Épinal - Dunkerque (match de préparation)

En (re)psusanj Gasperassant par la Lorraine...

Entre deux matchs à Colmar, les Dauphins retrouvent leur glace de Poissompré. En présence de Luc Tardif et d'une floppée d'arbitres venus participer à un stage national organisé ces jours derniers dans la Cité des Images, pour un inédit galop d'essai contre un adversaire autrefois régulier.

Des Corsaires que les hockeyeurs spinaliens ont un peu perdu de vue ces dernières années et qui repartent à l'abordage de la Division 1 avec un nouveau maître à bord (l'ex-attaquant rémois et rouennais Miikka Rousu, qui a succédé à Marc Leroux), de nouveaux étrangers (à l'exception du gardien Marc-André Martel) et quelques vieilles connaissances. À commencer par Benoît Guillemot, qui défendit les couleurs spinaliennes de 1997 à 2002 et occupe désormais le poste de manager dunkerquois. Les Becuwe, Folcke, N'Guyen et autres Dubois ont eux aussi plus d'une fois croisé le chemin des Spinaliens par le passé, à l'instar des frères Rozenthal !

Les plus célèbres jumeaux du hockey français, qui ont brillé aux quatre coins de l'Hexagone (et même jusqu'en Suède) en duo ou en solo, ont donc retrouvé leur Côte d'Opale natale pour donner suite à leur carrière, désormais crépusculaire. Mais si leurs meilleures années sont derrière eux, les deux frangins figurent évidemment parmi les individualités nordistes à surveiller, contrairement à leur neveu Antoine Vanwormhoudt, durement blessé samedi dernier contre Amnéville (5-1).

Épinal, sans forcer

Les Dauphins ayant laissé beaucoup de forces dans leurs précédentes batailles, il ne fallait pas s'attendre à les voir "flamber" face aux Corsaires de Maurice Rozenthal (qui détonne avec son numéro "8+1"). Des Nordistes rapidement assaillis par les pénalités, à l'image d'un Ekue Tomety résolument accrocheur, voire même rugueux. Ce défenseur finlandais d'origine togolaise, qui a fait toutes ses classes au Kärpät Oulu (une référence), va payer son implication dans la première altercation de la soirée d'un 2'+2' (02'23") immédiatement marc-andré martelsanctionné par le jeu de puissance vosgien. Un powerplay articulé autour de l'axe Petrák-Plch-Gervais mais disposant désormais, en Benjamin Casavant, d'un grand gabarit pas mobile pour deux sous, mais parfait pour s'ancrer dans le slot, à l'affût d'un rebond ou d'une déviation. Comme sur ce slap dégaîné par un Stéphane Gervais magistralement décalé - comme bien souvent ! - par Ján Plch (1-0 à 04'11").

L'infraction d'Ekue Tomety, couplé au cinglage sifflé à l'encontre de Jussi Laine (03'59"), permettait à l'ICE d'alors évoluer en double supériorité numérique. Mais la pénalité du premier nommé, reconductible, offre un nouvel avantage aux Spinaliens, qui font à nouveau parler la poudre. Avec cette fois Danick Bouchard, excentré à mi-distance, dans le rôle de l'artilleur... et Steven Cacciotti dans celui du buteur. L'Italo-canadien profitant d'un palet relâché par Martel pour le fusiller de près (2-0 à  06'19").

Les hommes de Santino Pellegrino ont su tuer le match d'entrée et l'affaire est d'autant mieux engagée que les visiteurs se relayent au cachot. Facilitant ainsi la tâche de leurs hôtes, soucieux de s'économiser après leurs efforts consentis à Colmar.

Mais s'il en est un qui doit véritablement s'employer, c'est bien Gabriel Girard, régulièrement sollicité (du moins en première période) par des Corsaires bénéficiant à leur tour de plusieurs supériorités après la dixième minute de jeu. Et de près comme de loin, le Franco-canadien repousse et stoppe toutes les tentatives des Moretti, Miettinen et autres Rozenthal (17'09"), rattrapant si besoin les "boulettes" de ses coéquipiers.

Les locaux ne sont bien sûr pas en reste, mais procèdent surtout par contre-attaques, laissant les Nordistes faire le jeu. Toujours bon à prendre avec cet emploi du temps surchargé !

Il ne faut donc pas s'étonner du cruel manque de rythme de cette partie, rachetée par les performances des deux gardiens, qui se répondent par arrêts interposés. Martel bouchant bien son angle devant Bouchard suite à un débordement de Cacciotti (24'11"). Gabriel Girard en corrigeant l'erreur de ce même Danick Bouchard, dont la passe en retrait, destinée à Maxime Ouimet, s'était vu interceptée par François Rozenthal. L'ex-international se voyant ensuite frustré en un-contre-un face au jeune gardien spinalien (27'40") !

Comme ça, il faudra attendre la toute fin de cet acte médian pour voir le sFrançois rozenthalcore évoluer : Ján Plch faisant trembler les filets d'un joli tir des poignets (3-0 à 38'35"). Et dire que Stéphane Gervais avait vu auparavant son slap heurter la base du montant (26'24 ")...

