Los Angeles Kings - New Jersey Devils (finale de la coupe Stanley, match 3)

Les Kings mènent deux victoires à zéro et le public est bouillant : toute la Californie attend le premier titre de la franchise.

Pour autant, les deux rencontres ont été assez serrées et ne se sont jouées qu'après prolongation. Il aura fallu un Jonathan Quick décisif pour tenir son équipe à flots, puisque l'attaque des Kings n'a fait que le minimum vital. Le retour de Simon Gagné, blessé depuis le 26 décembre, pourra peut-être faire du bien.

New Jersey est déjà dos au mur : un handicap de trois victoires à zéro serait quasiment insurmontable, puisque seules trois équipes dans l'histoire ont réussi cet exploit. La victoire est donc impérative aujourd'hui.

Wayne Gretzky en personne donne le coup d'envoi du match : toutes les stars sont là pour l'un des rares matchs à domicile des Kings dans ces playoffs : dix gagnés à l'extérieur sur dix, mais seulement quatre sur six à la maison.

Jeu d'impuissance

Le match débute par une blessure... d'un arbitre, touché au visage par un palet. La partie s'anime assez vite avec un intense pressing des Devils et une équipe de Los Angeles rapide en contre. Les premiers tirs sont l'oeuvre des Kings et Martin Brodeur doit sortir quelques arrêts difficiles. Patrik Elias sort un rebond chaud puis est impliqué dans la première occasion de son équipe, bien servi par Adam Henrique.

New Jersey a plutôt bien réussi son début de match, volant quelques palets, résistant au défi physique, le tout sans concéder beaucoup d'occasions. Après huit minutes, on ne compte que trois tirs au but au total, moment que choisit Slava Voynov, servi par Trevor Lewis, pour effacer Ryan Carter et trouver Martin Brodeur. Les visiteurs cherchent clairement les déviations pour piéger Jonathan Quick : Peter Harrold cherche ainsi Henrique, puis Mark Fayne lance également de la bleue. La plupart des tirs lointains sont cependant bloqués en route. La meilleure chance revient à Dustin Penner, bien décalé dans l'axe, mais il ne peut ajuster son tir, repris de justesse par Henrique.

La ligne Parise-Zajac-Kovalchuk mène l'échec-avant, intercepte, et le capitaine se crée une grosse occasion à bout portant. Sur l'action, un coup de coude est signalé : les Kings devront se passer de Mike Richards pendant deux minutes. Les deux équipes n'ont pas brillé en jeu de puissance dans cette série et le début est poussif. Kovalchuk est libéré à deux reprises pour une volée et sur la deuxième, Jeff Carter touche Henrique au visage : le rookie est coupé et cela donne quatre minutes de prison dont une entière de double supériorité. Il y a le feu sur le but de Quick : Ilya Kovalchuk en volée, Zach Parise aux rebonds ou déviations. La première pénalité est tuée sous les acclamations du public, et Marek Zidlicky finit par être sanctionné, accrochant Richards à la bleue après avoir mal contrôlé un palet. À quatre contre quatre, on file d'un but à l'autre mais les deux défenses sont habiles à gêner les tirs, les attaquants prenant leur rôle défensif au sérieux. 0-0 après vingt minutes.

Le match tourne

New Jersey entame bien le tiers. Jacob Josefson se crée une chance en pivot et l'équipe reste à l'attaque, change de ligne ; Stephen Gionta sort ensuite du coin et Ryan Carter prend le rebond : Quick dévie sur sa barre. De l'autre côté, Brodeur reste vigilant sur un tir de Simon Gagné. Les Devils insistent, cherchant encore les déviations. Anton Volchenkov de la bleue cherche ainsi la crosse de Dainius Zubrus, Quick est impassable ras glace. Sur un changement de ligne des Kings, David Clarkson échappe à son défenseur le long de la bande et lance un deux-contre-un : il échoue sur Quick et Zidlicky manque le rebond. Le palet file de l'autre côté et c'est un palet chaud devant le but de Brodeur. Dwight King prend le rebond, le deuxième et la troisième chance ouvre le score, une vingtaine de secondes après l'arrêt de Quick (1-0 à 25'40"). Le but est finalement attribué à Alec Martinez. Brodeur est furieux après les arbitres, estimant qu'il avait gelé le palet. Un but contre le cours du jeu en tout cas, alors que les Kings n'ont perdu qu'un match après avoir ouvert le score dans ces playoffs...

