New Jersey Devils - New York Rangers (finale de la conférence Est, match 6)

La victoire ou les vacances ! Il n'y a pas d'autres options pour les Rangers de New York, sous pression après leur défaite à domicile au match 5. Ils avaient alors réalisé leur meilleur match de la série, mais, plombés par un départ catastrophique (menés 3-0), ils ont manqué d'énergie en fin de match, après avoir remonté ce handicap. John Tortorella espère que ses hommes rentreront mieux dans ce match à quitte ou double.

Du côté des Devils, les médias ont fait traîné le spectre de 1994. Cette année-là, Mark Messier avait mené son équipe pour égaliser à 3-3 avant de contribuer à la qualification au match 7. Martin Brodeur était déjà dans les cages mais ne veut pas tomber dans le piège : cette série n'a rien à voir avec la précédente.

Aucun changement dans les alignements : les deux formations sont prêtes...

Les Devils débutent bien

New Jersey entame la partie avec de l'intensité et expédie un premier tir puissant d'Ilya Kovalchuk sur Henrik Lundqvist, sorti du bout du gant. Les duels le long des bandes débutent rapidement, de même que... les tirs bloqués, spécialité des Rangers. Ponikarovsky évite l'écueil et trouve encore le gardien, servi par Josefson. À la troisième minute, Bryce Salvador est sanctionné pour crosse haute sur une charge sur Ryan Callahan. La meilleure chance revient cependant à Zubrus, lancé en deux-contre-un en infériorité avec Elias : le Lituanien trouve le poteau ! New Jersey revient au complet sans avoir trop souffert.

L'attaque des Rangers n'arrive toujours pas à passer ni à créer grand chose au fil des minutes. Ils laissent même Stephen Gionta tout seul sur l'aile droite et Lundqvist doit sortir la plaque. Puis, Zach Parise vole le palet à un défenseur mais tire hors cadre... Le match est aux mains des Devils. Et ça continue : Fayne, de la bleue, lance à travers le traffic et le palet est dégagé de justesse sous le nez de deux attaquants. Lundqvist est sous pression, New Jersey cherchant à le surprendre sur des tirs en hauteur, sachant qu'il a tendance à se mettre à genoux rapidement.

À mi-tiers, sur un dégagement, Bernier échappe à Staal en lui glissant le palet entre les jambes, déboule le long de la bande et démarre un trois-contre-un, avant de trouver Gionta dans l'axe. Gionta se présente seul face au gardien, qui fait l'arrêt mais Ryan Carter a suivi, devance Del Zotto et ouvre le score (1-0). La quatrième ligne des Devils fait encore la différence ! Les Rangers sont en grand danger et tentent de réagir, par McDonagh. Ils ont une fiche de 1-7 lorsqu'ils sont menés en playoffs, autant dire que leur tâche s'annonce compliquée.

La réaction survient par Kreider, qui se heurte à Brodeur avec un tir du cercle droit. Fedotenko tente dans la foulée un tour de cage qui n'aboutit pas, avant de faire trébucher Carter : deux minutes de pénalité méritées. On cherche rapidement le slap de Kovalchuk, Lundqvist s'impose. Idem lorsque Zajac cherche Parise devant la cage, puis teste le gardien de près sur un palet qui traîne. La deuxième vague de jeu de puissance arrive. Harrold à la bleue, vers Henrique le long de la bande, pour Clarkson au centre, pour Zubrus ligne de fond pour Kovalchuk tout seul au deuxième poteau dont la volée trouve le fond des filets : une touche de palet, les cinq joueurs touchent le disque pour un but exceptionnel (2-0).

Encore une fois les Rangers débutent le match de la pire manière possible. Il faut même un Staal attentif pour contrer un deux-contre-un mené par Zubrus... Si les tirs sont à 13-11 pour les Devils, les chances réelles de marquer sont à 11-3 en faveur de New Jersey, démontrant que la partie est presque à sens unique. Une nouvelle chance arrive lorsque Ponikarovsky sort du fond sur un beau geste de Josefson et trouve encore Lundqvist sur sa route. À quelques instants de la fin, Hagelin est puni pour obstruction sur Brodeur, suite à un bon tir de la bleue. Le jeu de puissance cherche encore Kovalchuk, probablement trop, Harrold laissant passer une bonne chance par exemple. Cela rend la défense plus facile ; Lundqvist sort quand même un bon arrêt devant Zidlicky, puis un deuxième et sort aussi le rebond d'Henrique. La pénalité est tuée et les Rangers sont bien heureux de rentrer au vestiaire avec seulement deux buts de retard...

