France A' - Pologne (match international à Chamonix)

ROMAND Jeremie-110429-112L'équipe de France A' est désormais bien instituée. Cette sélection composée essentiellement de joueurs de moins de 23 ans a effectué sa traditionnelle tournée tchèque estivale : trois victoires contre Trencin, Jihlava et Skalica, trois défaites contre Piestany, Jatrzebie et Vitkovice. La nouveauté, c'est que les jeunes auront maintenant l'occasion de se produire devant leur public à Chamonix et à Megève (et en direct via internet devant tous les amateurs de hockey français).

La bonne surprise que l'on ne pouvait pas prévoir, c'est qu'en plus l'adversaire fait l'actualité dans le hockey mondial. Il y a une dizaine de jours, la Pologne a annoncé que son nouveau sélectionneur serait Igor Zakharkin, l'ancien adjoint indissociable de Vyacheslav Bykov dans l'équipe de Russie championne du monde 2008 et 2009. Les déclarations péremptoires de Zakharkin avaient profondément vexé la caste des entraîneurs russes, et comme Bykov et lui étaient devenus inséparables, les deux hommes sont au chômage depuis un an qu'ils ont été mis à la porte de la sélection russe. Et si Zakharkin est quelque part, on peut se dire que Slava Bykov n'est pas loin. Officiellement, il est simple conseiller. Son ami Zakharkin, le vrai sélectionneur, travaille depuis exactement une semaine avec la Pologne, et a lourdement perdu son premier test contre le club d'élite tchèque de Trinec (1-7). Et c'est ici, en Haute-Savoie, où il est venu en voisin depuis sa résidence suisse, que la mission de Bykov doit se définir plus précisément, au contact de sa nouvelle (?) équipe.

Les jeunes Français, eux, connaissent leur mission : entrer dans le bain international, s'adapter au jeu de l'équipe de France et appliquer ses systèmes. Ils sont solides défensivement et ne cèdent rien à cette Pologne venue avec ses meilleurs éléments. Pendant un quart d'heure, les Bleus sont les meilleurs sur la glace, même s'ils n'ont guère d'occasion, hormis par Robin Gaborit qui repique de derrière la cage. À cinq minutes de la fin de la première période, la France connaît sa première alerte sur un mauvais placement défensif. La Pologne se ragaillardit et le duo Gruszka-Galant oblige Hardy à un double arrêt du plastron.

La pause donne lieu à une cérémonie en l'honneur des brillants Chamoniards qui ont porté le maillot de l'équipe de France : Richard Aimonetto, Laurent Gras, Guennelon père et fils, Alain Mazza, Bruno Ranzoni, Jacques Vouillamoz, Alain Bozon... S'il ne voulait pas annoncer de son propre chef une quelconque retraite internationale, Gras est en quelque sorte salué en étant honoré comme un ancien.

Pas moins de trois Polonais sont en prison au début de la deuxième période, mais la double supériorité numérique est divisée par deux en raison d'une obstruction de Gaborit. Au retour au complet, Anthony Rech passe en revue toute la défense polonaise dans un slalom qui constitue assurément la plus belle action individuelle (22'52").

Mais il s'agit d'un match international, de ceux où il faut surtout éviter les erreurs. En commettre deux consécutives dans sa zone est irrémédiable : Igier est contré dans sa relance, puis Gutierrez revenu au soutien de ses défenseurs rate sa passe. La sanction est immédiate, et Krzysztof Zapala donne l'avantage à la Pologne (0-1, 29'55").

Les présences françaises sont longues dans ce deuxième tiers-temps et les forces viennent à manquer. Victor Barbero est sanctionné pour son second accrochage du match et les rouges transforment l'avantage numérique par un centre au second poteau de Marcin Kolusz pour Adam Baginski (0-2, 34'36"). Romand est à son tour sanctionné pour une obstruction. Matthieu Leblond lance un contre en infériorité et donne un bon palet en retrait à Aziz Baazi, mais le défenseur polonais Jaroslaw Klys revient contrer le palet in extremis. Il relance ensuite le jeu de l'autre côté de la glace, ses coéquipiers s'installent en zone offensive et Mikolaj Lopuski porte le coup de grâce (0-3, 37'55").

La fatigue et le score pèsent lourd dans les jambes françaises en troisième période. Barbero et Berthon, qui ont fini ensemble leur formation à Genève, se procurent une belle occasion à mi-tiers, mais Kamil Kosowski - qui n'est pas le gardien titulaire habituel et qui est donc le Polonais qui a le plus à gagner ce soir - s'accroche comme un diable à l'occasion qui lui est donnée de réussir un blanchissage.

Les Bleus ne l'entendent pas de cette oreille, surtout les enfants du pays. Si le Chamoniard Mathias Terrier échoue du revers, sur la supériorité numérique, c'est un autre régional de l'étape, l'actuel Rouennais Anthony Rech, qui sauve l'honneur (1-3, 56'03").

Dire que les jeunes ont manqué de fraîcheur peut paraître paradoxal, mais la gestion des efforts vient aussi avec l'expérience. La Pologne a capitalisé sur les fautes locales et s'est ensuite assise sur son matelas.

Ce succès fera du bien à une Pologne tombée dans les tréfonds de la hiérarchie mondiale, qui en a besoin pour se rassurer. Mais il n'a rien de déshonorant pour une vraie équipe de France bis, un réservoir qui poursuit son apprentissage. Très solide dans la protection du palet, le défenseur Aziz Baazi est élu meilleur joueur tricolore.

Désignés joueurs du match : Grzegorz Pasiut pour la Pologne et Aziz Baazzi pour la France.


France - Pologne 1-3 (0-0, 0-3, 1-0)
Mardi 28 août 2012 à 20h30 à la patinoire Richard-Bozon de Chamonix. 1103 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Damien Velay et Guillaume Florentin.
Pénalités : France 10' (2', 8', 0'), Pologne 16' (8', 4', 4').

Évolution du score :
0-1 à 29'55" : Zapala assisté de Kolusz
0-2 à 34'36" : Baginski assisté de Kolusz et Dronia
0-3 à 37'55" : Lopuski assisté de Pasiut (sup. num.)
1-3 à 56'03" : Rech assisté de Lampérier (sup. num.)


Pologne

Gardien : Kamil Kosowski.

Défenseurs : Pawel Dronia - Jerzy Gabris ; Michal Kotlorz (+1) - Bartosz Dabkowski (+1) ; Patryk Wajda - Bartlomiej Pociecha (+1, 2') ; Patryk Noworyta - Jaroslaw Klys.

Attaquants : Marcin Kolusz (+1) - Krzysztof Zapala (+1, 4') - Adam Baginski (4') ; Dariusz Gruszka - Radoslaw Galant (2') - Jakub Witecki ; Maciej Urbanowicz (4') - Krystian Dziubinski - Tomasz Malasinski ; Leszek Laszkiewicz - Grzegorz Pasiut - Mikolaj Lopuski.

Remplaçants : Szymon Marzec, Mateusz Danieluk.

France

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Aziz Baazzi - Kévin Dusseau ; Kevin Igier - Maxime Moisand (C, -1) ; Charlie Doyle (-1) - Jonathan Janil.

Attaquants : Anthony Rech - Nicolas Ritz - Robin Gaborit (A, 2') ; Pierrick Pivron - Eliot Berthon (-1) - Victor Barbero (4') ; Jérémie Romand (2') - Valentin Claireaux - Nicolas Arrossamena ; Matthieu Le Blond - Loïc Lampérier (A) - Matthias Terrier (-1, 2') ; Romain Gutierrez (-1).

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Florian Chakiachvili.