Amiens - Épinal (Tournoi international de Colmar)

gauthierQuel retour pour les Dauphins ?

Colmar, les revoilà ! Après deux ans d'absence, les Dauphins repassent la Schlucht et font leur grand retour dans le désormais traditionnel tournoi haut-rhinois. Un challenge Yannick-Bohn dont l'ICE est, avec Strasbourg, Fribourg-en-Brisgau et les GCK Lions, l'une des quatre équipes "originelles". Mais contrairement aux trois formations pré-citées, Épinal n'y a jamais brillé. Bons derniers (en août 2009) et trop éloignés de leur configuration optimale pour bien figurer (lors de l'édition 2010), les Vosgiens espèrent faire cette fois meilleure impression.

Toujours en rodage, les hommes de Santino Pellegrino, qui sont difficilement venus à bout d'Amnéville lundi (5-2), vont pourtant devoir monter en puissance... car un programme haletant les attend durant ce week-end marathon, fait de quatre matchs... en quatre jours ! C'est dire s'ils risquent de ne pas arriver très frais, dimanche, pour ferrailler à une heure encore indéterminée contre un adversaire... à déterminer (Mulhouse, Strasbourg ou les "cousins germains" de l'EHC Freiburg selon les résultats des uns et des autres) !

Seule certitude pour le moment, c'est Amiens qui leur est servi en entrée. Des Gothiques sensiblement rajeunis (22 ans de moyenne d'âge seulement) ayant pris l'accent "suomi" avec l'arrivée de quatre Finlandais (le gardien Santanen, le relanceur Santala et les jumeaux Uola). Un fait sûrement pas étranger à la présence sur le banc d'Heikki Leime (désormais assisté de Santeri Immonen).

C'est peu dire qu'Amiens a fait sensation en s'attachant les services du Dijonnais Martin Gascon. Rien de moins que le meilleur compteur sortant d'un championnat qu'il aura outrageusement dominé, statistiquement parlant, au côté d'Anthony Guttig et Yanick Riendeau. Véritable maître à jouer, le Canadien a retrouvé chez les Gothiques d'Amiens son vieux copain Kevin Bergin et sera l'un des joueurs d'expérience de cette nouvelle cuvée, invaincue depuis trois matchs après s'être défait de Reims (par deux fois)... et de l'éternel rival rouennais (6-3 vendredi dernier) !

Pénalisantes... pénalités !

Beaucoup de rythme d'entrée entre deux formations soucieuses d'aller de l'avant de faire circuler au plus vite le palet. Un "ballet" d'essuie-glaces hélas vite interrompu par les pénalités, qui vont s'accumuler dès la quatrième minute. Le "multi-récidiviste" Yannick Offret va notamment les collectionner, avec un "aller-retour" (6'22" et 8'28") ne plaidant pas la cause de ses coéquipiers... dès lors forcés de plus défendre qu'attaquer ! Et plutôt bien d'ailleurs, même s'ils doivent se dépenser pour repousser leurs assaillants. Gabriel Girard, solide au poste, ne manque donc pas d'occupation, lui qui fut sauvé par son montant gauche sur raté de Gašper Sušanj récupéré par David Bastien et suivi d'une passe en retrait vers un Grégory Béron tirant sur réception (4e).

Les hommes d'Heikki Leime ont donc la maîtrise du jeu, ne laissant que les contres aux Spinaliens. Et il suffit d'une accélération de Bouchard pour mettre le feu dans la défense picarde. L'explosif ailier canadien, parti côté droit dans une folle chevauchée, faisant perdre l'équilibre à Santala pour attendre l'arrivée d'Ouimet. Une action d'éclat mal terminée : la passe en retrait de Bouchard, levée, n'étant pas réceptionnée par son coéquipier (10e).

corriveauMaxime Ouimet (16'41"), en rejoignant Jan Hagelberg (15'29") sur le banc d'infamie, concède la pénalité de trop. Celle qui offre quarante-huit secondes de double supériorité numérique aux Gothiques, tout près d'ouvrir le score (16'59") sur une combinaison de Gascon relayée par Bastien (et conclue par Corriveau, sans succès).

Des Picards à un poteau du 1-0, sur un renversement de Gascon vers Corriveau (18e), et qui arriveront à leurs fins sur une erreur d'inattention. Pendant que Michal Petrák et Kevin Bergin se "chamaillent" tout près du banc spinalien, Valentin Claireaux lance David Bastien en profondeur... pour le premier but d'Amiens (1-0 à 17'58") !

Ainsi s'achève ce premier tiers trop vite réduit à un enchaînement de pénalités. Surtout du côté des Vosgiens, qui auront passé plus de la moitié de leur temps en infériorité... avec douze minutes récoltées !

N'ayant jusqu'alors pu s'exprimer, les Spinaliens espèrent donc voir la tendance s'inverser. Mais c'est sans compter sur la vista de Martin Gascon, plaque tournante d'un trio bonifié par l'efficacité d'un Julien Corriveau prenant la défense à revers, côté gauche, pour repiquer victorieusement (2-0 à  25'10"). Il s'agit-là du quatrième filet "français" de Corriveau, jeune ailier québécois issu du junior A qui enfilait les buts comme des perles au Canada... et qui a donc brillamment transformé son essai ! Celui-là, il faudra le surveiller...

