Phoenix Coyotes - Los Angeles Kings (finale de conférence Ouest, match 5)

Les Coyotes ont gagné le droit de revenir à domicile en s'imposant 2-0 au match 4. Voler un match aux Kings n'est pas chose simple, et s'imposer à la maison non plus : Los Angeles a gagné ses sept déplacements en playoffs cette saison.

La tâche de la franchise de l'Arizona s'annonce extrêmement compliquée, car bien peu d'équipes dans l'histoire ont réussi à surmonter un handicap de 3 victoires à 0. Le gardien Mike Smith jouera un rôle majeur pour tenir son équipe à flots...

Le public, vêtu de T-shirts blancs avec le logo des Coyotes et des "Beat LA" sur tous les sièges, est dans tous les cas prêt pour ce qui est peut être le dernier match de la franchise...

Les Coyotes démarrent fort

Phoenix tente un échec-avant agressif d'entrée, exploitant la vitesse de Mikkel Boedker pour gêner la relance. C'est en contre que les Coyotes obtiennent une bonne chance. Martin Hanzal lance Ray Whitney, qui décale Keith Yandle pour une passe à l'opposée vers Radim Vrbata, tout seul : le Tchèque trouve le lancer de botte de Quick sur sa route. Plutôt un bon départ à domicile donc, avec un jeu en mouvement afin d'éviter de laisser le contrôle du palet aux Kings. Le deuxième contre voit Bødker déborder à droite, fixer la défense pour une passe en retrait... Drew Doughty embarque la cage dans son élan et prend deux minutes (02'49"). Le palet tourne et Vrbata se crée un premier tir. Le rebond est remis à la bleue, une passe et Hanzal profite de l'écran de Taylot Pyatt pour transpercer Jonathan Quick, plein axe (1-0 à 04'20"). Un but qui récompense la domination des hommes de Dave Tippett. La ligne Vrbata-Hanzal-Whitney est intenable, multipliant les combinaisons, cherchant les tirs en retrait. Quick sort ainsi un arrêt très difficile sur un lancer de Whitney, maintenant les Kings dans le match. Les Californiens sont sous pression !

Los Angeles s'en sort bien 

À mi-période, les visiteurs ne se sortent pas de l'échec-avant adverse et sont sanctionnés pour un surnombre. Mais une mise en jeu en zone offensive douche le public : Anze Kopitar la gagne et remet à Doughty en retrait, qui, sans opposition, lance de la bleue... déviation de Kopitar et égalisation en infériorité numérique (1-1 à 11'13"). Un but qui fait mal car c'est la première occasion des Kings !

L'ambiance a baissé d'un ton. Phoenix s'englue dans la neutre, peinant à franchir le premier rideau. Les occasions reviennent malgré tout aux Coyotes, actifs près de la cage de Quick. Le seul tir dangereux de Los Angeles est l'oeuvre de Dustin Brown de l'aile gauche, qui touche le masque de Mike Smith. Dans la continuité, un bon jeu de passe libère Shane Doan lancé, mais il est accroché par Slava Voïnov qui prend deux minutes. Le jeu de puissance ne donne rien et les Kings refont peu à peu surface dans les dernières minutes. Une ultime pénalité contre Derek Morris placera les Kings en supériorité pour débuter la période médiane. Le tiers-temps s'achève donc sur un 1-1, plutôt bien payé pour des Kings dominés et peu dangereux. La rencontre a été très physique, avec beaucoup de mises en échec, ce qui devrait donner une fin de match nerveuse.

Chacun son tour

Les Coyotes reprennent à un de moins : la défense reste attentive et Mike Smith concentré devant Doughty et Richards. Cela ne donne rien et Morris revient sur la glace. Los Angeles a repris la main après cette phase de jeu et contrôle le palet, jouant plus vers l'avant. Phoenix reste dans le coup : Rostislav Klesla lance de la bleue. La quatrième ligne récupère le rebond avec Kyle Chipchura, et c'est finalement Marc-Antoine Pouliot qui donne l'avantage à son équipe à bout portant, devançant un Voynov dépassé sur cette présence. L'ancien premier choix des Oilers inscrit le premier but en playoffs de sa carrière (2-1 à 26'23"). Le public se réveille enfin et les "Beat LA" retentissent ! Mieux, les Coyotes frôlent le 3-1 lorsqu'un lancer de la bleue met Quick en déséquilibre. Il sort un premier rebond d'Hanzal, et le second par Vrbata est au-dessus ! Smith réplique à l'opposée par un arrêt de la botte malgré l'écran de Justin Williams : le match s'anime alors que les Kings ont repris l'avantage en tirs.

