Los Angeles Kings - New Jersey Devils (finale de la coupe Stanley, match 4)

À domicile, les Kings peuvent remporter le premier titre de leur histoire. Ils mènent trois victoires à zéro et les Devils cherchent désespérement des solutions.

Peter DeBoer lance ainsi dans la bataille Petr Sykora : le vétéran tchèque remplace Jacob Josefson, ce qui replace Patrik Elias au centre. En défense, Peter Harrold n'a pas démérité, mais il cède sa place à Henrik Tallinder, qui n'a plus joué depuis janvier pour cause de blessure à la jambe (caillot de sang dans la jambe gauche). DeBoer aligne également Anton Volchenkov avec Bryce Salvador pour une paire purement défensive, qu'il a choisi pour contrer le duo Carter-Richards.

Seules trois équipes ont remonté un handicap de trois victoires. La dernière fois en finale, c'était en 1942, lorsque Toronto avait battu Detroit. Pour autant, New Jersey compte un joueur qui a déjà réussi un exploit semblable : Adam Henrique, dont les Windsor Spitfires en junior avaient remonté les trois victoires de Kitchener lors de la finale de l'Ontario 2010.

L'ambiance est explosive devant un public conquis !

Les Kings vendangent

La partie débute avec de nombreuses mises en échec, chacun cherchant à imposer sa puissance. Après trois minutes, Zach Parise fait tomber Justin Williams dans la neutre : deux minutes. Auteur de deux buts au match précédent, le jeu de puissance tente sa chance par un lancer de la bleue de Willie Mitchell, puis une percussion de Jeff Carter ligne de fond. Penner remet peu après en retrait pour Alec Martinez, qui envoie un slap puissant, bloqué en deux temps par Martin Brodeur pour le premier gros arrêt du match.

Beaucoup de danger donc, mais Parise revient en jeu. Il mène l'attaque suivante avec une longue présence en zone offensive, qui débouche sur un accrochage de Jarret Stoll sur Travis Zajac. Un joueur clé du jeu en infériorité sur le banc : New Jersey tente de développer du jeu, décalant Ilya Kovalchuk pour une volée. Le Russe paraît un peu en dedans, perdant deux ou trois palets maladroitement. Pas d'installation, une pénalité tuée facilement par Los Angeles... mais une deuxième tombe immédiatement contre Dustin Brown, qui fait trébucher Alexei Ponikarovsky. Le premier gros test revient à Petr Sykora : son tir dans l'axe trouve une belle mitaine de Jonathan Quick. Le portier s'impose à la dernière seconde devant Parise, à l'affût d'un rebond. Le capitaine mène son équipe, tentant les tirs de n'importe quel angle, à l'image d'un tir soudain suite à un rebond sur la balustrade.

Les Kings ne sont pas en reste et une présence devient dangereuse quand Andy Greene brise sa crosse ; Gionta lui donne sa crosse mais il est droitier et Greene gaucher : le défenseur parvient tout de même à dégager. Puis, c'est Dustin Brown qui rate le cadre sur un deux-contre-un exploitant un changement de ligne tardif des Devils, avant que Slava Voynov ne trouve la barre d'un tir de la bleue, avec l'aide d'une déviation de Justin Williams. Ponikarovsky réplique de l'aile et trouve encore la mitaine de Quick. Dans les dernières secondes, Bryce Salvador retient Dustin Brown dans les balustrades et se voit logiquement sanctionné : supériorité pour les Kings, à cheval sur les deux tiers. Drew Doughty décale Anze Kopitar, volée... poteau ! La défense s'accroche et Brodeur aide son camp à rentrer au vestiaire à 0-0. Deux poteaux pour Los Angeles... La chance aurait-elle changé de camp ?

Les Devils plient, mais ne cèdent pas

Les dernières secondes de pénalité sont effacées par une défense agressive, et les deux formations reprennent au complet. Quick se met rapidement au travail : Kovalchuk ne parvient pas à reprendre un centre puissant de Zajac et le gardien finit par bloquer le palet. Les deux équipes se rendent coup pour coup, malgré un manque de précision de Los Angeles, qui peine à cadrer ses tirs. Brodeur reste solide, même sur les déviations, comme celle de Colin Fraser après un tir de Voynov. Un peu avant la mi-match, une pénalité est appelée contre Salvador, qui a mis au sol Jeff Carter. Obstruction nette qui donne une chance aux Kings de faire la différence. Cela ne donne strictement rien, le marquage très haut des Devils privant l'adversaire d'occasion.

