Sary-Arka Karaganda - Épinal (Tournoi international de Colmar)

Pas très loin du "Kaz" du siècle !

mise au jeu ice-karagandaGrande première à Colmar où l'ICE se frotte, en cette fin d'après-midi nuageuse, à un adversaire issu de l'ex-URSS. Un club atypique provenant de ce lointain Kazakhstan, grand pays de steppes entre deux continents qu'ont rejoint, cet été, Maxime Boisclair et Yanick Riendeau. Un duo québécois qui n'affrontera toutefois pas Karaganda cette année : l'Arlan Kokshetau et le Sary-Arka n'évoluant plus dans le même championnat !

Ce Sary-Arka battant pavillon kazakhstanais vient tout juste de quitter son championnat national pour rallier la Vysshaïa Liga (VHL). Autrement dit la deuxième division russe (c'est-à-dire l'antichambre de la toute puissante KHL).

Les Dauphins, qui ont vu les pénalités causer leur perte hier, contre Amiens (1-3), peuvent donc s'attendre à forte adversité : les héritiers de cette école soviétique très exigeante en terme de discipline, de patinage et de technicité étant réputés difficiles à manœuvrer !

Formation méconnue, fortement russifiée (au point de ne compter qu'une petite poignée joueurs nés et formés au Kazkahstan !) et habitué à prendre ses quartiers d'été à l'étranger, le Sary-Arka aura vu du pays cette année. Établis en Suisse début août et actuellemkudryashovent de passage dans notre pays (via l'Italie), les hommes d'Andrei Kirdyashov auront affronté une floppée d'adversaires divers et variés. Avec des résultats très contrastés, faits notamment de lourds revers (1-3 et 3-7) concédés contre deux top-teams de LNB (Viège et Olten) et d'une victoire aux tirs de barrages (à Kitzbühel), face aux SCL Tigers (2-1). Autrement dit Langnau, fidèle pensionnaire de... LNA !

Depuis, ces "Kazakho-russes" ont notamment passé Morzine à la moulinette (9-2)... et "maté" les Scorpions à l'Illberg (4-1) ! De quoi en faire l'équipe à battre dans ce tournoi, dont ils sont les invités-surprise.

Des"guests" dotés d'un solide contingent "pimenté" par l'apport de renforts étrangers. Deux Canadiens (Brett Parnham, Todd Perry), un défenseur anglais (l'ex-Morzinois Ben O'Connor) et quelques Slovaques absents ce soir (bien que notés présents sur la feuille de match). En l'occurrence le jeune ailier Peter Lichanec et le solide centre Michal Macho, un ex-international venu du prestigieux Slovan Bratislava !

Il en faut de peu pour qu'Épinal ne cueille à froid Karaganda. Danick Bouchard, d'entrée, se voulant menaçant devant Gennadi Troshkin. Un tout jeune gardien formé au CSKA Moscou préféré, ce soir, à son aîné (l'ex-KHLer Denis Franskevich). Un avertissement sans frais pour les "casaques" jaunes, qui ouvrent le score après la première pénalité de la soirée. Un retenir sifflé à l'encontre de Stéphane Gervais (00'46") offrant deux minutes de supériorité aux Kazkahstanais. Plus de temps qu'il n'en a fallu à Mikhail Berezhnoi - un ex-international junior biélorusse - pour s'en aller déjouer Gabriel Girard, côté plaque (1-0 à 00'52") !

Et toujours ces satanées pénalités !

Les pénalités n'ont donc pas tardé à venir contrarier les plans d'un Santino Pellegrino ne pouvant que déplorer ces six minutes distribuées... en seulement 1'16'' de jeu ! Et la soirée s'annonce d'autant plus délicate, pour ses hommes, que la rondelle circule (comme prévu) vite et bien côté Sary-Arka.

Plus d'une fois pris de vitesse par ce collectif bien huilé, les Spinaliens peuvent heureusement compter sur un Girard inspiré devant le filet, en fermant notamment son angle devant Kokuyov (10'39"), bien décalé par Tsybin au second poteau. Puis en captant, d'une mitaine ferme, todd perryl'essai d'un Todd Perry oublié au rond d'engagement (11'11"). Mais le gardien franco-canadien des Dauphins ne pourra rien devant ce diable de Khudyakov. Le seul joueur de champ du Sary-Arka originaire du Kazakhstan passe toute la défense en revue... et finit le travail en logeant le puck sous la barre (2-0 à 12'28"). Du grand art !

Se projetant rapidement vers l'avant, en deux temps trois mouvements, et bouclant efficacement leur périmètre avec des arrières dotés d'un sens de l'anticipation très prononcé, Karaganda fait forte impression dans les travées. Et les Dauphins, forcés de plus défendre qu'attaquer, peinent à riposter. Mais le pire est encore à venir...