2e round, Rangers

Départ canon des Devils : New York parviendra-t-il à revenir au score comme au match 5 ? Difficile à dire quand dès la première minute Adam Henrique est bien servi par Patrik Elias et touche Lundqvist du cercle gauche... Sur l'engagement, Fayne s'essaie de la bleue et le gardien s'impose encore. Dans la continuité, Ponikarovsky, revenu en défense, accroche Hagelin et prend deux minutes. L'occasion est d'importance pour les Rangers, qui lancent quatre attaquants et un défenseur pour l'équipe spéciale. Marian Gaborik, bien décalé, ne parvient pas à tromper Brodeur à deux reprises, pas plus que Callahan, Richards ou Dubinsky juste devant le but en déviation d'un tir de Girardi. Le palet circule bien, tenant l'adversaire dans son camp, mais la défense ne craque pas. Cette séquence a permis tout de même aux visiteurs de prendre l'ascendant et ils continuent à presser sur le but de Brodeur.

Peter DeBoer prend un temps mort sur un dégagement interdit et l'effet est sensible : une bonne présence d'Henrique et Kovalchuk pour reprendre un peu le fil et revoir le palet sur le but de Lundqvist. Mieux, Del Zotto se rend coupable d'une crosse haute sur Bernier qui n'échappe pas aux officiels. Sur le jeu de puissance, Zajac reçoit un sévère cinglage de Prust sur le poignet, non sifflé ; les Devils s'installent tout de même et Lundqvist doit tenir son camp face aux coups de boutoir de Kovalchuk puis à une percée d'Elias. New York résiste bien et revient au complet, repartant à l'offensive. McDonagh contre un dégagement de Kovalchuk et s'avance le long de la bande, contourne la cage et Fedotenko réduit le score cage ouverte (2-1). Une défense un peu spectatrice pour le coup remet les joueurs de Tortorella dans le match.

Ils subissent cependant une grosse présence de Kovalchuk, Parise et Henrique, qui portent le palet dans le camp des Rangers pendant plus d'une minute. Les Blancs ne renoncent pas : mise au jeu gagnée, retour à la bleue vers McDonagh, remise à l'opposée vers Girardi, tir dévié par Callahan pour l'égalisation, avec l'écran de Dubinsky (2-2). Les deux équipes se rendent coup pour coup dans les dernières minutes, avec des duels intenses et de bons gestes défensifs. Les gardiens font la différence, à l'image d'un Lundqvist en grand écart sur un tir lointain de Fayne, qui parvient à priver Parise d'un rebond, avec l'aide de Girardi. Match nul après deux périodes : comme lors du match précédent, New Jersey a gaspillé son avance.

Bras de fer

Le troisième tiers part avec beaucoup d'agressivité de la part des Rangers, à l'image d'un Kreider déjà auteur de cinq mises en échec dans le match. DeBoer sort alors sa quatrième ligne, qui répond physiquement au défi adverse et relance son équipe. Chaque palet devient âprement disputé et il devient plus difficile de construire des attaques. Greene sort un bon palet vers Elias, qui remet à Josefson... qui ne lance pas et cherche une passe difficile vers Clarkson, qui échoue, symbole de ce match tendu où les gestes défensifs prennent le pas. Sinon, ce sont les gardiens qui font le travail : Brodeur sort l'arrêt qu'il faut devant Callahan, plein axe. Idem pour Lundqvist lorsque Zubrus lance à travers la foule sur une bonne relance de Parise...

Les deux équipes se rendent coup pour coup. À mi-période, une pénalité place les Rangers en supériorité, avec l'occasion en or de prendre l'avantage. Mais Brodeur ne l'entend pas ainsi et sort l'arrêt du match : Del Zotto lance et brise la crosse de Fayne. Le palet revient sur Richards, qui reprend... Brodeur, allongé, bloque le palet avec les deux jambières, comme un rempart ! New Jersey s'en sort.

