Rouen - Épinal (Ligue Magnus, 1re journée)

Épinal croque le champion d'entrée !

2012-09-15-Rouen-Epinal2Le match-test annoncé n'a pas déçu. D'un côté Épinal, sans Hagelberg, devait confirmer son rôle d'outsider que d'aucuns lui prétendent. De l'autre, Rouen, sans Desrosiers, en quête de rachat après sa défaite à Angers en coupe de la ligue remettant en question sa suprématie annoncée, doit, déjà, prouver tout le bien de son effectif haut de gamme.

Et, malgré une bonne entame - tir de loin de Durak détourné de l'épaule droite par Girard (1'41) et Guénette qui ne cadre pas (3'29) - c'est bien de haut que le RHE 76 va tomber. Car l'ICE n'est pas en reste. Ouimet, monté dans le slot (tiens, tiens) et trouvé par Bouchard, a la plus belle occasion des dix premières minutes. Heureusement, Lhenry veille au grain (2'42).

Les Dauphins patinent beaucoup, terminent leurs « échec-avant » et se projettent rapidement en attaque. Tavzelj se retrouve assis sur le banc de la geôle, quand Lhenry préserve son filet devant Ouimet (encore) de plus près (6'39). Plus tard, Tavzelj, pas dans son assiette ce soir, adresse une passe molle dans l'axe dont se saisi Casavant pour aller provoquer le gardien international. La recrue canadienne n'hésite pas et, d'un tir frappé, elle trouve les résilles à mi-hauteur (0-1 à 8'30).

2012-09-15-Rouen-Epinal3Les Dragons n'auront pas le temps d'égaliser. Cacciotti est frustré par Lhenry (9'37), mais sur l'action, les joueurs de Santino Pellegrino sortent vainqueur de la lutte pour la conquête du palet. Et à l'instar de Ouimet, Leroy dans le slot catapulte la rondelle derrière Lhenry impuissant (0-2 à 9'40).

En fin de première période, les hommes de Rodolphe Garnier ne vont ni tirer profit de quatre supériorités, dont trois aubaines en double avantage pendant un temps cumulé deux minutes et quarante-deux secondes, ni d'un lancer de pénalité ! Girard, magistral, stoppera de la botte gauche le penalty, pourtant bien tenté par Stefanka (14'27). Sous très haute tension ensuite, le précieux Girard, très mobile, souvent sollicité coté bouclier, aidés à deux reprises par ses montants et soutenu par de fameuses triplettes défensives, Susanj-Petrak-Ouimet et Gervais-Gauthier-Leroy, déviera tous les lancers normands... à l'exception d'un, justement refusé par l'arbitre, la cage ayant été ballottée juste avant que le puck n'y entre (17'31).

Puis, Petrak, l'avant-dernier des quatre bagnards vosgiens successifs, sort dans le dos de Thinel, positionné en arrière droit. Pendant qu'Åkerman discoure avec on ne sait qui au lieu de se replacer défensivement, le centre slovaque récupère la rondelle dégagée en zone neutre puis s'en va crucifier Lhenry dans la lucarne droite (0-3 à 19'56).

2012-09-15-Rouen-Epinal4Ce dernier (mauvais) but encaissé aurait pu abattre le moral des joueurs des bords de Seine. Néanmoins, même si une erreur de Benoit a donné une bonne chance à Plch (22'39), un geste de frustration de Fredriksson (26'55) et une mésentente qui laisse trois patineurs des rives de la Moselle, surpris d'une telle veine, face au seul Lhenry, sa défensive bénéficiera de la stupéfaction adverse pour se dégager (38'17), la période médiane sera jouée de manière plus rigoureuse par les Seino-marins.

Les Lorrains, eux, sont toujours bien regroupés derrière mais jouent moins haut leur forcing défensif. Les occasions sont donc moins nombreuses, mais le jeu est fringant sans halte. Fredriksson, déjà en vue au cours des premières vingt minutes, fait s'employer Girard de sa mitaine (23'46) tout comme Salmivirta lors du seul power-play rouennais (34'06). Finalement, le travail de sape du RHE 76, souvent devant l'enclave, fini par payer. Rech déviera d'un saut de cabri miraculeux un lancer fort imprécis d'Åkerman (1-3 à 34'30). À moins de deux minutes de la sirène suivante, Gutierrez déboule sur la gauche puis centre devant la cage vers Salmivirta dont la reprise sera magnifiquement captée par Girard (38'01).

Les Dragons toujours menés de deux buts reviennent nerveusement sur la glace. Les Dauphins bénéficient de trois jeux de puissance en un peu moins de neuf minutes. Bouchard, à l'activité débordante, y voit sa tentative écartée par Lhenry (42'44). Le gardien local sauvera encore son camp devant Plch et un de ses comparses alors que Fredriksson est immobilisé dans la prison pour une faute sur Gervais (43'50).

