui longe la ligne. Qu'à cela ne tienne, Konstantin Romanov est pénalisé pour trébucher et Talgat Zhailauov commet une charge irrégulière. Le jeu de puissance s'en remet encore à Mikko Mâenpää. Le défenseur de l'Amur Khabarovsk place encore un missile plein axe. Cette fois, Jussi Jokinen se contente de masquer le gardien. 0-2 à 31'38

La domination devient totale et finit par payer pour l'avant de Detroit Vatteri Fillpula. Une belle frappe en première intention excentrée coté gauche depuis le cercle sur une passe transversale qui avait basculé le jeu. 0-3 à 37'43

Le Kazakhstan tente de réagir avec une belle occasion de Bumagin  qui temporise devant le gardien après un bon travail derrière la cage, puis une autre à dix secondes de la fin. Las, le Kazakhstan ne récolte qu'une pénalité du petit Yevgeni Rymarev sur la sirène.

120514-443On commence donc le troisième tiers-temps par une infériorité kazakh... Avec la réussite retrouvée du power-play des Lions, on peut s'attendre au pire. On a raison. Après la lucarne gauche, Valtteri Filpulla accroche la lucarne droite sur une belle reprise d'une passe de Mikko Koivu devant le but que Troshinski n'arrive pas à intercepter. 0-4 à 41'15

Sur une mauvaise relance, Antti Pihlström, qui par ailleurs joue en club avec le gardien Kolesnik, récupère le palet et le passe à Tuupurainen qui dévie devant le but mais, trop croisée, sa déviation passe à côté du poteau.

Le Kazakhstan est à l'agonie et Fyodor Polishuk n'arrange rien à l'affaire avec un charge trop appuyée contre Tuomas Kiiskinen. Le power-play finlandais qui s'ensuit dure presque toute la pénalité, sans changer les lignes car après chaque tentative la Finlande récupère le palet dans la zone. Tout y passe, des tirs de près, de loin, des déviations…

Les Kazakhs ne trouvent un peu de salut que lorsque Ossi Väänänen va s'asseoir en prison pour faire trébucher. Cela permet à Konstantin Pushkaryov de sauver l'honneur. Sur le jeu de puissance kazakh, la transversale de Dmitri Upper n'est pas très rapide et Petri Vehanen est replacé mais le tir de l'ancien joueur des Kings de Los Angeles est bien placé dans la lucarne en hauteur face à un gardien encore à genoux dans son mouvement latéral. 1-4 à 49'03

120514-471Juste après, le double buteur Valtteri Filpulla fait trébucher le buteur Pushkaryov de manière un peu involontaire, mais l'arbitre n'hésite pas à l'envoyer sévèrement en prison. Le jeu de puissance kazakh ne donne rien cette fois. Pas plus lorsque Niko Kapanen, un peu trop agressif sur son pressing en zone offensive, est accusé de charge avec la crosse sur Roman Savchenkov à cinq minutes de la fin.

Mais la dernière pénalité de la partie ira au Kazakhstan. Derrière le but, le buteur kazakh Pushkaryov, réputé pour son jeu physique, voire rugueux, fait une grosse charge sur Lasse Kukkonen. Le Finlandais peine à se relever et Leo Komarov, lui aussi assez physique, vient échanger quelques explications avec lui. Pas de problème de communication puisque Komarov parle russe et que l'équipe kazakhe n'est composée que de russophones, même Talgat Zhailauov, le meilleur pointeur de l'équipe, malgré ce que pourrait faire penser son nom et sa physionomie.

La rencontre se termine donc à quatre contre quatre mais le score est déjà scellé, tout comme le sort de l'équipe du Kazakhstan qui ira l'an prochain jouer en Division I, ainsi que celui de l'entraîneur qui annonce sa démission.

La Finlande a pu se rassurer grâce à cette rencontre et retrouver son efficacité offensive avant de se reposer deux jours avant les quarts de finale. Elle pourrait être opposée à la Slovaquie ou bien aux États-Unis et aurait alors à cœur d’effacer l'humiliation 0-5 à domicle.

Désignés joueurs du match : Vitali Kolesnik pour le Kazakhstan et Valtteri Filppula pour la Finlande.