Yoann Chauvière, promu au côté de Ján Plch et Benjamin Casavant (le temps que Michal Petrák purge sa méconduite), est l'un des plus en vue ce soir côté spinalien, où l'on n'aura pas eu à forcer son talent pour venir à bout de ces Corsaires combatifs, mais limités. Des visiteurs ayant perdu Maurice Rozenthal en route, mais qui vont réduire l'écart sur un tir à la bleue du vétéran Jari Raattama redirigé par Maxime Brachet (3-1 à 41'27").

Les hommes de Miikka Rousu ne méritaient pas d'être blanchis, ni même de prendre une "valise" à proprement parler. Pourtant, l'avance spinalienne va s'accroître au fil des minutes.

Pas sur ce tir très excentré du pugnace Yannick Offret, cafouillé par Marc-André Martel laissant filer le puck dans son dos, vers un Kévin Benchabane marquant du patin (48'07"). Mais plutôt sur cette accélération de Steven Cacciotti, relayé par un Maxime Ouimet remettant aussitôt dans l'axe, vers un Danick Bouchard arrivant lancé (4-1 à 49'49"). Fabien Leroy, bien décalé par Sébastien Gauthier, se fait ensuite le plaisir d'ajuster la lucarne de Martel (5-1 à 52'17").

L'ancien gardien mulhousien (qui garda la cage des Scorpions de 2006 à 2010 ; des affres de la D3 au retour en Division 1) va toutefois enrayer cette escalade en stoppant le tir de pénalité d'un Ján Plch préalablement accroché par Clément Thomas (56'59"). Le Slovaque, connu pour toujours tirer ses "pénos" du revers, ne parvient pas à changer son fusil d'épaule...

Qu'à cela ne tienne, c'est avec le sentiment du devoir accompli que les Dauphins bouclent leur troisième match en trois jours. Il n'est maintenant plus question dejenacek tisser les liens du collectif (ils se trouvent de mieux en mieux), mais plutôt de peaufiner les réglages et d'affiner les automatismes. Car l'ICE entre maintenant dans la phase finale de sa préparation estivale...

Und jetzt, Freiburg !*

Et les Vosgiens ont rendez-vous dimanche matin à Colmar pour se frotter, sur les coups de 11h, aux jeunes loups de l'EHC Freiburg. Avec un effectif allégé de plusieurs cadres et un seul enjeu : gagner, pour ne pas finir dernier du tournoi haut-rhinois. C'est largement à leur portée : les Wölfe, promus en Oberliga (troisième division allemande), n'étant plus ce qu'ils étaient. Surtout qu'ils ne peuvent actuellement compter que sur un seul renfort étranger : l'expérimenté ailier tchèque Martin Jenáček, remplaçant de l'ex-Mulhousien Juraj Faith (gravement blessé au genou lors de la reprise de l'entraînement).

Malgré l'heure matinale, les Allemands seront, à n'en pas douter, forts bien soutenus par leur cohorte de supporters emmaillotés de rouge, de vert et de blanc. Des partisans toujours nombreux quand leurs Wölfe "chéris" se produisent dans le Haut-Rhin voisin et rappelant les grandes heures du hockey fribourgeois avec ces couleurs passées - parfois démodées - de chandails vieux, pour certains, de plus de vingt ans. Lorsque leur club jouait dans la cour des grands...

* Et maintenant, Fribourg !

Épinal - Dunkerque 5-1 (2-0, 1-0, 2-1)
Samedi 1er septembre à 20h00 à la patinoire de Poissompré. 574 spectateurs.
Arbitres : Benjamin Gremion et Jérémy Rauline assistés de Guillaume Florentin et Jérémy Métais.
Pénalités : Épinal 26' ; Dunkerque 30'.
Tirs : Épinal 44 (19, 14, 11) ; Dunkerque 24 (13, 5, 6).

Évolution du score :
1-0 à 04'11" : Casavant assisté de Gervais et Plch (double sup. num.)
2-0 à 06'19" : Cacciotti assisté de Leroy (sup. num.)
3-0 à 18'35" : Plch assisté de Cacciotti
3-1 à 41'27" : Brachet assisté de Raattama
4-1 à 49'49" : Bouchard assisté de Gauthier et Ouimet
5-1 à 52'17" : Leroy assisté de Gauthier et Ouimet (sup. num.)

Épinal

Gardien : Gabriel Girard.

Défenseurs : Maxime Ouimet - Fabien Leroy (C) ; Gašper Sušanj - Stéphane Gervais ; Rémi Colotti - Jan Hagelberg ; Peter Slovák - Romain Mauffrey.

Attaquants : Steven Cacciotti - Sébastien Gauthier - Danick Bouchard (A) ; Benjamin Casavant - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Yoann Chauvière - Élie Raibon ; Kévin Benchabane - Anthony Rapenne - Maxime Martin.

Remplaçant : Nicolas Ravel (G).

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Ekue Tomety ; Jari Raattama - Ghislain Folcke ; Jussi Laine.

Attaquants : Maurice Rozenthal (A) [puis N'Guyen] - Jami Miettinen - François Rozenthal (C) ; Clément Thomas (A) - Valentin Dumélié - Maxime Brachet ; Mathieu Becuwe - Benjamin N'Guyen - François Moretti.

Remplaçant : Julien Peyre (G). Absents : Antoine Vanwormhoudt (blessé), Benjamin Denis (genou), Vadim Gyesbreghs, Loïc Destoop, Antoine Houque.