Un phénomène qui se confirme quand la quatrième ligne entre en piste. Colin Fraser travaille fort dans les bandes et remet à la bleue pour Drew Doughty, qui tire à travers la foule à mi-hauteur... Smith, masqué par Brad Richardson, s'incline (2-2 à 31'06"). Los Angeles a repris la main et insiste ; débordement de Jeff Carter, Smith s'impose et bloque aussi le rebond pris par Mike Richards. La mitaine est aussi de sortie sur l'engagement, Richards prenant un tir de volée. Même schéma sur l'engagement suivant, hors cadre. L'ancien capitaine des Flyers donne dans la foulée l'avantage à son équipe, prenant le rebond d'un revers de Dustin Penner, bien lancé par une petite passe de Carter (2-3 à 33'43"). Une belle action collective, qui assome complètement le public, mais pas les Coyotes qui tapent à la porte de Quick immédiatement.

À quelques minutes de la pause, Pyatt remonte toute la glace sur la gauche, centre fort devant le but et Keith Yandle, porté à l'offensive, dévie chanceusement avec son corps au fond des filets (3-3 à 36'23"). Phoenix ne lâche rien et Bødker tente sa chance à son tour, débordant Rob Scuderi. Les Kings finissent fort : Carter, Stoll, King, Brown, Williams pressent sur le but de Smith, qui résiste : 3-3 à la pause dans un match un peu fou.

Phoenix laisse passer sa chance

Le dernier tiers repart sur les mêmes bases, avec beaucoup de duels. Lauri Korpikoski accroche Alec Martinez en zone offensive et les arbitres interviennent. Mike Smith s'impose dans les dernières secondes devant un tir de la bleue et Phoenix s'en sort sans dommage et sans trop de pression. La ligne Whitney-Hanzal-Vrbata est intenable et se crée à nouveau quelques bonnes situations. Quick résiste ensuite à une percée en puissance de Bødker, et bloque le rebond pris par Antoine Vermette. La pression des Coyotes est intense : Doughty charge Chipchura dans le dos, mais les officiels ne signalent une faute que lorsque Scuderi commet une crosse haute sur Boyd Gordon devant la cage. Jeu de puissance pour Phoenix, et double avantage peu après car Matt Greene dégage dans les tribunes. Le cinq-contre-trois dure 1'42" et c'est peut être un tournant du match. Les Coyotes échangent derrière la cage pour chercher les reprises de Doan ou Whitney, mais les tirs tardent à venir et, finalement, Hanzal se rend coupable d'une obstruction inutile sur Kopitar. Les Coyotes ont laissé passer leur chance en compliquant trop leur jeu de passe, et Los Angeles se retrouve en supériorité pour une minute, sans plus d'efficacité. À la mi-période, Dustin Brown s'offre un tour de cage bloqué par Smith : enfin un temps mort dans ce match très rythmé !

Les deux équipes prennent alors une petite "pause", en se montrant plus prudentes. Les dégagements interdits se succèdent et les enchainements sont plus rares. Doan du revers d'un côté, Kopitar avec un beau mouvement puis un tir et une remise sur Doughty de l'autre : les deux gardiens restent solides. Puis, c'est au tour de Korpikoski lancé, servi par Langkow de la ligne de fond, qui tire en hauteur... sur le masque de Quick ! La pression continue et, sur une tentative de Vermette, Kopitar retombe mal et doit sortir en boitillant. Les Coyotes continuent et Doan, lancé par Bødker, expédie un tir puissant, contrôlé par Quick, bien avancé pour couper les angles. Il ne reste que deux minutes et on semble rentré dans une prolongation avant l'heure ! Smith l'entend bien ainsi et s'impose sur une action de Richards et Carter à bout portant. Les "Beat LA" retentissent encore dans les dernières secondes : Derek Morris, chargé par Richards, voit son dégagement filer au-dessus du plexiglas et c'est une supériorité pour les trente dernières secondes. Ultime tir de Carter et prolongation : Phoenix n'a plus le droit à l'erreur sous peine de partir en vacances.