Santino Pellegrino fait la moue et on comprend facilement son agacement. Surtout qu'une nouvelle salve de pénalités (à 20'27", puis 21'06") offre un double avantage numérique aux joueurs du Sary-Arka, qui triplent bientôt la mise. Semyon Kokuyov, posté en entrée de zone, feinte le tir pour mieux trouver la déviation d'un Dmitri Danilin oublié de tous (3-0 à 22'42"). Et l'ICE passe même à un poteau du quatrième sur une incursion d'Artyom Tomilin, qui prend l'intervalle et trouve la transversale à bout portant (23e).

Un simple contretemps pour les représentants du Kazakhstan, capables de renverser le jeu à vitesse grand V. Vite, trop vite pour une défense encore "scotchée" par cette longue relance "laser" du vétéran Ilnaz Zagitov, qui met Dmitri Danilin sur orbite. Le jeune centre russe trouvant aussitôt l'inévitable Kokuyov, monté au second poteau (4-0 à 28'19").

Les Dauphins sont au plus mal mais reprennent du poil de la bête grâce à Benjamin Casavant, qui répercute un tir contré dans le slot. Le solide ailier canadien, qui aime mettre son nez dans le trafic, inscrit là son tout premier but "français" (4-1 à 32'44").

Pas aidés par un arbitrage ne leur laissant rien passer, les Lorrains vont toutefois vivre une fin de tiers très compliquée. Accablés par les pénalités, ils voient tour à tour Fabien Leroy (33'32") et Steven Cacciotti (35'36") se relayer au cachot. Avant un retour fracassant de Leroy par la "case prison" (36'49"). Un capitaine qui en balance crosse et gants, de rage, de dépit... pour écoper d'une méconduite gonflant un compteur spinalien déjà copieusement garni !

gervais slapEt comme si cela ne suffisait pas, Maxime Ouimet se voit lui aussi "incarcéré", en même temps qu'un Yannick Offret puni, lui, d'une méconduite (39'09"). La frustration a logiquement gagné les rangs de Spinaliens voyant, dans cette intarissable distribution, un véritable acharnement de Geoffrey Barcelo, l'arbitre en chef de ce match excessivement haché par les pénalités (plus ou moins justifiées).

Ayant désespérément tenté de freiner l'ardeur de ce trio zébré franco-suisse, Pellegrino ne pourra que rejoindre les vestiaires dépité. Surtout qu'entre temps, le capitaine Pavel Kanarsky, à la pointe du powerplay, avait profité d'une énième supériorité pour tromper Gabriel Girard, d'un tir dévié (5-1 à 38'30").

La remontée fantastique !

Tout plaide en leur défaveur, mais les Spinaliens, bien que lourdement menés, entendent tomber les armes à la main. Aussi sortent-ils des vestiaires fermement décidés à recoller. Une mission presque impossible. Du moins, le croyait-on !

Car c'était mal connaître ces Dauphins que de les croire déjà résignés. Enfin épargnés par les pénalités (qui touchent désormais de plein fouet le Sary-Arka), ils peuvent montrer ce dont ils sont réellement capables. Une glissade malvenue de Ján Plch, parti pour remonter le palet, permet néanmoins à Semyon Kokyunov de récupérer le caoutchouc pour immédiatement le transmettre à Aleksandr Vasilyev. Mais Girard, très en verve, réagit promptement... et parvient à repousser, du bout du patin (44'47") !

Mais ne vous y trompez pas, c'est bel et bien Gennadi Troskhin qui souffre, dans ce troisième tiers-temps. Et d'autant plus qu'il s'avère être un gros pourvoyeur de rebonds. Ce dont ne manque pas de profiter Benjamin Casavant, à l'affût d'un palet doublement repoussé (5-2 à  50'54"). Puis c'est Petrák qui y va de son rebond gagnant (5-3 à 51'21")... avant de rater l'immanquable, dans la foulée, sur un slap de Sušanj repoussé par Troshkin. En plein sur le Tchèque, qui n'a plus qu'à marquer... mais voit son revers inexplicablement s'envoler (53e) !

Une bonne occasion de ratée, surtout que les coéquipiers de Brett Parnham, assommés par les pénalités, n'en finissent plus d'évoluer en infériorité. Les Russes Dmitri Gromov et Pavel Kanarsky, envoyés coup sur coup au cachot par M. Barcelo (53'42"), laissent même les Dauphins bénéficier d'une double supériorité. Une chance inespérée d'effectucasavant caciottier un joli rapproché...

