Benoit Niclot veut vivre son rêve américain

Jeune français expatrié depuis maintenant deux ans, nous vous proposons de découvrir Benoît Niclot au travers d'un portrait. Né en région parisienne, à Boulogne-Billancourt, le 20 janvier 1993, il a débuté le hockey au célèbre Athlétic Club de Boulogne-Billancourt (ACBB). Il s'est très rapidement tourné vers le poste de gardien de but et a su saisir les opportunités une à une pour s'entraîner avec des joueurs plus âgés que lui. Après quelques regroupements avec le collectif France des moins de 16 ans, il intégra la section sport-études au pied du Mont-Blanc. Il a ainsi évolué avec les cadets élite du club.

Ce gardien de petit gabarit (1m76) n'est finalement resté qu'une saison en Haute-Savoie avant de traverser la frontière et de s'installer à Genève. « Je rêvais de jouer en Suisse afin de me développer. J'ai candidaté à Genève, et suite aux tests, j'ai été sélectionné » explique-t-il. Compte-tenu de son statut d'étranger ne disposant pas d'une licence suisse, il devait se contenter d'évoluer dans la troisième division junior locale – avec l'équipe junior réserve – bien que s'entraînant avec l'équipe junior, évoluant en élite.

Après deux saisons à Genève, il pouvait prétendre à s'aligner avec l'équipe élite. « Le staff a préféré développer des gardiens ayant trois années juniors devant eux » raconte Benoît, il devait donc trouver une nouvelle terre d'accueil. Soucieux de poursuivre sa progression, il a exploré diverses pistes avec son agent. Il a notamment participé à un camp en Finlande pour postuler dans l'équipe du SaiPa, qui évolue en junior élite finlandaise. Malgré un camp positif, la concurrence était trop forte pour qu'il soit intégré à l'effectif. Les recherches se sont ensuite concentrées sur les équipes de Ligue Magnus ainsi qu'outre-Atlantique.

C'est ainsi que Benoît a décroché un contrat dans une ligue junior B américaine. Les Central Penn Panthers, basés à Lancaster en Pennsylvanie, s'alignent dans la Metropolitan Junior Hockey League. Plusieurs français ont déjà tenté leur chance dans le junior B américain mais jamais dans cette ligue. « C'est une région rêvée pour jouer au hockey sur glace », dit-il plein d'enthousiasme, « j'ai été très bien accueilli par l'équipe et les entraînements sont très intenses ». Benoît souhaite désormais se faire un nom dans la ligue, pour espérer obtenir la chance de concilier hockey sur glace et études dans une des nombreuses universités américaines. « Je rêve de faire carrière en Amérique du Nord » avoue-t-il. C'est ambitieux de sa part et c'est tout ce qu'on peut lui souhaiter...