Les équipes se sacrifient, à l'instar d'Adam Henrique, touché après avoir bloqué un tir de Boyle. Brodeur stoppe ensuite de la crosse un débordement d'Anisimov pour son 32e arrêt du match, face à une équipe des Rangers qui n'a plus grand chose à perdre. Les minutes défilent, avec un public stressé. Chaque palet donne lieu à un combat, sans aucun espace pour réellement construire. Les Devils finissent fort dans les dernières secondes mais le verdict est clair : prolongations !

Il faut un héros

À cinq contre cinq, les Rangers ne sont donc qu'à un but de l'élimination... comme d'un septième match à domicile. John Tortorella tente de motiver ses troupes et de s'appuyer sur ses cadres, notamment Callahan. Le capitaine est dans le coup sur la première occasion devant le but de Brodeur, qui voit la défense intervenir et dégager. Puis, Kovalchuk envoie au fond. Ponikarovsky intervient, remonte un peu et centre fort devant le but, créant la panique. Henrique est là, Kovalchuk puis Ponikarovsky tentent de prendre le rebond devant Lundqvist. Défenseurs et attaquants cherchent le palet, mais un joueur s'est placé au deuxième poteau, esseulé et attentif... Adam Henrique pousse le palet au fond dans les patins de Richards et envoie New Jersey en finale !

Victoire des Devils qui disputeront donc leur cinquième finale, la première depuis le titre de 2003. Une surprise, car l'équipe avait manqué les playoffs la saison dernière. Mais une victoire méritée tout de même car les Devils ont su dominer la série dans l'ensemble. Les Rangers ont lutté avec leurs armes : beaucoup d'abnégation en défense, un grand gardien, mais l'attaque anémique aura fini par coûter cher. New Jersey et son pressing intensif aura bénéficié de plus de variété offensive dans cette série. Henrique inscrit seulement son 3e but des playoffs, mais c'est le deuxième en prolongations : il avait déjà qualifié les Devils au match 7 contre les Panthers au premier tour.

 

New Jersey Devils - New York Rangers 3-2 après prolongation (2-0, 0-2, 0-0, 1-0)
Vendredi 25 mai 2012, 20h. Prudentiel Center de Newark, 17625 spectateurs.
Arbitrage de Kevin Pollock et Brad Watson assistés de Derek Amell et Jonny Murray.
Tirs : New Jersey 29 (14, 7, 5, 3), New York 35 (14, 13, 8, 0)
Pénalités : New Jersey 6' (2', 2', 2'), New York 6' (4', 2', 2')

Récapitulatif du score
1-0 à 10'05" : Carter assisté de Gionta et Bernier
2-0 à 13'56" : Kovalchuk assisté de Zubrus et Clarkson
2-1 à 29'47" : Fedotenko assisté de McDonagh et Richards
2-2 à 33'41" : Callahan assisté de Girardi et McDonagh
3-2 à 61'03" : Henrique assisté de Kovalchuk et Ponikarovsky

 

New Jersey

Gardien : Martin Brodeur.

Défenseurs : Andy Greene - Mark Fayne ; Marek Zidlicky - Bryce Salvador ; Anton Volchenkov - Peter Harrold.

Attaquants : Zach Parise - Travis Zajac - Dainius Zubrus ; Patrik Elias - Adam Henrique - Ilya Kovalchuk ; Alexei Ponikarovsky - Jacob Josefson - David Clarkson ; Ryan Carter - Stephen Gionta - Steve Bernier.

Remplaçants : Johan Hedberg (G), Adam Larsson, Cam Janssen, Eric Boulton, Petr Sykora.

New York Rangers

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Ryan McDonagh - Dan Girardi ; Marc Staal - Anton Stralman ; Michael Del Zotto - Steve Eminger.

Attaquants : Brandon Dubinsky - Artem Anisimov - Ryan Callahan ; Chris Kreider - Brad Richards - Carl Hagelin ; Ruslan Fedotenko - Derek Stepan - Marian Gaborik ; Mike Rupp - Brian Boyle - Brandon Prust.

Remplaçant : Martin Biron (G).