2012-09-15-Rouen-EpinalAprès ce mauvais départ, les noirs et jaunes vont désormais s'astreindre à travailler devant la cage adverse. Mais Girard ne faiblit pas et assure tout un travail devant Guénette (48'52) et Thinel (49'59). Santino Pellegrino prend son temps mort et réorganise son équipe. Puis, Raibon retourne en cellule. Sous la pression et dans le trafic, les gris et roses seront héroïques. Leroy cache le palet dans l'enclave sinon il franchissait la ligne de but (52'03). Casavant lève un peu trop haut sa crosse sur Guénette et tiendra compagnie à Raibon pendant vingt-cinq secondes sur la banquette du cachot. Rodolphe Garnier demande son droit au temps mort pour affiner sa tactique en attaque à cinq. Mais Ouimet et Bouchard secondés par Leroy puis Susanj sont irrésistibles et résistent. Frustré pendant quarante minutes, Stefanka ne supporte pas une énième provocation de Leroy. Après quelques jeux de mains, le Slovaque pâtit d'une méconduite sévère (54'20).

À parité, le labeur sur la cage de Girard est de nouveau récompensé. Salmivirta se saisit d'un rebond de Fredriksson, un but d'hommes forts (2-3 à 56'55).

Le public y croit et pousse, cette fois à l'unisson, son équipe. Girard est prodigieux à deux reprises. La première face à Salmivirta qu'il déroute (58'10). La seconde, le « brise dragon » est énorme de sang-froid, devant Castonguay (58'53).

2012-09-15-Rouen-Epinal1Sitôt, Lhenry sort au profit d'un attaquant, le caoutchouc circule un temps dans la zone offensive d'Épinal, mais il est perdu et Bouchard peut conclure en cage vide et ramasser avec ses partenaires une victoire méritée (2-4 à 59'28).

Si Rouen à l'heure actuelle n'est pas capable d'inscrire plus de trois buts (3 à Angers et 2 ce soir) à des gardiens qui font très bien le travail, il faudra rapidement que les Dragons ne donnent pas de buts à leurs adversaires (les trois le sont ce soir) surtout lorsqu'ils sont aussi valeureux que les joueurs de l'ICE. Une efficacité recouvrée en supériorité est impérative. Le patinage et l'échec avant sont déficients. Les Normands se sont fait bouger physiquement. Le jeu devant la cage est déjà au point (un but, deux montants). Les occasions sont concrètes. L'envie des joueurs, même si elle n'a pas été récompensée, ne fait pas de doute.

Épinal a su saisir sa chance et profiter des lacunes normandes, sorte d'open bar devant la cage de Lhenry au premier tiers. Les Dauphins semblent (enfin) avoir acquis un gardien constant tout un match qui a maintenu son équipe devant les champions de France. L'activité de Bouchard et Ouimet aura été remarquée. Le réalisme des francs-tireurs Casavant et Petrak semble un atout incommensurable, allié au soutien besogneux de Cacciotti et Gauthier. Toujours bien regroupés en défense, Leroy, Ouimet, Gervais et Susanj interdisent l'accès au slot dans de bonnes conditions, tout cela sans compter Plch, le meilleur compteur de la saison passée qui n'a pas été en réussite.

Bref, malgré un RHE 76 en rodage, l'ICE confirme son statut d'outsider, a fortiori après avoir pris deux points sur l'île Lacroix, ce qui ne devrait pas être à la portée de tout le micro-monde de la ligue Magnus.

 

Rouen – Épinal 2-4 (0-3, 1-0, 1-1)
Samedi 15 septembre à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2012 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Matthieu Loos et Nicolas Cregut.
Pénalités : Rouen 24' (2', 2', 10'+10') ; Épinal 18' (8', 2', 8').

Évolution du score :
0-1 à 08'30" : Casavant
0-2 à 09'40" : Leroy assisté de Cacciotti et Bouchard
0-3 à 19'56" : Petrak assisté de Leroy (inf.num.)
1-3 à 34'30" : Rech assisté d'Åkerman et Castonguay
2-3 à 46'55" : Salmivirta assisté de Fredriksson et Åkerman
2-4 à 59'27" : Bouchard assisté de Leroy et Cacciotti (cage vide)

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry (sorti de 58'53 à 59'27)

Défenseurs : Andrej Tavzelj – Lauri Lahesalu ; Léo Guillemain-Paillie – Johan Åkerman (A) ; Miroslav Durak – Jonathan Janil.

Attaquants : Loup Benoit – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel (C) ; David Fredriksson – Éric Castonguay – Anthony Rech ; Ilpo Salmivirta – Juraj Stefanka – Romain
Gutierrez.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Raphaël Faure, Florant Aubé, Maxime Joly. Absent : Julien Desrosiers (cheville).

Épinal

Gardien : Gabriel Girard.

Défenseurs : Maxime Ouimet – Fabien Leroy ; Gasper Susanj – Stéphane Gervais ; Rémi Colotti – Peter Slovak.

Attaquants : Steven Cacciotti – Sébastien Gauthier – Danick Bouchard ; Benjamin Casavant – Michal Petrak – Jan Plch ;  Kévin Benchabane ou Yoann Chauvière – Yannick
Offret – Elie Raibon.

Remplaçants : Nicolas Revel (G), Romain Mauffrey, Maxime Martin, Alexis Mathieu. Absents : Jan Hagelberg (épaule), Anthony Rapenne.