République Tchèque - Allemagne (Mondial 2012, à Stockholm)

GOC Nicolai-110511-335

Ce dernier match de la phase préliminaire reste important pour la République Tchèque, toujours sous la menace d'une quatrième place synonyme d'affrontement avec le cador du groupe en quart de finale, la Russie.

Mais défier la Suède chez elle, est-ce mieux ? Pas si sûr mais nous n'en sommes pas encore là et un succès ce mardi réconforterait le moral des troupes. De son côté, l'Allemagne n'a plus qu'à sauver l'honneur, surtout après sa raclée de dimanche contre la Norvège (12-4) mais tiendra-t-elle le choc ?

Si Dennis Endras est d'abord inquiété par Petr Tenkrát, Aleš Hemský sera plus efficace. Il quitte sa zone défensive, effectue un une-deux en zone neutre avec Petr Průcha pour finalement déborder à pleine vitesse sur la droite, sans aucune opposition, la Tchéquie prend déjà les commandes (1-0, 01'58"). Quelques secondes plus tard, Milan Michálek fait disparaître le palet devant Christopher Fischer mais Endras répond présent.

D'emblée, les replis défensifs allemands laissent à désirer. À 3 contre 2, Tenkrát est contrarié par le poteau gauche, à 2 contre 1, Petr Koukal est contrarié par la jambière gauche de Endras. Les Allemands égaliseront en supériorité numérique : Thomas Greilinger frappe le cadre mais Michálek, de passage dans le coin, l'inscrit, involontairement bien sûr, du patin (1-1, 07'36").

La République Tchèque n'a sûrement pas envie de pédaler dans la choucroute. Les Slaves réagissent par Lukáš Krajíček, descendu jusqu'au poteau droit pour reprendre instantanément (2-1, 10'34"). Si le premier jeu de puissance tchèque fut inefficace, le deuxième fait mouche. La reprise de volée de Jakub Nakládal laisse un rebond, Martin Erat est là pour en profiter. Mais, là-encore, c'est un but contre son camp, Nikolai Goc déviant en fait la tentative de l'attaquant de Nashville dans ses propres filets (3-1, 16'05"). Le premier tiers-temps s'achève sur cet avantage de deux buts pour des Tchèques bien plus fringants que les Allemands. 

L'armada de Hadamczik retrouve rapidement ses marques, à nouveau installée dans le camp allemand dès l'entame de la deuxième période. Michael Frolík, même déséquilibré, est la première alerte puis il est à l'origine d'un 2 contre 1 dont l'essai, non cadré, se finira dans les airs. À défaut de se distinguer par sa créativité, la Nationalmannshaft se réfugie dans l'intensité physique. Kevin Lavallée est cependant sanctionné, une nouvelle opportunité pour les Tchèques de hisser leur voile. Lukáš Krajíček frappe de la bleue. Sur la trajectoire, Petr Koukal l'effleure, suffisamment pour inscrire son nom sur la liste des - nombreux - buteurs du jour (4-1, 25'01"). Le tir lointain de Christopher Fischer pince à peine la cuirasse des Tchèques toujours aussi prompts à se ruer en zone offensive. La tentative de Petr Koukal épargne notamment Dennis Endras pour quelques centimètres. Kai Hospelt et Thomas Greilinger produisent des étincelles à la 29e minute, ils finissent par réaliser un feu de camp en poussant Milan Michálek à la faute.

PRUCHA Petr-110515-135

Seulement Patrick Reimer se brûle en tentant d'installer le jeu de puissance. Tenkrát, à la récupération, lance sur orbite Krejčí, déjà à plusieurs mètres de distance des défenseurs allemands en quelques dixièmes de seconde. Il finit par ralentir d'un coup face à Endras qui tente un poke-check, malheureux puisque l'attaquant des Bruins fait le choix judicieux d'un revers sous la barre (5-1, 29'55").

Le même Krejčí manque de peu de dévier avec succès un lancer frappé de Petr Čáslava. Greilinger est sûrement un des rares joueurs allemands encore motivés, mais il n'a pas la même lucidité que Krejčí lorsqu'il se retrouve seul face à Štěpánek. Les Tchèques font quant à eux toujours preuve d'efficacité puisque Jakub Petružálek, dans le coin, met à contribution Jiří Novotný, plein axe (6-1, 34'22"). Vondrka et Němec, tour à tour dangereux devant le but, manquent toutefois de précision.

Très à l'aise en supériorité numérique, les Tchèques vont une nouvelle fois le prouver, ce troisième tiers ne déroge pas à la règle. Le vaillant Greilinger au cachot, la machine rouge est en place. Průcha échoue sur un caviar de Hemský. Ce dernier lance quelques instants plus tard, le rebond atterrit sur Koukal, seul au poteau droit, qui n'a guère de difficultés à trouver le chemin des filets (7-1, 44'34"). Alors que Michálek et Plekanec donnent de nouvelles frayeurs, l'Allemagne concède une nouvelle pénalité.