Les minutes défilent et les duels se multiplient. New Jersey tente de s'installer mais un tir bloqué envoie Simon Gagné en échappée... arrêt de Brodeur ! Le Québécois bloque aussi un tir de Matt Greene et sauve son camp, tout comme face à un travail de Mike Richards dans le slot ou un débordement en puissance de Jarret Stoll. Le tiers-temps s'achève sur cette domination de Los Angeles, qui a privé les Devils de tirs pendant l'essentiel des vingt minutes. Il aura fallu un Brodeur des grands jours - et beaucoup de tirs hors cadre - pour tenir le score à 0-0.

Henrique sort de sa boîte

Le troisième tiers repart un peu sur les mêmes bases. New Jersey tente de s'installer et de se créer des tirs, notamment de loin, alors que les Kings démarrent beaucoup en contre pour imposer la puissance de leurs grands gabarits. Illustration : erreur de Salvador à la bleue offensive qui se fait intercepter, démarrage de Gagné qui sert Lewis... Brodeur se met au sol et parvient à bloquer le tir, le palet finissant par glisser sous son dos et filer derrière le but ! Le public chante "We want Cup" et leurs joueurs insistent. Finalement, New Jersey parvient à trouver la clé : Zubrus réalise un énorme travail derrière la cage, remet à la bleue et Salvador lance... Patrik Elias, ligne de fond, prend le rebond et ouvre le score du revers (0-1). C'est la première fois que les Devils mènent au score dans la série !

Malheureusement pour eux, une minute plus tard, David Clarkson est pris par la patrouille pour une charge sur Dustin Brown, une pénalité très sévère. Sanction immédiate : mise au jeu gagnée par Anze Kopitar, Mike Richards remet vers Drew Doughty à l'opposée et le slap du défenseur trouve sa voie aux fonds des filets grâce à l'écran de Dustin Brown (1-1). Les Californiens poussent, contrôlent le palet. Sur un contre, Doughty se jete pour envoyer le palet à Penner qui déboule tout seul... et rate le cadre !

Il reste six minutes et la tension est à son comble. Quatre minutes... Clarkson gagne son duel à la bleue, effaçant un défenseur avec l'aide de la bande. Il sert à l'opposée Adam Henrique, dans le dos de la défense. Le rookie s'emmène le palet superbement du patin et expédie le disque en hauteur côté plaque (1-2). Un geste technique de haut vol, et Henrique marque un but extrêmement important, encore une fois.

Le public est sonné, mais pas les Kings : Penner encore une fois, arrêt de Brodeur. DeBoer réduit son banc, laissant Sykora, moins solide défensivement, de côté. Les affaires s'arrangent pour New Jersey quand Willie Mitchell touche Kovalchuk au visage : deux minutes de pénalité à 2'50" de la fin. Le jeu de puissance s'installe et confisque le palet : Quick doit tenir son camp devant Fayne, Tallinder, Elias, Henrique... puis, c'est Kovalchuk qui lance et Zajac ne parvient pas à attraper le rebond venu de la bande. La pénalité est tuée mais il reste moins d'une minute. Quick sort à trente secondes de la fin et Kovalchuk termine le travail cage vide, sur une passe longue en hauteur de Travis Zajac (1-3).

New Jersey reste en vie : il y aura un cinquième match samedi. Ce match 4 est finalement la copie inverse des deux premiers : Los Angeles aura énormément vendangé, touché le poteau deux fois, et s'est heurté à un Brodeur de gala. Les Devils auront su se montrer efficaces en troisième période pour gagner le droit de résister quelques jours de plus.

Commentaires d'après-match :

Adam Henrique (attaquant de New Jersey) : "Vous savez, tout le monde veut être sur la glace dans ce genre de situation. Vous voulez que l'entraineur et les coéquipiers puissent compter sur vous. C'est super qu'ils aient confiance en moi et qu'ils m'alignent dans ce genre de situation. Je joue tout simplement, sans penser à ce qui arrivera si je marque ou si je ne marque pas. Je suis juste un jeune qui joue au hockey et qui s'amuse."