Plus sollicité qu'en première période, Santanen répond présent devant le filet. Et notamment sur cette déviation du revers de Petrák à bout portant (31e). Danick Bouchard, la "nouvelle star" du hockey spinalien, ne manque pas non plus d'attaquer la cage, suivi de près par Steven Cacciotti et Sébastien Gauthier. Mais Bouchard se démène, en vain, comme tous ses partenaires, généreux mais trop imprécis. Trop indisciplinés. Et surtout pas en réussite devant Juho Santanen, qui prend la succession de Billy Thompson devant le filet picard.

Les Gothiques mènent la danse au second entracte... et la valse des pénalités reprend de plus belle, au retour des vestiaires ! Force est de constater qu'avec tout ce temps passé en désavantage numérique (36' de pénalités cumulées par l'ICE soir), il était tout simplement impossible pour Épinal de gagner ! Ces six minutes distribuées en moins de quatre minutes, au tout début du troisième vingt, en disent long sur sur cette récurrente indiscipline qui aura coulé les Dauphins. Deux minutes par ci, deux minutes par là... et une méconduite (43'57") pour Gašper Sušanj, le robuste arrière slovène d'Épinal... qu'il ne fera décidément pas bon "chatouiller" cette année !

Une méconduite assortie d'une pénalité mineure qui, additionnée aux deux minutes précédemment récoltées par Danick Bouchard (43'14"), vont redonner plus d'une minute de double avantage numérique aux Gothiques. Lesquels triplent la mise sur un rebond gagnant de l'ex-Lyonnais David Bastien (3-0 à 44'24").

La défaite spinalienne prend forme, même pas atténuée par un but d'Ouimet. Le solide défenseur canadien, aussi sobre qu'efficace dans ses interventions et sa première passe, avait pourtant bénéficié d'une excellente temporisation de Danick Bouchard au premier poteau. Le décalage était parfait, Juho Santanen s'était couché... mais Ouimet n'avait pu suffisamment lever son palet, bien au chaud dans la mitaine du Finlandais (45'37") !

Mais ce n'était que partie remise pour Maxime Ouimet. Danick Bouchard, très en verve, prenant les choses en main, pour un de ces solos dont il a le secret. Seul contre tous, il parvient à se frayer un chemin en ridiculisant notamment son vis-à-vis en un-contre-un. Pris dans son élan, le Canadien s'en vient buter sur le gardien mais Ouimet, qui a bien suivi, parvient à marquer ce but tant désiré (3-1 à 52'44"). De quoi faire oublier cet énième poteau trouvé, quelques instants auparavant, par Valentin Claireaux (52'11")...

Les vélléités amiénoises sont depuis longtemps réduites aux seules contre-attaques et la sortie de Girard, couplée à deux pénalités picardes (58'58" et 59'44"), donne un ultime six-contre-trois aux Lorrains, qui sortent l'artillerie lourde à la bleue (Fabien Leroy et Stéphane Gervais)... mais doivent finalement s'avouer vaincus. Santanen peut souffler, le siège est passé...

Les hommes de Santino Pellegrino vont devoir rapidement digérer ce camouflet car ils remettent ça demain (vendredi), même heure, même endroit, face au Sary-Arka Karaganda. Un trop gros morceau pour eux ?

 

Amiens - Épinal 3-1 (1-0, 1-0, 1-1).
Jeudi 30 août 2011 à 18h00 à la patinoire municipale de Colmar.
Évolution du score :
1-0 à 17'58" : Bastien assisté de Claireaux (sup. num.)
2-0 à 25'10" : Corriveau assisté de Gascon et Bergin
3-0 à 44'24" : Bastien assisté de Béron et Baazzi (double sup. num.)
3-1 à 52'44" : Ouimet assisté de Bouchard


Amiens

Gardien : Juho Santanen (sorti de sa cage à 58'22").

Défenseurs : Aziz Baazzi - Jimi Santala ; Nicolas Leclerc - Vincent Bachet (C) ; Aki Uola - Thomas Roussel.

Attaquants : Kevin Bergin (A) - Martin Gascon (A) - Julien Corriveau ; Grégory Béron - David Bastien - Luka Bašič ; Niko Uola - Marius Serer - Valentin Claireaux ; Aïna Rambelo.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Alexis Besson, Rémi Thomas, Romain Carpentier. Absent : Romain Bault.

Épinal

Gardien : Gabriel Girard.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Fabien Leroy (C) ; Gašper Sušanj - Stéphane Gervais ; Peter Slovák - Jan Hagelberg ; Rémi Colotti ; Romain Mauffrey.

Attaquants : Steven Cacciotti - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard (A) ; Benjamin Casavant - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Yoann Chauvière - Élie Raibon ; Kévin Benchabane - [alternance de centres] - Anthony Rapenne.

Remplaçants : Mathieu Perrin (G), Kévin Pernot.