À la ligne bleue, Miroslav Blaták torpille la forteresse Endras (8-1, 46'42"). À cet instant de la rencontre, la Tchéquie flirte avec les 80% d'efficacité en jeu de puissance. Cela n'a pas vacciné leurs adversaires car les Allemands se retrouvent même en double infériorité numérique. On pouvait craindre le pire mais cette délicate situation est finalement gérée avec succès. Par la suite, Christopher Fischer est pris de vitesse par David Krejčí qui occasionne un tir de pénalité. Endras ne se fait pas berner cette fois-ci et couvre très bien l'angle du but. Alors que les Tchèques finiront par mettre le frein à main, l'Allemagne se créera quelques dernières occasions. Gogulla et Reimer s'offriront un 2 contre 1 et le tir de Marcel Goc sera stoppé de justesse par la jambière droite de Jakub Štěpánek.

Le calvaire se finit pour une Allemagne ô combien décevante dans ce Mondial. Les débuts de Jakob Kölliker feront jaser alors que son prédécesseur Uwe Krupp avait apporté une toute autre stature à la sélection nationale. Celle-ci quitte Stockholm par la plus petite des portes. À neuf mois d'une qualification olympique, une remise en question est urgente. Mise à l'abri rapidement, notamment par un jeu de puissance de feu, la République Tchèque préserve sa troisième place devant la Norvège. Cela lui permet de s'offrir une revanche contre la Suède en quart de finale après l'affront subi dans le tour préliminaire (4-1).

Élus joueurs du match : Aleš Hemský pour la République Tchèque, Marcus Kink pour l'Allemagne.

Commentaires d'après-match

Aleš Hemský (attaquant de la République Tchèque) : "C'est très satisfaisant de marquer des buts en supériorité numérique à tous les matchs surtout quand vous en avez l'occasion. Si nous prenons l'avantage en jeu de puissance comme nous l'avons fait aujourd'hui, cela peut bien se passer. Mais si ce n'est pas le cas, nous devrons jouer plus serré à 5 contre 5."

Evan Kaufmann (attaquant de l'Allemagne) : "Je mentirais si je disais que nous n'étions pas frustrés par cette dernière période. Nous voulions faire du jeu dans les vingt dernières minutes et terminer sur une bonne note. Mais nous avons pris beaucoup trop de pénalités et nous n'avons pu produire quoi que ce soit avec des hommes sur le banc de la prison."


République Tchèque - Allemagne 8-1 (3-1, 3-0, 2-0)
Mardi 15 mai 2012 à 16h15 à l'Ericsson Globe de Stockholm. 2114 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Roger Arm (SUI) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : République Tchèque 4' (2', 2', 0'), Allemagne 14' (4', 2', 8').
Tirs : République Tchèque 39 (10, 19, 10), Allemagne 18 (5, 10, 3).

Évolution du score :
1-0 à 01'58" : Hemský assisté de Průcha
1-1 à 07'36" : Greilinger assisté de Schubert et Ullmann (sup. num.)
2-1 à 10'34" : Krajíček assisté de Vondrka et Novotný
3-1 à 16'05" : Erat assisté de Nakládal et Krejčí (sup. num.)
4-1 à 25'01" : Koukal assisté de Krajíček et Čáslava (sup. num.)
5-1 à 29'55" : Krejčí assisté de Tenkrát (inf. num.)
6-1 à 34'22" : Novotný assisté de Petružálek
7-1 à 44'34" : Koukal assisté de Hemský et Průcha (sup. num.)
8-1 à 46'42" : Blaťák assisté de Krejčí et Plekanec


République Tchèque

Gardien : Jakub Štěpánek puis Petr Mrázek à 50'48".

Défenseurs : Miroslav Blaták - Jakub Nakládal ; Petr Čáslava (A, +2) - Jakub Krejčík (+1) ; Lukáš Krajíček (+3) - Tomáš Mojžíš (+1, 2') ; Ondřej Němec (+1).

Attaquants : Milan Michálek (2') - Tomáš Plekanec (C) - Martin Erat ; Michael Frolík - David Krejčí (+1) - Petr Tenkrát (+1) ; Petr Průcha (+1) - Petr Koukal (+1) - Aleš Hemský (+1) ; Jakub Petružálek (+2) - Jiří Novotný (A, +2) - Michal Vondrka (+2).

Allemagne

Gardien : Dennis Endras.

Défenseurs : Nikolaï Goc (-2, 6') - Denis Reul ; Justin Krueger (-1) - Florian Ondruschka (-2) ; Christopher Fischer (-2) - Christoph Schubert (-1) ; Kevin Lavallee (2') - Sinan Akdag.

Attaquants : John Tripp (-1) - Marcel Goc (-2) - Marcus Kink (-1) ; Sebastian Furchner (2') - Kai Hospelt (-1, 2') - Thomas Greilinger (-1, 2') ; Daniel Pietta - Alexander Barta (A - Evan Kaufmann (-1) ; Philip Gogulla (-1) - Christoph Ullmann (-2) - Patrick Reimer (-2).

Remplaçant : Dimitri Kotschnew (G).