New Jersey Devils - New York Rangers (finale de conférence Est, match 4)

C'est le premier tournant de la série. Les Rangers de New York mènent la série deux victoires à une et peuvent en cas de succès ce soir avoir un pied en finale de la coupe Stanley. Dominés au match 3, ils ont su renverser la vapeur au dernier tiers, comme lors du premier match, pour s'imposer.

Ils seront privés pour cette rencontre de leur agitateur Brandon Prust, suspendu pour une charge avec le coude sur Anton Volchenkov au match précédent. Si Brandon Dubinsky a repris l'entraînement, il n'est cependant pas disponible pour ce match. John Tortorella aligne donc sept défenseurs avec le retour de Stu Bickel, écarté au match 3. Un Tortorella qui a fait l'actualité avec des déclarations plus que limites au sujet de la suspension de Prust, accusant les joueurs des Devils de simulation...

En face, New Jersey cherche surtout une attaque. Blanchis à deux reprises, les Devils ont beau plus lancer au but, ils ne percent pas la muraille Henrik Lundqvist. La faute à un jeu de puissance à la peine, un vrai contraste avec celui de leur adversaire qui a marqué au moins un but à chaque rencontre de la série. Pete DeBoer cherche de nouvelles solutions et il a modifié radicalement ses lignes pour ce quatrième match. Patrik Elias, aligné au centre toute la saison, jouera ce match sur l'aile gauche d'Adam Henrique, Ilya Kovalchuk restant à droite. Il libère une place au centre pour Jacob Josefson : le jeune pivot suédois débute en playoffs après son opération du poignet. Victime d'une fracture de la clavicule en octobre, puis d'une du poignet en mars, il cherchera à retrouver son niveau, et apportera défensivement. Il remplace dans l'alignement Petr Sykora, décevant ces derniers temps. Le vétéran tchèque, signé en agent libre après avoir été invité au camp, a réussi son retour et n'a pas manqué un seul match cette saison. Mais ses prestations en demi-teinte, notamment défensivement, lui coûtent sa place cette fois-ci.

Les Devils entament pied au plancher

Zach Parise débute avec Dainius Zubrus et Travis Zajac, et compte bien gagner en efficacité ; 60 tirs dans ces playoffs, c'est le plus fréquent shooteur de la ligue. Les Rangers entament par un pressing haut pour gêner la relance adverse. Ils obtiennent ainsi deux dégagements interdits de suite pour installer leur jeu, sans grande réussite. New Jersey prend petit à petit le contrôle du disque et trouve une première fois le gardien, par un tir excentré de Patrik Elias. Puis, Jacob Josefson sert David Clarkson qui tente un tour de cage ; le rebond file sur Peter Harrold, nouvel arrêt d'Henrik Lundqvist. Les Rangers sont acculés dans leur camp et le public monte en puissance, surtout que Dainius Zubrus explose Derek Stepan sur une charge en plein milieu de la glace.

Après cette séquence intense, les deux équipes deviennent un peu plus prudentes - mais tout aussi physiques. Et dans ces cas-là, il faut un buteur improbable : Bryce Salvador ! Alexei Ponikarovsky remet à la bleue et Salvador lance mi-hauteur, à travers trois défenseurs et deux attaquants. Lundqvist, masqué, s'incline entre les jambières, avec peut être une légère déviation d'Anton Strålman (1-0 à 08'10"). Le troisième but du défenseur en playoffs, lui qui n'en a pas marqué un seul en saison régulière et n'en comptait que deux en 50 matchs en carrière ! Un but mérité, les Devils menant cinq tirs à zéro en dix minutes. Dans la foulée, Harrold lance de la bleue et Lundqvist peine à contrôler le palet. Dans le duel, Ryan McDonagh s'en prend à Adam Henrique qui cherchait le rebond et les deux joueurs tombent les gants. Cinq minutes chacun, la première bagarre depuis quinze jours en playoffs... et McDonagh en prison, c'est le meilleur défenseur de l'équipe qu'il faut remplacer. Les Devils poussent : Josefson, bien dans le match, est servi en retrait et expédie un missile sur son compatriote. Les Rangers n'ont toujours pas un tir cadré lorsque Carl Hagelin trouve la barre sur une erreur de Salvador, coupable d'une relance plein axe.