Commentaires d'après-match :

Dmitri Upper (attaquant du Kazakhstan) : « On manque d’entraînement pour jouer en ensemble comme d'habitude. Ce soir, la première ligne a manqué de fraîcheur aussi. On n'a pas rempli notre mission. Le calendrier nous a pas aidé, avec 3 fois deux matches en deux jours. Bien sûr, maintenant notre objectif est de revenir en groupe A. La division I est complètement différente, le niveau, l'organisation. Au championnat du monde, tout est d'un autre niveau. »

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : « Nous étions prêts à jouer aujourd'hui. Notre jeu a été excellent. Par moment, nous perdions notre concentration mais d'une manière générale, je suis très satisfait. Nous n'avons pas encore réfléchi au quart de finale, pour l'instant, nous sommes concentrés pour améliorer notre jeu. »

Andrey Shayanov (entraîneur du Kazakhstan) : « Beaucoup de pénalités malheureusement, que l'adversaire a bien utilisées. Jouer ce genre de tournoi améliore notre niveau. Je souhaite bonne chance au prochain entraîneur pour le tournoi de l'année prochaine. »

120514-394-(700)

 

Kazakhstan – Finlande 1-4 (0-0, 0-3, 1-1)
Lundi 14 mai 2012 à 20h15 à la Hartwall Areena de Helsinki. 12443 spectateurs.
Arbitrage de Antonin Jerabek (TCH) et Christer Larking (SUE) assistés de Petr Blumel (TCH) et Jimmy Dahmen (SUE).
Pénalités : Kazakhstan 18' (6', 8', 4') Finlande 10' (4', 0', 6').
Tirs : Kazakhstan 18 (7, 7, 4) Finlande 48 (21, 15, 12).

Évolution du score :
0-1 à 24'02" : Jokinen assisté de Mäenpää et Filppula (sup. num.)
0-2 à 31'38" : Mäenpää assisté de Hietanen et Filppula (double sup. num.)
0-3 à 37'47" : Filppula assisté de Kiiskinen et Koivu
0-4 à 41'15" : Filppula assisté de Koivu et Hietanen (sup. num.)
1-4 à 49'03" : Pushkaryov assisté de Upper et Novopashin


Kazakhstan

Gardien : Vitali Kolesnik.

Défenseurs : Vitali Novopashin (A, -1, 2') - Aleksei Litvinenko (-1) ; Sergei Yakovenko (2') - Aleksei Troshchinski ; Vladislav Kolesnikov (2') - Andrei Korabeinikov ; Evgeni Fadeyev.

Attaquants : Talgat Zhailauov (A, -1, 2') - Dmitri Upper (C, -1) - Konstantin Pushkaryov (-1, 2') ; Vadim Krasnoslobodtsev - Andrei Spiridonov - Yevgeni Rymarev (2') ; Yevgeni Bumagin (2') - Fyodor Polishuk (2') - Konstantin Romanov (2') ; Roman Savchenko ; Aleksei Vorontsov.

Remplaçant : Vitali Eremeïev (G). Absents : Roman Starchenko (commotion), Konstantin Savenkov, Denis Shemelin, Dmitri Dudarev.

Finlande
 
Gardien : Petri Vehanen.
 
Défenseurs : Mikko Mäenpää - Juuso Hietanen ; Ossi Väänänen (2') - Joonas Järvinen ; Lasse Kukkonen (A, +1) - Topi Jaakola (+1) ; Janne Niskala.

Attaquants : Valtteri Filppula (+1, 4') - Mikko Koivu (C, +1) - Jussi Jokinen (A, 2') ; Janne Pesonen - Jarkko Immonen - Mikael Granlund ; Tuomas Kiiskinen (+1) - Niko Kapanen (2') - Leo Komarov ; Jani Tuppurainen - Petri Kontiola - Antti Pihlström ; Mika Pyörälä.
 
Remplaçant : Karri Rämö (G). Absents : Kari Lehtonen (G, blessé), Anssi Salmela (suspendu), Jesse Joensuu (en réserve).

120514-475-(But Kazakhstan)-(700)