Les Devils s'installent et bénéficient d'une supériorité sur la présence suivante, Anze Kopitar étant puni pour avoir accroché Zubrus. Maladroits, les Devils peinent à s'installer et voient Jeff Carter débouler en un-contre-un, Brodeur s'impose. Ce n'est qu'en fin de pénalité qu'Adam Henrique est bien décalé et peut effectuer deux tirs consécutifs sur Quick, qui gagne le duel. À la mi-match, une bonne présence offensive aboutit à une pénalité très sévère sur Dustin Penner, passé un peu près de Brodeur. Pete DeBoer sent que son équipe doit être recadrée sur le jeu de puissance et appelle un temps mort. Cela ne fonctionne pas vraiment : incapables de s'installer, les Devils multiplient les aller-retours vers leur camp pour aller chercher le palet.

Faute de conclure, les Devils se font prendre en contre à cinq minutes de la fin. Kopitar initie la sortie de zone. Passe transversale vers Justin Williams, passe-abandon pour Dustin Brown qui remet à l'opposée pour Kopitar qui avait résisté à Parise, tir en hauteur et but (2-0 à 35'07"). Superbe jeu de passe des Californiens, qui place leur adversaire au fond du trou. Les Devils paraissent assommés et subissent un peu le jeu : mais à 1'30" de la fin, Gagné commet un cinglage sur Fayne sanctionné par les officiels. Les Devils sont à 0/5 en supériorité, ce qui est incontestablement l'explication majeure du score ce soir. Le pressing agressif de la défense gêne la circulation du palet et les attaquants accumulent les mauvais choix.

L'efficacité des équipes spéciales

L'attaque de New Jersey semble complètement impuissante et on se demande encore si Ilya Kovalchuk ne se ressent pas de sa blessure au dos, tant le Russe manque d'explosivité et de précision. Pire, alors qu'un cinglage de Jeff Carter est oublié, c'est Mark Fayne qui est puni peu après. Los Angeles peut tuer le match... et ne s'en prive pas : Willie Mitchell à la bleue évite une sortie de palet, trouve Jeff Carter le long de la bande, qui remet à Mike Richards ligne de fond. L'ancien Flyer remet vers son compère au cercle, qui trouve l'angle en hauteur (3-0 à 44'15"). Frustrés et dépités, les Devils craquent : Zidlicky prend deux minutes au duel avec Brown. Brodeur est abandonné par sa défense ; Doughty vers Williams, qui efface Fayne d'une feinte et, en deux temps, achève les débats (4-0 à 46'47"). Le jeu de puissance est décidément la clé de ce match.

Les Devils essaient bien de revenir, avec une bonne présence du duo Elias-Zubrus derrière la cage, mais Zajac, à bout portant, se fait voler par Quick pour un superbe arrêt. Le portier californien est décisif, bloquant peu après une tentative de Josefson de près, le palet étant bloqué le long du poteau par un défenseur. Et la poisse continue : le tir de Salvador de la bleue termine sa course sur la transversale. Le public est debout pour les dernières minutes, fêtant une équipe qui n'est plus qu'à une petite victoire de son premier titre.

Victoire large des Kings de Los Angeles pour un avantage considérable de trois victoires à zéro. Los Angeles a su se montrer réaliste et patient, laissant passer la domination adverse pour concrétiser dès que possible. Le jeu de puissance aura clairement fait la différence : New Jersey a laissé passer sa chance avec un piteux 0/6, les Kings tuant le match avec un 2/2. Jonathan Quick signe son troisième blanchissage des playoffs, continuant une performance mémorable durant ce printemps : il aura tenu son équipe dans les moments chauds.

Commentaires d'après-match

Zach Parise (attaquant de New Jersey) : "Il faut donner du mérite à Quick, qui a très bien joué. Leur défense aussi. Ils ont concrétisé sur nos temps faibles, ce que nous n'avons pas pu faire. C'est la différence dans toute la série."