Qu'importe, New Jersey est en feu. Zubrus gagne un duel dans la neutre et Zach Parise s'échappe le long de la bande. Il démarre en deux-contre-un en effaçant Michael Del Zotto, sert Travis Zajac qui reprend de volée et double la mise (2-0 à 11'59"). Un Del Zotto coupable pour le coup, peu habitué à jouer avec Girardi : l'absence de McDonagh coûte cher. Loin de s'arrêter là, les rouges poussent encore. Stephen Gionta s'offre deux lancers dangereux et les Rangers sont dans les cordes. Martin Brodeur pour sa part n'a qu'un tir de Strålman à se mettre sous la dent, tir qui envoie Brian Boyle en prison pour un plaquage sur Mark Fayne. Le jeu de puissance s'installe et Ilya Kovalchuk expédie un premier tir. Avec un piteux 1/12, ce n'est pas vraiment le point fort des Devils dans la série. Marek Zidlicky s'essaie de la bleue en cherchant le tir hors cadre pour offrir le rebond à Kovalchuk, sans réussite. Hormis cela, New Jersey ne parvient pas à contrôler le palet en zone offensive et la pénalité est tuée. Ce qui n'empêche pas Parise de menacer Lundqvist de près, de même que Gionta, servi par Elias sur la même action.

Les Rangers n'ont pas fait grand chose jusque là mais finissent par obtenir une supériorité sur une percée en puissance de Mike Rupp, mis au sol par Anton Volchenkov. Le 4/10 des Rangers dans la série peut les rendre optimistes pour revenir au score avant la sirène. C'est finalement Parise et Henrique qui partent en deux-contre-un, et il faut un retour superbe de Dan Girardi pour sauver son camp. Le danger revient avec Chris Kreider, Ryan McDonagh et Dan Girardi, qui se heurtent à Brodeur dans les dernières secondes de la période. À la pause, New Jersey mène 2-0, un avantage largement mérité. Plus intenses, plus rapides, plus déterminés, ils ont su faire reculer New York sur son but et enfin trouver la faille devant Lundqvist. Les Rangers ont paru lents, sans idée et défensivement loin de leur meilleur niveau.

Le match s'équilibre

Le reliquat de pénalité est tué en ce début de deuxième tiers et New Jersey reprend sa domination, avec un premier tir de Zidlicky, puis de Kovalchuk, de Salvador, à deux reprises, avec une déviation d'Elias la seconde fois. Un Elias secoué sur une nouvelle déviation, et qui reste au sol, victime d'un coup de crosse derrière le genou par Marc Staal, non sifflé. La réaction des Rangers dans la foulée est menée par Marian Gaborik, Brodeur s'impose. Maladroits, les Rangers voient Clarkson déposer Del Zotto, mais l'attaquant fait le mauvais choix en cherchant la passe vers Ponikarovsky. Les Devils poussent encore, chassant le possesseur du palet avec énergie et acculant les Rangers dans leur zone. Lundqvist tient son équipe, sauvant encore devant une percée de Zubrus, bien lancé par Parise, avec l'aide de son poteau. New York sort petit à petit la tête de l'eau et joue mieux dans ce deuxième tiers. Chris Kreider est un poison permanent, ce qui contribue à placer son équipe dans de meilleures dispositions offensives. Gaborik trouve ainsi Brodeur, témoin d'un phénomène peu fréquent : les joueurs de Tortorella se découvrent pour revenir au score.

Strålman tente deux lancers lointains, Richards mène l'échec-avant et c'est toute l'équipe qui sort de sa boite. Sauf Del Zotto, puni par son entraîneur pour un début de match très poussif et plusieurs pertes de palet, et qui n'entre plus en jeu... Le décès de sa grand-mère ce week-end semble affecter son jeu.

C'est une partie d'échecs qui se déroule dans ce tiers. New Jersey se montre plus prudent et moins intense, les Rangers sortent un peu. Du coup, il y a moins d'occasions et le nombre de tirs s'équilibre progressivement. Les Devils jouent en contre-attaque et Kovalchuk lance Henrique, déséquilibré avant de pouvoir tirer correctement au but. Kovalchuk, qui cherche le rebond, charge Callahan dans le dos avant de lui donner un petit coup de crosse : l'échange d'amabilités expédie les deux hommes en prison et c'est un quatre-contre-quatre, qui voit Strålman trouver le gant de Brodeur. La fin de tiers se révèle nerveuse, les deux équipes se frottant un peu avant de rentrer au vestiaire. New Jersey mène toujours mais les Rangers ont repris le fil sur la deuxième moitié de tiers.

