Phoenix Coyotes - Los Angeles Kings (finale de conférence Ouest, match 2)

C'est la première fois que Phoenix est mené dans une série lors de ces playoffs. La réponse des Coyotes, qui ont donc perdu l'avantage de la glace, est très attendue. Pour cela, il faudra réussir à se sortir du pressing des Kings, et hausser le niveau de jeu général. Los Angeles peut pour sa part frapper un grand coup et prendre une avance déterminante en cas de succès, comme ils l'ont fait lors des deux premiers tours.

Peu de changements dans les compositions d'équipes : le jeune Michael Stone remplace David Schlemko en défense chez les Coyotes, et Kyle Clifford revient de blessure chez les Kings, à la place de Colin Fraser.

Même scénario

Les Kings commencent tout de suite leur travail dans la zone des Coyotes, remportant les duels dans les bandes. Les premiers tirs surviennent, avec tout d'abord la ligne de Mike Richards, puis celle d'Anze Kopitar. En face, Phoenix peine à approcher du but de Jonathan Quick. La ligne Whitney-Vermette-Doan se montre la première dangereuse mais se fait piéger en contre, lorsque le palet échappe à Derek Morris dans la neutre et permet à Dustin Penner de déborder à gauche pour un bon tir sur Mike Smith. En somme, un match qui débute sur les mêmes bases que le premier, avec à peine plus d'intensité de la part des Coyotes. Mike Smith, qui prend en moyenne 37 tirs par match dans ces playoffs, y est habitué et sort encore un tir dans l'axe de Brad Richardson, servi en retrait. Petit à petit, les Coyotes sortent un peu la tête de l'eau, mettant plus de pression sur la défense. Les deux gardiens rentrent alors dans un duel : tir de Ray Whitney après une interception, contre une tentative de Rob Scuderi de loin. Phoenix insiste et, sur un tir hors cadre de Michael Stone - qui fait ses débuts en playoffs en défense - le tour de cage de Taylor Pyatt met Quick en difficulté.

La partie s'équilibre et les espaces se ferment ; à mi-période, les réelles occasions se font rares. Los Angeles reste très agressif en zone offensive, parvenant à conserver le palet et cherchant les rebonds sur des tirs lointains. Phoenix, un peu plus sur le reculoir, répond physiquement et tente de gêner la relance adverse. Après treize minutes, Mike Smith, impérial, sort l'arrêt du début de match face à Justin Williams, bien lancé par Kopitar dans un deux-contre-deux, d'une jolie mitaine. Il ne peut en revanche rien faire sur un tir surprise de Drew Doughty dévié par Dwight King, masqué par ses deux défenseurs (0-1 à 13'15").

La première pénalité tombe peu après, lorsque Brad Richardson déborde à gauche, et est mis au sol par Boyd Gordon. Lauri Korpikoski tente sa chance en infériorité, mais c'est surtout le duo Kopitar-Carter qui frôle le deuxième but, manquant une cage ouverte. Gordon revient sans dommage et l'intensité physique monte d'un cran. Dustin Penner se trouvant sanctionné dans un contact avec Rostislav Klesla, les Coyotes ont l'occasion de revenir au score avant la pause. Keith Yandle, de volée, se heurte à Quick, qui s'est bien déplacé. Les joueurs de Dave Tippett restent sur un 0/16 en supériorité et peinent à contrôler le disque en attaque. Un ultime lancer de la bleue est dégagé difficilement par Los Angeles, qui rentre au vestiaire avec un but d'avance : comme souvent dans ces playoffs...

Les Coyotes tanguent...

Phoenix est donc mené à l'orée de ce deuxième tiers, mais presse d'entrée : Mikkel Bødker, auteur d'un bon match, obtient la première chance, hors cadre. Les Coyotes gagnent un peu plus de duels et se créent les premières occasions. Quick doit s'employer à plusieurs reprises, avec notamment un gros travail de Taylor Pyatt. Mais Los Angeles a de la ressource. Dustin Penner dépasse Keith Yandle en puissance et travaille dans le coin avec Mike Richards. En pivot, Penner, ligne de fond, sert Jeff Carter lancé qui marque côté mitaine (0-2 à 24'47"). Le public, sonné, assiste à la chute de son équipe, incapable de couper les espaces face à des attaquants californiens dominateurs.