Pete DeBoer (entraineur de New Jersey) : "Je ne suis pas déçu de l'équipe, qui a joué jusqu'au coup de sifflet final. Peu importe le score : nous avons joué jusqu'au bout, et nous ferons de même mercredi."

Alec Martinez (défenseur de Los Angeles) : "C'est facile de se laisser déborder par ses émotions. C'est donc important de rester calme et sous contrôle. Nous avons insisté sur le 'un match à la fois' tout au long des playoffs, et je suis sûr qu'on le fera au prochain match."

Colin Fraser (attaquant de Los Angeles) : "La victoire nous met évidemment en bonne position, mais le quatrième est toujours le plus dur à gagner. Ils ne vont pas lâcher et faire leur meilleur match possible, car ils ont une bonne équipe et ne sont pas là par hasard."

Darryl Sutter (entraineur de Los Angeles) : "La clé ? Le jeu en infériorité. C'était décisif. Le cinq-contre-trois, puis encore trois pénalités. C'était difficile à croire puisque notre équipe a obtenu le plus de pénalités et concédé le moins dans ces playoffs. Ce qui nous donne seulement quatre supériorités en trois matchs. C'est difficile pour l'équipe, car certains gars ne jouent pas en infériorité et d'autres un peu trop."


Los Angeles Kings - New Jersey Devils 4-0 (0-0, 2-0, 2-0)
Lundi 4 juin 2012, 17h, Staples Center de Los Angeles. 18764 spectateurs. Arbitrage de Dan O'Halloran et Brad Watson assistés de Derek Amell et Jonny Murray.
Pénalités : Los Angeles 12' (6', 6', 0'), New Jersey 6' (2', 0', 4')
Tirs : Los Angeles 21 (6, 9, 6), New Jersey 22 (7, 9, 6)

Récapitulatif du score
1-0 à 25'40" : Martinez assisté de King et Lewis
2-0 à 35'07" : Kopitar assisté de Brown et Williams
3-0 à 44'15" : J. Carter assisté de Richards et Mitchell (sup. num.)
4-0 à 46'47" : Williams assisté de Doughty et Kopitar (sup. num.)

 

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick.

Défenseurs : Rob Scuderi - Drew Doughty ; Willie Mitchell - Slava Voynov ; Matt Greene (A) - Alec Martinez.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar (A) - Justin Williams ; Dustin Penner - Mike Richards - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Simon Gagné - Colin Fraser - Jordan Nolan.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G).

En réserve : Brad Richardson (A), Scott Parse (A, hanche), Andrei Loktionov (A), Kyle Clifford (A), Kevin Westgarth (A), Tyler Toffoli (A), Richard Clune (A), Linden Vey (A), Justin Azevedo (A), Andy Andreoff (A), Marc-André Cliche (A), Davis Drewiske (D), Jake Muzzin (D), Thomas Hickey (D), Patrick Mullen (D), Andrew Campbell (D), Martin Jones (G).

New Jersey Devils

Gardien : Martin Brodeur.

Défenseurs : Bryce Salvador - Marek Zidlicky ; Andy Greene - Mark Fayne ; Anton Volchenkov - Peter Harrold.

Attaquants : Zach Parise (C) - Travis Zajac - Dainius Zubrus ; Patrik Elias (A) - Adam Henrique - Ilya Kovalchuk (A) ; Aleksei Ponikarovsky - Jacob Josefson - David Clarkson ; Ryan Carter - Stephen Gionta - Steve Bernier.

Remplaçants : Johan Hedberg (G), Adam Larsson (D) Matt Taormina (D), Henrik Tallinder (D), Cam Janssen (A), Eric Boulton (A), Petr Sykora (A).

En réserve : Jeff Frazee (G), Keith Kinkaid (G), Brandon Burlon, Matthew Corrente, Eric Gelinas, Dan Kelly, Jay Leach, Alexander Urbom (D), Matt Anderson, Mike Hoeffel, Brad Mills, Tim Sestito, Mike Sislo, Mattias Tedenby, Steve Zalewski, Vladimir Zharkov (A).