Les Rangers dérapent

Deux buts de retard pour les Rangers : rien n'est joué, les joueurs de Tortorella s'étant fait une spécialité de finir très fort les matchs - voir les matchs 1 et 3. Ils débutent d'ailleurs bien avec une grosse présence de Brad Richards, et il faut une défense attentive pour contrer et dégager les tirs. Mike Rupp, très solide ce soir, se crée ainsi le premier tir dangereux grâce à un slalom dans l'axe. Malheureusement, une charge de Derek Stepan touche Mark Fayne au visage et la crosse haute offre un jeu de puissance. La mise au jeu est gagnée par Henrique, le tir de la bleue de Kovalchuk est de volée, et Parise prend le rebond (3-0 à 42'41"). Il n'aura fallu que quelques secondes cette fois-ci pour transformer l'aubaine.

Un but qui remet les Devils dans de bonnes dispositions et assomme complètement New York. Ils déroulent et s'installent dans le camp adverse, confisquant le palet. Les Rangers pour leur part s'en sortent bien lorsque Bickel ne prend aucune pénalité sur une charge très haute avec la crosse sur Carter dans la neutre. Rupp commet ensuite une mauvaise charge derrière le but sur Harrold, avant d'asséner un coup de poing complètement gratuit à son ancien coéquipier Martin Brodeur. Bickel, agressif, se mêle à la bagarre générale. Les deux entraineurs s'invectivent sur le banc après ce vilain geste. Au final, Bickel et Carter sont punis, Del Zotto servant la pénalité de Rupp, exclu, et c'est un avantage numérique de 4 minutes pour New Jersey. Ce geste de frustration sera-t-il le tournant de la série ?

Parise obtient la première chance sur une passe en retrait. Puis, Kovalchuk tente sa chance de volée, le rebond est finalement dégagé. Le palet quitte peu la zone mais les tirs se font rares, avant une nouvelle pénalité pour cinglage contre Hagelin, qui offre 1'20" de double avantage aux Devils. Pete DeBoer demande un temps mort pour ce moment décisif, qui peut tuer le match à onze minutes de la fin. Callahan réalise un travail énorme pour gagner du temps, permettant à son équipe de s'en sortir. Il faut attendre le retour des punis pour qu'une vraie occasion survienne avec un tir de Zubrus et le rebond de Clarkson.

Les Rangers n'y sont plus du tout : Hagelin accroche bêtement un défenseur en zone offensive et sort à son tour. Le jeu de puissance reste très poussif cependant, avec un seul tir de Fayne qui touche le poteau en fin de supériorité. Finalement, le blanchissage de Brodeur disparaît à cinq minutes de la fin. Del Zotto, de retour sur la glace - ce sera sa seule présence dans ce tiers - sert Richards qui envoie une diagonale dans la neutre vers Ruslan Fedotenko. L'ancien buteur de Tampa Bay tire entre les jambières d'un défenseur et surprend le gardien, pour son premier but en playoffs (3-1 à 54'55").

Les Devils répliquent par un centre de Zajac que Parise dévie sur le poteau. Bien positionnés, les joueurs de DeBoer gèrent la fin de match, agressifs sur le porteur de palet et prudents en attaque. Lundqvist sort de son but à deux minutes et demie de la fin pour un attaquant supplémentaire. New York pousse, multipliant les lancers de la bleue, cherchant déviations et rebonds... Brodeur fait des miracles, jusqu'à un dégagement de Zach Parise, qui traverse toute la patinoire, roulant tout doucement, et termine au fond des filets (4-1 à 58'31"). C'est la première fois que les Rangers encaissent quatre buts dans un match dans ces playoffs. Et c'est la quatrième passe décisive de Brodeur dans ces playoffs, nouveau record NHL pour un gardien ! La partie s'achève sur un mauvais geste de Del Zotto sur Ponikarovsky, les deux hommes étant punis à quelques secondes de la fin.