La réaction se fait timide, avec quelques essais de Radim Vrbata ou Martin Hanzal, mais à chaque fois ce sont des tentatives "à l'arrachée", peinant à se défaire d'un marquage très serré des défenseurs. L'opportunité se présente à mi-match lorque Kyle Clifford, de retour de blessure, retient la crosse de Shane Doan dans un duel contre la bande. Le jeu de puissance des joueurs de Tippett permettra-t-il de relancer le match ? Non ! Aucune occasion, rien à se mettre sous la dent face à la défense des Kings. Les rares incursions des Coyotes aboutissent à des tirs hors cadre, à l'image d'un slalom de Bødker.

À cinq minutes de la fin du tiers, une occasion chaude dans le slot se termine en échange d'amabilités entre Smith et Richardson, témoin de la nervosité qui s'empare des Coyotes... qui prennent une pénalité sur l'action. Drew Doughty mène le jeu, Los Angeles s'installe... et, après une première faute de Daymond Langkow et en pénalité différée, Shane Doan vient mettre en échec Trevor Lewis dans le dos. Une lourde charge qui laisse l'attaquant sur la glace et aucun choix pour le corps arbitral, qui renvoie le capitaine des Coyotes au vestiaire. Deux minutes pour Langkow pour cinglage sur Dustin Brown, cinq pour Doan et un avantage numérique longue durée pour Los Angeles. Doughty, Carter testent la défense, qui se dégage mais doit encore lutter à trois contre cinq pendant deux minutes... Mike Smith assène alors un violent coup de crosse à Dustin Brown et prend deux minutes, mais le capitaine des Kings également, avec conduite antisportive très sévère car le coup de crosse était pourtant réel et violent et il n'y avait aucune simulation ! Beau jeu d'acteur de Smith... Il reste une bonne minute de double supériorité mais l'anémique jeu de puissance des Kings tourne dans le vide, se heurtant à Smith. À huit secondes de la fin du double avantage, Anze Kopitar est bien servi au cercle droit, patiente pour voir Klesla au sol et ajuste Smith d'un tir du poignet mi-hauteur, légèrement dévié par Jeff Carter (0-3 à 38'49"). Et il reste encore 2'40" de jeu de puissance aux Kings, qui comptent déjà 32 tirs à 16. Los Angeles, concentré sur son sujet, a imposé son plan de jeu et domine largement la partie, face à des Coyotes volontaires mais limités, qui deviennent de plus en plus frustrés et indisciplinés.

La frustration des Coyotes

La reprise du troisième tiers se fait donc en supériorité pour les Californiens, faciles ce soir. Il faut un Mike Smith spectaculaire, avec un lancer de botte devant Richards lors d'un deux-contre-un avec Kopitar, pour tenir son équipe à flots. La pénalité majeure d'achève enfin et Phoenix tente de réagir. L'occasion se présente lorsque Dwight King percute Smith et prend deux minutes. La défense, bien placée, ne lâche rien. Nouvelle chance lorsque Gilbert Brulé s'infiltre dans l'axe et tombe : deux minutes contre Trevor Lewis, et pas mieux... Aucune occasion pour les joueurs de l'Arizona, qui ne parviennent pas à enchainer les passes.

Los Angeles se contente de défendre et de surgir en contre-attaque : Dustin Brown file et prend une charge violente de Martin Hanzal dans le dos. Le capitaine est sonné et l'attaquant tchèque logiquement expulsé. Phoenix se retrouve encore avec cinq minutes de pénalité majeure à tuer. Les affaires ne s'arrangent pas lorsque Derek Morris charge Rob Scuderi au genou, sans palet, en entrée de zone : deux minutes de double avantage. Cela ne dure pas si longtemps : tir de Kopitar ras glace, rebond converti par Jeff Carter pour le triplé (0-4 à 52'56"). Le premier hat-trick d'un joueur des Kings en playoffs depuis... Wayne Gretzky en 1993, année de la finale de Los Angeles. Et la patinoire se vide, à sept minutes de la sirène... La frustration des Coyotes est visible et on frôle la bagarre générale. Penner sort pour méconduite, de même que Vermette. Le temps défile, les deux équipes paraissant attendre le coup de sifflet final. Les Kings gèrent, Phoenix essaie de sauver l'honneur poussivement.

Victoire logique et méritée des Kings, la septième de suite en déplacement : fidèles à leur tactique, ils ont posé leur jeu, imposé leur puissance et leur mobilité, et mis encore une fois les Coyotes sur le reculoir. Phoenix a concédé beaucoup trop de tirs sans parvenir à réellement menacer Quick, finissant par tomber dans le piège de la frustration et de l'indiscipline.

Les charges de Doan, Hanzal et Morris seront certainement revues par la commission de discipline, et il ne serait pas surprenant de voir les deux derniers cités suspendus pour le déjà décisif troisième match. 