Controverse

Quitte ou double pour Phoenix donc, pour une overtime qui réussit plutôt bien à la franchise de l'Arizona. Dans ces playoffs, ils ont remporté quatre matchs en prolongation, sur des buts de Hanzal, Whitney et deux fois Bødker, pour deux défaites. Los Angeles en a gagné un sur un but de Stoll. Ce tiers supplémentaire débute sans Morris, sur le banc des pénalités. Les Coyotes parviennent à se dégager sans concéder le moindre tir. Acculés dans leur camp, ils voient Los Angeles confisquer le palet au retour à cinq contre cinq. Un dégagement interdit contraint finalement Dave Tippett à prendre un temps mort, ses joueurs étant sur la glace depuis trop longtemps. Les deux équipes ne se découvrent plus guère et la tension est à son comble. Los Angeles domine légèrement, et Stoll, déviant un tir de Greene, fait passer des frissons dans le public. En face, il faut un retour de Doughty pour contrer un deux-contre-un dangereux, sortant la passe de Langkow.

Drew Doughty est sanctionné pour une obstruction : le défenseur est furieux, estimant que Whitney lui a accroché la crosse. Qu'importe, c'est un jeu de puissance décisif pour Phoenix face à une équipe privée de son meilleur arrière. Les Californiens sont habiles pour couper les lignes de passe et parviennent à tenir jusqu'au retour de Doughty. Les Kings reprennent le palet et frôlent le but en tournant autour de la cage de Smith, qui en perd sa mitaine, touché par un attaquant. Les officiels n'appellent aucune pénalité. Puis, c'est Dwight King qui vient porter le danger, décalé par Stoll ; Smith parvient à bloquer le tir et la défense sort le rebond. Los Angeles domine de plus en plus au fil des minutes, les Coyotes ne parvenant plus du tout à trouver des relances propres. Sur un hors-jeu, Dustin Brown percute Michal Rozsival au genou, lequel reste au sol : les esprits s'échauffent avec Shane Doan et le défenseur doit être aidé pour rentrer au vestiaire. Sur la présence suivante, Los Angeles gagne la mise au jeu dans la neutre et Carter déboule à droite grâce à une passe dans le dos de Penner. Il lance du revers, Mike Richards manque le rebond mais pas Dustin Penner qui loge la rondelle au fond : victoire des Kings (3-4 à 67'42"). Les joueurs de Phoenix sont furieux après les arbitres, mais la série s'achève bel et bien sur cette action.

Los Angeles est donc en finale, la première depuis 1993. Les Kings ont dominé la série assez nettement, sollicitant Mike Smith à de très nombreuses reprises. Bombardé, le gardien a fini par céder. Phoenix, en dépit de ce final confus, ne pouvait pas espérer mieux au vu du jeu pratiqué. La relance a été maladroite, l'attaque anémique et surtout, il y a eu beaucoup trop de gâchis en supériorité numérique. Sur ce cinquième match, le cinq-contre-trois en troisième tiers et la pénalité de Doughty en prolongations n'ont pas été exploités. Il ne faut pas chercher plus loin les raisons de l'échec des Coyotes, à l'issue d'une saison dépassant malgré tout les attentes.

Les Kings attendent désormais leur adversaire pour la finale, qui débutera le 30 mai.

Commentaires d'après-match :

Dustin Brown (attaquant de Los Angeles) : "C'est très excitant. Il n'y a que quelques gars dans l'équipe qui ont connu ça et la plupart découvrent. C'est pour ça que vous jouez. Les choses se sont mises en place au bon moment pour nous. C'est un de ces parcours où tout le monde contribue tour à tour, chaque match a son héros différent. Cela fait boule de neige et nous n'avons pas besoin de nous appuyer sur les mêmes joueurs à chaque fois. Je n'ai pas encore vu le ralenti : Rozsival coupe au milieu et moi de même, il y a contact. Ils ont pensé que je donnais un coup au genou. C'est arrivé à pleine vitesse, mais j'ai pensé l'avoir touché avec l'épaule, ou tout mon côté gauche sur son côté droit."