Mais voilà, il suffit d'une hasardeuse transmission à la bleue pour qu'Ilnaz Zagitov ne jaillisse tel un diable hors de sa boîte. Ce vieil habitué de la deuxième division russe file côté droit, avec une possibilité de deux-contre-un à sa gauche. Mais ignorant Kokuyov, Zagitov préfère tenter sa chance, visant le petit côté, ce qui surprend Girard (6-3 à 54'32")...

Et c'est d'autant plus rageant qu'Épinal, toujours en double supériorité numérique, réduit encore l'écart. Benjamin Casavant, en embuscade, récupérant le rebond d'un slap non cadré de Stéphane Gervais (6-4 à 56'04"). La course poursuite continue et Ján Plch profite à son tour d'un rebond de Troshkin (6-5 à 57'31"). Voilà que les Dauphins, revenus du diable vauvert, sont maintenant tout prêt de renverser une situation désespérée !

On y croit de nouveau dans les travées et Santino Pellegrino, qui a plus d'une fois fait sortir son gardien, consigne à nouveau Gabriel Girard sur le banc (59'16") pour permettre à ses boys d'évoluer, une dernière fois, en supériorité numérique.

Mais le forcing tourne court : Stéphane Gervais se voyant contré en entrée de zone par un Aleksandr Vasyliev finissant par lui échapper. Pour entériner la victoire des Kazakhs, dans une cage vidée de son occupant (7-5 à 59'31"). L'entrée de jeu de Denis Franskevich, pour les trente dernières secondes du match, s'avère hautement anecdotique...

Quelle fin de match des Dauphins, qui auront démontré que le caractère et la ténacité ne seront pas les dernières de leurs qualités cette saison. Même au plus fort de l'adversité, les joueurs de la Cité des Images n'ont jamais rien lâché, laissant tant que mal passer l'orage des pénalités pour démontrer l'étendue de leurs possibilités. À forces égales (cinq contre cinq), les Spinaliens n'étaient pas si loin de ce Sary-Arka impressionnant pendant deux tiers temps. Mais dépourvu, ce soir, d'un gardien capable de tenir son équipe à bout de bras quand la tempête fait rage devant la cage. Encore fallait-il être là pour les mettre au fond, tous ces rebonds lâchés par Gennadi Troshkin !

Le hat-trick de Benjamin Casavant a tout du déclic attendu pour cet ailier robuste, jusqu'alors apparu très en retrait des autres recrues étrangères de l'ICE. Des Spinaliens qui n'ont décidément pas le temps de souffler : Dunkerque débarquant le lendemain (samedi) à Poissompré !



Sary-Arka Karaganda - Épinal 7-5 (2-0, 3-1, 2-4).
Vendredi 31 août à 18h00 à la patinoire municipale de Colmar.

Évolution du score :
1-0 à 00'52" : Berezhnoi assisté de Gromov et Parnham (sup. num.)
2-0 à 12'28" : Khudyakov
3-0 à 22'42" : Danilin assisté de Kukuyov et Tsybin (sup. num.)
4-0 à 28'19" : Kokuyov assisté de Danilin et Zagitov
4-1 à 32'44" : Casavant assisté de Plch et Petrák (sup. num.)
5-1 à 38'30" : Kanarsky assisté de Perry et Berezhnoi (sup. num.)
5-2 à 47'20" : Casavant assisté de Petrák et Plch
5-3 à 51'21" : Petrák assisté de Casavant et Ouimet (sup. num.)
6-3 à 54'32" : Zagitov (double inf. num.)
6-4 à 56'04" : Casavant assisté de Gervais (double sup. num.)
6-5 à 57'31" : Plch assisté de Gervais et Petrák (sup. num.)
7-5 à 59'31" : Vasilyev (cage vide)


Sary-Arka Karaganda

Gardien : Gennadi Troshkin (puis Denis Franskevich à 59'31").

Défenseurs : Maksim Kudryashov - Ilnaz Zagitov ; Todd Perry - Pavel Kanarsky (C) ; Ilya Plugin - Valery Vasilyev ; Ben O'Connor.

Attaquants : Dmitri Tsybin - Dmitri Danilin - Semyon Kokuyov ; Brett Parnham - Mikhail Berezhnoi - Dmitri Gromov ; Aleksandr Vasilyev - Artyom Tomilin - Maksim Khudyakov.

Absents : Michal Macho, Peter Lichanec, Maksim Orlov.

Épinal

Gardien : Gabriel Girard.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Fabien Leroy (C) ; Gašper Sušanj - Stéphane Gervais ; Peter Slovák - Jan Hagelberg ; Rémi Colotti ; Romain Mauffrey.

Attaquants : Steven Cacciotti - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard ; Benjamin Casavant - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Yoann Chauvière - Élie Raibon ; Kévin Benchabane - [alternance de centres] - Anthony Rapenne.

Remplaçants : Mathieu Perrin (G), Kévin Pernot.