Angers - Rouen (Coupe de la ligue, groupe A, 1re journée)

Des Angevins pleins de sérénité

GUENETTEfrancoispierre110903066C'était LE rendez-vous de cette première journée de coupe de la ligue. Angers recevait Rouen, champion de France en titre. L'occasion aussi pour le public angevin de découvrir les nouveaux Ducs. David Deshaies, le manager du club, a présenté un par un les joueurs à leur entrée sur la glace. Des joueurs revêtus de la tenue anniversaire (maillot rouge, bas bleu), à l'occasion des 30 ans du club.

À noter une affluence assez petite pour une telle affiche (994 spectateurs), y compris chez les supporters des Dragons puisqu'on ne recense qu'une poignée de petits curieux. Les protégés de Rodolphe Garnier ne se présentent pas au complet puisque Julien Desrosiers est à l'infirmerie. Pour les locaux, le problème est moindre puisque seul le jeune défenseur Étienne Chiappino est absent.

Le match démarre sur un rythme assez fort et les Angevins pressent haut. Les défenseurs rouennais sont expérimentés et arrivent à sortir la rondelle assez proprement. Néanmoins le premier tir est à l'actif d'Éric Fortier à la ligne bleue, bien bloqué par Fabrice Lhenry (1'). Les débats sont plutôt équilibrés, et de manière assez inattendue, les Dragons vont débloquer leur compteur. François-Pierre Guénette récupère une passe de derrière le but de Marc-André Thinel avant d'ajuster Florian Hardy à bout portant (0-1, 02'54"). Ce but n'entame en rien le moral des joueurs locaux qui maintiennent une pression constante sur l'adversaire. Il faut un Fabrice Lhenry concentré pour contrer les offensives de Marc Bélanger de la bleue (6') ou encore Michael Busto qui oblige le gardien à un arrêt réflexe de la crosse le long de son poteau gauche (11').

Une petite domination angevine durant ce premier tiers, sans véritablement beaucoup de tirs des deux côtés. Éric Fortier est à deux doigts de trouver l'ouverture plein axe, mais son tir passe à quelques centimètres du poteau droit de Fabrice Lhenry (15'). On s'achemine tranquillement vers la fin de ces vingt premières minutes quand Brian Henderson – très actif ce soir dans les deux sens de la patinoire – se bat le long de la balustrade derrière le but adverse pour chiper la rondelle à un défenseur rouennais et servir Robin Gaborit, lancé plein axe. Le natif de Cholet ne se fait pas prier pour envoyer un missile dans la lucarne gauche de Lhenry, complètement désemparé sur cette action (1-1, 18'44"). Un score de parité assez logique au vu de la belle production des deux équipes.

Le deuxième tiers reprend sur des bases aussi rapides et les arrêts de jeu sont rares. Les tirs sont peu nombreux et Florian Hardy montre l'étendue de son talent sur des tirs de François-Pierre Guénette (21') ou Juraj Stefanka (22'). Chaque équipe se retrouve alors en supériorité sans vraiment se créer de belles occasions. Les défenses sont solides des deux côtés et très difficiles à contourner. C'est sur un contre rondement mené que Rouen reprend l'avantage. François-Pierre Guénette file sur le côté droit en passant devant son banc (ou les arbitres ne remarquent pas un surnombre flagrant) avant d'envoyer un tir ras glace que Loup Benoit dévie astucieusement hors de portée de Florian Hardy (1-2, 33'31"). Superbe but de l'ex-Grenoblois.

BALUCHtomas110920092Mais la réponse angevine ne se fait pas attendre ! Quelques secondes après l'engagement, Cody Campbell file sur son côté droit avant de faire une passe millimétrée à Tomas Baluch, posté à l'entrée du slot. L'attaquant slovaque – très affûté en ce début de saison – n'a plus qu'à pousser la rondelle au fond des filets (2-2, 33'56"). Plus rien ne sera marqué dans ce tiers, même si Ilpo Salmivirta trouve le poteau de Florian Hardy (36'). À quelques secondes de la fin, Valentin Michel file seul au but mais Marc-André Thinel vient sauver les siens en accrochant le numéro 96 d'Angers. Point de pénalty mais les Ducs commenceront le dernier tiers en supériorité numérique.