Drew Doughty (défenseur de Los Angeles) : "Je ne sais même pas quoi dire. Nous sommes justes heureux d'être là. Je suis fou de joie mais en même temps, nous allons fêter ça ce soir et savourer. Demain, nous revenons au travail et ce sera la finale de la coupe Stanley, le rêve de nos vies et ce pour quoi on travaille depuis cet été. Je suis content de mon jeu en playoffs. Je suis revenu au niveau que j'avais et je veux continuer à être ce joueur. Pour que nous gagnions la Stanley Cup, je devrais être le meilleur défenseur sur la glace à chaque match. Je suis sûr que je peux le faire."

Darryl Sutter (entraîneur de Los Angeles) : "Je suis fier des joueurs, c'est la chose la plus importante pour moi. Enorme réussite, ils ont sué sang et eau pour cela. Je l'ai vécu en tant que joueur, et là je suis juste fier d'eux."

Dave Tippett (entraîneur de Phoenix) : "Au final, les joueurs vont regarder en arrière et voir toutes les bonnes choses qu'ils ont réussi cette saison. Nous avons beaucoup de jeunes joueurs qui ont beaucoup appris, des gars comme Bødker, Ekman-Larsson, cela va les aider et renforcer notre organisation. Nous reconnaissons tous que Mike Smith a fait des choses incroyables pour nous cette année, nous donnant une stabilité dans les cages. La frustration s'en ira et nous allons construire bientôt l'équipe de la saison prochaine." C'est un groupe incroyable, qui a travaillé dur et doit être reconnu pour ça."

 

Phoenix Coyotes - Los Angeles Kings 3-4 après prolongation (1-1, 2-2, 0-0, 0-1)
Jobing.com Arena de Glendale. Mardi 23 mai 2012, 20h00. 17148 spectateurs.
Arbitrage de Brad Watson et Kevin Pollock, assistés de Jay Sharrers et Shane Heyer.
Tirs : Phoenix 41 (9, 10, 16, 6), Los Angeles 51 (6, 20, 13, 12)
Pénalités : Phoenix 18' (2', 0', 6', 10'), Los Angeles 12' (6', 0', 4', 2')

Récapitulatif du score

1-0 à 04'20" : Pyatt assisté de Hanzal et Vrbata (sup. num.)
1-1 à 11'13" : Kopitar assisté de Doughty et Brown (inf. num.)
2-1 à 26'23" : Pouliot assisté de Klesla et Chipchura
2-2 à 31'06" : Doughty assisté de Fraser et Williams
2-3 à 33'43" : Richards assisté de Penner et Carter
3-3 à 36'23" : Yandle assisté de Pyatt
3-4 à 67'42" : Penner assisté de Carter et Voynov

Phoenix Coyotes

Gardien : Mike Smith.

Défenseurs : Keith Yandle (A) - Derek Morris ; Michal Rozsival - Oliver Ekman-Larsson ; David Schlemko - Rostislav Klesla.

Attaquants : Ray Whitney - Martin Hanzal (A) - Radim Vrbata ; Mikkel Bødker - Antoine Vermette - Shane Doan (C) ; Taylor Pyatt - Boyd Gordon - Lauri Korpikoski ; Kyle Chipchura - Daymond Langkow - Marc-Antoine Pouliot.

Remplaçants : Jason LaBarbera (G), Gilbert Brule (A).

Réservistes : Paul Bissonnette (A, blessé), Raffi Torres (A, suspendu), Brett Hextall (A), Alexandre Bolduc (A), Jordan Szwarz (A), Andy Miele (A), Brett MacLean (A), Matt Watkins (A), Ethan Werek (A), Adrian Aucoin (D, blessé), Chris Summers (D), Michael Stone (D), Maxim Goncharov (D), Connor Murphy (D), David Rundblad (D), Louis Domingue (G).

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick.

Défenseurs : Rob Scuderi - Drew Doughty ; Willie Mitchell - Slava Voïnov ; Matt Greene - Alec Martinez.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar - Justin Williams ; Dustin Penner - Mike Richards - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Brad Richardson - Colin Fraser - Jordan Nolan.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G).

Réservistes : Simon Gagné (A, commotion), Scott Parse (A, hanche), Andrei Loktionov (A), Kyle Clifford (A, commotion), Kevin Westgarth (A), Tyler Toffoli (A), Richard Clune (A), Linden Vey (A), Justin Azevedo (A), Andy Andreoff (A), Marc-André Cliche (A), Davis Drewiske (D), Jake Muzzin (D), Thomas Hickey (D), Patrick Mullen (D), Andrew Campbell (D), Martin Jones (G).