Commentaires d'après-match

Dustin Penner (attaquant de Los Angeles) : "On veut vraiment marquer le premier but. Et le suivant. C'est cette intensité et cette passion qui nous guident. C'est cette peur positive qui vous empêche de laisser les matchs filer, et continue à vous pousser vers l'avant. Nous utilisons cette peur de perdre pour nous motiver au lieu de nous couler. On se fiche des statistiques : peu importe où l'on joue, la température extérieure, nous venons juste jouer le match tel que nous devons le jouer, avec notre système. Le reste se fera tout seul."

Anze Kopitar (attaquant de Los Angeles) : "Le deuxième but était très important car nous n'avions pas pris un très bon départ. Nous avions plus de tirs mais nous étions en balance entre leur zone et la neutre en permanence. Quick nous a bien tenu dans le match, puis nous avons pris notre rythme. Le deuxième, puis le troisième en supériorité, étaient très importants pour nous rassurer."

Dave Tippett (entraineur de Phoenix) : "Il faut leur reconnaître le mérite, sur la manière de jouer. Je suis convaincu que nous pouvons mieux jouer que cela. J'ai bien aimé la première période, le début de la deuxième. Nous devons trouver un moyen de  faire durer ce genre d'attitude, encaisser moins de buts évidemment, mais aussi être plus disciplinés, opportunistes sur une chance ou deux et au moins nous donne une chance de sentir que nous sommes compétitifs dans le match. Les pénalités nous ont fait perdre le fil du match."

Mike Smith (gardien de Phoenix) : "Ils ont été plus combatifs, plus travailleurs. Nous avons mieux joué en premier tiers et lutté un peu plus, mais pas assez. Il ne faut pas tirer la sonette d'alarme, mais nous devons mieux jouer."

 

Phoenix - Los Angeles 0-4 (0-1, 0-2, 0-1)
Mardi 15 mai 2012, 19h00. Jobing.com Arena, 17149 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Rourke et Chris Rooney assisté de Jean Morin et Brian Murphy.
Tirs : Phoenix 24 (8, 8, 8), Los Angeles 40 (15, 17, 8)
Pénalités : Phoenix 76' (4', 11'+20', 11'+20'+10'), Los Angeles 24' (2', 4', 8'+10')

Récapitulatif du score
0-1 à 13'15" : King assisté de Doughty et Lewis
0-2 à 24'47" : Carter assisté de Penner et Richards
0-3 à 38'49" : Carter assisté de Kopitar et Williams (sup. num.)
0-4 à 52'56" : Carter assisté de Brown et Kopitar (sup. num.)

 

Phoenix Coyotes

Gardien : Mike Smith

Défenseurs : Keith Yandle (A) - Derek Morris ; Michal Rozsival - Oliver Ekman-Larsson ; Michael Stone - Rostislav Klesla.

Attaquants : Ray Whitney - Martin Hanzal (A) - Radim Vrbata ; Mikkel Bødker - Antoine Vermette - Shane Doan (C) ; Taylor Pyatt - Boyd Gordon - Lauri Korpikoski ; Kyle Chipchura - Daymond Langkow - Gilbert Brulé.

Remplaçant : Jason LaBarbera (G), David Schlemko.

Réservistes : Paul Bissonnette (A, blessé), Raffi Torres (A, suspendu), Brett Hextall (A), Alexandre Bolduc (A), Jordan Szwarz (A), Andy Miele (A), Brett MacLean (A), Marc-Antoine Pouliot (A), Matt Watkins (A), Ethan Werek (A), Adrian Aucoin (D, blessé), Chris Summers (D), Maxim Goncharov (D), Connor Murphy (D), David Rundblad (D), Louis Domingue (G).

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick.

Défenseurs : Rob Scuderi - Drew Doughty ; Willie Mitchell - Slava Voynov ; Matt Greene - Alec Martinez.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar - Justin Williams ; Dustin Penner - Mike Richards - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Brad Richardson - Kyle Clifford - Jordan Nolan.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G), Colin Fraser.

Réservistes : Simon Gagné (A, commotion), Scott Parse (A, hanche), Andrei Loktionov (A), Kevin Westgarth (A), Tyler Toffoli (A), Richard Clune (A), Linden Vey (A), Justin Azevedo (A), Andy Andreoff (A), Marc-André Cliche (A), Davis Drewiske (D), Jake Muzzin (D), Thomas Hickey (D), Patrick Mullen (D), Andrew Campbell (D), Martin Jones (G).