Il ne fallait pas être en retard puisqu'Angers marque au bout de... cinq secondes ! Éric Fortier, sur son côté droit, sert Cody Campbell devant le slot et oblige Fabrice Lhenry à un sauvetage miracle sur sa ligne. Mais le portier international n'a pas le temps de se relever et Cody Campbell – reprenant son rebond – fait mouche... Le palet roule tranquillement sur le dos du gardien avant de rentrer juste derrière la ligne de but (3-2, 40'05"). Une pénalité de fin de deuxième tiers qui coûte donc très cher aux hommes de Rodolphe Garnier. Quelques minutes plus tard, les Angevins se retrouvent une nouvelle fois en supériorité et la sanction sera la même pour des Dragons médusés. Tomas Baluch, décidément dans les bons coups, dévie astucieusement la rondelle devant un Fabrice Lhenry peu inspiré sur cette action (4-2, 47'52").

Dès lors, les Dragons poussent et les Angevins font preuve de solidité, à l'image de leur portier Florian Hardy qui laisse peu de rebonds et bouche bien ses angles. Mais une pénalité angevine pour retard de jeu, remettra de l'espoir dans le camp adverse. Alors que le palet traîne dans la zone défensive angevine, Éric Castonguay – sur le côté droit – a tout le temps d'ajuster Florian Hardy et de placer la rondelle sous la transversale, d'un superbe tir du poignet (4-3, 56'32"). Rodolphe Garnier tente un dernier coup de poker en sortant son gardien plus d'une minute en cette fin de match mais rien n'y fait et le score ne bouge plus.

Tomas Baluch a été élu homme du match côté angevin, alors que Lauri Lahesalu l'a été côté rouennais. L'occasion pour le public angevin de rendre un bel hommage à celui qui restera l'un des chouchous du Haras avec 7 saisons passées en Anjou.

Un match de haute qualité entre deux très belles équipes. Angers a montré de réelles qualités, notamment défensives. Des joueurs se sont démarqués comme Cody Campbell en attaque ou Michael Busto en défense. Jeff May, le leader de la défensive angevine, a montré de réelles qualités de passe et semble vraiment une bonne pioche. Petite déception tout de même avec la ligne Bellemare-Walls-Bélanger qui n'a pas encore vraiment trouvé ses marques.

Du côté rouennais, de belles choses également, mais la défense paraît assez lourde avec des joueurs largement trentenaires. En attaque, même si Julien Desrosiers était absent, les artilleurs habituels ont fait parler la poudre. L'occasion aussi de se rendre compte que le départ de Carl Mallette va laisser des traces, notamment au niveau du leadership.

Étoiles du match : *** Cody Campbell (Angers), ** Tomas Baluch (Angers), * François-Pierre Guénette (Rouen).

 

Angers - Rouen 4-3 (1-1, 1-1, 2-1)
Mardi 11 septembre à 20h30 à la patinoire du Haras. 994 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Matthieu Loos et Anne-Sophie Boniface.
Pénalités : Angers 4' (0', 2', 2') ; Rouen 8' (0', 6', 2').

Évolution du score :
1-0 à 02'54" : Guénette assisté de Thinel et Tavzelj
1-1 à 18'44" : Gaborit assisté de Henderson et Harty
1-2 à 33'31" : Benoit
2-2 à 33'56" : Baluch assisté de Campbell
3-2 à 40'05" : Campbell (sup. num.)
4-2 à 47'52" : Baluch assisté de Fortier (sup. num.)
4-3 à 56'32" : Castonguay (sup. num.)


Angers

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Pavol Mihalik – Jeff May ; Gary Lévêque – Michael Busto ; Jonathan Harty – Charlie Doyle.

Attaquants : Jonathan Bellemare (C) – Braden Walls – Marc Bélanger ; Éric Fortier – Cody Campbell – Tomas Baluch (A) ; Robin Gaborit – Brian Henderson – Julien Albert (A) ; Juho Jokinen – Valentin Michel – [Fortier ou Baluch].

Remplaçants : Alexis Neau (G), Nicolas Hébert, Léonard Nalliod-Izacard. Absent : Étienne Chiappino (blessé).

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry [remplacé quelques secondes par Sébastian Ylönen].

Défenseurs : Andrej Tavzelj – Lauri Lahesalu ; Raphaël Faure – Johan Åkerman (A) ; Miroslav Durak – Jonathan Janil.

Attaquants : Loup Benoit – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel (C) ; David Fredriksson – Éric Castonguay – Anthony Rech ; Ilpo Salmivirta – Juraj Stefanka – Romain Gutierrez.

Remplaçants : Léo Guillemain, Maxime Joly, Dimitri Thillet. Absent : Julien Desrosiers (cheville).