Victoire méritée des Devils, qui égalisent à 2-2 dans la série. Dominateurs pendant l'essentiel du match grâce à un forecheck déterminé, ils ont su se montrer réalistes dès le premier tiers, pour s'éviter les désillusions des premier et troisième matchs. Le jeu de puissance aura même été récompensé, même s'il a manqué beaucoup d'occasions. New York a paru en dedans, peut être fatigué, manquant de tranchant, avant de tomber dans la frustration et les mauvais gestes. Il n'y aura pas eu beaucoup de choses offensivement ce soir face à un Brodeur solide. New Jersey a paru plutôt dominateur dans 10 des 12 périodes de la série, les Rangers tenant principalement par leur défense, leur gardien et leur jeu de puissance. Ce match a montré les limites de cette tactique et le sentiment que la série a tourné est général dans les médias. Cependant, tout reste à faire...

Le résumé en vidéo

Commentaires d'après-match

John Tortorella (entraîneur de New York) : "C'était un match difficile pour beaucoup de nos joueurs. Mais nous devons passer au delà, avoir une mémoire... courte. Nous avons un peu mieux joué au fil des minutes."

Henrik Lundqvist (gardien de New York) : "Je suis juste un gardien, et je ne peux que regarder mon propre jeu et chercher les réponses. Pour une raison inconnue, nous avons du mal à démarrer nos matchs."

Brad Richards (attaquant de New York) : "Nous jouons avec le feu avec ces premiers tiers poussifs. Nous devrons nous concentrer pour bien débuter et nous donner la meilleure chance."

Travis Zajac (attaquant de New Jersey) : "Nous savions que ce n'était qu'une question de temps pour Zach [Parise n'avait pas marqué depuis cinq matchs]. Il ne prend jamais de match à la légère."

Ilya Kovalchuk (attaquant de New Jersey) : "[Parise] a joué comme cela toute la saison. Chaque match était comme ce soir. Il a profité de quelques bons rebonds, c'est super de le voir récompensé. C'est important pour nous. On ne se préoccupe pas des commentaires ; je ne lis pas la presse et ne regarde pas la télévision. [À propos de l'incident avec Callahan] Ce n'est rien, ça fait partie du jeu. Quelques coups, mais c'est le hockey, pas les échecs. On est autorisé à se secouer un peu. Tout le monde était dans l'émotion, mais je ne pense pas que Rupp devait faire ça. On doit respecter le gardien. Il connait très bien Martin Brodeur, je ne sais pas trop ce qui lui est passé par la tête, mais je suis sûr qu'il s'excusera. C'est incroyable la manière qu'a Martin de prendre les choses. Il a fait de très bons arrêts à la fin, puis une super passe pour le quatrième but."

Pete DeBoer (entraîneur de New Jersey) : "Je savais que Parise répondrait. C'était une question de temps, il jouait bien, se créait des occasions. Je pense que si ça a pris si longtemps, c'est probablement parce que je ne lui ai pas trouvé la bonne alchimie aussi tôt que j'aurais dû. Mais j'ai trouvé qu'il avait une très bonne entente avec sa ligne ce soir. [Sur l'incident avec Tortorella] Ce n'est pas une question entre lui et moi, mais une affaire entre les joueurs sur la glace. Je n'ai rien à dire à ce sujet, on essaie juste de gagner une série de playoffs. [Au sujet du coup sur Brodeur] Personne n'aime voir ça. Martin est un joueur clé pour nous. Deux équipes qui en veulent, mais c'est un grand garçon et il sait prendre soin de lui-même."

Zach Parise (attaquant de New Jersey) : "Je pense que certains en ont fait des tonnes pour rien. C'était le même genre de match, juste que le palet est rentré ce soir, c'est la seule différence. Ces matchs sont très serrés, donc quand vous avez une occasion, vous devez la concrétiser. Le dernier match, ce n'est pas rentré, ce soir si. La ligne est fine entre les deux, surtout à ce moment de la saison. Je pense que l'intensité va encore monter d'un cran. Il y a beaucoup en jeu, mais nous sommes prêts pour cela."

Bryce Salvador (défenseur de New Jersey) : "Ce sera intéressant de voir ce que la ligue va faire au sujet de ce coup bas sur un gardien. C'est le hockey, tout le monde a les nerfs à vif. L'équipe était menée et ils étaient sûrement un peu frustrés. Il essayait sans doute de réveiller son équipe, mais il n'était apparemment pas serein. Nous espérons les frustrer. Le temps le dira, mais c'était notre stratégie contre Philadelphie, ne pas se laisser emporter par ce genre d'évènement, les forcer à prendre des pénalités."