Martin Brodeur (gardien de New Jersey) : "Les gars ont bossé si dur, le moins que je pouvais faire c'était de leur donner une chance de gagner. Si j'y parviens, peu importe si ça joue sur le mental de l'équipe adverse. Ce qui compte, c'est mon équipe et comment je joue pour elle. [L'arrêt sur Lewis] Gagné avait le palet et je l'ai vu jeter un oeil sur le côté. J'ai vu le gars arriver avec tant de vitesse que je devais le surprendre. Cela n'a pas trop marché car il m'a un peu contourné, mais au moins il a raté la cage. Nous avons un peu plus confiance qu'hier ! On voulait surtout les remettre dans l'avion car, quitte à rentrer dans le New Jersey, autant que ça soit pour jouer un match. Nous sommes dans une situation très difficile, on va prendre les matchs les uns après les autres. Mais je suis sûr qu'ils ne sont pas contents de devoir faire ce voyage, on va essayer de leur rendre le plus pénible possible. [Au sujet d'Henrique] Il a beaucoup mûri. Dans sa carrière junior, il a marqué beaucoup de buts. Dans ces playoffs, il a marqué des buts très importants et c'est assez fou de voir ça pour un joueur si jeune, s'imposer dans l'équipe et avoir un impact pareil."

Jonathan Quick (gardien de Los Angeles) : "Nous jouons bien en déplacement, mais nous essayons de jouer de la même manière à domicile. On va juste se concentrer sur le prochain."

Anze Kopitar (attaquant de Los Angeles) : "Nous n'avons pas réussi à marquer. Plusieurs occasions que nous n'avons pas concrétisé. Nous devons nous créer ces chances, se créer ces rebonds. Ils ont joué avec un peu plus de motivation que nous, nous devrons corriger cela au match 5."

 

Los Angeles Kings - New Jersey Devils 1-3 (0-0, 0-0, 1-3)
Mercredi 6 juin 2012, 17h. Staples Center de Los Angeles, 18867 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Rourke et Chris Rooney assistés de Jean Morin et Pierre Racicot.
Tirs : Los Angeles 22 (7, 7, 8), New Jersey 24 (8, 3, 13)
Pénalités : Los Angeles 6' (4', 0', 2'), New Jersey 8' (4', 2', 2')

Récapitulatif du score :
0-1 à 47'56" : Elias assisté de Salvador et Zubrus
1-1 à 48'56" : Doughty assisté de Richards et Kopitar (sup. num.)
1-2 à 55'29" : Henrique assisté de Clarkson et Ponikarovsky
1-3 à 59'40" : Kovalchuk assisté de Zajac et Salvador (cage vide)

 

Los Angeles Kings

Gardien : Jonathan Quick (sorti de sa cage à 59'30").

Défenseurs : Rob Scuderi - Drew Doughty ; Willie Mitchell - Slava Voynov ; Matt Greene (A) - Alec Martinez.

Attaquants : Dustin Brown (C) - Anze Kopitar (A) - Justin Williams ; Dustin Penner - Mike Richards - Jeff Carter ; Dwight King - Jarret Stoll - Trevor Lewis ; Simon Gagné - Colin Fraser - Jordan Nolan.

Remplaçant : Jonathan Bernier (G).

En réserve : Brad Richardson (A), Scott Parse (A, hanche), Andrei Loktionov (A), Kyle Clifford (A), Kevin Westgarth (A), Tyler Toffoli (A), Richard Clune (A), Linden Vey (A), Justin Azevedo (A), Andy Andreoff (A), Marc-André Cliche (A), Davis Drewiske (D), Jake Muzzin (D), Thomas Hickey (D), Patrick Mullen (D), Andrew Campbell (D), Martin Jones (G).

New Jersey Devils

Gardien : Martin Brodeur.

Défenseurs : Bryce Salvador - Anton Volchenkov ; Henrik Tallinder - Marek Zidlicky ; Andy Greene - Mark Fayne.

Attaquants : Zach Parise (C) - Travis Zajac - Ilya Kovalchuk (A) ; Petr Sykora - Patrik Elias (A) - Dainius Zubrus ; Aleksei Ponikarovsky - Adam Henrique - David Clarkson ; Ryan Carter - Stephen Gionta - Steve Bernier.

Remplaçants : Johan Hedberg (G), Adam Larsson (D), Matt Taormina (D), Peter Harrold (D), Cam Janssen (A), Eric Boulton (A), Jacob Josefson (A).

En réserve : Jeff Frazee (G), Keith Kinkaid (G), Brandon Burlon, Matthew Corrente, Eric Gelinas, Dan Kelly, Jay Leach, Alexander Urbom (D), Matt Anderson, Mike Hoeffel, Brad Mills, Tim Sestito, Mike Sislo, Mattias Tedenby, Steve Zalewski, Vladimir Zharkov (A).