Martin Brodeur (gardien de New Jersey) : "Ce genre d'incident montre qu'ils sortent de leur match et c'est bon signe. C'est dommage que quelqu'un ait le droit d'arriver comme ça et de vous donner un coup de poing, mais on s'en fiche, on a eu quatre minutes de supériorité. Cela m'a un peu sonné mais je suis solide. Je ne savais pas trop comment réagir pour être honnête. Il m'a touché à la machoire et à la poitrine, je pense que son poing a touché mon masque. Cela m'a plus surpris qu'autre chose, mais au moins maintenant je sais que je peux encaisser un coup de poing. Je ne m'attendais à rien, Rupp ou pas Rupp. Je n'avais jamais vécu ça jusque là, c'était une première. Ce sont des choses qui arrivent en playoffs, je suis juste content de ne pas être blessé. C'est une grande série et ça sera pareil pour les trois prochains matchs. Nous avons hâte d'être au Madison Square Garden et d'essayer de voler un match là bas. Maintenant, c'est au meilleur des trois matchs et deux seront chez eux, la tâche sera difficile mais nous nous sommes mis dans cette situation et nous sommes impatients de relever le défi."

 

New Jersey Devils - New York Rangers 4-1 (2-0, 0-0, 2-1)
Lundi 21 mai 2012, 20h, Prudential Center de Newark. 17625 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Rourke et Chris Rooney assistés de Jean Morin et Brian Murphy.
Tirs : New Jersey 30 (12, 9, 9), New York 29 (7, 11, 11)
Pénalités : New Jersey 23' (7', 2', 4'+10'), New York 43' (7', 2', 14'+10'+10')

Récapitulatif du score
1-0 à 08'10" : Salvador assisté de Ponikarovsky et Clarkson
2-0 à 11'59" : Zajac assisté de Parise et Zubrus
3-0 à 42'41" : Parise assisté de Kovalchuk et Henrique (sup. num.)
3-1 à 54'55" : Fedotenko assisté de Richards et Del Zotto
4-1 à 58'31" : Parise assisté de Salvador et Brodeur (cage vide)

 

New York Rangers

Gardien : Henrik Lundqvist (sorti de sa cage de 57'30" à 58'31").

Défenseurs : Dan Girardi - Ryan McDonagh ; Marc Staal (A) - Anton Strålman ; Michael Del Zotto - Steve Eminger ; Stu Bickel.

Attaquants : Carl Hagelin - Brad Richards (A) - Marian Gaborik ; Chris Kreider - Derek Stepan - Ryan Callahan (C) ; Artem Anisimov - Brian Boyle - Mike Rupp ; Ruslan Fedotenko - John Mitchell.

Remplaçants : Martin Biron (G), John Scott (D), Jeff Woywitka (D).

Réservistes : Cam Talbot, Tim Erixon, Kris Newbury, Casey Wellman, Jonathan Audy-Marchessault, Marek Hrivik, J.T. Miller, Chad Kolarik, Dylan McIlrath.

Absents : Brandon Dubinsky (blessé), Mats Zuccarello (poignet), Michael Sauer (commotion), Brandon Prust (suspendu)

New Jersey Devils

Gardien : Martin Brodeur.

Défenseurs : Marek Zidlicky - Bryce Salvador ; Andy Greene - Mark Fayne ; Anton Volchenkov - Peter Harrold.

Attaquants : Zach Parise - Travis Zajac - Dainius Zubrus ; Patrik Elias - Adam Henrique - Ilya Kovalchuk ; Aleksei Ponikarovsky - Jacob Josefson - David Clarkson ; Ryan Carter - Stephen Gionta - Steve Bernier.

Remplaçants : Johan Hedberg (G), Adam Larsson (D) Matt Taormina (D), Cam Janssen (A), Eric Boulton (A), Petr Sykora (A).

Réservistes : Jeff Frazee (G), Keith Kinkaid (G), Brandon Burlon, Matthew Corrente , Eric Gelinas, Dan Kelly, Jay Leach, Alexander Urbom (D), Matt Anderson, Mike Hoeffel, Brad Mills, Tim Sestito, Mike Sislo, Mattias Tedenby, Steve Zalewski, Vladimir Zharkov (A).